Humain Non-Humain | Géraldine Aïdan et Danièle Bourcier (dir.)

Géraldine Aïdan et Danielle Bourcier (dir.), Humain Non-Humain. Repenser l’intériorité du sujet de droit, Issy-Les-Moulineaux : LGDJ, coll. « Droit et Société », 2021, 228 p.

Les juristes à l’initiative de cet ouvrage sont parties de l’observation que le statut de sujet de droit était affecté à des entités de plus en plus variées et cela, quelles que soient les cultures juridiques. Alors que le droit moderne avait toujours été anthropocentré, ce statut a ensuite été étendu à des entités comme les personnes morales, puis au monde vivant (les animaux) au monde végétal (les arbres) voire minéral (le paysage) et, depuis la nouvelle robotique et l’intelligence artificielle, à des artefacts (des robots) qui interagissent avec nous dans toutes nos activités.

Le débat sur l’octroi de ce statut a d’abord été moral ou éthique : pourquoi traiterions-nous ces entités qui partagent à la fois notre évolution de Sapiens et qui sont entrées de plus en plus dans notre vie et notre environnement, comme des non-sujets ou des biens ou pire des esclaves ? Pour les anthropologues, comme Philippe Descola, il pourrait s’agir d’un nouvel animisme. Faut-il de ait aller jusqu’à assimiler des entités comme les robots à des sujets de droit ?

L’angle proposé dans cet ouvrage a été celui de l’intériorité et de la complexité. Même s’il s’est avéré difficile de parler d’intériorité proprement dite concernant les capacités sensorimotrices des plantes ou encore d’intériorité artificielle du robot, alors qu’aucune subjectivité n’y semble être présente, chaque discipline, et c’est bien là l’enjeu de cette rencontre, traite d’une certaine manière la « question intérieure » et appréhende les entités non humaines dans une spécificité qui la situe au-delà de la comparaison entre humain et non humain.

Prendre comme clé la complexité de ces entités était aussi un choix méthodologique : les systèmes complexes, depuis la cellule jusqu’aux écosystèmes naturels (la forêt) ou humains (les mégapoles) ou collectifs sont le résultat de processus d’évolution et d’adaptation.

Les questionnements juridiques posés par l’introduction de ces entités non humaines dans la sphère du droit amènent enfin à s’interroger sur les métamorphoses de la démocratie, rendent compte d’un certain nombre d’expérimentations sociales et ébauchent les contours d’une alternative politique.

Pour tenir cet objectif, l’ouvrage fait appel à des disciplines aussi éloignées que le droit, la biologie, l’intelligence artificielle, l’éthologie cognitive, la botanique, la philosophie ou la psychanalyse.

 

Sommaire

Présentation

Partie I – Psyché et robots. Penser en droit l’intériorité des robots

Chapitre 1 – Du fondement du machinique chez l’humain

Chapitre 2 – Des robots affectifs et des hommes

Chapitre 3 – Contre la transparence : la valeur du hasard pour une machine apprenante

Chapitre 4 – Un robot capable de calculer sa responsabilité
sera-t-il responsable de ses actes ?

Chapitre 5 – L’intériorité des technologies contemporaines

Chapitre 6 – Intelligence artificielle, décision humaine : Comment traiter de l’intériorité dans nos machines ?

Chapitre 7 – La spécificité du vivant

Partie II – Psyché, animaux, nature. Penser en droit l’intériorité des entités vivantes non-humaines

Chapitre 8 – L’intériorité comme question Pour une théorie du sujet de droit non-humain

Chapitre 9 – Dans le cerveau d’une abeille

Chapitre 10 – Percevoir et bouger :  quand les plantes s’animent !

Chapitre 11 – La vie végétale,  une vie « qui ne revient pas sur elle-même ». Approche phénoménologique comparée

Chapitre 12 – Une personnalité technique et des droits naturels ou Comment les animaux et les intelligences artificielles révèlent les tensions inhérentes aux conceptions du sujet de droits et de la
personne juridique

Chapitre 13 – La pensée profonde à la loupe du droit

Conclusion

 

Ont participé à cet ouvrage : 

Miguel BENASAYAG, Olivier BODEAU, Florence BURGAT, Pierre CASSOU-NOGUES, Sonia DESMOULIN-CANSELIER, Jean-Louis DESSALLES, Laurence DEVILLERS, Martin GIURFA, Alexei GRINBAUM, Béatrice ITHIER, Catherine LENNE, Bruno MOULIA, Catherine PUIGELIER

Géraldine Aïdan, est chargée de recherche au CNRS, docteure en droit public (L’invention du sujet psychique en droit, CNRS éditions, à paraître, Prix solennel de la Chancellerie des Université de Paris 2013 – André Isorée). Elle est directrice adjointe du Centre d’Études et de Recherches de Sciences Administratives et politiques (cersa, umr7106), et responsable de la thématique de recherche « droit, politique, psychisme ». Elle est membre associée au Centre d’Études des Normes Juridiques Yan Thomas (CENJ) de l’EHESS et membre du réseau GdR Sciences et Technique. Elle a coordonné le projet de recherche interdisciplinaire Lawtisme (peps, CNRS ; 2017-2019) et organise depuis 2015 avec Dominique Memmi le cycle de séminaires « corps et sciences sociales ». Ses recherches portent sur l’intériorité et toutes les questions qu’elles génèrent aujourd’hui en droit.

Danièle Bourcier est directrice de recherche au CNRS. Docteur en Droit public, elle a été boursière au College of Law (Stanford University). Elle a dirigé de nombreux travaux sur l’Intelligence artificielle, les technologies de l’information et le droit. Elle a publié ou édité plus de 25 ouvrages et de nombreux articles sur ces questions et continue d’animer le séminaire Administration électronique dans le Master Politique et Administration publique à l’Université Paris II. Elle est membre exécutif de l’association internationale Artificial Intelligence & Law (IAIAL). Elle a été membre nommée du Comité national d’éthique des sciences du CNRS (COMETS) et de la CERNA (Commission de réflexion éthique sur le numérique, Alliance allistene).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search