À la gauche du droit | Liora Israël

Liora Israël, A la gauche du droit

Liora Israël, À la gauche du droit. Mobilisations politiques du droit et de la justice en France (1968-1981), Paris : EHESS, coll. « En temps et lieux », 2020, 346 p.

 Compte rendu par Laurent Willemez (Laboratoire Printemps, Université Paris-Saclay / Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, CNRS)

Comment, dans quelles conditions et dans quelle mesure le droit et la justice peuvent-ils être tout à la fois des outils de renforcement de l’ordre social dans son ensemble et des instruments de protestation, d’émancipation, bref, de remise en cause de ce même ordre social ? C’est l’énigme centrale du livre de Liora Israël, un ouvrage passionnant et très riche. Elle tente de la résoudre en s’appuyant sur un terrain particulier : les années post-68 en France, et une littérature scientifique spécifique : la sociologie du droit et de la justice états-unienne. La question s’inspire des travaux fondateurs d’E. Thompson1 , mais aussi plus largement, même si l’autrice ne le présente pas nécessairement ainsi, de toutes les recherches discutant l’aspect parfois trop massif et unilatéral de l’analyse des formes de domination. Liora Israël montre en effet très clairement que, comme l’écrit M. Foucault dans un bel article qu’elle cite longuement, la « loi » non seulement ne produit pas nécessairement de « l’ordre » mais qu’au contraire elle est susceptible de le contrecarrer, voire de le subvertir.

C’est tout le pari d’un certain nombre de juristes travaillant dans les années 1970 et dont Liora Israël dresse un portrait de groupes à partir d’un gros travail socio-historique d’analyse d’archives, de publications et d’entretiens. On est ainsi amenés au fil du texte à découvrir de très nombreux écrits passionnants et parfois étonnants, des personnages très engagés, des discussions vives et qui renvoient, au-delà de la période étudiée, à des débats très complexes concernant les enjeux de politisation du droit. Il s’agit donc de réfléchir à la manière dont une activité professionnelle peut être subvertie, aux limites de cette subversion, et par conséquent aux représentations que les individus se font de leur activité professionnelle, en l’occurrence celle de juriste – mais cette question est généralisable à d’autres groupes professionnels, comme le dit très bien l’autrice, et comme elle a pu le montrer il y a quelques années dans un dossier de Société contemporaine en 2009.

Les intérêts du livre de Liora Israël sont nombreux : l’un des principaux tient dans le fait qu’étudier les efforts menés par certain·es professionnel·es pour subvertir leur activité et transformer le sens de leur métier conduit en même temps à définir de celui-ci, et donc à reconstituer l’ethos de ceux et celles qui l’exercent, ou au moins l’un des ethos possibles. C’est là une lecture que l’on peut faire de l’ouvrage, même si l’autrice n’utilise pas ce concept. Pourtant, elle revient avec beaucoup de précision sur les pratiques professionnelles concrètes des juristes, en particulier le travail d’écriture, de consultation, de plaidoirie, et dans une moindre mesure de jugement, en montrant comment ces pratiques peuvent s’indexer avec plus ou moins de félicité sur des engagements sociaux et politiques, sur des conceptions du monde et finalement sur des rapports au droit spécifiques. Une lecture attentive du livre permet de mettre l’accent sur deux types d’attitude qui semblent assez différentes, même si elles peuvent se combiner.

En premier lieu, certain·es juristes, engagé·es dans la révision radicale de leurs pratiques et de leur croyance par la révolution symbolique que produisent les événements de mai-juin 68, développent une vision désacralisée du droit et des savoirs de l’avocat et remettent donc en cause la séparation entre le savant et le professionnel d’une part, le profane d’autre part. Dans une moindre mesure, l’analyse passionnante des écrits de la juriste féministe Odile Dhavernas distinguant le droit tout entier pris dans la domination patriarcale et les droits à revendiquer (p. 209-212), ou encore le retour sur les critiques réflexives de la justice et des façons de juger par les magistrat·es, prouvent aussi l’existence d’une vision très critique et très distanciée de leur propre activité professionnelle par ces professionnel·les du droit. Mai 68 semble alors produire chez ces juristes une rupture biographique subjective, qui peut faire penser, par homologie, au déni d’appartenance de classe (ou à la culpabilisation qui lui est liée) ou au mépris pour leur propre capital culturel des intellectuels communistes étudiés par exemple par Bernard Pudal ou des établis maoïstes analysés par Marnix Dressen.

À l’inverse, un autre profil de juriste engagé·e émerge aussi du livre. Le chapitre 6 analysant le travail des militants du GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigré·e·s) donne particulièrement bien à voir ces juristes, certes d’un type particulier. Ces personnes investies dans la création du GISTI semblent en effet se poser moins de questions concernant la légitimité de leur activité juridique pour défendre des dominé·es et porter une cause. Pouvant clairement être considérés comme des « intellectuels spécifiques », ils sont experts dans « la mise en relation entre grande technicité juridique et radicalité politique » (p. 227). C’est sans doute la figure la plus connue de ces juristes militant·es, celle qui est largement défendue par la littérature américaine sur le Cause Lawyering, et celle qui s’est finalement imposée, comme l’ont montré par exemple les travaux de Jean-Philippe Tonneau ou d’autres sur les avocats en droit du travail2 . C’est aussi la figure qui permet d’interroger le plus clairement – comme l’autrice le fait d’ailleurs très bien – les questions de rémunération et de rapport au désintéressement, ou la manière dont les pratiques professionnelles les plus routinières (rédaction de jurisprudence, plaidoirie, conseil juridiques) peuvent se transformer et s’hybrider du fait de l’engagement de leurs auteurs et autrices. Mais c’est aussi tout l’intérêt du livre de montrer que d’autres postures ont été possibles – ou au moins envisagées. En cela, la comparaison entre les différentes expériences de « boutiques du droit » est très révélatrice. C’est donc finalement la distance au champ juridique qui semble au cœur de la différence entre ces deux figures. Un prolongement du travail pourrait alors consister à réfléchir aux écarts entre les différentes dispositions et espaces de socialisation : socialisation de classe et de genre, mais aussi socialisation au droit et à l’activité professionnelle pourraient être travaillées d’une manière systématique.

Parmi toutes les autres dimensions ouvertes par À la gauche du droit, je voudrais insister sur l’une d’entre elles, qui me paraît centrale même si elle n’est pas toujours indiquée en tant que telle : c’est la question de l’articulation entre l’engagement pour le collectif et la réponse militante aux demandes individuelles. Cet enjeu est décisif tout à la fois pour le droit et pour la politique, et c’est la raison pour laquelle il est présent dans l’ensemble de l’ouvrage. L’autrice analyse ainsi le travail de production soit d’un collectif, d’une cause collective, ou encore de catégories juridiques à visée collective. C’est bien l’un des aspects centraux de l’analyse des rapports entre droit et politique que de montrer, comme le fait Liora Israël, que cette dialectique semble fonctionner de manière homologue pour ces deux espaces. La politisation est ainsi souvent définie dans une perspective de transgression ou de remise en cause des espaces d’activités habituellement spécialisés3 , et plus encore de montée en généralité à partir de cas individuels. D’une manière homologue, donc, le droit est bien ce travail de transformation d’un litige en un contentieux, et éventuellement d’un arrêt singulier en une décision susceptible de « faire jurisprudence », c’est-à-dire de valoir pour un certain temps de manière générale, et donc pour d’autres cas que pour le contentieux pour lequel il a été produit. Ainsi, que ce soit les avocats dans leur plaidoirie (par exemple dans les procès liés à l’avortement) ou dans les consultations des boutiques du droit, ou bien les conseillers d’État, avocats ou magistrats du GISTI dans leur « travail d’exégèse juridique » (p. 233) ou de création d’un « contentieux signifiant » (p. 237), il s’agit toujours de monter en généralité et de faire du droit un « outil de collectivisation [de la] lutte » (p. 239). Cette volonté systématique de produire du collectif, qui est reliée à un rejet de la figure de « l’assistante sociale », est évidemment une condition de dépassement des logiques du champ juridique dans sa version la plus classique, surtout dans le cadre d’un droit de type continental. On retrouve d’ailleurs ce même impératif catégorique qui consiste à produire du collectif dans le champ politique ou dans le monde syndical, avec les mêmes condamnations du travail d’assistance individuelle. On peut pourtant se demander si on n’a pas là une vision quelque peu scolastique, de la part de ces juristes de gauche, de l’engagement militant, face à des individus perdus, ayant besoin d’un soutien ici et maintenant et percevant précisément l’engagement comme une aide qui leur est d’abord apportée individuellement.

L’ouvrage mériterait de bien plus amples développements car il constitue un point d’étape important dans la recherche de l’autrice, mais aussi plus largement dans l’analyse des rapports entre droit et politique dans la France de la deuxième partie du 20e siècle, et enfin dans les usages, à la fois précis, éclairants et parcimonieux de la littérature américaine très profuse sur ces questions. C’est enfin un ouvrage à lire pour qui veut mieux comprendre les mouvements sociaux de la France de l’après 68, cette période qui nous paraît aujourd’hui paradoxalement tellement étrangère.

 

  1. Edward P. Thompson, La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, Paris : La Découverte, 2014. []
  2. Jean-Phlippe Tonneau, « Avocat en droit social : militer et défendre ? », La nouvelle revue du travail, (17), 2020. []
  3. Jacques Lagroye « Les processus de politisation », in Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003, p. 359-372 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search