Critique de la gouvernance. Une nouvelle morale politique ? / Gaudin Jean-Pierre

gaudinGaudin Jean-Pierre, Critique de la gouvernance. Une nouvelle morale politique ?, La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube, 2014, 189 p.

Compte rendu par Vincent Simoulin (Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir [CERTOP], Université de Toulouse 2 Jean Jaurès)

Jean-Pierre Gaudin a publié de nombreux travaux1 sur la gouvernance et fait partie des auteurs qu’on pourrait qualifier de « critiques perplexes » à propos de celle-ci. Il se distingue ainsi des « critiques radicaux », tel Jean-Gustave Padioleau2 , tout comme des promoteurs, qu’on trouvera rarement chez les universitaires. Il note la diffusion croissante de ce terme et lui concède de bien désigner une dynamique participative dans le monde et un renouvellement effectif de l’action publique. L’un des meilleurs chapitres de ce nouvel ouvrage est ainsi le premier, sur la Chine, qui décrit de façon très vivante combien le terme s’y diffuse et y permet, à la fois, un essor du pluralisme politique, une forme de contestation des autorités locales par les citoyens mais aussi, de ce fait, un contrôle de celles-ci par le pouvoir central.

L’auteur est perplexe pourtant face à une diffusion qui semble insensible aux critiques qui fusent de toutes parts. Il est perplexe également face aux alternatives qu’on pourrait proposer et n’aborde qu’à la dernière page cette question, esquissant en quelques lignes un programme basé sur la restauration de la règle générale et des principes d’ensemble, une remise au premier plan des délibérations politiques et une recomposition des partis politiques. Le caractère si tardif et si général des propositions s’explique, en partie, par le bilan désenchanté que trace l’ouvrage des forums alternatifs, du mouvement des « Indignés » et des tentatives européennes d’instaurer une dynamique citoyenne. Les difficultés à créer une véritable gouvernance polycentrique, à laquelle participeraient les parlements nationaux et les assemblées locales, à innover réellement et à connaître le succès en matière de participation, sont clairement décrites.

Autant dire que, comme le titre de l’ouvrage l’indique, la face critique l’emporte. Tout d’abord, si la gouvernance a pour force de combiner la participation citoyenne et la concurrence du marché, aucune de ces deux faces ne servant seulement de paravent à l’autre, cette confusion est aussi sa faiblesse aux yeux de Jean-Pierre Gaudin. Surtout, il ne semble guère y avoir équilibre entre participation et concurrence. Le chapitre sur la gouvernance comme « Mr Hyde concurrentiel » analyse avec acuité la façon dont l’efficacité est rabattue sur l’efficience. Toute la fin de l’ouvrage approfondit cette critique, d’une part, en décrivant le désenchantement du volontarisme politique et citoyen par la mise en avant de l’efficience et, d’autre part, la façon dont le terme d’acceptabilité est passé du domaine technique au domaine social. La gouvernance participative est alors décrite comme un mode d’identification et de prévention des éventuelles oppositions futures et un outil pour calculer une « tolérance sociale ».

L’ouvrage nourrira le débat par l’ensemble de ces éléments mais aussi par son socle théorique, notamment le second chapitre, sur les « inventeurs de la gouvernance ». Si la présentation des ouvrages de Rosenau et Czempiel3, Fukuyama4, Huntington5, Kooiman6 ou March et Olsen7  n’est pas critiquable en soi, elle correspond à une mise en perspective qui privilégie les relations internationales, assure un rôle éminent aux universitaires et date la naissance de la gouvernance à la toute fin des années 1980, même si le rapport important de la Commission trilatérale8 en 1975 et les travaux économiques d’Oliver Williamson sont brièvement mentionnés. On peut au contraire souligner, comme nous y avons insisté9 , que l’essor de la gouvernance commence plus tôt, au milieu des années 1970, provient davantage d’usages en termes de gouvernance locale que de relations internationales et que la diffusion vient des acteurs sociaux plus que d’une « invention » par des universitaires qui furent presque toujours critiques. Ajoutons que le rôle de la Banque mondiale, si l’on apprécie de voir précisément décrite la façon dont elle a procédé et caractérisé les relais sur lesquels a reposé son action (notamment le World Bank Institute), est, à notre sens, quelque peu surestimé, justement parce que les dynamiques endogènes, pourtant manifestes dans le cas chinois, sont minorées.

 

  1. On peut notamment mentionner : « Politiques urbaines et négociations territoriales. Quelle légitimité pour les réseaux de politiques publiques ? », Revue française de science politique, 45 (1), 1995, p. 31-55 ; Pourquoi la gouvernance ?, Paris : Presses de Sciences Po, 2002. []
  2. Jean-Gustave PADIOLEAU, « La gouvernance ou comment s’en débarrasser. Stratégies de corruption », Le Banquet. Revue du CERAP, 15, 2000, p. 199-210. []
  3. James N. ROSENAU, Ernst-Otto CZEMPIEL, Governance without Government, Cambridge : Cambridge University Press, 1992. []
  4. Francis FUKUYAMA, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris : Flammarion, 1992. []
  5. Samuel P. HUNTINGTON, Le choc des civilisations, Paris : Odile Jacob, 2007. []
  6. Jan KOOIMAN, Modern Governance. New Government Society Interactions, Londres : Sage, 1993. []
  7. James MARCH, Johan P. OLSEN, Democratic Governance, New York : The Free Press, 1995. []
  8. Michel CROZIER, Samuel Phillips HUNTINGTON, Joji WATANUKI, The Crisis of Democracy, New York : New York University Press, 1975. []
  9. Vincent SIMOULIN, « La gouvernance et l’action publique : le succès d’une forme simmélienne », Droit et Société, 54, 2003, p. 307-328. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search