Le maintien de l’ordre français mis à l’épreuve par les gilets jaunes ?

par Aurélien Restelli (Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales [CESDIP], Université Versailles Saint-Quentin en-Yvelines)

Photo : Patrice Calatay, Gilets jeuanes, 06/04/2019

Le maintien de l’ordre français1 a été doublement éprouvé depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes il y a cinq mois. Ce dernier, parti de revendications contre la hausse du prix des carburants et pour la défense du pouvoir d’achat, a vu des manifestations hebdomadaires, les « Actes », succéder à des occupations de ronds-points ou d’axes routiers. Organisés en-dehors des instances traditionnelles de mobilisation politique – syndicats et partis politiques –, les Gilets Jaunes, comme d’autres groupes manifestants avant eux, ont à plusieurs reprises ciblé des symboles nationaux et des lieux de pouvoir (Champs-Élysées, palais de l’Élysée, ministères, préfectures), et se sont donc confrontés aux forces de l’ordre. Dans la réponse qu’elles doivent apporter aux débordements du mouvement, celles-ci sont soumises à une injonction contradictoire2 .

D’une part, il leur est reproché de ne pas réussir à prévenir les violences et à contenir les troubles à l’ordre public : les tags sur l’Arc de Triomphe le 1er décembre 2018 ou le pillage des commerces sur les Champs-Élysées le 16 mars 2019 ont ainsi durablement marqué les esprits. D’autre part, le maintien de l’ordre est accusé d’être mis en œuvre trop brutalement par certains membres des forces de l’ordre et d’incarner une répression du mouvement trop sévère. Le nombre de personnes blessées ou mutilées par les armes de la police ou de la gendarmerie s’élève déjà à plusieurs centaines selon le décompte de journalistes indépendants ou de collectifs militants. Pour être précis et circonstancié, on peut d’ailleurs citer le bilan suivant établi à ce jour : une personne tuée, cinq personnes mutilées et vingt-quatre personnes éborgnées3 . Et ces chiffres sont sans commune mesure avec les mouvements sociaux récents. À titre de comparaison, lors de la mobilisation contre la loi El-Khomri au printemps 2016, deux personnes « seulement » avaient été éborgnées. Indéniablement, le niveau de violence en manifestation n’a jamais été aussi élevé depuis très longtemps en France. Évidemment, les deux critiques adressées aux forces de l’ordre ne sont pas portées par les mêmes acteurs ou dans les mêmes arènes ; toujours est-il que la gestion policière des foules protestataires est soumise à une critique quasi constante depuis le mois de novembre 2018. En somme, l’action des forces de l’ordre vis-à-vis de la foule serait trop dure, mais également inefficace pour neutraliser les manifestants les plus radicaux.

Dans les compte-rendus qui sont faits de ces critiques, on insiste souvent sur le caractère fondamentalement inédit des défis auxquels doivent faire face les policiers et les gendarmes : on parle ainsi de crise de la doctrine du maintien de l’ordre à la française dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Pour autant, on peut sans doute suivre les recommandations épistémologiques de Michel Dobry4 lorsqu’il invite à étudier les crises politiques à partir d’une « hypothèse de continuité ». Autrement dit, il s’agit de considérer qu’il n’existe pas de rupture nette entre les moments de crise et les moments de routine en matière de facteurs explicatifs. Sans forcément tomber dans le relativisme, cela peut conduire à se demander si les dysfonctionnements du maintien de l’ordre identifiés durant le mouvement des Gilets Jaunes ne peuvent pas être replacés dans une perspective de moyen, voire de long terme. En procédant ainsi, on peut se rendre compte que l’incertitude qui plane sur l’efficacité des dispositifs de maintien de l’ordre, si elle est particulièrement exacerbée ces derniers temps, n’a rien de vraiment neuf. En effet, on a pu observer au cours des vingt dernières années différentes séquences au cours desquelles le maintien de l’ordre avait déjà été mis sérieusement à l’épreuve : des émeutes en banlieue en 2005 à l’évacuation de la Zone À Défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes début 2018, en passant par le rassemblement contre le sommet de l’OTAN à Strasbourg en 2009 et les manifestations contre la loi El-Khomri au printemps 2016, différents événements ont profondément marqué l’histoire récente du maintien de l’ordre en France.

De plus, à bien y regarder, les défis posés par la contestation portée par les Gilets Jaunes avaient déjà été plutôt bien identifiés et décrits dans le rapport parlementaire sur le maintien de l’ordre publié au printemps 20155 . Commandé et rédigé dans un contexte très différent (suite à la mort du militant écologiste Rémi Fraisse sur la ZAD de Sivens), ce rapport avait pour ambition de proposer une réflexion sur les changements récents en matière d’ordre public, ainsi que des préconisations pour adapter la doctrine et les méthodes à ces derniers. Entre autres, le rapport faisait porter l’accent sur : les difficultés rencontrées par les autorités publiques pour identifier les organisateurs de manifestations et maintenir un dialogue avec eux ; le manque de réserves en effectifs au sein des unités spécialisées dans le maintien de l’ordre (CRS et gendarmes mobiles), qui contraint les autorités publiques à faire appel à des unités non spécialisées ; le manque de formation de certains acteurs amenés à prendre part aux opérations de maintien de l’ordre (membres du corps préfectoral et unités non spécialisées en maintien de l’ordre) ; le rôle joué par les prises d’images par les journalistes de terrain dans la critique faite aux forces de l’ordre à l’issue d’une opération de police des foules ; les risques pour l’intégrité physique des manifestants liés à l’utilisation, par les policiers et les gendarmes, d’armes comme le LBD 40 ou les grenades explosives… Autant d’éléments qui ont également pu être pointés du doigt pour expliquer les polémiques autour de l’action des forces de l’ordre pour encadrer et réprimer le mouvement des Gilets Jaunes. En somme, les problématiques étaient déjà identifiées et les manifestations et les rassemblements de ces derniers mois n’auraient fait que les exemplifier de manière spectaculaire.

 

Est-ce à dire que rien de nouveau n’est intervenu avec les Gilets Jaunes ? Loin de là tant le mouvement des Gilets Jaunes pose un défi triplement inédit aux forces de l’ordre. Tout d’abord, la longévité du mouvement est remarquable : après plus de cinq mois, et même si les occupations quotidiennes de ronds-points se sont faites beaucoup plus rares, des manifestants continuent de se rassembler tous les samedis. Ensuite, chaque semaine, des rassemblements sont organisés dans de très nombreuses villes : toutes les régions du territoire métropolitain sont concernées et les forces de l’ordre doivent donc se disperser en de très nombreux points. La conjonction de ces deux éléments fait que la fatigue commence à se faire sentir chez les policiers et les gendarmes, les témoignages de lassitude et d’épuisement sont nombreux, et la grogne chez les forces de l’ordre pourrait prendre de l’ampleur dans les semaines à venir6 . Enfin, c’est sans doute la première fois que les policiers et les gendarmes ont autant de difficultés à opérer un tri « entre manifestants pacifiques et manifestants recherchant l’affrontement7 ». Confrontés à un public n’ayant pas une très grande culture de la manifestation – les quelques enquêtes menées sur les Gilets Jaunes pour l’instant semblent indiquer que beaucoup parmi ceux-ci sont des primo-manifestants – et disposant de moyens techniques (les gaz lacrymogènes par exemple) ou de méthodes (la charge ou la nasse) susceptibles d’atteindre tous ceux qui se trouvent face à eux, ils se retrouvent alors incapables d’apporter une réponse répressive adaptée à chaque manifestant. Comme le mouvement des Gilets Jaunes, par sa composition sociologique8 , tranche avec la très grande majorité des mouvements sociaux qui l’ont précédé, les catégories policières n’opèrent plus aussi efficacement que par le passé, et ne permettent peut-être pas une action policière perçue comme juste9 .

La conséquence, quand les forces de l’ordre ont du mal à différencier les publics qui se trouvent en face d’elles, est que leurs interventions peuvent créer les troubles ou les débordements qu’elles sont justement censées contenir. Et ainsi, une foule initialement pacifique peut ne plus l’être du tout au bout de quelques heures ou d’un week-end à l’autre. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si des mots d’ordre contre la répression et l’action policière se sont ajoutées aux revendications sociales des premières semaines. Cette difficulté à apprécier la foule manifestante peut en partie s’expliquer par le retard pris, ces dernières années, par les forces de l’ordre françaises dans l’acquisition de connaissances théoriques et pratiques sur la foule par rapport à ses voisins européens10 .

 

Les forces de l’ordre se sont néanmoins adaptées tout au long du mouvement : on peut ainsi observer un certain nombre d’innovations depuis quelques semaines. Certaines de ses innovations n’en sont pas vraiment car elles correspondent à la réactualisation de certains outils ou dispositifs qui avaient été utilisés par le passé puis remisés pendant un certain temps. C’est notamment le cas de l’usage désormais automatique des canons lanceurs d’eau et des Brigades de Répression de l’Action Violente Motorisée (BRAV-M) à Paris. Si la préfecture de police de Paris et le Ministère de l’Intérieur s’en défendent, ces brigades font évidemment penser aux « voltigeurs » responsables de la mort de Malik Oussekine en 1986. L’emploi d’unités à moto pour le maintien de l’ordre n’avait plus été observé à Paris depuis ce drame. En ce qui concerne les canons lanceurs d’eau, ils avaient également été mis de côté depuis le début des années 1990 et la polémique concernant son utilisation contre un cortège d’infirmières lors d’une manifestation en octobre 1991. Réintroduits petit à petit lors des mouvements sociaux de 2006, de 2016 puis de 2018, les canons lanceurs d’eau font à nouveau pleinement partie des moyens mis à la disposition des forces de l’ordre. Dans les deux cas, il semble que les difficultés rencontrées par les forces de l’ordre pour encadrer les cortèges de Gilets Jaunes ont conduit au (re-)franchissement de certaines barrières professionnelles assez anciennes.

Par ailleurs, d’autres éléments constituent des ruptures plus nettes par rapport à la doctrine de maintien de l’ordre classique. C’est le cas de l’interdiction quasi-systématique des manifestations dans certains centre-villes les samedis (à Rennes, Lyon, Toulouse ou Rouen notamment) ou, en particulier pour les unités en civil, de l’injonction répétée à aller au contact pour interpeller des manifestants. Si ces différents éléments ne sont pas tous fondamentalement nouveaux, c’est leur systématisation et leur publicisation par les autorités administratives qui sont à souligner. Qu’il s’agisse du Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, de son Secrétaire d’État Laurent Nunez ou du nouveau Préfet de police de Paris Didier Lallement, les responsables politiques ou administratifs n’hésitent ainsi pas à mettre en avant leurs trouvailles tactiques et à laisser entendre que les consignes données aux forces de l’ordre ces dernières semaines ne sont pas les mêmes que d’habitude. Les termes employés (« autonomie », « réactivité », « tactique du frottement », « percuter », etc) indiquent bien que, si le contact et la mobilité ne constituent pas encore les seuls principes guidant le maintien de l’ordre aujourd’hui, ils sont tout de même éminemment valorisés.

A priori, on pourrait penser à une inflexion de la doctrine française du maintien de l’ordre puisque les piliers qui la constituaient jusque là – maintien à distance, proportionnalité de la riposte, emploi prioritaire des unités spécialisées, fort encadrement hiérarchique11 – semblent avoir été remis en question lors de la séquence des Gilets Jaunes. Deux remarques peuvent pourtant être faites quant à cette analyse. La première invite à aller écouter les acteurs concernés pour savoir comment ils voient les choses sur les terrains : lorsqu’on a l’occasion de discuter avec des CRS ou des gendarmes mobiles, on peut alors se rendre compte que les changements sont difficilement perceptibles de leur point de vue et qu’ils ont tendance à insister sur les permanences. Les mots qui reviennent les plus souvent dans leurs bouches sont ainsi : « on a toujours fait comme ça », « on sait faire12 », etc. S’il y a des ratés sur le terrain, ce n’est pas parce que la doctrine est obsolète, mais simplement que les donneurs d’ordre se sont trompés. Deuxièmement, les dispositifs innovants introduits lors du mouvement des Gilets Jaunes, par certains aspects, se rapprochent d’un empilement hétéroclite de technique nouvelles sans grande cohérence. Le maintien de l’ordre étant aussi un spectacle qu’on présente aux journalistes et à l’opinion publique, les décideurs politiques ont tout intérêt à multiplier les annonces – même peu suivies d’effet – pour se montrer à la hauteur des enjeux. On peut ainsi analyser la volonté manifeste des autorités d’interpeller et de présenter à la justice un maximum de manifestants – quand bien même presque 50% des gardes à vue aboutissent à un classement sans suite ou à un rappel à la loi – ou le recours aux brigades motorisées dont la valeur ajoutée apparaît bien difficile à mesurer13 .
Finalement, pour véritablement savoir si les Gilets Jaunes ont fait subir des transformations au maintien de l’ordre français, il faudra attendre de voir si les changements intervenus depuis quelques semaines perdurent. On ne peut pas, en effet, parler de doctrine s’il n’y a pas théorisation, transmission et répétition. Se pose donc la question de la reproduction des nouveautés apparues au cours des derniers mois sur le long terme, et partout sur le territoire français. Le contre-sommet organisé à Biarritz en même temps que le G7 à la fin du mois d’août devrait déjà donner quelques indications.

  1. On unifiera sous cette expression l’ensemble des actions effectuées, sur le territoire français, par des unités de police ou de gendarmerie pour prévenir et réprimer les troubles à l’ordre public lors de rassemblement dans l’espace public. []
  2. Il convient de préciser que le mouvement des Gilets Jaunes ayant pris des formes très diverses, il est compliqué de tirer des conclusions générales : si l’attention s’est concentrée sur les manifestations à Paris, il faut garder à l’esprit que nombre d’opérations de maintien de l’ordre ont consisté en l’évacuation de ronds-points en milieu rural ou en l’encadrement de rassemblements pacifiques dans des villes moyennes. Ceci dit, on se concentrera tout de même sur les premières dans ce texte. []
  3. Selon le recensement des blessés effectué par le journaliste indépendant David Dufresne, en collaboration avec Mediapart : https://www.mediapart.fr/studio/panoramique/allo-place-beauvau-cest-pour-un-bilan (page consultée le 13/05/2019). Il faudrait préciser que ces blessés ne sont pas tous des manifestants, mais parfois aussi des journalistes ou de simples passants. []
  4. Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations intersectorielles, Paris : Presses de Sciences Po, 2009 (1986) []
  5. Rapport au Parlement n°2794, Noël Mamère et Pascal Popelin, 21 mai 2015. []
  6. Le 25 avril, près des trois-quarts de la CRS 51 étaient en arrêt de travail alors qu’elle devait assurer la sécurité des secrétaires d’État Laurent Nunez et Marlène Schiappa, en déplacement à Tours. Source : Ouest France, « ‘Exténués et en arrêt de travail, des CRS n’assurent pas la sécurité des ministres, 25/04/19. []
  7. Olivier Fillieule, Stratégies de la rue. Les manifestations en France, Paris : Presses de Sciences Po, 1997, p. 312. []
  8. Composition sociologique qui n’est vraisemblablement pas la même partout sur le territoire et qu’il faudrait pouvoir documenter par des enquêtes de terrain. []
  9. Pour une description synthétique des classifications traditionnelles des manifestants par les policiers, on peut se référer au même ouvrage d’Olivier Fillieule, Stratégies de la rue..., p. 311-328. []
  10. Sur ce point, voir l’article d’Olivier Fillieule, Gilles Descloux et Pascal Viot, « Vers un modèle européen de gestion policière des foules protestataires », Revue Française de Science Politique, 66 (2), 2016, p. 295-310. []
  11. Pour une histoire de l’élaboration de la doctrine française du maintien de l’ordre, voir Patrick Bruneteaux, Maintenir l’ordre, Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1996. []
  12. Propos recueillis lors d’entretiens avec des CRS et des gendarmes mobiles. []
  13. À moins que l’effet recherché soit uniquement d’impressionner et d’intimider les manifestants. []

1 réponse

  1. 10/07/2019

    […] les propos que nous avons pu recueillir en interrogeant des policiers (dans le cadre de mes recherches doctorales), la règle implicite qui prévaut est la suivante : les manifestations non déclarées sont […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.