Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique / Lascoumes Pierre et Nagels Carla

lascoumes-nagelsLascoumes Pierre et Nagels Carla, Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique, Paris : Armand Colin, coll. « U », 2014, 303 p.

Compte rendu par Frédéric Ocqueteau (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales [CESDIP], Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Voici un ouvrage de référence qui comble une vraie lacune pédagogique dans l’enseignement de la sociologie pénale en France. Écrit par un spécialiste français reconnu depuis trente ans dans le champ, Pierre Lascoumes, et par une criminologue belge qui prend son relais, Carla Nagels, l’ouvrage définit ainsi son objet : « des transgressions spécifiques liées à l’exercice d’une fonction de responsabilité privée ou publique et commises à titre individuel ou collectif par une instance dirigeante » (p. 15). Les auteurs mobilisent deux figures fondamentales comme fils rouges pour leur démonstration d’ensemble : Michel Foucault, dont sont tirées avec fécondité de multiples pistes à partir de sa célèbre distinction heuristique entre illégalismes des biens vs illégalismes des droits dans le domaine de la réaction sociale ; Edwin Sutherland, inventeur du label white collar crime dans les années 1940 pour les explications en termes de passage à l’acte, dont les options théoriques et méthodologiques restent toujours vivaces, au moins pour pulvériser le distinguo juridique sans fondement démarquant corporate crime et occupational crime (p. 47). Leurs apports respectifs sont plus que jamais d’actualité pour justifier le lien étroit qui unirait les crimes des entreprises à ceux des dirigeants politiques, enjeu décisif du présent ouvrage.

Cet ouvrage se divise en trois parties symétriquement agencées, parsemées d’exemples illustratifs bienvenus et conclues par une impeccable bibliographie de 480 références internationales raisonnées, autant d’éléments qui devraient satisfaire l’apprenti chercheur et susciter des vocations. La première partie délimite l’étendue du terme d’« élites délinquantes » et de ses corrélats, ne cachant aucune des difficultés spécifiques inhérentes au compte rendu des mécanismes controversés de la réprobation sociale et judiciaire qui les concernent. Les deux autres se divisent en une présentation critique des paradigmes explicatifs au sujet des « délinquances économiques et financières » d’une part, « des délinquances des élites politiques » de l’autre (théories du passage à l’acte vs théories de la réaction sociale). Si la deuxième partie est beaucoup plus nourrie d’exemples documentés que la troisième, cette dernière n’en constitue pas moins une invitation à engager de nouvelles recherches, le domaine étant à peu près vierge quant aux études sur les dégâts causés chez les victimes des exactions des élites politiques (significativement, le chapitre 6 de la deuxième partie dédiée aux victimes n’a pas de pendant dans la troisième). Les auteurs justifient néanmoins d’un continuum d’analyse dans les deux champs qui tiendrait à la propension respective des élites à rendre opaques les mécanismes de dévoilement de leurs turpitudes, bien qu’ils excluent les organisations mafieuses de leur définition des « élites dirigeantes ».

Rendant compte des théories de l’anomie, des théories culturalistes, du choix rationnel, ils montrent que, contrairement à une idée reçue, la « criminalité des élites » a bel et bien été investiguée par les théories du passage à l’acte. La portée heuristique de ces trois théorisations passées en revue étant néanmoins restée assez faible dans le domaine économique et financier, les auteurs leur préfèrent la fécondité de constructions spécifiques, en dehors de l’apport des théories organisationnelles (p. 169-175). Bien qu’ayant leur sympathie, ils prennent, par ailleurs, leurs distances avec les théories radicales néo-marxistes qui se sont assez régulièrement confrontées à l’objet en montrant l’ambigüité de la posture de leurs défenseurs à l’égard de la ressource pénale de dissuasion (p. 195). Quant aux délinquances des élites politiques, ils montrent la plus-value des approches néo-institutionnalistes, expliquant notamment les mécanismes de lutte anti-corruption par leurs dimensions normatives et symboliques.

En dépit de l’impeccable rigueur méthodologique de l’opus qui manquait assurément dans le paysage universitaire, le combat engagé, militant et citoyen, reste à l’horizon de ces chercheurs. Il leur a fallu bien du courage, de l’obstination et de la solitude pour se confronter depuis des années à des objets aussi conflictuels et difficiles que les délinquances des élites, en comparaison avec les objets plus consensuels et beaucoup plus aisément couverts que ne le sont les délinquances de droit commun. Cela dit, toute posture scientifique à composante militante prête par définition à faiblesse ou au moins à discussion. Nous aimerions en pointer deux. La première tient dans la justification des auteurs pour exclure les organisations mafieuses du champ, le mafieux n’étant implicitement pas reconnu comme faisant partie d’une élite. Or, cette justification nous paraît rester trop peu assumée ou du moins pas assez discutée. Un avocat spécialisé dans le combat contre la délinquance économique et financière1 a récemment affirmé qu’une différence irréductible distinguait le mafioso (qui commet des meurtres) de l’agent de la National Security Agency (NSA) ou de l’employé de banque (qui n’en commettraient pas). Il estime même que le « tueur repenti restera à tout jamais un banni alors que le lanceur d’alerte (qui dénonce les crimes des entreprises ou des hommes politiques) ne devrait jamais le devenir mais toujours retrouver sa place dans la communauté des hommes ». Le propos des auteurs est évidemment beaucoup moins caricatural que l’opinion de cet avocat. On peut néanmoins leur demander où devrait être placé, et qui devrait placer le curseur ou les lignes de démarcation sociologiques entre les sphères, dès lors qu’on ne sait pratiquement rien du degré de gangrène d’une société, d’une entreprise ou d’un État par les phénomènes de corruption mafieux, hors certaines organisations non gouvernementales qui divulguent rituellement des classifications entre les États, qui valent ce qu’elles valent.

Cette objection n’invite pourtant pas au relativisme absolu. Elle entend simplement pointer la deuxième petite faiblesse de l’ouvrage. Il nous semble que cet impensé à toute étude du champ repose nécessairement sur une croyance ou un postulat normatif implicite : entreprises et élites politiques représentant des intérêts supérieurs au nom d’un prétendu bien commun se démarqueraient d’une minorité entachée des leurs, quoi que puissent en faire et dire les « juges » chargés de combattre leurs excès ou exactions respectives. Or, sauf à se convaincre que les États seraient toujours en mesure d’entraver le marché économique et financier de ses dérives mortifères au-delà des éventuelles sanctions des consommateurs amenés à se détourner de ses produits ; sauf à voir se concrétiser les conséquences réelles de l’attitude de citoyens cherchant à punir les élites politiques de leurs actes de corruption en ne les reconduisant pas dans leurs mandats…, on imagine encore assez mal des pouvoirs judiciaires au monde assez puissants pour enrayer significativement l’étendue des torts infligés aux citoyens par de telles dérives, mafieuses ou pas. Il n’est au moins pas d’autres solutions que d’essayer de comprendre et d’expliquer la pérennisation de ces mécanismes circulaires. Et c’est le bien le pari réussi de cette somme appelée à devenir un classique et à faire de nombreux émules. Il faut donc la saluer avec le respect qu’elle mérite.

 

  1. William BOURDON, Petit manuel de désobéissance citoyenne, Paris : J.-C. Lattès, 2014, p. 101-102. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.