Exposed. Desire and Disobedience in the Digital Age | Bernard E. Harcourt

exposedBernard E. Harcourt, Exposed. Desire and Disobedience in the Digital Age, Cambridge : Harvard University Press, 2015, 364 p.

Compte rendu par Antonio Pele (Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro)

Les ouvrages précédents de Bernard E. Harcourt portaient, essentiellement, sur les régimes contemporains de pénalités et il y disséquait les illusions qui permettaient à ces derniers de fonctionner : l’idée d’un ordre économique spontané, les méthodes actuarielles, ou encore, le principe de tolérance zéro1 . Son dernier livre, Exposed, s’intéresse à un registre différent dans la mesure où son objet d’analyse est notre ère numérique. Il existe cependant une certaine continuité, non seulement, parce que l’auteur détecte de nouvelles logiques nourrissant mutuellement les sphères pénales et digitales, mais aussi et surtout, parce que l’auteur continue à déployer une méthodologie et une théorie critique visant à mieux saisir de nouvelles formes de pouvoir.

Exposed est ainsi divisé en quatre parties. La première intitulée Clearing the Ground (« Préparer le terrain ») examine les métaphores communément utilisées pour critiquer ce pouvoir dont des aspects ont été mis en lumière à la suite des révélations de Julian Assange, Edward Snowden, Chelsea Manning et autres « lanceurs d’alertes ». Parmi ces métaphores, Bernard Harcourt en étudie trois : le Big Brother, l’État de surveillance et le panoptique. Il ne s’agit pas pour l’auteur de renier l’intérêt de ces figures dans leur capacité à appréhender les nouvelles relations de pouvoir de notre société – dans chaque cas, leurs qualités respectives sont abordées – mais d’indiquer leurs insuffisances si l’on souhaite saisir le caractère inédit du déploiement des relations de pouvoir dans l’actualité. Ainsi, les individus participent pleinement de la consolidation de cette société de l’exposition, car ce sont eux qui utilisent les produits et services leur permettant d’exhiber, sans aucune contrainte apparente, leurs vies privées et professionnelles. En nous exposant, nous produisons ainsi de façon exponentielle des données numériques, individualisées et individualisantes, qui sont à leur tour exploitées par un pouvoir qui n’est plus uniquement constitué par l’État mais par un amalgame d’acteurs privés et publics.

La deuxième partie d’Exposed est consacrée à « la naissance de la société de l’exposition » (« The Birth of the Expository Society ») et se trouve divisée en trois sous-parties. Dans la première, l’auteur traite de la structure architecturale qui pourrait représenter au mieux cette société de notre ère digitale. De façon créative et originale, Bernard E. Harcourt remarque que certains pavillons en verre et à effet miroir, tels que ceux de l’artiste Dan Graham, Hedge Two-Way Mirror Walkabout, pourraient remplir cette fonction. Avec ses jeux de miroir, de transparence, de distorsion et d’opacité, cette œuvre pourrait en ce sens condenser l’expérience de l’exhibition des existences digitales2 . La deuxième sous-partie est l’une des plus remarquables de l’ouvrage dans la mesure où elle définit avec une grande perspicacité l’une des structures qui sous-tendrait la constitution de nos nouvelles identités numériques. B. Harcourt traite ainsi d’« une généalogie de la nouvelle logique du Doppelgänger ». Cette logique consisterait à « trouver la personne qui corresponde à notre style de consommation et à notre comportement digital, et à utiliser cette personne afin d’anticiper chacune de nos actions ». Il s’agirait ainsi de « modéliser le comportement de ce double afin de connaître le nôtre, et vice et versa, dans un processus formant réciproquement les désirs de chacun » (p. 145 et 146). Enfin, dans « L’éclipse de l’humanisme », Harcourt montre que le développement de cette ère digitale et de la nouvelle distribution de pouvoir qui la soutient se sont réalisés en concomitance avec l’érosion des valeurs humanistes classiques telles que, en particulier, le souci de préserver notre vie privée.

La troisième partie de l’ouvrage est dédiée aux « dangers de l’exposition digitale » (The Perils of Digital Exposure). L’auteur traite premièrement de la disparition des frontières qui définissaient jusqu’à présent et de façon quelque peu conventionnelle les domaines respectifs de l’État, de l’économie et de la société. Il souligne en particulier comment la rhétorique libérale est restée silencieuse sur ces formes de pouvoir de type étatique qui ont configuré cette gouvernementalité digitale. Harcourt poursuit son argumentation en explorant, dans une seconde sous-partie, la « mortification de soi » en référence à la formule d’Erving Goffman issue de son livre Asylums de 19613.  Il montre ainsi comment notre exposition façonne nos subjectivités, en nous plongeant dans une véritable « expérience morale ». En effet, aujourd’hui aussi « le sujet s’ajuste à son milieu, est influencé par celui-ci, il se crée une nouvelle identité, se transforme lui-même, et tout cela en rapport avec des formes de pouvoir qui se déploient autour de lui » (p. 224). Dans la troisième et dernière sous-partie, « la maille d’acier » (The Steel Mesh), l’auteur se penche sur la coexistence actuelle – et en apparence paradoxale – entre cette société digitale, « ouverte » et « transparente » et un système pénitentiaire nord-américain qui gère et « stocke » une population carcérale la plus importante au monde (plus de deux millions de personnes) et où un Afro-américain sur neuf est en prison4 (p. 235).

La dernière partie de l’ouvrage porte sur la désobéissance digitale et l’auteur souhaite démontrer en premier lieu que notre complaisance et notre manque de résistance à l’égard de notre condition digitale actuelle viendraient en partie des pratiques démocratiques contemporaines. En parlant de démocratie virtuelle, l’auteur revient sur la notion de « despotisme démocratique » de Tocqueville, et l’utilise avec originalité pour souligner l’empathie des subjectivités contemporaines. Deuxièmement, Bernard E. Harcourt porte son intérêt sur la possibilité réelle de chacun de mettre en œuvre certaines pratiques de résistance digitale : pour ne citer que deux exemples, l’artiste Jennifer Lyn Morone dénonce « l’esclavage des données » en souhaitant déterminer « la valeur de sa personne en fonction de la société et des données qu’elle génère elle-même »5 . Pour sa part, Ed Shanken propose un cours portant sur « la culture de la surveillance : vie privée, publicité, art et technologie »6 . Enfin, Harcourt conclut son ouvrage en nous invitant à imaginer de nouvelles formes de désobéissance politique. Ces dernières devraient guetter toute possible « recristallisation des structures oppressives ou un retour des relations répressives du pouvoir » (p. 281), en veillant à former des mouvements sans dirigeants (leaderlessness), tout en préservant en nous une certaine « éthique de soi ».

En résumé, il faut comprendre Exposed comme un questionnement et un redéploiement des outils d’une théorie critique contemporaine souhaitant détecter et résister à la diffusion d’un nouveau type de pouvoir, dont nous sommes, en partie, les architectes (in)volontaires.

  1.  Respectivement : The Illusion of Free Markets: Punishment and the Myth of Natural Order, Harvard : Harvard University Press, 2012. Against Prediction. Punishing and Policing in an Actuarial Age, Chicago : University of Chicago Press, 2007. Illusion of Order. The False Promise of Broken Windows Policing, Harvard : Harvard University Press, 2001 avec une traduction en français : L’ illusion de l’ordre : incivilités et violences urbaines : tolérance zéro ?, trad. Brigitte Coste, Paris : Descartes et Cie, 2006. De plus amples informations sont disponibles < http://www3.law.columbia.edu/bharcourt/ >. []
  2.  Une vidéo présentant cette œuvre est disponible sur le site du  Metropolitan Museum of Art : <http://www.metmuseum.org/press/exhibitions/2014/roof-garden-dan-graham> (dernier accès : 16/05/16). []
  3.  Erving GOFFMANN, Asiles. Étude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris : Éditions de Minuit, 1968. []
  4.  Dont l’âge est compris entre 20 et 34 ans. []
  5.  <http://jenniferlynmorone.com>  (Dernier accès : 20/05/16). []
  6.  <https://henryart.org/programs/lecture-edward-a.-shanken> (Dernier accès : 20/05/16). []

1 réponse

  1. 23/07/2019

    […] qui lie ces trois temps en mettant en place une contre-révolution sans révolution. Dans son essai Exposed, il analyse le fait que le numérique dessine une « société d’exposition », […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.