Faire parler le Parlement / De Galembert Claire, Rozenberg Olivier et Vigour Cécile (dir.)

parlementDe Galembert Claire, Rozenberg Olivier et Vigour Cécile (dir.), Faire parler le parlement. Méthodes et enjeux des débats parlementaires pour les sciences sociales, Paris : LGDJ-Lextenso éditions, coll. « Droit et Société. Recherches et travaux », 2014, 378 p.

Compte rendu par Benjamin Morel (Institut des Sciences sociales du Politique [ISP], Cachan).

« La cuisine a ceci de commun avec les lois qu’il ne faut point la voir faire pour la trouver bonne » écrivait le gastronome Grimod de la Reynière. Si les chercheurs en sciences sociales ont depuis longtemps pris le parti de pénétrer les fourneaux législatifs, ils ont souvent négligé d’en interroger l’un des principaux commis… Le Parlement ! Jadis, symbole même de l’activité politique, ce dernier est devenu sous la Ve République un acteur marginal aux yeux de la majorité des chercheurs. Circonscrits entre l’élaboration des projets de loi par les ministères et l’application des textes, contraints par le parlementarisme rationalisé, Assemblée et Sénat apparaissaient condamnés à un rôle d’affichage symbolique. Si ce sentiment répond à une réelle évolution des rapports institutionnels (d’ailleurs qui n’est pas spécifique à la Constitution de 1958, ni de façon générale à la France), ces conclusions semblent pourtant bien lapidaires. C’est à cette méprise que Claire de Galembert, Olivier Rozenberg, Cécile Vigour ainsi que tous les contributeurs de cet ouvrage collectif, publié dans la collection « Droit et société », ont tenté de répondre.

Cet ouvrage participe incontestablement à un renouveau des études sur le Parlement, attirant notre attention sur son rôle et sur ce qui s’y joue. Mais son ambition est peut-être plus grande : réhabiliter la séance publique comme objet de recherche. La séance, c’est ce moment où, les négociations terminées en coulisse et le vote non encore exprimé, se joue, sous les ors de la République, une pièce de théâtre que l’on croit déjà écrite. L’est-elle vraiment ? Pas toujours, tout du moins selon ce qu’avancent les auteurs, reconsacrant la séance comme lieu de délibération, certes marginal, mais réel. Mais quand bien même. Ne s’y jouerait-il rien ? Même si les discours n’influent pas les votes, doivent-ils pour autant représenter un angle mort de la recherche ? Soyons justes, ils ne l’ont jamais été !  Mais si les débats ont été analysés comme ressources, bien rares furent les réflexions qui les ont pris comme objet pour eux-mêmes. Or, si nous pensons à partir des débats, il est alors nécessaire de penser les débats. Cette réflexion sur un objet, connu et pourtant si étranger, ne peut être que l’enjeu d’une discussion entre chercheurs. Si nous verrons, un peu plus tard, que cet ouvrage obéit à une structure et s’inscrit dans un cheminement cohérent ; mais, on peut dire dès à présent, qu’il est avant tout conçu comme un lieu de dialogue. Dialogue sur la place de la séance, sur son rôle, son importance. Car si les auteurs pensent ensemble ce moment si singulier de l’activité parlementaire, leurs conclusions divergent quant à sa valeur. Au-delà de cette interrogation sur l’objet, l’ouvrage est également l’occasion d’un dialogue entre les disciplines et entre les démarches de recherche.

Dialogue d’abord entre les disciplines, même si on regrettera la relative absence de juristes et d’ethnologues. Les débats parlementaires y paraissent, en effet, soumis à l’analyse de philosophes, de sociologues, de linguistes, d’historiens et de politistes. Loin de s’exclure, ces approches entrent ici en symbiose faisant transparaître des questionnements féconds. Là où la philosophie interroge, avec Bentham, les conditions du débat, l’histoire nous révèle que sa nature et sa dynamique relèvent à chaque fois d’une conjoncture singulière. Alors que la sociologie questionne les liens qu’entretiennent les élus avec ce Parlement, qu’ils font autant qu’ils le forment, la linguistique éclaire les codes, presque convenus et pourtant si déterminants, de l’expression parlementaire.

Dialogue également entre les méthodes. S’il y a plusieurs façons de poser la question des débats parlementaires, il y a également plusieurs façons d’y répondre ; micro-historique pour Steven M. Beaudoin, presque philologique dans les textes de John Ester et de Philippe Urfalino. Si la plupart des approches peuvent se rattacher à la sociologie politique, la variété des méthodes mises en œuvre donne une vraie perspective épistémologique à l’ouvrage. Celle-ci est même au centre de nombreuses contributions. Claire de Galembert et Cécile Vigour abordent ainsi, pour elle-même, la question du logiciel d’analyse textuelle Alceste. De façon détournée, Delphine Gardey interroge, pour sa part, notre vision du compte rendu intégral (soit la retranscription des débats, matière première incontournable de toute recherche sur la séance publique) en prenant en compte son mode d’élaboration évolutif, et jamais absolument sans conséquences. Car étudier la séance, c’est étudier un matériau qui, derrière une publicité revendiquée, ne se dévoile pas facilement. Comme le montre Jean-Philippe Heurtin ou Bjorn Erik Rash, les logiques sous-jacentes au débat sont complexes et échappent souvent aux acteurs eux-mêmes.

Si cet ouvrage se veut donc un lieu de dialogue, il n’en est pas moins cohérent tant sur la forme que sur le fond. Quatre parties thématiques permettent ainsi d’articuler les textes des quinze contributeurs. La première interroge les logiques mises en place par les acteurs au sein d’une institution parlementaire comportant ses rites et ses règles. Face aux rigidités institutionnelles, les parlementaires vont développer un jeu et des stratégies. La seconde partie pose la question de la représentation. Si les assemblées discutent et votent les lois, elles ne sont légitimes à revendiquer cette compétence qu’en tant qu’institutions représentatives. Mais la représentation ne se gagne pas que par l’élection, mais aussi par la convocation rhétorique du peuple et la mise en scène de l’action. La troisième partie s’interroge sur la délibération parlementaire. Si le Parlement discute, c’est qu’il est censé se faire une opinion sur ce qu’il vote. Dans les faits, bien sûr, la logique discursive ne pèse souvent pas grand-chose face à la logique politique. Dès lors, il convient de s’interroger sur l’existence de cette délibération. Enfin, une quatrième partie pose la question de l’articulation entre débats parlementaires et production des politiques publiques. Car, derrière la discussion de la loi, se cache bien entendu un enjeu normatif. C’est à travers l’écriture du droit que le Parlement devient le législateur. L’ouvrage se clôt sur trois conclusions, rédigées respectivement par Claire de Galembert, Olivier Rozenberg et Cécile Vigour qui, loin d’être redondantes, mettent en lumière, chacune, un enjeu et une lecture de l’ouvrage, témoignant de sa richesse et de son apport à la réflexion collective sur l’objet.

On regrettera néanmoins que l’ouvrage se concentre uniquement sur les mots échangés en séance, là où les rites et la construction des rapports sociaux sont profondément influencés par l’ambiance et les acteurs présents, fussent-ils silencieux. Ainsi, manque le recul sur les liens qu’entretient le discours à son environnement (nombre et qualité des présents, rapport au public…). Le rapport au temps en séance, dont on sait combien il est fondamental dans le cadre du parlementarisme rationalisé, n’est ainsi que peu évoqué. En bref, tout ce que ne donne pas à voir un compte rendu qu’interrogent les auteurs sans parvenir à s’en détacher tout à fait. L’ouvrage, et c’est heureux, n’épuise donc pas le sujet. Cela n’a d’ailleurs jamais été son objectif. Plus qu’un point, il se veut un point d’interrogation ouvrant de nombreuses pistes de recherche.

Le Premier Empire inventa un multicamérisme dans lequel une chambre discutait les lois et l’autre les votait. Si l’on peut comprendre la logique pour un régime autoritaire de séparer délibération et décision politique, une telle vision tronquée ne peut être celle de la recherche. « Faire parler le Parlement » était un titre en forme de pari. Pari difficile, mais pari tenu. Cet ouvrage aura, en tout cas, permis aux chercheurs de penser ensemble cet objet à la fois si familier et si énigmatique qu’est la séance. Occasion de dialogue, il est aussi une occasion de réflexion pour tous les lecteurs confrontés, de près ou de loin, à l’activité parlementaire. « Dans Parlement, il y a parle et il y a ment », raillait Léo Campion. Nous savons gré aux auteurs de nous en avoir rappelé que les deux premières syllabes ne comptent pas pour rien !

 


2 réponses

  1. 04/02/2015

    […] Un ouvrage Faire parler le parlement. Méthodes et enjeux des débats parlementaires pour les sciences sociales vient d’être publié. Une recension à lire ici. […]

  2. 19/01/2020

    […] Un ouvrage Faire parler le parlement. Méthodes et enjeux des débats parlementaires pour les sciences sociales vient d’être publié. Une recension à lire ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search