La personne transformée | Jean-Pierre Béland et Charles-Étienne Daniel (dir.)

Jean-Pierre Béland et Charles-Étienne Daniel (dir.), La personne transformée. Nouveaux enjeux éthiques et juridiques, Québec : Presses universitaires de Laval, 2019, 200 p.

Compte rendu par Anne-Blandine Caire (Centre Michel de l’Hospital, Université Clermont Auvergne)

 À l’heure actuelle, le transhumanisme nourrit une vaste littérature en sciences humaines et sociales au sein de laquelle s’inscrit cet ouvrage collectif. Une particularité frappe d’emblée : il ne porte pas sur la personne augmentée ou améliorée mais sur la personne transformée. Le choix de cette épithète n’est pas anodin : il est étranger aux jugements de valeur habituellement induits par les adjectifs mélioratifs. C’est là un gage d’objectivité appréciable.

Ces actes de colloque comportent huit chapitres consacrés aux diverses problématiques soulevées par la modification de l’être humain.

Le premier, rédigé par Georges A. Legault, porte sur la manière de définir la personne transformée. L’auteur souligne que la définition de la personne comme un « être biologique gouverné par les lois de nature » n’est plus d’actualité compte tenu du développement technologique (p. 9) puis montre que cette définition n’est jamais neutre et varie en fonction du type de discours. Alors que la morale suit une démarche substantive fondée sur « une connaissance universelle de la personne » (p. 24), le droit et l’éthique adoptent une approche attributive qui s’adapte au but recherché en termes d’énonciation de la norme ou de vivre-ensemble. Raisonnant à partir d’hypothèses de robotisation de l’humain et d’humanisation des robots, l’auteur met en évidence les solutions diamétralement opposées entre lesquelles il faudra sans doute trancher un jour : un clone pourra être tenu soit pour un réservoir d’organes soit pour une personne dotée d’une filiation particulière, tandis qu’un robot autonome pourra être considéré comme une machine ou comme une personne. Cette contribution intéressera les juristes auxquels elle permettra de dépasser les seuls critères de la personnalité juridique.

La contribution suivante, rédigée par Célia Vaz-Cerniglia et Margherita Merucci, s’intitule « La subjectivité à l’épreuve de la technologie » et aborde les aspects psychologiques de « la fascination pour les robots, les machines, les nouvelles technologies » (p. 31). Les auteurs soulignent les risques que l’emprise de ces technologies font courir. La construction de l’identité subjective de chacun est en danger : en vivant dans un monde virtuel et mécanisé où les contacts sociaux sont rares, le sujet pourrait finir par « ne désirer que ce la machine désire pour lui » (p. 36). Il en viendrait ainsi à oublier le sens de la vie et à perdre à la fois sa liberté et sa capacité de penser. Édifiant, le constat dressé permet de jeter un regard critique et salutaire sur l’envahissement de notre quotidien par des machines.

Le troisième chapitre aborde la médecine régénérative. L’auteur, Christian Byk, se penche sur la « dialectique désormais classique entre une science qui évolue et un droit qui résiste » (p. 44). À la lumière de la philosophie nietzschéenne, il s’interroge sur la toute-puissance humaine, marquée par l’évolution de la médecine qui cesse d’être seulement réparatrice et tend à améliorer les capacités des individus. Selon lui, la mutation de la personne humaine serait non seulement biologique mais également sociale. Concluant son propos par l’évocation de « l’homme médiateur d’un monde en mouvement » (p. 55), il envisage l’avènement d’un nouvel humanisme, flexible, permettant de protéger la personne humaine tout en acceptant son évolution, c’est-à-dire son éventuelle transformation par les technosciences.

Dans la quatrième contribution, Pascale Boucaud évoque le transsexualisme qui fait office de précédent en matière de modification individuelle et sert de point de départ à une réflexion plus large concernant les problèmes juridiques posés par la transformation des personnes. Dans la mesure où le changement de sexe a des répercussions juridiques sur l’identité des individus, on pourrait imaginer que d’autres modifications biotechnologiques aient également des conséquences du même ordre. Pourquoi ne pas transposer la théorie de l’apparence, qui a permis aux transsexuels d’obtenir un changement d’état civil, aux robots intelligents ? L’auteur conclut son propos sur le rôle du juge : il lui appartiendra « de trouver une fiction acceptable (…) qui réponde à la demande en neutralisant le risque de désarticulation de la société tout entière au-delà du droit lui-même » (p. 74).

Le cinquième chapitre rédigé par Marjolaine Monot-Fouletier s’intitule « Personne transformée par l’intelligence artificielle et droit de la responsabilité » et analyse l’impact qu’aurait la transformation technologique des individus sur leur responsabilité civile. Selon l’auteure, le droit de la responsabilité a certes su s’adapter aux évolutions liées à la mécanisation de la société mais « l’émergence des intelligences artificielles, autonomes et apprenantes, (…) fait franchir un nouveau palier de complexité technologique qui renouvelle potentiellement la question de la responsabilité » (p. 77). L’auteure se livre à un exercice de prospective juridique au cours duquel elle envisage successivement les possibilités offertes par le droit commun de la responsabilité et la création de régimes spéciaux. Finalement, sa démonstration s’achève sur la proposition suivante : la solidarité doit prendre le pas sur la responsabilité car, s’agissant d’un dommage impliquant une intelligence artificielle, il importe plus d’indemniser la victime que d’identifier un responsable. On s’acheminerait donc vers « une prise en charge collective du risque algorithmique/technologique » (p. 87).

Dans le sixième chapitre, Mathieu Guillermin et Mathieu Lefort prennent acte du développement considérable des outils technologiques et des transgressions qu’il génère afin d’aborder « la signification éthique des limites ». Ils s’interrogent plus précisément sur « ce qui fait qu’une limite devient problématique ou éthiquement significative » (p. 93). Ils se penchent, ce faisant, sur des aspects existentiels comme la nécessité d’augmenter l’être humain que ses limites intellectuelles et biologiques condamnent à l’obsolescence. L’apport majeur de leur réflexion est de montrer que, face à la multiplication des intelligences artificielles, les individus ne doivent pas seulement jouer les censeurs mais devenir des évaluateurs qui déterminent les choix à faire quant aux évolutions technologiques. Autrement dit, l’on ne peut se contenter de subir ou de refuser de tels bouleversements : il faut en être acteur.

« Quelle(s) forme(s) de gouvernance juridique pour l’encadrement de la robotique et de l’IA ? » Telle est la question posée par Charles-Étienne Daniel dans l’avant-dernier chapitre. D’après lui, l’enjeu principal pour les États est de parvenir à encadrer les risques générés par le développement exponentiel de la robotique et de l’intelligence artificielle car il est susceptible d’affecter l’ensemble de l’économie. Après avoir évoqué la difficile mise en œuvre du principe de précaution, il explique comment le droit dur, le droit souple et le droit mou peuvent se combiner pour fixer, tout en nuances, un cadre normatif approprié. Inédite, cette réflexion sur les textures du droit à l’aune des nouvelles technologies révèle que le système juridique dispose de plusieurs moyens pour prendre en compte l’expansion de ces dernières.

La réflexion s’achève sur un texte de Jean-Pierre Béland intitulé : « La personne transformée : comment peut-on mettre une limite ? » L’auteur tâche de répondre à la question suivante : « par quel processus d’évaluation peut-on arriver à une décision d’interdire, de freiner ou encore de favoriser la transformation humaine » (p. 148). Il se demande également quelle sorte d’évaluation (morale, juridique ou éthique) est la plus adéquate. Il raisonne alors à partir de quatre exemples concrets : l’implant de mémoire qui permet de remplacer les parties défaillantes de l’hippocampe chez certains patients souffrant de perte de mémoire, les systèmes algorithmiques d’aide à la décision qui peuvent seconder les médecins, les avocats, les banques ou encore l’armée, les implants RFID (Radio Frequency Identification Device) qui sont des puces insérées dans le corps pour permettre l’identification ou le traçage et, enfin, le robot d’assistance aux personnes âgées.

En définitive, cet ouvrage pluridisciplinaire, riche et foisonnant, vient opportunément compléter un édifice doctrinal en plein essor et éclairer certains aspects encore peu connus de la modification technologique de l’être humain. Il mérite assurément d’être lu par ceux que la question intéresse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search