Droit & Société en lutte !

Le mois de janvier 2020 s’est ouvert par une montée en puissance des réflexions et inquiétudes relatives à l’avenir de la recherche et de l’enseignement supérieur en France, de nos activités et des conditions dans lesquelles nous allons être amenés à les exercer, notamment dans le sillage du projet de loi de programmation pluriannuelle de recherche, en préparation depuis 2019. Trois groupes de travail ont remis leurs rapports, en septembre dernier à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (ESR). Ils portent respectivement sur le financement de la recherche, l’attractivité des emplois et des carrières scientifiques et la recherche partenariale et l’innovation. Les propositions avancées consacrent le mouvement déjà amorcé depuis plus de 10 ans dans l’ESR. En dépit des discours lénifiants et, disons-le, tellement biaisés qu’ils en sont devenus clairement mensongers, le constat s’impose d’une baisse de l’investissement public, du développement d’une recherche financée par contrat, de la multiplication des évaluations quantitatives, d’une précarisation de l’emploi par le recours croissant aux contractuel.les. Mieux encore, s’est mis en place dans l’enseignement supérieur et la recherche en France un système à deux vitesses qui ne dit pas son nom, que les gouvernements successifs accompagnent à bas bruit mais que chacun peut observer et que la réforme à venir rendra parfaitement évident – de sorte qu’il n’y aura plus qu’à en tirer les conséquences : quelques établissements prestigieux, parfois déjà financés à part plus ou moins égales par le public et le privé, seront reconnus comme dignes de faire de la recherche à côté de quelques enseignements quand d’autres seront faute de moyens, réduits à ne faire que de l’enseignement. En sorte qu’il deviendra impossible de parler de « la » communauté des enseignants-chercheurs… Mais certains discours sont plus décomplexés : ainsi de l’actuel Président du CNRS également coprésident d’un des groupes de travail qui a préparé le projet de loi LPPR1 lequel a récemment indiqué qu’« il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale » (Les Échos, 26 novembre 2019). On ne saurait être plus clair !

Ainsi, parmi les propositions figurent:  l’accentuation de la mise en compétition des laboratoires et des universités pour l’obtention de crédits de recherche ; le renforcement d’une recherche financée par projets reposant notamment sur des liens entre recherche et industrie, aux dépends d’une recherche plus fondamentale ; la fin de la référence aux 192 HETD2 pour les enseignant.es-chercheur.es ; la fin de la qualification ; la modulation des services sans consentement de l’intéressé.e ; la modulation du salaire en fonction des performances, etc. Nos lecteurs trouveront une analyse détaillée et recontextualisée de ces différentes propositions, réalisée par le collectif Sauvons l’Université !

Dans ce contexte, de nombreuses mobilisations fleurissent dans les universités, les laboratoires mais aussi, et de façon inédite, les revues scientifiques. Nombre d’entre elles se sont mobilisées, les unes se sont déclarées « en grève », les autres « en lutte ». Plusieurs, ont évoqué l’idée de suspendre la publication d’un ou plusieurs numéros. En ce qui concerne Droit et Société, nous n’y sommes pas favorables en raison des effets provoqués sur toute la chaîne éditoriale, au-delà du seul Comité éditorial.

Après consultation des membres de son Comité éditorial et avec leur soutien, l’équipe de la Rédaction en chef – qui comprend les deux co-rédacteurs/trices en chef ainsi que la secrétaire de rédaction et la responsable du site web a décidé d’entreprendre un certain nombre d’actions qu’elle souhaite expliciter ici.

La première consiste à déclarer la revue Droit et société « en lutte » contre les réformes en cours qui contribuent à la dégradation de la recherche, et de le manifester par l’ajout d’un bandeau sur notre site web. Sur le blog Droit et société, mais aussi via nos comptes Twitter et Facebook, nous relayerons les informations et opérations déjà menées par d’autres revues, afin de leur donner plus d’écho encore. Ainsi du dossier spécial, passionnant, sur « La recherche est un bien commun » proposé par La vie des idées  (à partir de textes publiés en 2008 et 2009 et toujours pertinents).

Outre la publication de cet Édito qui sera également intégré dans le prochain numéro papier de la revue, nous allons solliciter pour le blog mais aussi pour la revue des billets et articles de collègues spécialistes des politiques de la recherche afin de contribuer à animer la réflexion sur les réformes en cours. Vous pouvez d’ores et déjà trouver ici en accès libre l’article d’Annie Vinokur et Corine Eyraud, “Le ‘Higher Education and Research Act 2017’ : acte de décès du service public de l’enseignement supérieur en Angleterre ?” paru dans le n°98 de Droit et Société et qui permet de comprendre ce qui se joue de l’autre côté de la Manche.

Pour le dire d’un mot ou d’une formule, ce projet de réforme et la revue Droit et Société n’ont pas les mêmes valeurs. Là où dominent les idées de mise en concurrence, de rétribution de l’excellence, d’amélioration des performances des individus afin d’accroître celle du groupe – autant de médailles dont il est à peine nécessaire de souligner le revers comme leurs effets pervers –, la revue persiste à défendre la vertu des échanges intellectuels et scientifiques à travers une communauté à la fois savante et humaine, l’interdisciplinarité dans le respect des différences (laquelle suppose temps et confiance) et à penser que l’enrichissement des connaissances et de l’esprit critique nécessitent de créer des collectivités fondées sur le partage et la liberté individuelle. Sans doute ces valeurs seraient-elles également revendiquées par les promoteurs du projet actuel. Mais ce serait manquer de tout esprit critique que de laisser penser que les structures institutionnelles qui s’annoncent permettront de faire rayonner de telles valeurs avec la même force, la même énergie et le même enthousiasme dans tous les lieux qui se vivent encore aujourd’hui comme membre d’une même communauté de recherche.

 

La Rédaction en chef

  1. Loi LLPR : loi de programmation pluriannuelle de la recherche []
  2. Heures équivalent travaux dirigés []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.