Le plafond de verre et l’État | Marry, Bereni, Jacquemart, Pochic et Revillard

Catherine Marry, Laure Bereni, Alban Jacquemart, Sophie Pochic et Anne Revillard, Le plafond de verre et l’État. La construction des inégalités de genre dans la fonction publique, Paris : Armand Colin, 2017.

Compte rendu par Olivia Bui-Xuan (Université Paris-Saclay, Université d’Evry)

L’ouvrage Le plafond de verre et l’État. La construction des inégalités de genre dans la fonction publique, coécrit par Catherine Marry, Laure Bereni, Alban Jacquemart, Sophie Pochic et Anne Revillard, sociologues et politistes spécialistes des études de genre, est issu d’une étude sur « les mécanismes de fabrication des inégalités entre femmes et hommes au sein de la fonction publique d’Etat (…), plus spécifiquement sur ses plus hauts étages », réalisée à la demande de la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) (p. 15). Il s’appuie sur une vaste enquête reposant sur des entretiens conduits en 2011 et en 2012 auprès de 61 femmes et de 34 hommes relevant de quatre directions générales, de ministères économiques et financiers d’une part, et de ministères sociaux d’autre part (p. 18), les premiers étant moins féminisés que les seconds.

Les trois premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à la « fabrication des inégalités sexuées » dans la famille et à l’école (chap. 1), au sein des organisations (chap. 2) et dans la carrière (chap. 2 et 3), tandis que le dernier analyse la manière dont les politiques d’égalité sont perçues par les cadres interrogé-e-s.

Si, en conclusion, les auteur-e-s affirment que « La fonction publique ne tient pas toujours ses promesses d’émancipation sociale et sexuée » (p. 201), il ressort pourtant de cette étude une grande diversité des profils des haut-e-s fonctionnaires. Certes, les chercheur-e-s ne se focalisent pas sur la « très haute fonction publique », mais analysent aussi bien les cadres « dirigeant-e-s » que les « cadres supérieur-e-s » (p. 22). Il n’en demeure pas moins que la variété des trajectoires professionnelles et des origines sociales des haut-e-s fonctionnaires interpelle. Loin de l’idée reçue selon laquelle les agent-e-s travaillant dans les emplois à responsabilité des ministères seraient uniquement issu-e-s des classes sociales supérieures et proviendraient des mêmes écoles, l’ouvrage montre au contraire une diversité de profils. Le concours interne et le tour extérieur apparaissent, à ce titre, comme de puissants vecteurs de diversification.

Outre ce premier apport, l’ouvrage présente un réel intérêt, en ce qu’il analyse la haute fonction publique et les haut-e-s fonctionnaires « de l’intérieur », en révélant les rapports humains et hiérarchiques au sein des directions centrales, leurs modalités organisationnelles, notamment les différentes voies de promotion permettant d’accéder aux postes supérieurs. Ponctué par des extraits d’entretiens, le propos est vivant et agréable.

Les auteur-e-s ont également le mérite de mettre en évidence non seulement le désormais bien connu « plafond de verre », auquel les femmes se heurtent lorsqu’elles veulent progresser dans la hiérarchie administrative, mais également l’existence de « parois de verre » entre ministères, les plus prestigieux résistant à la féminisation des postes les plus élevés.

L’objectif de l’ouvrage est de démontrer que la fonction publique française « fabrique » des inégalités de genre, en mettant en évidence différents mécanismes. Ainsi, les responsables hiérarchiques des services les plus féminisés semblent moins accompagner leurs agent-e-s dans la préparation d’un concours ou une promotion interne (p. 73-74). De même, l’étude montre combien les réseaux et relations interpersonnelles – mieux entretenus par les hommes que par les femmes –, ainsi que les passages en cabinets ministériels – véritables accélérateurs de carrière mais difficilement compatibles avec une vie de famille satisfaisante – apparaissent décisifs. Sont également pointées les discriminations indirectes susceptibles d’être engendrées par des normes juridiques apparemment neutres, comme l’obligation de mobilité géographique, plus contraignante et dissuasive chez les femmes mères de famille. Ce constat est, du reste, établi depuis quelques années dans d’autres domaines, notamment s’agissant de la présidence des juridictions (voir le rapport d’activité 2012 du Conseil supérieur de la magistrature).

Sont également mis en évidence les horaires extensifs et, plus généralement, l’emprise du travail sur la vie quotidienne des cadres de la fonction publique, peu conciliables avec une vie de famille. Au titre des facteurs genrés de différenciation de carrière, il aurait pu être intéressant de distinguer davantage ce qui relève du droit de la fonction publique de ce qui procède des pratiques professionnelles, paradoxalement plus difficiles à réformer.

Au cours de l’ouvrage, on est nécessairement conduit à s’interroger sur les éléments déterminants de la sous-représentation statistique des femmes aux postes à responsabilité de la fonction publique. Est-ce le sexe, le genre, la conjugalité ou la maternité ? Les auteur-e-s avancent que « c’est moins la parentalité que la conjugalité qui est le facteur créant des asymétries de genre face à la même règle bureaucratique » (p. 90), affirmation reposant sur le constat selon lequel peu de femmes sont dans une configuration inversée de « leader de carrière », suivies par un conjoint sacrifiant la sienne – voire arrêtant de travailler. Pourtant, les différences de carrière et les difficultés rencontrées par les femmes semblent avant tout provenir de la parentalité, plus particulièrement de « la répartition du travail parental [qui] reste très déséquilibrée, même si les jeunes pères sont de plus en plus sensibles à cette question » (p. 136). L’obligation de présence au bureau à des heures tardives et la faible part accordée au télétravail ne sont en effet pas préjudiciables aux femmes en tant que telles, mais aux mères de famille qui ont intégré des contraintes genrées. Le point d’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale épanouies ne semble en effet pas se situer au même niveau pour les femmes et pour les hommes : au regard des témoignages, davantage d’hommes que de femmes considèrent avoir trouvé une conciliation satisfaisante s’ils consacrent quelques minutes à leurs enfants le soir. Il est permis de s’interroger sur la permanence de ces constats ; à ce titre, si des différences entre femmes sont évoquées (notamment p. 152), elles pourraient l’être plus clairement. Le profil de deux jeunes hommes montre cependant que les hauts fonctionnaires masculins ne relèvent pas tous du même schéma et que certains pères veulent aujourd’hui consacrer plus de temps à leur vie familiale.

En mettant l’accent sur les points communs aux femmes d’une part, aux hommes d’autre part, l’analyse peut ainsi parfois laisser entendre qu’il existe des comportements genrés parfaitement homogènes, accentués par des « privilèges masculins » (p. 95) et des « discriminations » à l’égard des femmes. On peut se demander si la diversité des cas particuliers n’entraîne pas davantage de nuances.

Un des réels intérêts de l’étude réside néanmoins dans la démonstration que les femmes sont dissuadées de choisir les ministères économiques et financiers et choisissent d’elles-mêmes les ministères sociaux où les primes sont moins importantes et les carrières moins prestigieuses. Il en suit finalement une répartition genrée des emplois (le technique aux hommes, l’humain aux femmes), reposant sur une intégration, par les futur-e-s cadres de la fonction publique, des stéréotypes de genre. Ceux-ci semblent bien ancrés, y compris chez les spécialistes des études de genre : ainsi, selon les auteur-e-s, les femmes procèdent à un « travail de dissimulation des marqueurs du féminin » et intériorisent la « norme de virilité dirigeante » (p. 174), lorsqu’elles optent pour des tenues sobres et un maquillage discret. Sur ce point, certains propos paraissent quelque peu surinterprétés : on est par exemple surpris de lire que le port de cheveux courts ou le fait de s’affirmer en réunion participe d’une « stratégie de virilisation » (p. 176) et qu’un investissement total dans sa profession soit qualifié de « rapport typiquement masculin à la carrière » (p. 197).

Les développements relatifs à la réception des politiques d’égalisation des carrières entre hommes et femmes dans la haute fonction publique pourraient également être replacés dans le contexte des entretiens : ceux-ci ont été menés avant l’entrée en vigueur des textes prévoyant l’obligation de nominations équilibrées des femmes et des hommes (fixée à 20 % en 2013 et 2014, à 30 % en 2015 et 2016 puis à 40 % depuis 2017). A présent que le dispositif est effectif, il serait intéressant de prolonger cette passionnante enquête pour analyser sa réception dans la haute fonction publique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.