Les putains du Diable. Procès des sorcières et construction de l’État moderne | Armelle Le Bras-Chopard

Armelle Le Bras-Chopard, Les putains du Diable. Procès des sorcières et construction de l’État moderne, Paris : Dalloz, 2016, 248 p.

Compte rendu par Janine Mossuz-Lavau (Centre de recherches politiques de Sciences Po [CEVIPOF], CNRS).

Nombre d’auteurs se sont intéressés aux sorcières mais, pour la première fois, les mauvais traitements qu’on leur a infligés sont mis en relation avec l’avènement d’un nouvel État, l’État moderne, construisant sa souveraineté et voulant pour cela remettre à leur place des femmes susceptibles de détenir trop de pouvoir. Armelle Le Bras-Chopard inscrit donc, avec rigueur et fermeté, cette histoire des sorcières, persécutées en Europe du XVe siècle à la fin du XVIIe, dans une histoire plus longue se développant jusqu’au XXe siècle.

Elle nous entraîne dans les méandres de la démonologie, cette doctrine sur les démons, construite par les inquisiteurs et magistrats laïques en charge des versions écrites des procès intentés à ces femmes. Tout repose sur leurs aveux, généralement extorqués sous la torture. Sept ouvrages de démonologues servent de sources premières à ce travail, ceux de Henry Institoris (1430-environ 1505) et Jacques Sprenger (1436-1496), Jean Bodin (1530-1596), Nicolas Rémy (vers 1530-1612), Henri Boguet (vers 1550-1619), Pierre de Lancre (1553-1631), Jean Wier (1515-1588) et Friedrich Spee von Langenfeld (1591-1635), présentés d’ailleurs en annexe.

Les « aveux » des sorcières nous renseignent tout d’abord sur Satan. On en parlait avant mais les démonologues vont lui donner une consistance nouvelle. Le Diable serait avant tout « un ange déchu », lubrique, qui utilise abondamment son sexe masculin. Mais, comme il ne peut pas obtenir le même plaisir qu’un humain car il n’est pas complètement humain, il compense ce manque en jouissant du fait que sa victime est désormais une femme perdue. « Elle se rend coupable du crime de lèse-majesté divine » (p.53). Il y a plus de sorcières que de sorciers, car les femmes seraient plus souvent atteintes de cette mélancolie qui incite à la lubricité. On évoque à leur propos la concupiscence, la « cupidité bestiale », on les compare même à des chiennes chaudes. « La » femme n’est pas loin de la bête. La sorcière offre donc son corps au démon et, en échange, elle acquiert divers pouvoirs et notamment celui de nuire : aux biens, aux animaux, aux personnes. Mais elle devient aussi la première dupe de ce démon qui, sans lui procurer de vrai plaisir charnel (elle sortirait en sang du coït), la contraint de se rendre à un sabbat éprouvant et humiliant (elle peut être obligée de manger des crapauds ou de la chair de pendus), la somme de trouver des adeptes et refuse de la délier de son pacte. Enfin, quand elle mise en prison, Satan ne la protège ni de la torture ni de la mort. Ni d’ailleurs de l’élimination définitive : le plus souvent on la brûle pour qu’il ne subsiste aucune trace, aucun lieu susceptible de devenir « un lieu de mémoire ». Ainsi se purifie la société. Comme le note l’auteure, « une hygiène que les nazis pratiqueront à l’égard des Juifs, des homosexuels ou des Tsiganes » (p. 154).

De fait, pour Armelle Le Bras-Chopard, il s’est alors agi pour les juges d’exercer leur pouvoir contre les femmes qui représentaient à leurs yeux un réel danger. « La répression des sorcières répond à une peur, largement fantasmée, d’un pouvoir des femmes, née d’une réalité diffuse et dont les hommes semblent prendre une conscience plus aiguë vers la fin du XVe siècle : la place grandissante des femmes dans l’espace social tout au long du Moyen Age » (p. 158). Elles ne seraient pas si soumises qu’on le pense dans l’espace familial, conquièrent de surcroît une autonomie grandissante hors de cet espace, par le commerce et d’autres professions, par leur expertise en matière de santé (certaines deviennent « médeciennes »). De plus, des reines accèdent au trône (en Castille, en Écosse, en Navarre). Cette situation agace beaucoup de monde et les démonologues n’auront qu’à s’appuyer sur la mauvaise image des femmes offerte par les sorcières pour dévaloriser ce qu’on n’appelle pas encore le deuxième sexe et freiner son émancipation. En l’accusant notamment de prendre le travail des hommes…

Il y aurait péril féminin en la demeure. La loi va donc être utilisée pour tenter de conjurer ce danger. Et l’État va aussi se servir de ces procès en sorcellerie pour l’emporter sur les Églises et sur les juridictions subalternes. En effet, si les sorcières portent atteinte à l’ordre divin, et relèvent de ce fait des autorités ecclésiastiques, elles s’en prennent également au représentant de cet ordre sur terre, à savoir le roi. Le magistrat laïque entend donc bien dessaisir les religieux de leurs prérogatives en la matière. La puissance publique peut enfin affirmer sa légitimité et son primat. Quant aux magistrats locaux, ils sont suspectés d’agir pour leur propre compte, chercheraient pour cela à faire brûler le plus de sorcières possible, et s’arrangeraient au mieux des escroqueries et faux témoignages. Eux aussi s’opposent au roi, eux aussi doivent rentrer dans le rang. En 1624, est en conséquence institué « l’appel de plein droit qui renvoie au Parlement parisien, proche du pouvoir royal, toutes les causes impliquant la sorcellerie » (p.218). Pour désavouer les juridictions inférieures, l’autorité centrale va se montrer plus clémente que les locales et remplacer le bûcher par des amendes et des bannissements (parfois même des relaxes). D’autres lois suivront. « Sur la tête des sorcières, de l’Église, et de ses propres magistrats » écrit Armelle Le Bras-Chopard, « l’État peut alors triompher et récupérer sans complexe la puissance jadis attribuée au démon » (p.223).

La sorcière a-t-elle disparu pour autant ? Les femmes sont demeurées longtemps assignées à la maternité et au foyer. Mais depuis quelques décennies, elles se rebellent, font des études, travaillent, occupent de plus en plus de postes de responsabilité (et parfois de pouvoir), revendiquent, se déclarent féministes, recourent à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et à la contraception, et (c’est mon point de vue personnel) sont en train de devenir des hommes comme les autres. D’où quelques frissons parfois, chez ceux qui se retiennent à peine de les appeler « sorcières » parce qu’elles risquent de leur prendre une part de pouvoir. Mais (c’est encore mon point de vue) la situation n’est pas si grave, l’égalité hommes/femmes a beaucoup progressé et sans doute faut-il songer à un monde où tous et toutes seraient sorciers et sorcières, dragueurs et dragueuses, décideurs et décideuses. On est loin en tout cas des horreurs talentueusement décrites par Armelle Le Bras-Chopard et propres à une époque où l’on pouvait faire porter aux femmes la responsabilité de tout ce qui allait mal dans notre société. Mais n’oublions pas que, dans d’autres pays, toujours vues comme des sorcières, on les musèle et on les couvre/elles se couvrent d’un drap noir pour éviter à ces pauvres hommes de subir des tentations. À la même heure et sur la même planète, nous ne sommes toujours pas des contemporains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.