Les libertés académiques dans la dérive autoritaire (3/4) : Brésil

par Antonio Pele (PUC-Rio) et Bethania Assy (PUC-Rio/UERJ)

Antonio Pele est professeur associé à la Faculté de droit de l’Université catholique pontificale de Rio de Janeiro où il enseigne les “droits de l’homme” et les “théories critiques du droit”. Ses recherches portent essentiellement sur la théorie critique, la dignité humaine et l’histoire des droits de l’homme. 
Il a récemment co-organisé un livre Direitos Humanos e Neoliberalismo : Ligações Perigosas (Rio de Janeiro : Lumen Juris, 2018) . Pour en savoir plus, consultez sa page personnelle : https://www.antoniopele.com

Bethânia Assy a obtenu son doctorat en philosophie à la New School for Social Research à New York (USA). Elle est actuellement professeure agrégée de philosophie du droit à l’Université catholique pontificale de Rio de Janeiro et codirectrice de la Chaire UNESCO sur la violence, le gouvernement et la gouvernance à PUC-Rio.

Au moment même où nous entreprenions l’écriture du présent texte, Jair Bolsonaro,  le président du Brésil, ouvrait son discours aux Nations Unies en dénonçant l’idéologie du genre, le socialisme corrompu et les ONG international de droits humains qui, selon lui, cherchent à mettre en cause la souveraineté du Brésil en affirmant la protection des droits des peuples autochtones et en propageant des mensonges au sujet des incendies en Amazonie. Son discours ne s’adressait pas à une audience internationale mais bien plutôt à une audience nationale ; et plus précisément aux supporters de Bolsonaro. Ce discours illustre de manière emblématique l’humeur politique qui est celle du Brésil depuis l’élection présidentielle d’octobre 2018, que l’on peut caractériser de la manière suivante : une politique proto-fasciste dont le degré de violence est proportionnel à la brutalité qu’elle cherche à diffuser au sein de la population. La chose est particulièrement nette lorsqu’on s’attache à mesurer l’impact de cette politique sur l’éducation et la liberté de la recherche, domaines dans lesquels le pouvoir en place a déjà déployé de nombreux efforts (qui n’ont pas tous abouti) pour écraser l’opposition politique que représente le monde académique. Dans les lignes qui suivent, nous présentons l’agenda politique que le gouvernement de Jair Bolsonaro cherche à appliquer au Brésil, ainsi que les menaces qu’il représente vis-à-vis des libertés académiques.

Financement : la précarisation de l’enseignement supérieur

Au jour d’aujourd’hui, la stratégie principale de l’administration proto-fasciste de Bolsonaro a consisté à tailler des coupes sombres dans le budget destiné à l’enseignement supérieur, dans le but de fragiliser la liberté académique, de favoriser les inégalités sociales et de déclencher une forte polarisation politique. Depuis fort longtemps, les universités brésiliennes sont dépendantes du financement de diverses agences publiques de recherche afin de pouvoir développer la recherche scientifique – ce qui a d’ailleurs permis de faire du Brésil un pays phare en termes d’excellence académique. Mais en septembre 2019, le CNPq et le CAPES, les deux principales agences de la recherche brésiliennes, ont annoncé des diminutions de leur budget de près de 90% – ce qui a entraîné des conséquences dramatiques : disparition de très nombreux programmes de bourses, de contrats de recherche et de financement de projets dans tous les domaines de l’enseignement supérieur. Les étudiant-es – et notamment ceux qui proviennent des milieux sociaux plus défavorisés – ne reçoivent plus leurs bourses et devront vraisemblablement, tôt ou tard, soit trouver des financements alternatifs soit interrompre leurs études. De nombreux chercheurs ne sont plus à même de financer leurs projets en cours, et sont contraints de travailler dans des conditions précarisées. La situation actuelle n’est que rendue plus difficile par deux autres mesures radicales qui ont été récemment prises : la réduction de 30% du financement public des universités fédérales et le gel de 42% du budget du ministère de la science et de la communication.

Ces mesures affectent toutes les universités brésiliennes, publiques comme privées, qui toutes dépendent de financements publics pour pouvoir investir dans la recherche et être attractifs pour les étudiant-es via un programme de bourses sociales et de recherche. L’ensemble dessine donc une stratégie politique du gouvernement actuel qui cible l’Université et la dépeint comme un lieu réunissant des individus paresseux et improductifs qui ont, depuis trop longtemps, vécu aux crochets du reste de la société brésilienne.

Pour autant, des formes de résistance s’affirment. L’ordre des avocats du Brésil (OAB) a ainsi protesté vivement contre les coupes budgétaires dans l’éducation et a officiellement contesté ces mesures économiques devant la Cour suprême fédérale. Par ailleurs, d’importantes manifestations ont eu lieu en août dernier dans toutes les grandes villes du pays, rassemblant près de deux millions de personnes réunies pour soutenir le système éducatif. Les étudiants et les professeurs des collèges, universités et lycées ont courageusement fait front contre la précarisation de l’éducation qui est mise en œuvre au Brésil. A cela, le gouvernement Bolsonaro n’a eu pour réponse que d’initier une chasse aux sorcières, en affirmant que l’Université n’était qu’un lieu rassemblant des insurgés gauchistes.

 

Paulo Freire, le marxisme culturel et le programme « Écoles sans partis »

Pendant sa campagne présidentielle de 2018, Jair Bolsonaro avait affirmé qu’il serait nécessaire de « purger les écoles de l’idéologie de Paulo Freire » pour améliorer le système éducatif du pays. Le président et plusieurs de ses ministres et supporters continuent aujourd’hui de lire l’œuvre pédagogique de Freire comme une tentative « d’endoctrinement marxiste ». Bolsonaro prétend que son combat à lui, coulé dans les formes du programme « Ecoles sans partis » (Escola sem partido) poursuit l’objectif d’une éducation « neutre ».

Mais en quoi consiste véritablement la philosophie éducative de Paulo Freire – et comment cet auteur en est-il venu à personnifier l’ennemi que Bolsonaro et ses amis veulent combattre ? En 1963, alors qu’il était professeur de portugais (après avoir été avocat), Freire a inventé une méthode d’alphabétisation. Cette méthode, appliquée d’abord dans une petite ville rurale du nord du Brésil, s’est révélée être un succès ; prenant appui sur leurs connaissances existantes, elle permit l’alphabétisation de 300 adultes en 45 jours. Freire a donc fait de l’éducation un outil de transformation sociale, et de reconnaissance et de mobilisation des droits humains. En 1964, quelques mois après qu’ait été lancé le Plan national d’alphabétisation, la dictature militaire mettait toutefois fin au programme. Bien qu’il était fondé sur une philosophie de type humaniste, Freire fut accusé par le régime et contraint à l’exil pendant 16 années (il vécut en Bolivie, au Chili, aux Etats-Unis et en Suisse). Le succès de la méthode de Freire vient du fait qu’elle repose sur la vie quotidienne et les expériences de ceux à qui elle s’applique. En cela, elle est en effet fortement mêlée à une perspective politique, qui prend appui et fait fructifier les points de vue et conditions de vie de tous ceux (adultes ou non) auxquels elle est destinée ; elle conçoit clairement l’alphabétisation comme un facteur d’affirmation et d’autonomisation politique. Fondée sur le dialogue entre l’enseignant et l’étudiant, l’objectif principal de la méthode est de faire de celui qui apprend un agent actif. Dans son ouvrage Pédagogie des opprimés, Freire souligne le rôle de l’éducation comme acte politique de libération au travers de la « prise de conscience critique, transformative et différentielle qui émerge de l’éducation entendue comme pratique de la liberté ». Un des points centraux de la pensée de Freire, c’est la déconstruction du mythe de la neutralité de l’enseignement. Selon lui, éduquer c’est soit intégrer en vue de conformer à un système d’oppression, soit inviter à une expérience de la liberté, qui permette aux individus de prendre une distance critique vis-à-vis de la réalité qu’ils vivent et de découvrir la manière de participer à la transformation de leur monde.

Avant l’élection de Jair Bolsonaro, la pédagogie de Freire était loin d’être la norme centrale du curriculum officiel de l’éducation nationale brésilienne [Brazilian National Curriculum Base (BNCC)] – alors même que dans plusieurs autres pays, à l’instar des États-Unis, sa méthode était et demeure largement utilisée. En fait, la pédagogie de Paulo Freire ne se rencontre guère que dans les universités de pédagogie. Il est donc assez ironique de constater que l’attaque massive déclenchée par le gouvernement Bolsonaro sur cette forme de « marxisme culturel » a eu pour effet de (re)placer cette philosophie de l’enseignement dans la lumière de nombreux milieux et débats intellectuels – ce qui, en retour, a en outre généré des actions de résistance. Des associations de professeurs, du secondaire comme du supérieur, se sont ainsi constituées dans le but de protéger leur liberté académique. C’est notamment le cas de la refondation de l’association des professeurs de la PUC-Rio, qui se donne désormais pour objet de recenser les réformes et les attaques et de protéger les libertés académiques dans cette Université.

Le gouvernement actuel a donc recouru à la tristement célèbre rhétorique de la dénonciation du « marxisme culturel » et de « l’idéologie du genre » afin de fragiliser les libertés académiques des professeurs en général et des chercheurs en sciences sociales en particulier. Cette rhétorique n’est qu’un aspect de la stratégie plus vaste de mise en œuvre d’une législation visant des « Ecoles sans partis ». Parallèlement, dans le but d’identifier et de faire disparaître le socialisme, le féminisme et d’autres « idéologies » réputées gauchistes des salles de cours et des amphithéâtres, une stratégie a été mise en place pour encourager les étudiant-es à enregistrer les enseignants « endoctrinateurs » et de poster les vidéos correspondantes sur les réseaux sociaux. L’actuel ministre de l’Education, Abraham Weintraub, a explicitement indiqué que les étudiant-es ont le droit d’agir de la sorte, tandis que Carlos Bolsonaro (un des fils du président, élu municipal de la ville de Rio de Janeiro) a qualifié cette pratique d’acte de « légitime défense » des étudiant-es contre « les prédateurs idéologiques déguisés en enseignants ».

Quoi qu’il en soit, ces deux aspects de la politique de « purification » du monde de l’éducation menée par Bolsonaro sont plus fragiles qu’il n’y paraît. Les textes législatifs correspondant aux programmes « Ecoles sans partis » et à l’incitation à l’enregistrement et la diffusion de videos d’enseignants faisant de la « propagande gauchiste » ont été jugés inconstitutionnels. Ils ont donc été censurés par la justice brésilienne qui, contre toute attente, semble s’affirmer comme le garant ultime de l’État de droit au Brésil. Mais le gouvernement actuel cherche aussi à remettre en question l’autonomie des universités publiques.

 

Les menaces qui pèsent sur l’autonomie des universités

L’élection des présidents des universités fédérales brésiliennes opère généralement en trois étapes. Dans un premier temps, la communauté universitaire (enseignant-es, étudiant-es et personnel administratif) est consultée ; elle vote pour différent-es candidat-es. En second lieu, le conseil électoral dresse la liste des trois candidat-es ayant obtenu le plus grand nombre de voix. En troisième lieu, et en application de la Constitution brésilienne, le président de la République choisit dans cette liste de trois candidat-es celui (ou celle) qu’il nomme comme président de l’Université. Jusqu’à présent, une convention s’était forgée selon laquelle le président choisissait toujours celui (ou celle) des candidat-es qui avait obtenu le plus grand nombre de voix de la communauté universitaire ; il en allait du respect de l’autonomie des universités Cette convention connaît cependant aujourd’hui des bouleversements radicaux. Depuis août 2019, dans 6 des 12 élections qui ont eu lieu, Jair Bolsonaro n’a pas choisi comme candidat celui qui avait rassemblé le plus grand nombre de suffrages. Ce fut notamment le cas aux Universités de Triangulo Mineiro (UFTM), Reconcavo Baiano (UFRB), Ceara (UFC) and Fronteira Sul (UFFS). Dans 2 cas, le gouvernement Bolsonaro a même choisi de nommer comme président quelqu’un qui ne figurait même pas sur la liste des trois candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix. Ce fut le cas à l’Université de Grande Dourados (UFGD) et au Centre fédérale d’enseignement technique de Rio de Janeiro (Cefet-Rio).

Des interventions aussi directes du gouvernement brésilien dans la vie politique des universités met gravement en danger la liberté académique au Brésil. Elles ont également pour effet de placer les étudiant-es, les enseignant-es et le personnel administratif à la merci de la volonté de présidents d’Universités qui ne répondent qu’au gouvernement proto-fasciste du pays. En outre, le gouvernement a engagé un nouvel agenda réformateur profondément néo-libéral dans le domaine de l’Education.

 

Future-se

En juillet 2019, le ministre de l’Education a lancé le programme Future-se (Futurez-vous), qui est censé aboutir à une restructuration globale du financement des instituts et universités fédéraux. Le principal objectif du programme est d’inviter les institutions à adopter des modes de fonctionnement proche de ceux qui gouvernent les entreprises privées ; en particulier, il s’agit d’encourager les enseignant-es à générer leur propre « revenu », au moyen de procédures de contractualisation avec des organisations sociales et des entreprises privées. Le programme Future-se se déploie selon trois axes principaux. Celui qui mérite la plus grande attention est le premier : Management, gouvernance et entrepreunariat. Il s’agit en effet du principal point d’entrée du capital privé dans les institutions de recherche et d’enseignement. Le programme se justifie par le fait que les écoles et universités publiques doivent former des alliances avec divers fonds d’investissement (comme par exemple des fonds d’investissement immobiliers) afin de générer des profits et de devenir des environnements business-friendly.

Les experts de l’éducation hésitent sur l’impact que l’on peut réellement attendre du programme Future-se. Il apparaît comme une stratégie du gouvernement Bolsonaro de réduction de la présence de l’État dans la mise en œuvre concrète des droits sociaux (et notamment, du droit à l’éducation), et de transformation de l’éducation en une commodité via l’association de corporations financières. De fait, depuis avril 2019, on a déjà assisté à un bond de 70% dans les agréments délivrés aux universités privées. Certes, le gouvernement insiste sur le fait que l’adhésion au programme est volontaire ; mais il est clair que si elles décident de ne pas y prendre part, les écoles et universités publiques encourent le risque de profonds handicaps budgétaires. Elles continueraient en effet alors à ne reposer que sur les ressources publiques mais, comme nous l’avons expliqué préalablement, celles-ci sont clairement en baisse significative. En outre, il faut garder à l’esprit le fait qu’au Brésil, ce sont près de 45 millions de personnes qui étudient dans le système public pour prendre la mesure des enjeux. Reste à voir comment la situation évoluera ; à ce jour, nombreuses sont encore les universités à ne pas avoir adhéré au programme Future-se et qui ont, bien plutôt, engagé un mouvement de résistance contre cette politique néolibérale et autoritaire.

Par-delà ces considérations strictement financières, le programme Future-se constitue une menace vis-à-vis de l’idée même de l’éducation comme droit social. La logique profonde de ce type de programme est en effet une logique qui postule la rationalité de l’efficience économique. En cela, elle va à l’encontre de la qualité de l’enseignement supérieur et des libertés académiques, dans la mesure où elle impose que l’enseignement comme la recherche soient, en dernier ressort, mues par une logique économique et néolibérale. Future-se cible en outre les sciences humaines et sociales tout particulièrement, car elles sont typiquement perçues comme n’étant pas rentables. Dans ce contexte, le silence gardé par de nombreux chercheurs est surprenant. D’un côté, comme nous l’avons expliqué plus haut, il y a des manifestations et des formes populaires de résistance contre les attaques de Bolsonaro vis-à-vis de l’éducation. Mais d’un autre côté, il faut reconnaître qu’en termes de publications et manifestations scientifiques, peu de chercheurs s’exposent personnellement contre les politiques menées.

 

Le harcèlement académique

C’est donc un aspect frappant de l’efficacité des menaces actuelles sur les libertés académiques au Brésil que l’absence relative de débats académiques portant précisément sur les politiques de Bolsonaro. Ceci ne signifie naturellement pas qu’il n’y a aucune manifestation scientifique ou publication critique du gouvernement Bolsonaro ; mais elles n’ont pas, jusqu’à présent, été très nombreuses. Une recherche menée sur le moteur de recherche Google Scholar recense approximativement seulement 35 articles scientifiques publiés en portugais depuis 2018 qui critiquent explicitement le gouvernement Bolsonaro. De même, il y a peu de conférences et séminaires consacrés à ce thème. Il serait facile d’expliquer ce phénomène par référence à une forme de léthargie ou d’apathie des chercheurs brésiliens dans le champ des sciences humaines et sociales. Mais ce n’est pas le cas. Les universitaires brésiliens ont parfaitement conscience du danger que représente le gouvernement Bolsonaro. Ce danger se manifeste d’ailleurs parfois par rien moins que des menaces de mort aux effets tragiques. Plusieurs universitaires, à l’instar de Jean Wyllys, Márcia Tiburi et Débora Diniz ont ainsi été contraints de quitter le pays. Et ces exemples ne doivent pas obscurcir le fait qu’un bien plus grand nombre de professeurs et enseignants à travers le pays se sentent eux aussi menacés sans pour autant avoir les ressources nécessaires pour fuir en endroit sûr (via des programmes postdoctoraux ou de mobilité internationale). Les menaces de morts qui ciblent les universitaires émanent probablement de la « milice » – un euphémisme pour désigner l’organisation de type mafieux qui travaille aujourd’hui dans l’État brésilien profond. La milice a développé son pouvoir dans les favelas en assurant protection aux habitants contre les trafiquants de drogue, et a corrompu de vastes secteurs de l’administration. Elle implique des hommes politiques, des officiers de police et des militaires. Des sources fiables, comme le journaliste Glenn Greenwald du New York Times, ont ainsi établi que la famille Bolsonaro était étroitement liée à la milice – qu’il qualifie par ailleurs de « gang paramilitaire » largement responsable du très haut niveau général de violence du pays1 . C’est dans ce contexte spécifique qu’il faut lire l’impression de silence des universitaires sur les politiques menées par Bolsonaro ; il est certainement façonné par l’impératif de prudence et la crainte du harcèlement voire de représailles qui pourraient aller jusqu’à menacer leur intégrité même. D’où la possibilité d’une auto-censure universitaire hic et nunc, qui ne saurait être assimilée à une passivité politique générale. De fait, tout comme les étudiant-es, les universitaires brésiliens s’engagent -fût-ce en dehors voire au-delà des formes traditionnelles de l’expression académique. Différentes formes d’action et de résistance apparaissent.

En dépit du grave recul du programme mis en œuvre par Bolsonaro, on trouve des exemples indiscutables de formes de résistance des institutions et de la société civile. D’un côté, on peut encore s’appuyer sur l’autorité de la Constitution et des structures institutionnelles qu’elle met en place et qui, pour l’heure, ont été préservées. Même si la Cour suprême brésilienne a donné son feu vert à des mesures politiques et judiciaires controversées telles que la destitution de Dilma et l’opération anti-corruption Lava Jato, elle semble se positionner aujourd’hui pour la défense de l’état de droit au Brésil.

D’un autre côté, on peut toujours espérer que la population, dont des générations entières ont plus récemment été éduquées, en viendra à s’organiser pour défendre les libertés académiques et d’autres libertés. Il faut souligner qu’au cours des 14 dernières années, de nombreux programmes gouvernementaux tels que le programme Prouni (le programme Université pour tous) a mené des générations entières d’élèves et étudiant-es de milieux modestes et pauvres (et qui avaient longtemps été maintenus en dehors du système public d’enseignement) sur les bancs des universités aux quatre coins de la nation. La configuration est aujourd’hui de ce point de vue radicalement nouvelle ; et il en a résulté des liens renforcés entre les mouvements sociaux et les mouvements de la jeunesse (émanant du lycée comme de tous les niveaux universitaires). Ceci a considérablement renforcé la capacité de l’Université à entrer en résistance. Il faut donc espérer que la légitimité de certaines institutions politiques et une nouvelle génération de jeunes citoyens pourront contenir la furie de Bolsonaro.

 

 

  1. https://theintercept.com/2019/03/18/jair-bolsonaro-family-militias-gangs-brazil/ Accessed: 30/09/19 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.