« Démoulages ». Du carcan de l’enseignement du droit vers une éducation juridique | Ruth Sefton-Green (dir.)

demoulagesRuth Sefton-Green (dir.), « Démoulages ». Du carcan de l’enseignement du droit vers une éducation juridique, Paris : Société de législation comparée, 2015, 255 p.

Compte rendu de Safia Bouabdallah (Centre de recherches critiques sur le droit (CERCRID), Université de Lyon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Comment former les étudiants au droit ? L’ouvrage « Démoulages ». Du carcan de l’enseignement du droit vers une éducation juridique, mené sous la direction de Ruth Sefton-Green, aborde cette question de la formation juridique sous un angle extrêmement original, les auteurs nous invitant à oser remettre en question nombre de nos certitudes sur l’enseignement du droit. Sans conteste, il s’agit là d’un défi périlleux, mais ô combien nécessaire dans le contexte universitaire actuel. Et, il faut le préciser d’emblée, ce défi est relevé avec brio par ce collectif d’auteurs.

En effet, Ruth Sefton-Green, avec l’appui de collègues français et canadiens, enseignants débutants ou plus expérimentés, invite subtilement à sortir du moule de l’enseignement du droit, à tenter de nous défaire de nos conditionnements, à oser des ruptures radicales ou à initier, par touches successives, des changements plus modestes, pour parvenir à dessiner une véritable éducation juridique. Et il s’agit là d’une approche aussi subversive, que séduisante pour le juriste français, car vouloir dépasser un modèle d’enseignement construit, depuis la codification napoléonienne, autour de la primauté de l’étude technique du droit positif, et centré autour de la figure tutélaire du professeur de droit, c’est d’une certaine façon franchir le Rubicon. Certes, la période récente est venue quelque peu bousculer cet ordre établi, des travaux en sciences sociales et juridiques nous rappelant, fort opportunément, qu’il faut toujours se méfier des évidences et qu’il est essentiel d’aborder la question de l’enseignement du droit sur un mode critique. Mais en dépit de ces précieuses réflexions, et contrairement à leurs homologues étrangers, les enseignants français tardent encore à envisager la question de la formation juridique comme pouvant être un sujet d’étude à part entière, susceptible d’être discuté, voire contesté, notamment à l’aune des méthodes des systèmes juridiques étrangers et/ou des avancées des sciences de l’éducation. Fonctionnant en vase clos, les enseignants français d’hier se sont avant tout appliqués à reproduire fidèlement les méthodes d’enseignement transmises par leurs aînés, et qu’ils avaient eux-mêmes pu éprouver lorsqu’ils étaient étudiants sur les bancs des facultés de droit.

Cependant, dans un contexte d’internationalisation, d’européanisation du droit et de concurrence des systèmes juridiques, les enseignants d’aujourd’hui peuvent-ils encore se contenter de confondre l’enseignement du droit avec la transmission d’un savoir juridique disciplinaire, diffusé de manière verticale, générale et abstraite lors de cours magistraux ? Peuvent-ils uniquement redescendre de leurs estrades pour compléter la réception silencieuse et passive de leurs présentations ordonnées du droit positif, par la réalisation d’exercices invitant les étudiants à faire leurs gammes à partir du fameux plan en deux parties et deux sous-parties ? Peuvent-ils encore continuer à appréhender les approches philosophiques, historiques, économiques, politiques, sociologiques, comparatistes du droit sur un mode mineur ? Peuvent-ils encore être dupes de la neutralité politique de leur activité et/ou être prisonniers d’une vision manichéenne entre un modèle d’enseignement démocratique ou méritocratique ? Les différentes contributions de cet ouvrage, chacune à leur manière, permettent assurément de répondre à ces interrogations par la négative et participent donc à une puissante entreprise subversive : bousculer, voire renverser le modèle traditionnel de l’enseignement du droit, et ce à l’aune d’un modèle d’éducation plus ouvert, équilibré et humaniste. Une métamorphose à opérer pour permettre aux juristes de demain d’évoluer au mieux dans la complexité du monde juridique, et qui implique que, dès à présent, l’enseignant s’interroge véritablement sur le « sens », c’est-à-dire sur la signification et sur la direction, de cette noble tâche et de ce labeur terrible qu’est la transmission de savoirs et de savoir-faire juridiques.

Pour ce faire, les auteurs optent pour un très éclairant regard en miroir « franco-mcgillien ». Comparaison pertinente s’il en est, parce que, d’une part, nos homologues canadiens ont pris depuis longtemps la formation juridique au sérieux. D’’autre part, parce qu’en dépit de divergences certaines, des problématiques et des difficultés identiques peuvent être relevées dans les facultés françaises et dans la très prestigieuse faculté de droit québécoise. De plus, cet espace ouvert à la comparaison vient à rebours de nombreuses idées reçues. En effet, a priori tout semble éloigner l’enseignement du droit à la française, de la très originale approche transsytémique du droit proposée depuis plusieurs années à la faculté de droit de McGill. Au surplus, même si ces considérations peuvent paraître bien triviales, cette institution profite de conditions matérielles de travail hautement plus favorables que celles rencontrées au sein des facultés de droit françaises, soumises à leurs lots de servitudes dans un contexte de disette budgétaire, d’augmentation constante des effectifs étudiants et de sous-encadrement chronique en personnel. Vues de France, les propositions pédagogiques mcgilliennes sembleraient et pour filer la métaphore culinaire, ,s’apparenter davantage aux propositions de grands chefs étoilés en cuisine moléculaire – encore réservée à satisfaire un auditoire très restreint : les étudiants les mieux dotés scientifiquement et financièrement. Cependant, en dépit de ces facilités, certains points méritent encore d’être interrogés, y compris à McGill. Quant aux enseignants français, si incontestables soient les contraintes avec lesquelles ils doivent composer, elles n’interdisent nullement à ses acteurs de faire du droit autrement. C’est assurément la précieuse leçon que nous livre cette approche comparée franco-canadienne, qui nous permet d’aborder, sous un angle inédit et tout à fait stimulant, les questions de la langue du droit ; de la place réelle et effective de l’interdisciplinarité auprès des apprentis juristes ; de l’autorité et du pouvoir du professeur ; de l’autonomie, voire de l’indiscipline nécessaire des étudiants ; de la place offerte aux doctorants ; de l’inégalité des chances et de la reproduction sociale ; des limites de l’évaluation finale des étudiants ou de celles de l’évaluation des enseignements par les étudiants. Sans oublier, la juste place offerte à la question de la formation au droit hors les murs des facultés de droit.

Enfin, de façon tout à fait notable, les contributeurs prennent soin de ne jamais se faire donneurs de leçons. Ils ne se limitent donc pas à la critique de l’existant, ils se font également force de proposition. C’est ainsi que s’ils livrent leur vision idéale de la relation enseignant/matière juridique/étudiants, ils n’ont peur ni d’énoncer leurs doutes, ni de la confrontation au réel. Et ils le font de manière très concrète, en nous ouvrant en grand les portes de leurs salles de classe ou de leurs amphithéâtres, pour nous offrir une immersion dans leurs pratiques pédagogiques.

En définitive, pour l’enseignant en droit qui s’interroge sur ses propres pratiques et qui souhaite voir au-delà de son horizon national, de son ancrage local, de ses habitudes, de ses idées reçues, de son conformisme, de sa zone de confort, cet ouvrage est assurément une étape indispensable à sa réflexion.


1 réponse

  1. 06/03/2020

    […] générale, débordant les frontières du droit et s’appuyant sur les acquis des sciences sociales2 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.