La désobéissance civile mode(s) d’emploi |Thomas Windisch

Thomas Windisch, La désobéissance civile mode(s) d’emploi, préface de François Ost, Québec : Presses de l’Université Laval, coll. « Dikè »,  2023, 265 p.

Compte rendu par Pascal Richard (Université de Toulon, CERC)

 

Au-delà d’une qualité littéraire certaine, l’ouvrage de Thomas Windisch offre aux lecteurs une expérience passionnante et originale. Il permet l’analyse du concept de désobéissance civile en le confrontant aux évolutions des théories juridiques et aux diverses formes de transgressions. Dès lors, c’est dans l’effet de parallaxe que suscite cette relation que se développe une « réflexion » sur l’identité même du droit dans les discours sur le droit.

On le comprend, l’ouvrage est important et audacieux. Ce qui interpelle, immédiatement, à la lecture du livre, c’est la forme de la narration. Celle-ci développe une construction particulièrement originale qui permet une authentique aventure de lecture. Il s’agit, pour l’auteur, de prendre pour modèle la forme complexe du roman de Georges Perec, La vie mode d’emploi, dans lequel celui-ci cherche à épuiser le réel du roman lui-même. La volonté exprimée est ainsi d’utiliser la méthode littéraire afin de dégager un discours réflexif qui s’attache aux travaux des chercheurs liés à la conceptualisation de la désobéissance civile.

Au-delà de la forme l’auteur tente d’appréhender la question de la désobéissance civile en confrontant celle-ci aux diverses théories qui tentent de lui donner du sens. Le droit dans nos sociétés contemporaines évolue et, dès lors, la désobéissance civile elle-même change (ainsi que les formes de transgressions et les possibles légitimations théoriques). Le droit, en devenant plus souple, plus complexe et plus ouvert à la pluralité ou à la fragmentation, impose alors nécessairement de repenser la désobéissance civile.

Pour rendre compte de cette complexité, l’auteur entreprend, dans la première partie de cet ouvrage, une remarquable et très riche analyse de la généalogie du concept et ceci au travers d’une maîtrise tout aussi remarquable des divers courants juridiques qu’il synthétise avec élégance et une parfaite cohérence. Au terme de cette première partie – et de notre déambulation dans la construction de la pensée juridique et l’architecture du bâtiment qu’il offre à visiter –  le constat est pour l’auteur le suivant : la désobéissance civile était parvenue à une certaine époque à devenir le fond sous-jacent du droit lui-même (ce qui permettait à celui-ci d’être en rapport à la réalité mouvante qu’il tentait de normer). La transgression de la règle était d’une certaine manière son ajustement et sa réaffirmation.

La seconde partie de l’ouvrage cherche à appréhender la crise de ce modèle et la façon dont ce concept a évolué dans son rapport à un droit postmoderne.

Cette évolution est synthétisée par l’auteur en plusieurs temps. Il s’agira, tout d’abord, de mettre en exergue (et de croiser) : le rôle attribué à ce concept par les théories émergentes ; l’évolution de certains éléments fondamentaux – « matériels » et « substantiels » (qui permettent de légitimer celle-ci) – ; enfin, l’auteur fait émerger les contradictions inhérentes à cette évolution et offre au lecteur l’image du puzzle inachevé comme représentation de cette synthèse impossible (les théories qui concernent la désobéissance civile forment des aquarelles que la pensée juridique a peintes et sur lesquelles il est possible de poser un calque conceptuel formé à partir de l’analyse contemporaine du concept de désobéissance civile et de créer des puzzles. Cependant, il est aujourd’hui devenu impossible de les reconstituer).

L’auteur s’est enfin attaché à examiner la conception contemporaine de l’obéissance et ceci en contrepoint d’un droit qui est aujourd’hui marqué par la pluralité, la complexité et la relativité.

Que faut-il alors penser de cette expérience de lecture que permet cet ouvrage cultivé et réellement passionnant ? Nous mettrons en exergue deux réflexions qui nous apparaissent comme saillantes. 

La première s’attache aux ressources inhérentes à la méthode littéraire utilisée afin de mobiliser la capacité réflexive ; la seconde devrait permettre de dégager une dimension inhérente à la norme susceptible d’expliciter la désobéissance civile.

S’agissant, en premier lieu, de la méthode littéraire, elle apparaît parfaitement capable d’illustrer la singularité propre à la recherche juridique. Comme le présente l’auteur, « l’approche littéraire permettra à la production scientifique de dire implicitement : je fais semblant d’être le réel, en référence à un système de conventions, à un Code accepté par le lecteur ». Il y a ainsi dans le texte qui fait l’objet de cette recension une compréhension très fine de ce que certaines « situations » offrent au titre d’expériences existentielles. Elles permettent de nous détacher ou de rompre avec des conditionnements. Un serment, une faute, une souffrance physique ou morale portent ainsi parfois vers un point de bascule où se joue quelque chose de conflictuel et où la liberté du choix peut se saisir d’elle-même.  L’ordinaire, l’ennui… peuvent également faire l’objet de cet éveil. C’est finalement ce « point de fuite » que cherche à mettre en scène l’ouvrage de Thomas Windisch au bénéfice du chercheur lui-même.

L’épuisement des lieux chez Perec n’est ainsi qu’une forme de dépassement de cette phénoménologie empirique et ceci au bénéfice d’une forme nouvelle et toujours possible d’existence. Dès lors, c’est dans l’ordinaire qu’il laisse apparaître la possibilité toujours ouverte d’une expérience authentique. Cette ouverture est, certes, plus facilement perceptible lorsque s’effondre la doxa dominante. Il s’agit alors de se porter au-delà du seul mimétisme social : à l’égard de la désobéissance civile valent plusieurs mode(s) d’emploi et c’est dans la présence continue de ceux-ci que se présente le réel de ce concept.

Ce qui vaut pour l’opérateur juridique (celui qui va être confronté à la normativité de la règle et qui va l’utiliser dans une perspective de stratégie afin de mettre en jeu la désobéissance civile) œuvre ainsi également pour le chercheur en droit. La multiplication des récits, le passage d’une pièce à une autre de la demeure propre à la connaissance juridique permettent de confronter le chercheur à une pluralité de points de vue et de faire sentir ce qui est absent : une théorie de la norme susceptible d’intégrer la désobéissance civile et ses apories, et ceci à partir d’un effet de parallaxe parfaitement maitrisé…

La métaphore de l’immeuble ou du puzzle laisse alors, selon nous, la place à une autre forme rhétorique. Là où la métaphore joue sur l’absence (absence d’une forme susceptible de redonner une unité aux puzzles) celle-ci va s’inverser sous la forme de l’hypallage. Dès lors, c’est la présence (paradoxale car elle concerne l’absence elle-même) qui va devenir envahissante. La réitération, la redondance d’un même objet sous de multiples formes et de multiples présentations expriment alors l’impossibilité d’opérer un choix ou d’engager une décision (la figure en examen serait en quelque sorte indécidable : un peu à la manière de cette célèbre illusion du « canard/lapin » où les deux formes coexistent toujours, mais jamais en même temps pour notre conscience).

C’est ainsi dans la totalité d’une culture juridique questionnée que se manifeste un choix raisonné qui est toujours pour partie fautif et dont il faut, au titre de chercheur, rendre justice.

Le second point s’attache non plus seulement à la forme, mais au fond. Il convient de tenter de dire quelques mots de cette crise de la normativité qu’exprime à sa manière la difficulté de penser la désobéissance civile.  Notre droit (aujourd’hui hanté par le pluralisme, la complexité et la décontraction dans l’obéissance qu’il impose) offre de repenser une possible effectivité de la norme sans accomplissement nécessaire de celle-ci. Il est possible d’agir en conformité à une norme (et donc d’agir selon celle-ci ou en fonction de celle-ci) ; de mettre en œuvre la norme et donc d’œuvrer à partir de celle-ci ou d’estimer qu’elle nous dispose à agir. Dans ces différentes configurations, désobéir n’a clairement pas le même sens. 

Cette question de la complexité inhérente à l’effectivité de la norme et à son analycité permet de distinguer deux approches de la désobéissance. Sur la route qui s’ouvre à nous dans notre manière de mettre en œuvre les normes nous avons l’impression (largement erronée) que celle-ci est la même et ceci que nous parcourions la route vers une destination ou que nous revenions de ce même voyage. Il s’agit là de la distinction parfaitement analysée par le professeur Amedeo Giovanni Conte dans divers travaux entre « suivre une règle » et « persister dans une régularité ». Il s’agit ainsi de choisir d’agir « selon » ou « en fonction de la règle ». C’est ce que manifeste le paradoxe d’Oreste dans les travaux du professeur Conte[1]. Il ne s’agit pas véritablement d’une antinomie déontique, mais de la manifestation d’une opacité référentielle dans l’acte d’énonciation lui-même.

Cette dimension offerte au choix devant la norme est celle que nous accorde l’auteur dans le cheminement qu’il propose au sein de l’édifice du savoir juridique. Il nous appartient de rentrer dans cet édifice, d’accepter le « pacte de lecture » avec l’auteur et de faire vivre la situation narrative afin qu’elle s’écarte de la situation d’écriture initiale et que s’ouvre notre espace de rencontre avec la norme. C’est cette dimension du choix, inhérente à la règle, permettant d’échapper aux contraintes d’une phénoménologie empirique du droit et à ses régularités (phénoménologie qui fait de l’homme un « sujet » du droit et un « être-objet » à la disposition de celui-ci et de ses techniques) et ouverte sur une phénoménologie existentielle du droit que nous accorde de vivre un temps la lecture passionnante de ce(s) mode(s) d’emploi qui s’attache(nt) à la désobéissance civile.

 

[1] A. G. Conte, « Codice deontici », in Filosofia del linguaggio normativo, I, Studi 1965-1981, Torino : Giappichelli, 1989, p.149-161



Citer ce billet
ds (2024, 19 avril). La désobéissance civile mode(s) d’emploi |Thomas Windisch. Droit & Société. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8sf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search