Le droit à l’inclusion | David M. Engle et Franck W. Munger

Cette recension est publiée en lien avec  le numéro 100 de la revue Droit et Société consacré aux Legal Consciousness Studies.

****

David M. Engle et Franck W. Munger, Le droit à l’inclusion. Droit et identité dans les récits de vie des personnes handicapées aux États-Unis, Paris : Éditions de l’EHESS, 2017, 287 p.).

Compte rendu par Jérôme Pélisse (Centre de sociologie des organisations [CSO], Sciences Po, Paris)

Rights of Inclusion est un livre de sociologie original et magistral, paru en 2003 aux États-Unis. Sa traduction en français1, en 2017, est importante pour plusieurs raisons.

Magistral, cet ouvrage l’est sur au moins trois dimensions : son objet, qui porte sur des questions de plus en plus importantes dans nos sociétés : le ou plutôt les handicaps ; sa méthode, qui repose sur des récits de vie réflexifs, qui renouvellent la question de l’identité ; et son cadre théorique, les Legal Consciousness Studies, qui ont profondément renouvelé la sociologie du droit, et dont cet ouvrage montre toute la fécondité pour étudier la place et le rôle du droit dans la vie quotidienne et la définition de soi dans une société. Importante, cette traduction l’est car il s’agit du premier ouvrage inscrit dans cette perspective d’analyse qui est mis à disposition d’un lectorat francophone. Seul un chapitre, issu de l’ouvrage emblématique de ce courant de recherche, The Commonplace of Law. Stories of Everyday Life publié par Patricia Ewick et Susan Silbey en 1998, avait été traduit jusqu’ici2 . Sa méthode biographique, en deuxième lieu, entre en résonnance avec, et mieux, renouvelle pour partie, une approche qui a été particulièrement développée dans la sociologie française, autour de l’usage des récits de vie et des biographies, des travaux pionniers de Daniel Bertaux et Jean Péneff dans les années 1970 et 1980, à ceux de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron ou de Claude Dubar3 . Son objet, enfin, coïncide avec un champ en plein développement dans les sciences sociales françaises et francophones, qui, par l’analyse des marges que constituent la situation des personnes atteintes de handicap, renouvelle de nombreuses problématiques centrales des sciences sociales, autour notamment des questions d’intégration sociale, de classification, de catégorisation, de discrimination ou d’assignation dans les domaines de l’éducation, du travail, de l’urbain, du médical et du soin, ou du genre.

De quoi s’agit-il donc dans ce livre et que souligner de cet exercice toujours difficile qu’est la traduction d’un texte de sciences sociales ? Cet ouvrage s’intéresse à l’identité, ou plutôt aux identités des personnes atteintes de handicap aux États-Unis, principalement des personnes atteintes de troubles moteurs les obligeant à se déplacer, de manière très visible, en fauteuil roulant d’une part, et des personnes atteintes de troubles d’apprentissage (learning disability), quant à eux bien souvent invisibles d’autre part. S’appuyant sur des récits de vie approfondis avec soixante personnes entre 1994 et 2000, sélectionnées parmi 180 initialement, habitant l’État de New York, les auteurs présentent  plus particulièrement huit de ces récits de vie dans l’ouvrage. Des entretiens biographiques ont été répétés à plusieurs années de distance avec ces huit individus, permettant d’inclure dans l’analyse les possibles évolutions de contexte et leurs impacts sur les identités et les rapports aux droits. . Ces matériaux et les manières dont les auteurs en rendent compte renouvellent l’étude de la mise en œuvre et les effets d’une loi, en l’occurrence l’American Disability Act (ADA), adoptée aux États-Unis en 1990. Exemplaire de l’extension du « paradigme des droits » qui marquent les sociétés développées depuis les années 1960 et 1970, en particulier aux États-Unis avec le mouvement des droits civiques, cette loi « combine l’ambition de transformer en profondeur le statut social de ces bénéficiaires désignées avec des mesures antidiscriminatoires et des aménagements importants au service de cette ambition » (p. 25). En s’appuyant sur des histoires de vie, David M. Engle et Franck W. Munger « ouvrent donc une fenêtre sur l’identité » (p. 28) et entendent étudier les effets de cette législation sur ces identités. « Le sentiment de qui l’ont est et du groupe d’appartenance dont on relève constitue un élément fondamental lorsqu’on retrace le rôle des droits dans la vie quotidienne », écrivent-ils (ibid.), avançant finalement deux thèses.

La première est que les analyses d’impact d’une législation, des modes de mobilisation du droit et des consciences du droit doivent être enrichies par l’étude des histoires de vie. Celles-ci permettent « de comprendre le degré de pertinence de la loi » à différents moments essentiels, entre l’enfance et l’entrée dans l’âge adulte, lors de l’évolution des plans de carrière et des expériences professionnelles. La capacité à surmonter les conflits et à saisir les opportunités qui se présentent, identifiée lors de ces récits de vie, est aussi marquée par ces rapports au droit et à la loi. La seconde thèse, dans le prolongement de la première, révèle la variété avec laquelle les droits peuvent prendre effet ou demeurer inactifs, loin de la seule alternative habituellement pensée entre invocation ou non du droit. « Les droits prennent effet de bien des manières, au-delà des situations relativement rares où ils sont explicitement invoqués » (p. 28), comme dans cette scène qui ouvre le livre où est relatée une conversation entre une infirmière atteinte de troubles d’apprentissage et sa supérieure. La première confronte en effet la seconde à l’opinion dévalorisante qu’elle a émise, sans pour autant faire explicitement allusion à l’ADA même si la loi était manifestement bien présente à l’esprit des deux protagonistes.

Ce livre renouvelle donc aussi bien l’analyse de la mise en œuvre des politiques publiques et des effets d’une législation, que la présence du droit dans la vie quotidienne de personnes « ordinaires », ou la manière dont il constitue un support (ou un repoussoir) pour la construction de leur identité, approchée à partir de mises en récit biographique réalisées lors d’entretiens avec des chercheurs. Bien sûr, ces personnes ne sont pas exactement « ordinaires », en ce qu’elles présentent un handicap, qui peut s’apparenter à un stigmate à gérer, visible ou non, comme l’a déjà magistralement analysé Erwing Goffman. Et c’est en ce sens que l’effet de cette loi qu’est l’ADA sur l’identité de ces personnes est particulièrement visible, sans pour autant que les deux chercheurs, comme P. Ewick et S. Silbey avant eux, n’abordent directement cette question de la place et du rôle du droit, avant du moins la fin des entretiens.

On a ici une deuxième originalité forte de l’ouvrage : sa structure construite en six chapitres s’ouvre systématiquement sur un récit de vie puis sur l’analyse qu’en proposent D. M. Engle et F. W. Munger. Entre ces deux parties présentes dans chaque chapitre est précisé un court paragraphe en italique, écrit par les personnes rencontrées, qui synthétise leur retour réflexif sur la manière dont est racontée leur biographie. L’analyse que tirent les auteurs de ces récits reconstruits est ensuite un modèle de montée en généralité, non seulement par la discussion de la littérature ou l’appui sur d’autres récits de vie que les huit particulièrement mis en avant, mais aussi par la finesse de leurs propos et la clarté de leurs résultats, qui analysent l’importance des droits dans la construction de l’identité (chapitre 1), les manières dont les effets du droit peuvent être réinterprétés en fonction des événements biographiques (chapitre 2), l’importance du travail (chapitre 3), des contextes sociaux (chapitre 5) ou du genre (chapitre 6) sur la construction de ces identités et de la place et du rôle qu’y joue le droit, et plus particulièrement l’ADA. Bref, il faut lire cet ouvrage dès lors qu’on étudie la question du handicap, qu’on s’interroge sur les effets d’une loi sur la vie quotidienne des personnes à qui ou vers qui elle est destinée, ou qu’on souhaite réfléchir sur le récit de vie et la méthode biographique pour analyser des transformations sociales dans nos sociétés. Et ce qu’apporte la traduction menée par Yohann Aucante, c’est qu’on peut le lire désormais en anglais ou en français, ce qui est essentiel pour contribuer à la diffusion de cet ouvrage, répétons-le, original et magistral.

Un mot donc, pour finir, sur cet exercice qu’est la traduction, qui s’est avérée particulièrement difficile dans ce cas, comme l’évoquent à mots couverts les auteurs de la préface. Initiée par le programme « Handicaps et société » de l’EHESS et sa rencontre avec une chercheuse particulièrement au fait des renouveaux de la sociologie du droit américaine (Liora Israël), préfacée par une autre spécialisée sur ces questions de handicap, de genre et de droit (Anne Revillard), la traduction a été longue et a nécessité de nombreuses reprises et relectures. Les traducteurs ont affronté à ce propos des difficultés particulières, non seulement parce que traduire du droit n’a rien de simple quand on passe d’univers de common law à un univers de droit civil (ne serait-ce que pour traduire le terme law), en particulier quand la perspective est constructiviste et insiste sur la dimension culturelle du droit, comme celle des Legal Consciousness Studies ; mais aussi de par l’objet handicap. Le terme même, qui vient d’ailleurs de l’anglais comme le notent Y. Aucante et A. Revillard dans leur préface, est en effet devenu tabou en langue anglaise qui lui a substitué le terme de disability et les enjeux de traduction ne sont pas minces non plus dans ce domaine. Enfin, traduire des extraits d’entretien et mises en récits biographiques prononcés par les personnes elles-mêmes, avec leur niveau de langage qui n’est pas forcément celui des chercheurs, a constitué une dernière difficulté pour les traducteurs.

Malgré ces difficultés, quelques critiques doivent être émises. Ainsi, la traduction du titre, dont la mise au singulier (de Rights of Inclusion à Le droit à l’inclusion) n’est pas justifiée. Plus gênant, la typologie de P. Ewick et S. Silbey, pourtant centrale pour un ouvrage s’inscrivant explicitement dans les Legal Consciousness Studies, n’est manifestement pas connue, puisqu’elle est traduite sans reprendre les termes déjà employés par les premiers importateurs. Le type « before the law » est ainsi traduit par « avant la loi » (p. 31), comme si aucun travail ni discussion n’avait été menée auparavant sur cette typologie, alors que dans l’article déjà cité de L. Israël et J. Pélisse dès 2004 il est expliqué pourquoi avait été préféré l’expression « face au droit ». Loin d’être une simple coquille, cette erreur induit aussi un glissement de sens problématique, tant il est difficile de comprendre ce que signifierait en réalité « avant le droit ». En outre cela induit une rupture, qui n’apparaît pas justifiée scientifiquement, dans la réception de ce courant de recherche. Pour autant, et pour finir, cette traduction donne un accès plus aisé à un ouvrage important, aussi bien pour les études sur le handicap, pour l’usage des biographies en sciences sociales, que pour la sociologie du droit et ses problématiques en termes d’effets d’une législation ou de rôle du droit dans l’identité et la vie quotidienne des personnes. On ne peut donc qu’en recommander la lecture suggestive, en français et pas uniquement en anglais.

  1. Cette traduction a été réalisée par Yohann Aucante et Thomas Cayet, avec la collaboration d’Olivier Ruchet et une préface de Yohann Aucante et Anne Revillard.  []
  2. Ce chapitre a été traduit deux fois : dans la revue Droit et culture en 1998, à la diffusion alors très limitée et dans la revue Terrains et travaux en 2004. Voir la présentation de cette traduction par L. Israël et J. Pélisse,  « Quelques éléments sur les conditions d’une « importation » (Note liminaire à la traduction du texte de S. Silbey et P. Ewick) », Terrains & travaux, 2004/1 (n° 6), p. 101-111.  []
  3. On ne citera ici que l’ouvrage récent et posthume de ce dernier : Claude Dubar et Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie, Paris : La Découverte, coll. « Repères », 2017, 128 p.  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.