Law and Social Theory | Reza Banakar et Max Travers (2e éd.)

banakar-traversReza Banakar and Max Travers, Law and Social Theory, Oxford, Oregon : Hart Publishing, 2013, 2e édition, 368 p.

Compte rendu par Pierre Brunet (Université Paris 1)

À peine plus de dix ans après la première édition, Reza Banakar et Max Travers proposent une seconde édition d’un volume qui avait, lors de sa parution, suscité l’admiration de ses premiers lecteurs. Cette deuxième édition est aussi remarquable mais encore faut-il tout de suite dire que parler de « deuxième édition » est presque trompeur ou d’une excessive modestie car nous sommes bel et bien devant un nouveau livre dont il est évident qu’il fera date à son tour – le signaler, même tardivement, relève donc d’une sorte d’obligation morale.

La nouveauté de cette édition tient d’abord au fait que la quasi-totalité des premières contributions de la première édition ont été ou bien réécrites par de nouveaux auteurs – Michael King sur Luhmann ; Harriet Samuels sur les théories féministes ; Anne Grifiths sur le pluralisme ; Ralf Michaels sur la globalisation – ou bien refondues. Ainsi, Max Travers consacre un chapitre aux sociologues interprétatifs et le droit qui entend couvrir à la fois l’interactionnisme symbolique et l’ethnométhodologie et Mikael Rask Madsen et Yves Dezalay ont actualisé leur texte initial sur Bourdieu par exemple (leur contribution n’est cependant pas inédite car ils reprennent un texte paru en 2012 dans l’Annual Review of Law and Social Science).

Cette édition est ensuite enrichie de nombreuses contributions inédites qui portent soit sur des mouvements (la Sociological Jurisprudence par A. Javier Teviño ; le New Legal Realism par Stewart Macaulay et Elisabeth Mertz ; la « théorie critique raciale » par Angela P. Harris, les théories postcoloniales par Eve Darian-Smith ; ou encore l’étude des professions juridiques par Ole Hammerslev), soit sur des auteurs qui n’étaient pas traités jusqu’à présent comme des figures majeures pour la sociologie du droit ou la sociologie sur le droit. Ainsi, Jürgen Habermas (par Mathieu Deflem) ou Bruno Latour (par Frédéric Audren et Cédric Moreau de Bellaing) viennent rejoindre Niklas Luhmann, Michel Foucault ou Pierre Bourdieu.

Pour autant, certaines contributions ont été conservées et nul ne trouvera à s’en plaindre (on pense évidemment au texte de David Nelken en conclusion de l’ouvrage, consacré à la sociologie comparative du droit ou à la magistrale contribution de Robert Fine sur le marxisme et la théorie sociale du droit).

Sont ainsi abordés les thèmes majeurs de la sociologie du droit, y compris la délicate question du statut de la discipline, laquelle affleure tout au long des contributions : la sociologie du droit relève-t-elle plutôt de la sociologie générale ou de la connaissance du droit ou encore forme-t-elle une discipline à part ? Autrement dit, est-elle une sociologie spécifique – comme il existe une sociologie des organisations ou une sociologie du travail ; une étude du droit à partir des sciences sociales – où le terme « sociologie » serait pris dans un sens très large, ou encore une analyse juridique particulière ? L’ouvrage ne fournit bien sûr pas de réponse univoque et dogmatique à ces questions et laisse au contraire le champ libre à diverses positions, les responsables de l’ouvrage reconnaissant très clairement que leur but est de permettre un éclairage du droit par « la théorie sociale » – mais le singulier fonctionne sans doute mieux en anglais qu’en français.

Si l’ouvrage est placé sous le signe d’une très grande diversité des approches, de sorte que plusieurs lectures ou niveaux de lecture sont envisageables, il n’empêche que Reza Banakar et Max Travers font l’effort de donner des clefs de lecture en fournissant une introduction très éclairante et stimulante pour chacune des six parties que compte l’ouvrage, sans oublier bien évidemment l’introduction générale (Sociologie classique ; Théorie des systèmes ; Approches critiques ; Droit en action ; Postmodernisme ; Globalisation). Ces différentes introductions constituent ainsi des lieux de discussion entre les contributions et permettent, le cas échéant, de combler un manque et de justifier les choix opérés, comme l’absence de chapitres explicitement consacrés à Donald Black ou Talcott Parsons ou aux courants désormais très présents comme les Legal consciousness Studies (auxquelles notre revue a consacré plusieurs études 1 ) ou les études juridiques empiriques. Banakar et Travers expliquent ainsi que l’ouvrage n’a ni la vocation d’une encyclopédie ni l’ambition de développer une grande synthèse. Au contraire, le but est de donner à lire et comprendre des groupes de théoriciens qui, au-delà de leurs différences, ont bel et bien des vues communes. Si l’objectif n’est peut-être pas toujours parfaitement atteint, cela n’a en réalité que peu d’importance. Mieux vaut ici souligner que les contributions elles-mêmes sont remarquablement bien construites et témoignent là encore d’un travail d’édition considérable de la part des responsables du livre. Qu’elles portent sur des auteurs classiques, des courants bien connus ou, au contraire, plus récents, qu’elles soient le fait de juristes, de sociologues ou d’anthropologues, toutes fournissent à la fois un excellent état de l’art et des pistes de réflexion qui permettent aux lecteurs, même les moins expérimentés, de faire des croisements et des recoupements entre les contributions.

Un autre mérite de la démarche adoptée est de mettre en évidence le contraste entre les approches théoriques et celles empiriques. La place accordée à ces dernières est sans doute quantitativement moins importante mais le lecteur aura de quoi se faire une assez bonne idée des actuelles discussions et positions défendues à travers la très utile section 4 consacrée au « droit en action ». Cette dernière est constituée de trois contributions consacrées principalement aux théories interprétatives à travers notamment l’ethnométhodologie de Harold Garfinkel, aux analyses de Bruno Latour à travers son ouvrage sur le Conseil d’État et aux prolongements du Réalisme juridique aux États-Unis à travers les courants dits des études juridiques empiriques (Empirical Legal Studies) et du nouveau réalisme juridique (New Legal Realism). Aussi différents soient-ils, ces trois courants ont effectivement en commun de chercher à comprendre comment le droit fonctionne « en contexte » ; les auteurs adoptent volontiers un point de vue « interne » ou encore « herméneutique » en s’attachant aux pratiques juridiques qui permettent de saisir les multiples et infinies variations entre la norme et son usage ainsi que les modalités spécifiques du discours juridique qui, comme on aime à le dire parfois, et au risque de prendre la métaphore pour argent comptant, « construit un monde » en fabriquant un récit officiel qui semble obéir à une vérité propre, ce qui a fait dire à certains, dont Bourdieu, que le droit mettait en place des fictions « non fictives ». Reste que ces modes de véridiction spécifiques au droit qui fascinent tant certains sociologues ne sont pas tout à fait nouvelles pour les juristes ni pour ceux qui, du côté de la sémiotique et de l’analyse des discours, se sont très tôt intéressés au discours juridique2 . La contribution de Stewart Macaulay et Elizabeth Mertz – lesquels s’appuient sur divers travaux récents dont le travail de Kathryn Hendley sur la Rule of law en Russie –, souligne combien les approches empiriques qui se développent depuis quelques années aux États-Unis partagent certains présupposés de l’ethnométhodologie – notamment en ce qui concerne la place de la théorie comme résultat de l’observation empirique.

Du côté des approches « purement » théoriques, si l’on peut dire, notamment celles de Luhmann et Habermas, on ne peut que louer les mérites des contributions qui leur sont consacrées et qui, toutes deux, parviennent non seulement à rendre toute la subtilité et la force des théories en question mais formulent également des objections et s’emploient à montrer les difficultés ou réticences que leurs réceptions ont pu susciter, sans d’ailleurs dissimuler la part de responsabilité imputable à leurs auteurs.

Enfin, l’ouvrage renouvelle profondément le champ des études critiques au sens large, c’est-à-dire en y incluant les approches dites postmodernes. On sait l’importance prise par l’œuvre de Foucault chez de nombreux juristes qui y trouvent de quoi alimenter une réflexion sur le pouvoir non pas seulement politique mais aussi organisationnel ou encore managérial. L’article de Gary Wickham, qui existait déjà dans la première édition, demeure plus que précieux en ce qu’il reconstruit avec une extrême précision non seulement la façon dont Foucault a pensé le doit mais il montre aussi fort bien comment Foucault peut aider à penser le droit aujourd’hui. De même, on ne peut que se féliciter de la place accordée dans cette édition à une contribution sur les « théories postcoloniales du droit », domaine de recherche lui aussi en plein essor et que la globalisation ne peut que renforcer tant cette dernière conduit – selon certains – à la reproduction des discriminations d’hier.

On ne doute pas que, dans quelques années, Reza Banakar et Max Travers éprouveront le besoin de conduire une troisième édition. Et l’on peut parier alors qu’en plus des nombreux thèmes abordés une place de choix sera réservée à des sujets et objets émergents, tels les animaux, l’environnement et l’intelligence artificielle, que les études socio-juridiques commencent à prendre en compte, à travers notamment les concepts de crimes environnementaux, de responsabilité environnementale ou d’écocide.

  1. V. par ex. Jérôme Pélisse, « Consciences du temps et consciences du droit chez des salariés à 35 heures », Droit et Société, 53, 2003, p. 163-184. []
  2. On pense ici à l’article d’Éric Landowski, « Vérité et véridiction en droit », Droit et Société, 8, 1988, p. 47-63 ou aux analyses de Bernard Jackson dans ses travaux de sémiotique sur la construction des faits dans le procès (Making Sense in Law et Making Sense in Jurisprudence, Liverpool : Deborah Charles, 1995 et 1996).  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.