Le juriste entre science et politique | Fatiha Cherfouh

Fatiha Cherfouh, Le juriste entre science et politique. La Revue générale du droit, de la législation et de la jurisprudence en France et à l’étranger (1877-1938), Issy-Les-Moulineaux : LGDJ, coll. “Bibliothèque d’histoire du droit et droit romain”, 2017, 508 p.

Compte rendu par Anne-Sophie Chambost (Université Jean Monnet, Saint-Étienne)

Soutenue à Bordeaux en 2010 et désormais accessible dans sa version publiée, la thèse de Fatiha Cherfouh traite d’une revue juridique. Cet objet, longtemps mésestimé par les juristes, est abordé ici à partir de la Revue générale du droit (désormais RgD). L’étude très précise de cette revue provinciale qui a paru entre 1877 et 1938 confirme en premier lieu que ce média est un sismographe précieux pour qui veut suivre les évolutions de la pensée juridique (perspective qui devrait être complétée, pour la doctrine contemporaine, par l’étude d’autres supports éventuellement dématérialisés tels que les blogs juridiques). Dans sa spécificité éditoriale, la revue juridique participe en effet de l’institutionnalisation du savoir et de la culture du juriste – lesquels englobent le savoir juridique stricto sensu. À partir de la revue qui lui sert d’observatoire, F. Cherfouh offre ainsi une image fine de l’état de la doctrine au tournant du XXe siècle, dont on perçoit bien, au fil des articles de la RgD, les divisions et les recompositions qui se jouent entre ses membres, à un moment spécialement riche de son histoire. Pour ce faire, la RgD n’est évidemment pas appréhendée qu’en elle-même, elle est aussi mise en situation dans l’ensemble de la production éditoriale du temps, en particulier à partir d’une comparaison avec d’autres revues contemporaines1 . En attestant du rôle joué par les revues dans la structuration des savoirs juridiques, dans la production et la circulation des idées nouvelles, la thèse souligne en quoi la RgD est partie prenante des évolutions doctrinales en cours.

Mais l’étude présente aussi – surtout – le grand mérite d’aborder la RgD comme un véritable objet ; elle appréhende la revue dans sa matérialité propre autant qu’à travers son architecture intérieure (articles, comptes rendus). Cette double approche se révèle tout à fait féconde. Supports d’expression privilégiés de la doctrine contemporaine, les revues n’ont en effet pas été considérées en tant que telles par les juristes, ou alors uniquement comme des vecteurs neutres et sans influence sur le contenu de la pensée juridique. Ce qui revient à négliger ce que produit la mise en livre d’un texte, opération sur laquelle les travaux de M. McLuhan (La galaxie Gutenberg), D.F. McKenzie (La bibliographie) ou R. Chartier (Pratiques de la lecture ; La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur) ont de longue date attiré l’attention des chercheurs. Cette absence de considération de la part des juristes est une preuve, parmi d’autres, de l’étanchéité entre le monde du droit et les terrains d’étude des autres domaines des sciences humaines et sociales ; mais les choses changent depuis quelques années, et le travail de F. Cherfouh s’inscrit dans une historiographie de plus en plus riche consacrée à l’approche matérielle de la production et de la circulation des savoirs juridiques. La publication arrive même à point nommé, alors que se développent les premiers travaux consacrés à l’édition juridique, qui traitent l’écriture juridique comme une pratique sociale (i.e. située), dont les formes matérielles sont désormais considérées comme des éléments d’analyse à part entière de la production doctrinale.

À mesure que se déploie l’analyse de la RgD, F. Cherfouh expose et justifie sa démarche, sans omettre de pointer les obstacles auxquels elle s’est trouvée confrontée. Outre l’absence d’archives pour mettre au jour le fonctionnement quotidien de la revue, la principale difficulté est de dégager la ligne éditoriale qui a fédéré l’ensemble des contributions dès lors que ne subsistent aucun des éléments qui permettraient d’identifier avec certitude les orientations du comité de rédaction (procès-verbaux des réunions du comité, archives de l’éditeur, correspondances avec les contributeurs, sollicitation d’articles ou envoi spontané …). Consciente des risques de construction a posteriori, l’auteur dégage cette ligne éditoriale à partir de faisceaux d’indices concordants, dont elle infère ce qu’ont pu être les pratiques de la RgD. Dans cette quête, la controverse scientifique est sans doute un peu négligée, alors que de nombreux travaux en ont fait un objet d’étude important en soulignant son rôle structurant dans l’organisation des savoirs scientifiques (en cristallisant les oppositions, la controverse oblige les adversaires à fixer leurs positions). Reste enfin la difficulté spécifique de l’étude d’une revue qui tient au fait que celle-ci n’est pas un bloc : elle se construit sur la diversité de ses contributeurs. F. Cherfouh n’occulte pas cette hétérogénéité avec laquelle elle compose en proposant une typologie des contributeurs, dont elle précise les apports tout en veillant à ne pas les ériger en porte-paroles de la revue ou de collègues silencieux.

Ce point est important car il noue finalement l’approche matérielle de la revue et son contenu, autrement dit ce que la thèse pose comme ayant été l’objectif de la RgD. Elle esquisse en effet la figure du juriste scientifique qui aurait été au cœur du projet éditorial, pour en éprouver ensuite l’effectivité au regard des engagements de ses contributeurs. Sauf que se manifeste ici un des paradoxes du monde juridique contemporain, pris en tension entre une aspiration scientifique (et la posture de neutralité qui y serait liée) et les objectifs politiques d’une doctrine ambitionnant d’orienter la formation et les évolutions du droit. À sa mesure, entre réformisme et conservatisme, la RgD interroge la compatibilité d’une ambition politique doctrinale avec la neutralité supposée du juriste scientifique. On nuancera en rappelant que la posture scientifique peut parfaitement s’accommoder d’une forme d’engagement, mais F. Cherfouh reconnait d’ailleurs pour finir que la revue ne permet pas d’attester d’une contagion de la scientificité dans le domaine du droit.

C’est selon nous l’intérêt majeur de cette thèse, qui intéresse en définitive autant par ce qu’elle trouve que par ce qu’elle ne trouve pas. En considérant l’histoire de la pensée juridique à partir d’une revue analysée comme un espace de rencontres et d’échanges, un observatoire et un instrument de diffusion des idées, F. Cherfouh lève le voile sur certains mythes de cette histoire ; les silences de la RgD invitent en effet à remettre en cause certaine perception des préoccupations des juristes du tournant du XXe siècle, à nuancer certains lieux communs de l’histoire de la pensée juridique pour les repenser à l’aune des réseaux dont la revue a été l’un des centres névralgiques. En sondant la part des croyances collectives qui ont animé la structuration de la doctrine, ce travail permet de reconsidérer un moment fort de l’histoire du droit et de la pensée juridique. Ce faisant, la thèse de Fatiha Cherfouh confirme admirablement l’intérêt pour les juristes de réfléchir à partir des lieux de production des savoirs, et comment l’histoire de la pensée juridique peut être renouvelée à partir des objets et méthodes qui sont ceux de la sociologie de la connaissance.

 

  1. Spécialement la Revue trimestrielle de droit civil, à laquelle la RgD est confrontée dans un intéressant pas de deux province / Paris fondé sur l’hypothèse selon laquelle le succès de périodiques tels que la RTD civ aurait contraint la RG à leur emboiter le pas dans la voie d’un certain « juridisme » qui expliquerait le relatif désintérêt pour des matières annexes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.