La société de la société | Niklas Luhmann

Niklas Luhmann, La société de la société, traduit de l’allemand par Flavien Le Bouter, Paris : Exils, coll. « Essai », 2021, 950 p.

Compte rendu par Hugues Rabault (Université Paris-Saclay [Univ Évry, CRLD])

Niklas Luhmann (1927-1998) est aujourd’hui considéré comme un représentant majeur de la sociologie allemande de la seconde moitié du xxe siècle. Il est l’auteur d’une œuvre dont le rayonnement est mondial. La parution de La société de la société[1] en langue française est l’occasion de faire connaître cet auteur à un public francophone[2].

Cet ouvrage imposant, représentant plus de mille pages dans la version allemande, près de huit cents pages, sous un grand format et dans une police de caractères serrée, dans la version française, ne suffit cependant pas à englober la profusion théorique de l’œuvre de Luhmann. Il s’agit plutôt d’un résumé, d’un point de vue synoptique. L’ouvrage renvoie constamment, dans les notes de bas de page, à d’autres ouvrages ou à des articles de l’auteur, où l’on trouvera la théorie développée de façon détaillée. Si l’on voulait évoquer le « grand œuvre » de Luhmann, il faudrait renvoyer plutôt à l’ensemble de ce qu’il est loisible de désigner comme le « cycle des systèmes sociaux », entamé en 1984, avec la parution de Systèmes sociaux, et qui s’achève, peu avant le décès de l’auteur, par la parution de La société de la société, en 1997. Du cycle des systèmes sociaux, nous disposons en langue française de Systèmes sociaux et du Droit de la société, paru en 1993[4], édités aux Presses de l’Université Laval au Québec en 2011 et 2019, dont on doit la traduction à Lukas K. Sosoe, professeur à l’Université du Luxembourg, et, donc, désormais, de La société de la société, dont la traduction parue cette année est due à Flavien Le Bouter, enseignant à l’Université de Fribourg-en-Brisgau. Les autres ouvrages composant ce « cycle » sont, du vivant de Luhmann, L’économie de la société, paru en 1988[5], La science de la société, paru en 1990[6], L’art de la société, paru en 1995[7]. Parmi les œuvres posthumes, mentionnons La politique de la société[8] et La religion de la société[9], parus en 2000, et Le système d’éducation de la société, paru en 2002[10].

La société, selon Luhmann, s’observe et se décrit à travers des discours, que l’auteur désigne par la notion de sémantique. Les descriptions relatives à la société ne viennent pas d’un observateur transcendant, elles ne peuvent constituer que le produit de la société elle-même. Cela justifie le titre du livre, consacré à la façon dont la société s’observe et se décrit elle-même. Il y a toutefois place, dans la société, pour une pluralité de points de vue. L’économie décrit la société comme aspiration à la prospérité matérielle (le problème de la rareté…), la science comme aspiration à la connaissance (la vérité), la religion au salut (la transcendance), le droit à la justice (la légalité), etc. La société ne fait ainsi pas l’objet d’une représentation unifiée, mais d’une pluralité de représentations concurrentes. Or nous tendons spontanément à identifier ces représentations à un objet, selon le vieux schéma épistémologique de l’adéquation entre la chose et l’intellect (adaequatio rei et intellectus). Cette adéquation constituait, pour la tradition, le critère de la vérité. Luhmann propose donc de déplacer la question – ontologique – de savoir ce en quoi consiste la société vers la question – communicationnelle –, préalable, de la façon dont la société se décrit, en prenant pour base de réflexion les multiples versions, présentes ou passées, de l’« autodescription » sociale.

Luhmann ne cesse ainsi de nous mettre en garde contre l’illusion, issue de l’empirisme sociologique, selon laquelle nous pourrions sortir de la société pour la voir comme un objet extérieur. L’apport de la sociologie de Luhmann tient très précisément à ce déplacement épistémologique, consistant à partir de l’hypothèse que toute théorie de la société est d’abord une émanation de la société et doit, à ce titre, non pas écarter les autres théories de la société, mais les intégrer à la description qu’elle propose. Tel est le saut « hégélien » que doit réaliser une sociologie conséquente. Telle est l’ambition de La société de la société : fournir une « autodescription » de la société intégrant à son projet les multiples façons dont elle se décrit elle-même.

Quant au problème, fondateur de la sociologie, de la structure sociale, la thèse peut être résumée par le thème de la différenciation sociale fonctionnelle. Selon cette hypothèse, la structure de la société moderne ne serait pas fondée sur la « domination » (Marx, Bourdieu), ou sur une solidarité organique (Durkheim), mais sur la différenciation d’une multiplicité de sous-systèmes communicationnels autonomes : l’économie, la politique, la science, la religion, le droit, l’art, etc. Cela explique pourquoi la société moderne comporte la caractéristique d’interdire l’existence d’un point de vue unifié sur le monde. C’est pourquoi aussi la sociologie cesse d’être une description finie de la société pour devenir une théorie de l’« auto-observation » de la société.

La société de la société transforme de la sorte la sociologie en une manière d’« herméneutique radicale », où la société n’est pas une totalité constituée des individus, qui en seraient les atomes, mais une entité observatrice irréductible[11]. La société n’est ainsi pas le produit, comme dans la théorie du contrat social, de l’agrégation d’individus, les « humains » de la tradition. C’est en cela que Luhmann définit sa théorie comme radicalement « antihumaniste ». Tout au contraire, selon une idée propre à la sociologie, mais que cette science ne pousse pas toujours jusqu’à ses extrémités, l’« individu » est une production spécifique de la société moderne. De surcroît, il n’est pas produit par la société comme réalité réelle, mais comme « artefact sémantique ». Que la société se décrive comme composée d’individus ne signifie pas qu’elle est composée d’individus. La question pertinente concernant l’individu est celle de la fonction de l’idée d’individu, à savoir de la sémantique de l’individualité, pour la société moderne.

L’apport de la sociologie de Luhmann consiste donc dans le déplacement qu’elle introduit dans notre façon d’observer la société. Dans les chapitres quatre et cinq de l’ouvrage, Luhmann présente sa théorie de la structure et de la sémantique sociales, en sorte d’établir un lien entre la façon dont la société est structurée et la façon dont elle se décrit. Cette logique est exprimée par le titre d’une série de recueils d’études, intitulée Structure sociale et sémantique[12]. Cette thématique correspond à l’hypothèse sociologique selon laquelle l’histoire des idées peut être référée, d’une part, à la façon dont la société se décrit elle-même et, d’autre part, au fait que la description de la société, qui, comme nous l’avons vu, est toujours une « autodescription », et que Luhmann analyse comme sémantique sociale, doit nécessairement correspondre à une certaine forme de la société, à une structure sociale spécifique.

Luhmann distingue quatre idéaux-types, pour reprendre la terminologie de Max Weber, qu’au demeurant Luhmann n’utilise pas, de structures sociales : les sociétés dites « segmentaires », les sociétés organisées selon une distinction opposant « centre et périphérie », les « sociétés stratifiées » et la « société fonctionnellement différenciée ». La typologie et l’histoire de la structure sociale ici proposées n’ont d’autre objectif que de comprendre et de décrire la société contemporaine, à savoir une société fonctionnellement différenciée. De fait, l’épistémologie de Luhmann aboutit à la conclusion que la société que nous connaissons véritablement ne peut être que la société dans laquelle nous vivons. Nous ne pouvons sortir de la société qui est la nôtre pour la regarder du point de vue d’une autre société. Nous disposons néanmoins d’un stock de connaissances qui nous permet de formuler des hypothèses sur l’évolution de la société.

La théorie de Luhmann aboutit à des hypothèses stimulantes sur ce que l’on peut appeler, selon l’expression fameuse de Freud, le « malaise dans la civilisation ». Luhmann parle des irritations qui caractérisent la modernité. La société contemporaine est la proie d’une critique, qui ne vient de nulle part ailleurs que d’elle-même. Sous de multiples formes elle s’en prend à elle-même et dénonce ses propres errances. Cette irritation permanente tiendrait, selon Luhmann, à la difficulté de la société de la modernité à trouver une théorie adéquate à sa structure. En d’autres termes, la société contemporaine chercherait encore à se décrire au moyen de sémantiques obsolètes. Elle voudrait encore souvent se voir gouverner selon le mode hiérarchique et territorialisé propre à la « société stratifiée » d’autrefois. C’est ainsi l’inadéquation de l’« autodescription » sociale à la structure sociale présente qui expliquerait la nostalgie ou le ressentiment manifestés par la critique de la modernité[13].

[1] Niklas Luhmann, Die Gesellschaft der Gesellschaft, 2 tomes, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1997.

[2] Pour la littérature secondaire en langue française, renvoyons à André-Jean Arnaud, Pierre Guibentif (dir.), Niklas Luhmann observateur du droit, Paris : LGDJ, 1993 ; Jean Clam, Droit et société chez Niklas Luhmann. La contingence des normes, Paris : PUF, 1997 ; Estelle Ferrarese, Niklas Luhmann, une introduction, Paris : Pocket/La Découverte, 2007 ; Hugues Rabault, Un monde sans réalité ? En compagnie de Niklas Luhmann : épistémologie, politique et droit, Québec : Presses de l’Université Laval, 2012 ; Lukas K. Sosoe (dir.), Le droit – un système social. Law as a Social System. Un commentaire coopératif de Niklas Luhmann, Hildesheim, Zürich, New York: Georg Olms Verlag, 2015.

[3] Niklas Luhmann, Soziale Systeme. Grundriß einer allgemeinen Theorie, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1984.

[4] Niklas Luhmann, Das Recht der Gesellschaft, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1993.

[5] Niklas Luhmann, Die Wirtschaft der Gesellschaft, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1988.

[6] Niklas Luhmann, Die Wissenschaft der Gesellschaft, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1990.

[7] Niklas Luhmann, Die Kunst der Gesellschaft, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1995.

[8] Niklas Luhmann, Die Politik der Gesellschaft, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 2000.

[9] Niklas Luhmann, Die Religion der Gesellschaft, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 2000.

[10] Niklas Luhmann, Das Erziehungssystem der Gesellschaft, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 2002.

[11] D’où l’exergue de l’ouvrage : « Id quod per aliud non potest concipi, per se concipi debet » (Spinoza, Ethica I, axiomata II).

[12] Niklas Luhmann, Gesellschaftsstruktur und Semantik. Studien zur Wissenssoziologie der modernen Gesellschaft, quatre tomes parus aux éditions Suhrkamp à Francfort-sur-le-Main, entre 1980 et 1995.

[13] Sur la rupture introduite par la modernité, voir Hugues Rabault, « La modernité comme ‘catastrophe’. Sens de la notion de sécularisation selon Niklas Luhmann », Droits, n° 60, 2014, p. 137-150.


1 réponse

  1. 04/04/2022

    […] Publié le 4 avril 2022 par rabault La société de la société | Niklas Luhmann […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search