La cause des femmes dans l’État | Anne Revillard

Anne Revillard, La cause des femmes dans l’État. Une comparaison France-Québec, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2016, 265 p.

Compte rendu par Armelle Le Bras-Chopard (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

L’ouvrage très dense d’Anne Revillard retrace la genèse des institutions dédiées à la cause des femmes et leur dimension processuelle, dans une comparaison entre la France et le Québec. Certes, il s’agit pour le Québec de l’échelle provinciale et pour la France du niveau national, mais l’auteure précise que, dans les deux cas, ce sont des institutions de statut gouvernemental. Le choix du Québec est justifié au vu de son héritage français (francophonie, catholicisme majoritaire…) qui permet d’identifier des mécanismes récurrents tout en pointant des spécificités qui tiennent à des contextes culturels différents.

La méthode est clairement présentée, utilisant les trois outils classiques de l’explication en sociologie : compréhension, histoire, comparaison. La recherche, qui s’appuie sur des archives et sur des entretiens menés par A. Revillard, est issue de sa thèse, soutenue en 2007, qu’elle a actualisé jusqu’à la publication du livre en 2016. Au-delà de la présentation des différentes instances dédiées à la cause des femmes, l’auteure qui nourrit son propos de nombreuses références à des  littératures anglo-saxonne et francophone sur le genre, invite à une véritable réflexion sur le féminisme d’État.

Les deux premiers chapitres décrivent les institutions mises en place, leurs origines, leurs modes de fonctionnement, leurs prolongements dans la société civile, leurs évolutions dans le temps : en France (chapitre 1), des instances consultatives (comité du travail féminin, Conseil supérieur de l’égalité professionnelle, Observatoire de la parité, Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes), des fonctions ministérielles (ministère, secrétariat d’État), une administration centrale (service des droits des femmes et de l’égalité) et, sous tutelle étatique, les centres d’information sur les droits des femmes ; au Québec (chapitre 2), le Conseil du statut de la femme et le Secrétariat à la condition féminine.

La difficulté, pointée dès le chapitre 3, est d’identifier la cause des femmes : comment, face à la multiplicité des inégalités dont les femmes sont victimes dans la société, réduire à l’unité cette cause ou privilégier la lutte contre telle ou telle discrimination ? Anne Revillard montre les similitudes de « la cartographie de la cause des femmes » en France et au Québec, et donne une liste des thématiques abordées qui, dans leur diversité, participent toutes d’une entreprise de changement social : travail, culture, avortement, participation politique… (p.131). Elle note toutefois que la sphère professionnelle occupe, dans les deux cas, une place centrale mais avec des référentiels différents : principalement ciblée sur l’emploi en France au nom de l’égalité, avec rejet du familialisme, cette priorité se combine au Québec avec d’autres stratégies, impliquant notamment des politiques familiales et sociales, au nom de l’autonomie économique (chapitre 4).

Le constat opéré par Anne Revillard est que cette cause est massivement portée par des femmes qui investissent, en ce domaine, des institutions tant politiques qu’administratives : « politique de femmes pour les femmes ». D’où l’ambivalence de ces instances qui sont, à la fois, à l’origine de politiques publiques mais participent aussi à une contestation féministe à l’intérieur même de l’État. L’auteure les dépeint comme des « institutions militantes » (titre du chapitre 5), avec toutefois une évolution d’un profil militant à un profil plus administratif au fur et à mesure des recrutements. L’auteure insiste surtout sur le fait qu’elles ne se réduisent pas à un rôle de réceptacle des revendications en provenance de la société civile mais s’efforcent de structurer le mouvement associatif et les dynamiques de mobilisation, prolongeant leur action aux niveaux locaux. Le rapport mouvement/institutions est pensé en termes d’intersection.

Dès lors, le statut gouvernemental de ces institutions fonctionne à la fois comme contrainte (par exemple, leur mode de contestation ne peut emprunter la forme utilisée par des associations comme les manifestations de rues, le lancement d’une pétition…) et comme ressource. Deux répertoires d’action sont disponibles selon qu’elles sont ministérielles ou consultatives (chapitre 5) : les premières fonctionnent en mode interne tandis que les secondes usent d’une certaine publicité à l’intention, non seulement des femmes, mais de la société en général et de l’opinion publique. Dans une perspective compréhensive, A. Revillard analyse leurs logiques d’action : il s’agit, d’un côté, de changer le droit et de promouvoir des politiques publiques, ce qui implique, au vu de la transversalité de leur problématique, des relations avec les autres acteurs gouvernementaux ; d’un autre côté, en direction du public cible, les femmes, le but consiste à la fois à diffuser une information juridique « préventive » et à rendre ces droits effectifs. Cette « politique des droits », qui a ses limites, est complétée, dans un travail de communication, par une « politique des symboles » (chapitre 6) visant à modifier l’image des femmes dans la société et les comportements à leur égard, pour impulser un changement social (lutte contre les stéréotypes, organisation d’événements, représentations positives de femmes dans tous les secteurs : culturels, scientifiques, etc.)

Anne Revillard peut alors, dans un dernier chapitre, analyser les défis d’un féminisme d’État à partir des deux tensions auxquelles il est confronté : le gender mainstreaming qui implique la prise en compte de l’impact sur l’un ou l’autre sexe, de toute politique, dans chaque secteur, ne rend-il pas superflues des instances spécialement dédiées à la cause des femmes? L’auteure répond par la négative montrant comment, tant au Québec qu’en France, il y a coexistence et complémentarité entre « politique spécifique » et « analyse différenciée » ou « approche transversale ». Le second problème, « moderniser sans exclure », pointe la question de la cible – de quelles femmes s’agit-il ? – et revient donc à la définition de leur cause. Par son accès au marché du travail et aux responsabilités, cette femme « moderne » est prioritairement pensée comme une salariée (surtout en France), en tenant moins compte de la multiplicité des autres situations dans lesquelles se trouvent les femmes : celles qui sont au foyer (toutefois ciblées dès le départ au Québec dans une définition plus large de la cause), les femmes voilées ou les prostituées dont les cas provoquent des positions opposées parmi les féministes. Certes, une diversification des secteurs visés par la politique a relativisé la place de l’égalité professionnelle, en particulier la lutte contre les violences. Il n’en reste pas moins que, dans cet effort d’englober toutes les femmes, la présentation de publics féminins « spécifiques » (âge, migration, monoparentalité, différentes situations de travail, violences…), « dessine en creux le caractère situé (le plus souvent blanc, hétérosexuel, de classe moyenne) d’un discours général « formulé en termes “neutres”‘ » ( p.130).

L’ouvrage d’Anne Revillard est fondamental pour comprendre les enjeux de l’actuel féminisme d’État : ses origines et son évolution permettent de faire apparaître des priorités, un fonctionnement, qui sont tributaires de l’histoire de ces institutions. On peut toutefois regretter que l’analyse si détaillée jusqu’en 2007, fruit de sa thèse, ne soit pas aussi complète pour la période postérieure à cette date. On aurait ainsi attendu plus de développements sur les effets du gender mainstreaming et une appréciation plus critique, mais aussi sur la question adjacente de l’inclusion des femmes dans la « diversité » : nombre d’organes ou de missions dédiés aux droits des femmes ont été remplacés sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy par des instances luttant contre toutes les discriminations, noyant les femmes – qui ne sont pourtant pas une « catégorie », rappelle l’auteure – au milieu des handicapés, des groupes ethniques, etc. Le concept d’intersectionnalité, d’apparition relativement récente, aurait, lui aussi, mérité un traitement plus approfondi. Ces réserves mises à part, l’ouvrage d’Anne Revillard reste incontournable pour prolonger son analyse jusqu’à aujourd’hui et invite à des enquêtes et travaux futurs dont elle fournit la base et les méthodes.

 

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *