La pensée et les normes. Hommage à Jean-François Kervégan | Isabelle Aubert, Élodie Djordjevic, Gilles Marmasse (dir.)

Isabelle Aubert, Élodie Djordjevic, Gilles Marmasse (dir.), La pensée et les normes. Hommage à Jean-François Kervégan, Paris : Éditions de la Sorbonne, coll. « Philosophies pratiques », 2021, 361 p.

Compte rendu par Victor Ulysse Sultra (Institut de recherche juridique de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Issu du colloque-hommage éponyme des 21 et 22 janvier 2021, cet ouvrage co-dirigé par Isabelle Aubert, Élodie Djordjevic et Gilles Marmasse et paru aux éditions de la Sorbonne est dédié à Jean-François Kervégan, professeur émérite de philosophie à l’Université Paris 1. Ce ne sont rien moins que dix-huit contributions regroupées en quatre grandes parties qui donnent corps aux mélanges. Une dix-neuvième, reposant sur un retour d’expérience par le dédicataire, conclut l’opus.

Comme dans tous les ouvrages collectifs, la qualité de l’ensemble tient, bien entendu, à celle des contributions. On pourrait s’en contenter et en évaluer le « contenu », mais ce serait tomber dans le piège tendu au critique de bois vert, face à la forêt de chênes d’éminents spécialistes. Cet hommage, nous le chercherons donc surtout dans le schéma architectural que ces contributions dessinent dans le paysage des sciences humaines.

L’édifice s’articule selon le plan suivant : il est d’abord question de savoir comment comprendre la normativité au travers du « dialogue » entre Kant et Hegel — problème séminal tant subjectivement pour Jean-François Kervégan qu’objectivement pour l’assise théorique de la philosophie pratique. En poursuivant, il nous est proposé de nous extraire du cadre de l’idéalisme allemand pour en saisir des conséquences plus contemporaines. Ensuite, le discours « passe de l’autre côté », en miroir, pour observer comment les juristes — ceux que Pound[1] appelle ingénieurs sociaux et ici pourquoi pas normatifs — se saisissent des concepts de la philosophie pour penser leurs objets. Enfin, et parachevant une structure chiasmatique, on s’en retourne à Hegel qui, ne pouvant être un retour au même, se traduit par l’étude de ses suites historiques : les héritages hégéliens.

Une fois ce plan dessiné, que voit-on quand on le traverse ? C’est, assez paradoxalement, entre de petites alcôves serrées les unes aux autres, pareilles à des ateliers de maîtres affairés, qu’on entre dans cette production tentaculaire. Point de grand tympan qui donnerait une lecture directe et explicite, mais une porte dérobée — présentation rapide de l’ouvrage par ses trois concepteurs — qui nous mène directement in medias res avec Franck Fischbach et sa dense question : qu’est-ce que la vie éthique ?

On pourrait se perdre dans cet ouvrage, tant le dédale de salles et de recoins s’étale dans la topologie de la philosophie pratique. On dispose ainsi de considérations pétillantes d’abstraction en philosophie hégélienne sur les conditions de l’imputation de l’action à un agent avec Élodie Djordjevic ; autant que de considérations davantage ancrées dans le tissu social fortement institutionnalisé par l’étude du déploiement de principes et objectifs rationnels par les agents dans la contribution d’Emmanuel Picavet.

Ce tourbillon de productions aussi riches que variées, donnant à la bâtisse un caractère baroque et humaniste, lui épargne de devenir une prison-panoptique avec vue sur usines à philosophie. Ce livre se rapproche plutôt de la résidence d’artiste, serrée entre les lignes : de pièces saturées par la chaleur du sculpteur-fondeur au calme et à la lumière d’un atelier de peintre, on se réjouit de la diversité des thèmes et approches qui ne rend la lecture que plus plaisante.

Côté calme et peinture, on trouvera les poétiques et délicates considérations sur la grâce dans Grâce et dignité de Schiller, avec Gilles Marmasse ; et, côté flammes du fondeur, Catherine Colliot-Thélène nous offre une critique très énergique du contractualisme contemporain qui, en masquant la nécessaire question posée par la coercition dans la théorie politique, ne permet pas de rendre compte des errements contemporains de la démocratie — ravagée, selon elle, par le néolibéralisme.

En poursuivant la lecture, c’est dans la salle de répétition d’un dramaturge que l’on arrive à pas feutrés : on se demandera avec Mathieu Carpentier ce que peuvent bien avoir en commun les différents courants du juspositivisme, que l’on voit autant se déchirer entre eux que combattre le jusnaturalisme. Juste à côté, d’une glaise fine et ductile, on voit les concepts juridiques s’affiner. Si imposants, si effrayants, et pourtant domptés et maniés par des sculpteurs de talent : on pourra même en venir avec Olivier Beaud, et au travers des réflexions wébériennes, à de paradoxales conclusions sur la nature des droits subjectifs qui, parce qu’ils n’ont d’existence qu’en tant qu’ils sont sanctionnés par la coercition, mènent à un renversement et à une relativisation de la place de l’État dans ce système de contrainte — qui peut être assurée par d’autres « instances ».

Mais la musique hégélienne n’est jamais très loin. Cette mélodie nous conduit jusqu’à la table du compositeur de mots Bruno Haas qui nous offre les vues (très) critiques d’Hegel sur l’œuvre d’art quand elle est perçue comme œuvre de musée.

On ne peut quitter ces couloirs sans jeter un œil au calme discret du maître vitrier Norbert Waszek qui peint par ses vitraux une ecclésiologie, pour rester dans le thème wébérien, des petites écoles hégéliennes du XIXe siècle.

Pour terminer, cet ouvrage, dont on ne peut évoquer tous les noms prestigieux qui y participent, brille par l’atmosphère qu’il crée : bigarrée et odorante, on y sent la philosophie au travail. Le penseur s’arrête devant le badaud pour lui expliquer ce sur quoi il travaille, avant de reprendre son marteau, son pinceau ou sa glaise. Il faut ainsi rendre aux contributeurs la richesse de leurs contributions, aux éditeurs le dur labeur de déployer et faire résonner cette œuvre, et enfin au dédicataire son travail et ses qualités qui ont rendu cet édifice possible.

En s’éloignant du tumulte, on s’extrait de cet ouvrage par une belle colonnade : un retour de Jean-François Kervégan sur son parcours. Les questions qu’il se pose sont autant d’élégants pilastres qui scandent ce dernier péristyle : comment (et pourquoi !) est-il passé de Hegel à Searle ? Qu’est-ce que l’approche anglo-saxonne, et notamment analytique, a engagé chez lui ? Et, surtout, pourquoi aujourd’hui étudier la notion de droit subjectif ?


Cet ultime vestibule permet d’éclairer ce qui réunit bien ces différentes contributions, lacunaires, incomplètes, imparfaites si l’on veut, mais d’une vitale fécondité sur une question si complexe et délicate : l’homme animal-social. S’échappant par cette porte tout juste refermée, les sons et exhalaisons laissent au passant une envie d’encore.

On glissera au passage que  la systématicité, trouvée de plus en plus aujourd’hui dans les ouvrages collectifs, n’aide pas toujours à la compréhension globale d’un champ. Plus encore, la systématicité n’est pas forcément plus charnue qu’une élégante retenue, qui est à saluer ici. Cet ouvrage présente ainsi un état de l’art utile pour se repérer en philosophie sociale et politique. C’en serait presque une nature morte si l’on ne sentait que ces recherches sont toujours énergisées par des promesses de lendemains nouveaux.

 

 

[1] Roscoe Pound, « The Theory of  Judicial Decision. III. A Theory of Judicial Decision for Today », Harvard Law Review, Jun. 1923, 36 (8), p. 940-955.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search