Pour elles toutes. Femmes contre la prison | Gwenola Ricordeau

Gwenola Ricordeau, Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Montréal : Lux, coll. « Lettres libres », 2019, 240 p.

Compte rendu par Caroline Touraut, (Direction de l’administration pénitentiaire, chercheuse associée au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales [CESDIP]).

Gwenola Ricordeau propose un essai très bien documenté et d’une écriture limpide, sur l’articulation complexe entre les luttes féministes et celles visant l’abolition du système pénal et carcéral. Comment se rencontrent, s’alimentent, se renforcent ou se contredisent les théories abolitionnistes pénales et les mouvements féministes ?

Ce livre tisse des liens riches entre approches militantes et savoirs académiques. Les différences et les tensions entre les courants de pensées sont clairement explicitées, les perspectives théoriques et les mouvements militants apparaissent bien dans leur diversité. Si les approches sont parfois présentées succinctement, les lecteurs disposent de nombreuses références pour approfondir.

L’originalité de cet essai réside dans le fait que l’auteure écrit tant à partir de ses expériences personnelles de la justice et du monde carcéral qu’à partir de travaux de recherche. C’est à ce croisement qu’elle forge ses convictions et défend une posture engagée. L’ouvrage vise à décrire, ou plus justement dénoncer, les effets du système judiciaire et pénitentiaire sur les femmes à partir d’une comparaison de trois pays (France, Etats-Unis, Canada). Il entend répondre à la question suivante : est-ce que le combat contre les violences faites aux femmes peut s’effectuer dans le cadre du système pénal ? La réponse de Gwenola Ricordeau est sans équivoque : portant un regard critique sur le fonctionnement judiciaire, elle plaide au fil des pages pour que d’autres réponses plus collectives et autonomes soient privilégiées, que nous présenterons infra.

L’ouvrage dresse le constat sans appel de rapports de dominations, discriminations, et violences auxquelles sont confrontées les femmes. Certes, toutes vivent des situations dévalorisantes, mais celles qui appartiennent aux classes sociales défavorisées, issues de minorités, comme les indigènes, ou les femmes noires sont plus concernées encore. L’analyse fait une large place aux perspectives en termes de classe et de race, qu’il aurait pu être intéressant de compléter par une approche en termes d’âge. Par ailleurs, si le travail propose une analyse comparative centrée sur trois pays, la France, les États-Unis et le Canada, le texte aurait sûrement été aussi enrichi par l’intégration de pays culturellement plus éloignés.

Les rapports des femmes à la justice sont décryptés en six chapitres. Après avoir présenté les théories de l’abolitionnisme pénal (chapitre 1), Gwenola Ricordeau affirme que le système pénal ne permet pas de les protéger quand elles sont victimes (chapitre 2) alors même qu’elles ne sont pas épargnées par la justice quand elles sont auteures d’actes illégaux (chapitre 3). Ensuite, elle montre comment les femmes aux abords des prisons éprouvent de plein fouet la peine des hommes (chapitre 4) avant de souligner les tensions entre abolitionnisme pénal et féministe, la défense de femmes passant trop souvent par un appel à de nouvelles sanctions pénales (chapitre 5). À la fin de son raisonnement, l’auteure défend l’idée d’une émancipation du traitement des violences des femmes du système pénal via le développement d’une justice collective et transformative (chapitre 6).

En effet, le chapitre 1 présente le système pénal, qui pour l’auteure échoue dans ses trois fonctions (dissuasion, rétribution et réhabilitation) et les théories abolitionnistes. Il est intéressant de lire en quoi selon l’auteure, aux États-Unis, l’abolitionnisme carcéral s’inscrit dans le prolongement de luttes contre l’esclavage.

Le second chapitre « remet en question le système pénal sous l’angle de la protection que les femmes peuvent en attendre » (p. 53). Après avoir insisté sur le caractère généralisé des violences qu’elles subissent, elle remet en cause les réponses judiciaires apportées. D’abord, estime l’auteure parce que le système pénal ne permet pas de reconnaitre une partie des violences qu’elles endurent ; ensuite parce que les hommes ne sont pas tous susceptibles d’être condamnés, et enfin parce que les effets des peines sur les auteurs participent trop souvent d’une accentuation de la violence à l’encontre des femmes. Elle déplore également la « criminalisation de l’autodéfense des femmes » (p. 76) en pointant la sévérité des jugements quand le crime qu’elles ont commis est une réponse à des violences subies. Enfin, la prise en charge pénale serait insuffisamment à leur écoute, créant ainsi des atteintes secondaires.

Le chapitre 3 porte sur « les femmes judiciarisées » et dénonce les conditions de détention des femmes qui sont particulièrement discriminées et isolées. Si les femmes sont minoritaires en prison,  il n’en reste pas moins qu’elles « sont condamnées plus sévèrement que les hommes précisément parce qu’elles ne se conforment pas aux normes de genre » (p 92). Gwenola Ricordeau souligne qu’en outre, « les formes de contrôle social que connaissent les femmes passent aussi souvent par d’autres sphères que le pénal » (p. 93).

Le chapitre suivant est centré sur une autre manière, pour les femmes, d’être confrontées à la prison, en tant que proches de détenus, cette fois. L’auteure s’appuie ici à la fois sur son travail de doctorat et sur son expérience personnelle pour rendre compte de la peine vécue par les proches de détenus, très majoritairement des femmes puisque ce sont essentiellement les sœurs, compagnes ou épouses, et mères de détenu qui assument la charge de solidarité vis-à-vis des prisonniers. Outre la dénonciation des coûts affectifs, économiques, symboliques que vivent les femmes proches d’un détenu, Gwenola Ricordeau critique l’économie générée par les services proposés aux familles (réservations des parloirs, usage de la vidéoconférence, téléphonie etc.). Enfin, elle insiste sur l’invisibilité de ces femmes dans les politiques publiques et dans les mouvements militants.

Le chapitre 5 revient sur l’articulation des mouvements militants féministes et ceux en faveur de l’abolitionnisme pénal, regrettant le désintérêt des premiers vis-à-vis des femmes confrontées à la prison, en tant que détenues ou proches de détenus. En outre, elle déplore la valorisation des sanctions pénales à l’encontre des violences vécues par les femmes qui, paradoxalement, accentuent souvent les préjudices qu’elles vivent et renforce le populisme pénal. C’est pourquoi elle prône un « abolitionnisme pénal féministe » qui désigne « les analyses et les mouvements qui se revendiquent à la fois du féminisme et de l’abolitionnisme pénal » (p. 40).

Le dernier chapitre plaide pour que les violences faites aux femmes soient prises en charge et trouvent des réponses en dehors du système pénal. Gwenola Ricordeau encourage le développement d’espaces de rencontres, des médiations et des réconciliations en valorisant la justice restaurative dite aussi « justice transformative »1 , laquelle remet en cause le caractère vengeur de la justice pénale pour valoriser et construire la médiation entre les individus et la (re)construction des liens sociaux. Elle insiste sur le fait que les femmes doivent en être les premières actrices, et encourage l’implication des femmes proches de détenus, la prise en compte de leur parole et de leur expérience. Les perspectives qui se dégagent à l’issue de cette réflexion critique menée au fil de l’ouvrage restent cependant encore à construire. Ce qui peut apparaitre pour le lecteur comme une limite est présenté par l’auteure comme participant de la démarche anarchiste dont elle se revendique : « il n’y a d’abolitionnisme qu’« inachevé ».

Émerge de cet ouvrage une réflexion sur les processus de changement qui ont été engagés et surtout qui restent à mener. Gwenola Ricordeau dresse de beaux portraits de militantes ou chercheuses qui ont œuvré pour que soient considérées autrement les violences faites aux femmes. La circulation des savoirs entre les sphères académiques et militantes apparait là nécessaire. L’auteure interroge aussi le rôle des personnes les plus dominées dans le processus d’émancipation à construire : si leur implication s’impose, elle est rendue complexe par les multiples rapports de dominations dont elles souffrent. L’ouvrage aborde également la place des médias : pourquoi et comment une affaire s’inscrit-elle dans l’actualité médiatique ? Quels peuvent être les effets d’une mise en débat publique des violences ou des condamnations subies à l’image de ce qui a été observé pour Mme Jacqueline Sauvage ? Enfin, c’est très largement la question de la place du droit comme une « arme de changement » qui est posée. L’auteure propose des réflexions critiques face aux évolutions législatives mais faut-il pour autant estimer que la construction de l’égalité par le droit est un vain combat ?

Nous ne pouvons passer sous silence un regret à la lecture de l’ouvrage, celui de l’invisibilité totale des personnels féminins qui agissent tout au long de la chaine pénale. Les points de vue des professionnelles, l’analyse de leurs discours et de leurs pratiques, de leurs propres difficultés manquent. Comment les femmes policières, les magistrates, les avocates, les surveillantes de prison participent-elles des rapports de dominations dénoncés et/ou s’efforcent de les infléchir ? Peuvent-elles, ou non, être des actrices privilégiées d’un changement dans la manière dont les violences faites aux femmes sont traitées par la justice pénale ?

Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage, de grande qualité, ouvre des réflexions riches nourries d’arguments nombreux dont les lecteurs peuvent s’emparer, parce qu’ils sont souvent très persuasifs, ou discuter quand ils ne les font pas leurs.

 

  1. L’auteure s’appuie là notamment sur l’ouvrage suivant : Ching-In Chen, Jai Dulani, Leah Lakshmi Piepzna-Samarasinha (dir.), The Revolution Starts at Home: Confronting Intimate Violence within Activist Communities, Cambridge, South End Press, 2011; ainsi que sur les nombreuses ressources publiées en ligne, par exemple par le Bay Area Transformative Justice Collective. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search