Les ordolibéraux. Histoire d’un libéralisme à l’allemande | Patricia Commun

Patricia Commun, Les ordolibéraux. Histoire d’un libéralisme à l’allemande, Paris : Les Belles Lettres, 2016, 420 p.

Compte rendu par Hugues Rabault (Centre de recherche Léon Duguit, Université d’Évry, Université Paris-Saclay)

Le terme d’ordolibéralisme, longtemps ignoré en France des économistes mêmes, connaît, depuis quelques années, une certaine fortune, car on attribue à cette mouvance intellectuelle une influence. Ce courant de pensée allemand inspirerait, d’après ses détracteurs, des politiques d’austérité, le culte de la concurrence et une conception dogmatique de la stabilité monétaire1 . Mais dans le monde francophone, le débat ne peut  que demeurer superficiel, peu de sources permettant d’accéder à cette doctrine. On ne trouve ainsi aucune traduction francophone des écrits majeurs des ordolibéraux. Cela amène à recommander l’ouvrage de Patricia Commun, germaniste et spécialiste de l’économie allemande, Les ordolibéraux. Histoire d’un libéralisme à l’allemande2 .

Au sens large, l’ordolibéralisme renvoie à une école, encore vivante, représentée par l’Institut Walter Eucken à Fribourg-en-Brisgau. De ce point de vue, la notion d’ordolibéralisme désigne un cénacle d’experts, souvent critiques vis-à-vis de la politique allemande. Les ordolibéraux ont pu jouer un rôle historique dans la reconstruction de l’économie allemande après la Seconde Guerre mondiale. Contre les idées dirigistes ou planistes, ils ont défendu, au sein d’instances de conseil, le principe de la construction d’une économie de marché. Ils ont soutenu la politique économique du chancelier Ludwig Erhard, à laquelle on attribue le « miracle économique » allemand.

Toutefois, il serait exagéré, par exemple, d’assimiler l’idée d’« économie sociale de marché » à l’ordolibéralisme. Cette forme d’économie, produit d’une convergence, en Allemagne, entre conservateurs et sociaux-démocrates, relève d’un climat civilisationnel plus que d’une école de pensée particulière. De même, si les ordolibéraux sont partisans de la stabilité monétaire, ils ne sont pas à l’origine du thème de l’indépendance de la banque centrale (p. 323). Nul doute qu’on exagère l’influence de l’ordolibéralisme sur les orientations récentes de la politique économique européenne.

Ce faisant on passe à côté de ce qui fait l’intérêt et l’originalité de cette mouvance. Lorsque l’on évoque l’ordolibéralisme, c’est souvent pour mettre en avant des figures telles que celle de Ludwig Erhard (1897-1977), homme politique et économiste allemand, ministre fédéral de l’économie de 1949 à 1963 et chancelier de l’Allemagne fédérale de 1963 à 1966. On mentionne encore les économistes Alexander Rüstow (1885-1963), Wilhelm Röpke (1899-1966) ou Alfred Müller-Armack (1901-1978). Ces auteurs doivent effectivement être intégrés à l’ordolibéralisme au sens le plus large. Leur adhésion à cette mouvance s’inscrit plus particulièrement dans le contexte de la reconstruction de l’Allemagne de l’après-guerre. Toutefois, d’un point de vue technique, on peut distinguer un sens plus étroit de la notion d’ordolibéralisme3 .

Le concept d’ordolibéralisme fut forgé ex post, dans les années 1950 (p. 9), pour désigner ce qu’on appelle encore « l’école de Fribourg ». Celle-ci est le produit de la rencontre, à l’université de Fribourg-en-Brisgau, de trois universitaires, un économiste Walter Eucken (1891-1950), et deux juristes, Franz Böhm (1895-1977) et Hans Großmann-Doerth (1894-1944). La présence majoritaire des juristes mérite d’être soulignée.

Le manifeste fondateur de l’école, intitulé « Notre mission », remonte à 1936. L’ordolibéralisme trouve ainsi son origine dans une polémique visant la politique économique nationale-socialiste. Notons que Walter Eucken, à l’université de Fribourg-en-Brisgau, fut le chef de file de l’opposition au rectorat de Martin Heidegger4 . Franz Böhm se trouva écarté de l’université pour ses positions hostiles à l’antisémitisme5 . Hans Großmann-Doerth entretint une relation plus ambiguë vis-à-vis du nazisme, mais il mourut prématurément sur le front de l’Est6 .

En quoi les premières années du nazisme furent-elles un moment décisif en termes de politique économique ? Les textes antérieurs des ordolibéraux contenaient une condamnation de la cartellisation de l’économie sous la République de Weimar. Selon eux, les ententes entre firmes entraînaient une délégation de la politique économique aux grandes entreprises7 . En effet, les accords de cartel imposaient aux membres de ces groupements une véritable réglementation interne. Selon les ordolibéraux, cela représentait une situation économique inédite. Dénonçant un tel transfert de la politique économique de l’État aux entreprises, ils défendirent donc la concurrence comme moyen de bloquer cette privatisation de la politique économique.

La réponse de la politique économique nazie consista non dans une résurrection de la concurrence, mais, tout au contraire, dans une cartellisation forcée sous contrôle étatique. Cette prise de contrôle aboutit à une impressionnante politique de plein emploi. Mais selon les ordolibéraux l’amélioration économique n’était qu’apparente (p. 210). Fondée sur l’investissement public, notamment en matière d’armement, et l’autarcie économique, cette politique ne pouvait aboutir à une croissance équilibrée. De fait, la situation financière de cet État investisseur se dégradait, ce qui, à terme, rendait inéluctable une solution militaire expansionniste8 .

Comme le remarqua Walter Eucken après la guerre9 , la première moitié du XXe siècle avait été un moment d’expérimentation en termes de politique économique. Celle-ci n’offrait pas seulement le choix entre des formes plus ou moins poussées d’intervention publique, mais entre des formes complètes d’économie, entre ce que Walter Eucken désigna comme des « ordres économiques ». Le choix d’un ordre économique se reposa de façon radicale dans l’Allemagne de l’après-guerre.

L’ouvrage de Patricia Commun montre remarquablement combien, dans ce contexte, les solutions étaient indéterminées (p. 229 et suiv.). L’Est de l’Allemagne fut contraint au choix d’une économie socialiste planifiée. À l’Ouest, le projet d’une économie de marché n’était nullement dominant. C’est en ce sens que la politique de Ludwig Erhard, influencé par la mouvance ordolibérale, représenta une sorte de « miracle », à savoir le résultat, non du libre jeu des forces économiques, mais d’une politique consciente, fondée sur l’idée d’un marché délibérément construit.

L’apport fondamental de l’ordolibéralisme consiste dans cette idée, à laquelle peuvent se rallier des adversaires mêmes de ce courant de pensée, qu’il n’existe pas d’économie « naturelle », que l’économie est le produit d’une construction sociale. C’est cette thématique qui constitue le cœur de la doctrine ordolibérale, telle qu’elle s’est esquissée à partir des années 1930. Cette idée suppose une double dimension économique et juridique : l’ordre économique repose en effet sur un choix juridique fondamental que les ordolibéraux analysent à travers la notion de « constitution économique ».

 

  1. François Denord, Rachel Knaebel et Pierre Rimbert, « L’ordolibéralisme allemand, cage de fer pour le Vieux Continent », Le Monde diplomatique, 737, août 2015, p. 20-21. []
  2. Citons encore Patricia Commun (dir.), L’ordolibéralisme allemand, Cergy-Pontoise : CIRAC/CICC, 2003. Voir également Hugues Rabault (dir.), L’ordolibéralisme. Aux origines de l’École de Fribourg-en-Brisgau, Paris : L’Harmattan, 2016. []
  3. Voir Nils Goldschmidt, « Zur Einführung : Hans Großmann-Doerth und die Freiburger Schule », in  Uwe Blaurock, Nils Goldschmidt et Alexander Hollerbach (Hrsg.), Das selbstgeschaffene Recht der Wirtschaft. Zum Gedenken an Hans Großmann-Doerth (1894-1944), Tübingen : Mohr Siebeck, 2005, p. 9-18. Voir p. 9, note 1. En français, voir Reine Wakote, « Hans Großmann-Doerth, un cofondateur méconnu de l’École de Fribourg », in Hugues Rabault, L’ordolibéralisme, aux origines de l’École de Fribourg-en-Brisgau, op. cit., p. 127-159. Voir p. 127. []
  4. Voir Hugues Rabault, « Pour introduire à l’ordolibéralisme », ibid., p. 13-28. []
  5. Voir Julien Walther, « Prométhée enchaîné ou la puissance maîtrisée. Le “lien génétique” entre droit privé et concurrence dans l’œuvre de Franz Böhm (1895-1977) », ibid., p. 95-126. []
  6. Voir Reine Wakote, « Hans Großmann-Doerth, un cofondateur méconnu de l’École de Fribourg », op. cit. []
  7. Voir Claire Mongouachon, « L’ordolibéralisme. Contexte historique et contenu dogmatique », ibid., p. 29-49. []
  8. Voir, par exemple, Götz Aly, Hitlers Volksstaat. Raub, Rassenkrieg und nationaler Sozialismus, Frankfurt/Main : Fischer, 2006. []
  9. Voir Hugues Rabault, « L’idée de ‘constitution économique’ chez Walter Eucken », in : Id. (direction), L’ordolibéralisme, aux origines de l’École de Fribourg-en-Brisgau, op. cit., p. 51-94. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.