Ronald Dworkin, l’empire des valeurs | Alain Policar (dir.)

Alain Policar (dir.), Ronald Dworkin, l’empire des valeurs, Paris : Classiques Garnier, coll. « Politiques », 2017, 283 p.

Compte rendu par Lucie Sponchiado (Université Paris Est-Créteil Val-de-Marne, Centre de Recherche Marchés, Institutions, Libertés [MIL])

L’ouvrage intitulé Ronald Dworkin, l’empire des valeurs retranscrit les actes du colloque éponyme organisé en mai 2015 au Centre de recherches politiques de Sciences Po, à l’Institut Goethe et au Fonds Ricœur. Par ce livre, Alain Policar, qui en a assuré la direction, et les treize autres contributeurs invitent le lecteur à (re)découvrir l’auteur majeur qu’est Ronald Dworkin (1931-2013).

Le volume se compose de trois parties portant respectivement sur « Les concepts majeurs de la pensée dworkinienne » (p. 25-74), sur « Le libéralisme de Dworkin » (p. 77-168) et sur « Dworkin et la fondation de la philosophie pratique » (p. 191-272). De plus, un « intermède » est spécifiquement consacré au positivisme juridique (« Sur quoi repose la validité du droit ? », p. 171-188). Dans la mesure où Alain Policar, dans une introduction générale, met en contexte les débats et présente les apports de chacune des contributions (p. 7-22),  insistons simplement sur certaines des thèses fortes de ces actes, afin d’en souligner la richesse, tant pour celles et ceux qui connaissent déjà l’œuvre de Dworkin, que pour celles et ceux qui voudraient, par ce livre, y pénétrer. L’ouvrage fait apparaître les évolutions de la pensée dworkinienne, depuis son Taking Rights Seriously1 jusqu’à Religion Without God 2 et plus encore Justice for Hedgehogs (noté JH ci-après) 3 dont une recension est proposée par Charles Larmore (p. 253-272). Les principales thèses de l’auteur sont discutées par les différentes contributions et, avec elles, ce sont les questions majeures de la théorie du droit et de la philosophie auxquelles cet opus donne accès.

Pour mesurer pleinement l’apport de ce recueil, peut-être faut-il l’aborder en suivant un cheminement qui n’est pas naturellement celui que le plan adopté appelle. Les contributions finales de l’ouvrage servent utilement de point d’entrée dans la pensée de Dworkin, parce qu’elles permettent de le situer dans un cadre de discussion plus ample.

Jean-Marc Tétaz (p. 207-228), part de la thèse principale de JH, à savoir l’objectivisme et le cognitivisme moral, pour mettre en question la position apparemment contradictoire par laquelle Dworkin affirme à la fois que la vérité des valeurs morales est indépendante des convictions individuelles et que cette vérité nécessite une démarche de justification rationnelle propre à chaque individu. Si J.-M. Tétaz souligne un certain nombre de limites propres aux démarches taxinomiques, l’article de Bernard Reber paraît même en sonner le glas (p. 229-252). Bien que le dernier Dworkin – celui de JH – refuse les étiquettes, B. Reber tente de le situer dans le « champ de bataille » (p. 244) des courants de la philosophie morale. Que Dworkin soit in fine qualifié d’ « objectiviste, quasi-réaliste et dualiste » pourrait encore être discuté, mais cela importe finalement moins que la précieuse cartographie des principales positions défendues en philosophie morale que livre B. Reber.

Le cadre de la discussion étant ainsi établi, le lecteur peut alors mieux comprendre le libéralisme de Dworkin. La contribution de Serge Champeau (p. 25-39) permet de saisir le caractère central de l’égalité dans la philosophie libérale de l’auteur. S. Champeau montre que, à rebours d’une pensée prédominante, Dworkin fonde son libéralisme sur le principe d’égalité ; condition même de la liberté d’action des individus et fondement des institutions libérales. Pourtant, ce principe d’égalité est ébranlé par l’article de Jean-Cassien Billier (p. 63-74), formulant une critique puissante du concept dworkinien de démocratie. L’auteur remet potentiellement en cause le projet général de Dworkin en démontrant que, si l’égalité est valeur cardinale, il s’agit pourtant, pour le philosophe américain, d’un concept « proprement interprétatif ». Or, contrairement aux concepts « critériaux » (qui reposeraient sur un ensemble de critères objectifs), les concepts interprétatifs (politiques, éthiques, moraux) seraient par essence indéterminés, parce qu’ils requerraient un effort d’interprétation et de justification pour ceux qui les mobilisent (p. 71). Le coup porté est-il fatal ? Non. Car, aussi indéterminé soit-il, le concept d’égalité n’est pas un concept vide qui échapperait à la connaissance et à l’objectivité. L’exigence d’une cohérence de la démarche interprétative permettrait de « sauver » Dworkin. L’article de Pascal Solignac (p. 41-62) en rend bien compte en affrontant la thèse de l’unité des valeurs, centrale chez l’auteur de JH. En effet, s’il est possible de tenir des discours vrais et objectifs sur les concepts interprétatifs (tel l’égalité), c’est parce que, pour Dworkin, de tels concepts doivent être interprétés avec responsabilité, c’est-à-dire avec cohérence et honnêteté. Or, cette responsabilité oblige à un effort de construction intellectuelle qui nécessiterait de rechercher une valeur principielle. Ainsi, unité des valeurs et responsabilité morale de l’interprète vont-elles de pair. P. Solignac défend la thèse que le libéralisme dworkinien est lié au « modèle du défi » qui requiert de chacun de mener une « vie réussie ». En ce sens, l’auteur démontre que le libéralisme de Dworkin et son modèle du défi sont une variante du « perfectionnisme » éthique4 . Ce dernier, dans son versant politique et non éthique, est également saisi par Roberto Merrill (p. 99-123). Il y aurait, pour certains auteurs, une incompatibilité essentielle entre la neutralité de l’État – dont une excellente présentation est fournie – et le perfectionnisme politique, défini comme le fait que l’État peut se donner pour but légitime de favoriser certaines conceptions du bien. R. Merrill récuse cette idée : il démontre qu’il est possible de maintenir une posture libérale, plaçant la neutralité de l’État en son cœur, tout en défendant un perfectionnisme politique. Dans une certaine mesure, telle serait, selon R. Merrill, l’une des caractéristiques de la philosophie libérale de Dworkin.

Ainsi établi le portrait du libéralisme dworkinien, les autres contributions permettent d’en mesurer la portée pratique. Sont ainsi magistralement présentées et discutées la défense par Dworkin de l’affirmative action dans l’article de Daniel Sabbagh (« Ronald Dworkin et la discrimination positive », p. 77-97), sa position sur la liberté religieuse par Cécile Laborde (« Dworkin, la religion sans Dieu et la liberté religieuse », p. 125-148) et la question de l’avortement et de l’euthanasie sous la plume de Dimitrios Tsarapatsanis (« Avortement et euthanasie dans Life’s dominion », p. 149-168). Ces articles révèlent également le rôle éminent des juges dans la philosophie du droit de Dworkin. Ce sujet est approfondi par Julie Allard (p. 191-206) qui montre que la « philosophie judiciaire » de Dworkin peut utilement être interprétée à partir du concept kantien de « jugement réfléchissant ». Il s’agit de l’idée selon laquelle, lorsque la règle applicable à une situation n’est pas immédiatement donnée (jugement syllogistique, descendant), le juge puise en lui-même le principe fondant sa décision (jugement réfléchissant, ascendant). Ceci permettrait de désamorcer un certain nombre de critiques adressées à Dworkin et fort bien restituées par l’auteur.

J. Allard intervient également au cours de l’ « intermède » qui, en quelques brèves pages, a le mérite de mettre en lumière la vitalité des discussions que le positivisme juridique provoque encore. Dans sa contribution, Philippe Raynaud (p. 179-183) interroge la distinction entre règles et principes et montre que, pour Dworkin, le droit trouve un fondement dans des principes moraux qui s’imposent au juge, chargé d’en découvrir les significations et les évolutions. À l’inverse, Julie Allard (p. 171-178) propose une lecture renouvelée de la distinction entre règles et principes d’où il ressort que le « principe » fonde non pas tant le droit que l’art du jugement réfléchissant : les principes seraient moins des fondements que des guides susceptibles d’orienter le travail du juge. L’intermède se clôt par l’article de Michel Troper (p. 185-188) qui, délaissant Dworkin, entreprend une défense du positivisme juridique jusqu’à récuser l’idée selon laquelle la question de la validité du droit serait un « problème » de ce point de vue.

En somme, si l’ambition de ce livre était, notamment, de révéler la richesse de la pensée dworkinienne (p. 13), le pari est tenu. Cet ouvrage constitue assurément un bel hommage posthume à l’œuvre riche et dense que Dworkin a léguée.

  1. Ronald Dworkin,Taking Rights Seriously, Cambridge : Harvard University Press, 1977, trad. française. M. J. Rossignol et al. : Prendre les droits au sérieux, Paris : PUF, 1995. []
  2. Ronald Dworkin, Religion Without God, Cambridge : Harvard University Press, 2013, trad. française. J. E. Jackson, Religion sans Dieu, Genève : Labor et Fides, 2014. []
  3. Ronald Dworkin, Justice for Hedgehogs, Cambridge : Harvard University Press, 2011, trad. française. J. E. Jackson, Justice pour les hérissons. La vérité des valeurs, Genève : Labor et Fides, 2015. []
  4. La perfection, pour simplifier en dépit des raffinements que restitue l’auteur, peut être entendue comme le développement complet d’un potentiel donné. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *