Libres d’obéir. Le management, du nazisme à aujourd’hui | Johann Chapoutot

Johann Chapoutot, Libres d’obéir. Le management, du nazisme à aujourd’hui, Paris : Gallimard, 2020, 176 p.

Compte rendu par Éric Pezet (Université Paris Nanterre, Paris Research in Norms Management and Law [Primal])

À partir de la biographie du général SS Reinhard Höhn, l’historien Johann Chapoutot, spécialiste de l’Allemagne nazie, établit un lien entre nazisme et histoire de la pensée en management et voit dans le IIIe Reich la matrice du management du XXe siècle. Le livre retrace cette histoire en huit courts chapitres.

Höhn adhère à la SS en 1933 et dirige un service qui étudie les différents « espaces de vie » du peuple allemand (universités, administrations, entreprises…) » (p. 79). Il est un théoricien de la communauté et écrit sur l’État et les agences publiques. Höhn a dirigé L’institut de recherche sur l’État, qui promeut une réforme de l’État. Il préconise une organisation décentralisée où les fonctionnaires prennent des initiatives mais où le pouvoir central reste fort. Pour cela, les Nazis alignent la société, l’État et le Parti sur leur idéologie. S’agissant de l’État, à partir de 1933, ils multiplient les organismes ad hoc : plan à quatre ans, commissariat du Reich pour le renforcement de la race germanique… À partir de 1942, le Führer peut « licencier tout fonctionnaire, y compris les magistrats, dont l’acte et la décision ne seraient pas conformes aux nécessités historiques et biologiques » (p. 42). S’agissant de la société, les ordonnances de février 1933, dotent la police « de pouvoirs exorbitants en matière de répression politique ».

Pour les Nazis, la communauté est le fondement du droit et l’État constitue un ensemble de communautés dirigé par un Führer.  Les membres de la communauté obéissent librement parce qu’ils savent qu’ils sont guidés par celui qui a le mieux compris la race germanique. C’est l’âge de la Menschenfurhung que Johann Chapoutot qualifie d’« âge managérial » (p. 60). Dans l’entreprise, l’adhésion des ouvriers est entretenue par une politique sociale et fiscale généreuse et par des méthodes de management inspirées des pratiques américaines recueillies depuis les années 1920 par les ingénieurs allemands dans le cadre des missions de productivité : avancement, attention porté au cadre de travail, activités de loisir … La performance est soutenue par la consommation massive de métamphétamines prescrites aux ouvriers et aux soldats (p. 65).

Après-guerre, en 1953, grâce au réseau de solidarité nazi, Höhn prend la direction de la Société allemande d’économie politique (DVG), un think tank industriel qui promeut des méthodes de management. À partir de 1956, il dirige l’école de management créée par la DVG à Bad Harzburg. Entre 1956 à 1969, Höhn forme les cadres de 2440 entreprises. On retrouve dans ses ouvrages (une quarantaine) le principe « libre d’obéir » : l’exécutant est recruté sur une « fiche de poste », qui précise ses devoirs, mission et compétences. Entre le chef et l’exécutant existe une « relation de collaboration » qui a pour nom la « délégation de responsabilité ». En définitive, les membres de l’entreprise sont des exécutants qui mettent en œuvre des moyens sans en connaitre la finalité.

Höhn écrit aussi trois livres d’histoire militaire qui influenceront les réflexions sur l’organisation de la Bundeswehr. Il y vante en particulier l’art de la guerre des révolutionnaires français fondé sur la motivation personnelle, l’implication et la souplesse d’exécution (p. 96). Johann Chapoutot observe que dans le système promu par Höhn « l’injonction, éminemment contradictoire, qui pesait sur l’encadrement de terrain, était d’être libre sans l’être aucunement. Le corollaire en était, pour l’officier et le sous-officier de terrain, une responsabilité totale, absolue, alors qu’il n’avait décidé de rien » (p. 103).

Pour Johann Chapoutot, le management c’est l’organisation du travail de l’atelier et de l’armée, c’est « une réflexion sur les structures de travail, l’attribution des tâches, la définition des compétences et des responsabilités » (p. 128). La Menschenführung nazie visait à le rendre efficace en faisant accroire à l’autonomie, et la doctrine de Bad Harzburg, qui en est issue, s’est accordée avec l’économie libérale. Johann Chapoutot alerte la lectrice et le lecteur en ces termes : « les Nazis apparaissent comme l’image déformée et révélatrice d’une modernité devenue folle – servie par des illusions (la « victoire finale » ou la « reprise de la croissance ») et par des mensonges (« liberté », « autonomie ») » (p. 141).

À travers le parcours de Höhn, ce livre montre la persistance de l’influence des réseaux nazis en République fédérale d’Allemagne (RFA) jusque dans la formation continue en management. En revanche, il ne nous semble pas démontrer en quoi le IIIe Reich serait la «matrice » de la théorie et de la pratique du management pour l’après‑guerre » (p. 16).

Le très peu probable apport des doctrinaires nazis au Management

L’influence doctrinale de Höhn sur le management n’est pas évidente parce que l’influence, au-delà de la RFA, d’un auteur allemand non traduit est vraisemblablement assez limitée. En réalité, les exemples donnés pour attester la créativité de Reinhard Höhn en management conduisent plutôt à s’interroger sur l’influence américaine sur la pensée du management en Allemagne.

Dans le domaine du management, les méthodes attribuées aux Nazis dans le livre sont en fait diffusées aux États-Unis dans les années 1920-1930. Les travaux de Taylor et de Fayol y sont abondamment repris et discutés, les méthodes de description des postes de travail et d’évaluation des emplois sont développées et diffusées, le lien entre bien-être au travail et productivité fait l’objet de travaux de l’école des relations humaines1 , le développement de la coopération à l’intérieur des organisations publiques et privées a été considéré dès les années 19202 , la direction par objectifs était décrite dès les années 19603 et ces travaux inspireront jusqu’aux auteurs des années 1980 comme Peter Drucker.

La diffusion des idées américaines sur le management est très importante, les ingénieurs allemands effectuent des missions de productivité aux États-Unis dans les années 1920, le « consulting » américain est répandu en Europe au même moment et, en Allemagne, la diffusion de ces savoirs est institutionnalisée4 . Après-guerre, l’influence américaine sur le management est très importante en Europe. Quand Höhn formalise ses méthodes, que ce soit sous le régime nazi ou après-guerre, il le fait dans un contexte où les idées américaines sur le management sont largement diffusées, y compris en Allemagne.

À la lecture de ce livre, ce que semble avoir en propre le régime nazi, c’est le couplage des doctrines du management avec sa propagande sur la communauté raciale, alors qu’aux États-Unis ce couplage était fait avec une pensée de la démocratie.

Les entreprises sous le régime nazi : un gouvernement managérial sous emprise

À la base du rapport entre le régime nazi et les entreprises se trouve l’emprise du parti nazi sur la population. L’endoctrinement politique est entretenu par la propagande, le contrôle policier et la surveillance par les proches (famille, collègues, voisins). Dans l’entreprise, tous les niveaux de la hiérarchie sont mis sous contrôle idéologique et policier. L’agenda de l’entreprise est ramené à l’agenda du parti : la performance est la performance du peuple conduit par son Führer.

L’affirmation selon laquelle le nazisme serait la matrice du management contemporain est par conséquent discutable, d’abord parce que les doctrines du management ne nous paraissent pas avoir été élaborées par l’Allemagne nazie, ensuite parce que le contexte néolibéral n’est pas celui du nazisme. En revanche, l’examen de cette période montre que pour comprendre la dynamique du gouvernement managérial, il est indispensable de prendre en compte le discours politique auquel il est couplé.

Le rapprochement du management néolibéral avec le nazisme : un effet cathartique certain, une valeur explicative limitée

L’entreprise est par rapport à l’État ce que Foucault appelle une hétérotopie5 , elle a son propre agenda et ses principes de gouvernement. L’histoire du IIIe Reich montre qu’il y a entre gouvernement politique et gouvernement managérial une intertextualité qui dans ce cas a été funeste. En régime néolibéral, les entreprises ne sont pas sous l’emprise d’un parti comme ce fut le cas dans l’Allemagne nazie. C’est le marché qui investit l’entreprise et le management est couplé avec le discours de l’économie néolibérale.

Le récent procès France Télécom a rendu manifestes les conséquences de pratiques managériales déshumanisantes et, le rapprochement avec le nazisme des pratiques dévoilées a un effet cathartique parce qu’il permet de dire à quel point elles sont déshumanisantes6 . Au-delà, il importe de décrire le fonctionnement de l’intertextualité entre management et doctrine économique néolibérale. Chacune des deux pratiques de gouvernement emprunte à l’autre pour se déployer : c’est par exemple au nom de la performance du gouvernement managérial que le gouvernement politique affaiblit le droit de la représentation collective dans l’entreprise et c’est au nom de l’économie de marché néolibérale que le gouvernement managérial exige des individus une adaptabilité professionnelle qui parfois va jusqu’à la malléabilité déshumanisante. Il est essentiel de nommer les perversions du gouvernement managérial quand elles existent. Il faut vraisemblablement aussi accepter de considérer le management comme une pratique de gouvernement légitime qui dispose de règles spécifiques et en débattre ouvertement. En créant la notion de « harcèlement moral institutionnel », le jugement France Telecom7 contribue à l’étude lucide du gouvernement managérial contemporain.

  1. Elton Mayo, The Human Problems of an Industrial Civilization,The Macmillan Co, 1933.  Fritz Roethlisberger et William Dickson, « Management and the worker », Psychology Press, 1930. []
  2. Mary-Parker Follet, The New State, Hardpress Publishing, 1918, 2013 []
  3.  Douglas Murray McGregor, The Human Side of Enterprise, McGraw-Hill, 1960. []
  4. Matthias Kipping, “Consultancies, institutions and the diffusion of Taylorism in Britain, Germany and France, 1920s to 1950s”, Business History, 39(4), 1997, p.67-83. []
  5. Éric Pezet, Nelarine Cornelius, “Liberal governmentalities and the heterotopic behavior of the firm”, in Alan McKinlay, Eric Pezet (eds), Foucault and managerial governmentality. Rethinking the management of populations, organizations and individuals, Oxon: Routledge, 2017, p. 77-93 []
  6. Voir par exemple le roman de Sandra Lucbert, Personne ne sort les fusils, Paris : Seuil, 2020.  []
  7. TGI Paris, 31e ch., 2e sect., 20 déc. 2019, n° 09357090257 []

1 réponse

  1. Ewan dit :

    Une analyse brillante de cet ouvrage ! Une critique net de la thèse centrale de l’ouvrage mais, dans le même temps, la construction d’une perspective alternative pour la recherche. Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search