Une affaire de stups. Démantèlement d’un trafic de drogue dans un grand ensemble HLM (1998-1999) | Thomas Bujon

Thomas Bujon, Une affaire de stups. Démantèlement d’un trafic de drogue dans un grand ensemble HLM (1998-1999), Paris : L’Harmattan, 2022, coll. « Logiques sociales », 265 p.

 Compte rendu par Julien Louis (Université Lyon 2 – Laboratoire Triangle)

 L’ouvrage de Thomas Bujon propose une microsociologie du travail pénal accompli par les policiers et les magistrats à l’encontre d’un trafic de drogue dans un grand ensemble populaire de Lyon. Le parti pris original de l’auteur consiste à se concentrer sur une seule affaire ayant eu lieu au cours des années 1998 et 1999 en la suivant de bout en bout, de la genèse de l’enquête jusqu’au procès. Ce faisant, l’auteur ambitionne de décrire de façon détaillée les « mœurs procédurales » (p. 12) de la myriade d’acteurs impliqués dans la chaîne pénale, tout en montrant comment ceux-ci parviennent à travailler ensemble de manière coordonnée dans cette affaire. La sélection de cette dernière est justifiée par son caractère jugé à la fois typique des mutations du grand banditisme vers le narcotrafic et emblématique de la lutte antidrogue à Lyon. En outre, ce cas présente un intérêt pour l’analyse en ce qu’il préfigure de nouvelles pratiques pénales alors peu répandues, telles que le recours aux dispositions relatives au blanchiment d’argent[1], ou encore la coopération étroite entre différentes administrations et services d’enquête, laquelle précède selon l’auteur la création des groupes interministériels de recherche (GIR) en 2002[2].

L’enquête déployée par l’auteur et les matériaux empiriques mobilisés sont à la hauteur des ambitions descriptives et documentaires énoncées en introduction : l’ouvrage repose en effet sur l’exploitation du très volumineux dossier pénal de l’affaire, auquel l’auteur a eu accès via le parquet de Lyon, ainsi que sur une dizaine d’entretiens conduits auprès des policiers et magistrats impliqués dans l’affaire à l’époque, et auprès d’autres œuvrant de nos jours dans la lutte contre la drogue et le grand banditisme. Pour comprendre l’institution pénale au travail, Thomas Bujon recourt enfin à des méthodes ethnographiques qui l’ont conduit à réaliser de multiples observations au sein de plusieurs services d’enquête à Lyon, complétées par des observations d’audiences correctionnelles au tribunal de grande instance.

En dépit de l’importance et de l’originalité certaine de ces matériaux, on peut regretter la faible réflexivité déployée par l’auteur à leur égard, a contrario d’autres recherches en sociologie de la police[3] : quelles ont été les conditions d’accès aux terrains policiers, que l’on sait historiquement difficiles pour les chercheurs en sciences sociales en France[4] ? Pourquoi la hiérarchie policière a-t-elle donné son autorisation pour une telle étude et qu’attendait-elle de cette recherche ? Quelles ont été les relations ethnographiques nouées avec les policiers et en quoi celles-ci peuvent-elles, éventuellement, influencer les propos tenus et les comportements ?

Ces questionnements auraient été d’autant plus les bienvenus que le matériau empirique est tout entièrement ou presque composé de données produites par et pour les professionnels du travail pénal. L’auteur revendique d’épouser la perspective policière et judiciaire pour en rendre compte au mieux (p. 31-32), ce qui soulève d’importants enjeux épistémologiques, bien repérés par les sciences sociales[5], mais qui ne sont pas vraiment discutés dans l’ouvrage. Pourtant, le rapprochement du travail d’enquête sociologique avec celui du juge d’instruction (p. 23) ne va pas de soi, en particulier lorsque le sociologue, loin d’instruire « à charge et à décharge », s’appuie sur le point de vue quasi unique des policiers et magistrats pour en décrire et étudier non seulement le travail, mais aussi, et ceci est davantage problématique à notre sens, le fonctionnement d’un trafic de drogue dans un quartier de grands ensembles. Cette perspective policière et judiciaire n’est en effet nuancée que par quelques articles de presse, et un seul entretien conduit avec une personne impliquée dans le trafic de drogue et le banditisme à Lyon.

Sur le plan de son organisation générale, le livre se compose de neuf chapitres que l’on parcourt aisément grâce à une écriture fluide et ciselée. Nous ne résumerons que brièvement ces chapitres, puisque leur intérêt réside avant tout dans la lecture des descriptions fines des différentes séquences et nombreux rebondissements qui ponctuent l’enquête pénale.

Les chapitres 1 et 2 reviennent sur la genèse de l’enquête en présentant le service qui la mène, à savoir le Groupe d’enquêtes anti-drogue (GEAD) d’un commissariat d’arrondissement de Lyon, et les circonstances qui le conduisent à mettre sur pied une investigation dont la complexité est inédite pour un service de petite envergure, généralement habitué à réprimer le trafic de stupéfiants en surface plutôt qu’à démanteler des réseaux entiers. Les chapitres 3 et 4 se concentrent sur l’organisation du réseau qui anime le trafic dans le quartier visé par l’enquête, en décrivant ses modalités d’approvisionnement, ses pratiques de vente et la division du travail selon laquelle opèrent ses divers protagonistes (dealers, grossistes, rabatteurs, etc.).

Un tournant dans le fil du récit s’opère au chapitre 5, lorsque les enquêteurs (et le lecteur à travers eux) comprennent que cette « affaire de stups » somme toute ordinaire recouvre en réalité des enjeux criminels plus importants. Au cours de leurs investigations, les policiers découvrent en effet l’implication de figures de premier plan dans les filières d’importation de drogue à Lyon, elles-mêmes liées à des personnalités du grand banditisme local (« le milieu »), avec des ramifications sur le plan transnational (Espagne, Maroc). En raison de cette criminalité de haut niveau, le GEAD est amené à coordonner ses efforts avec la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la Police judiciaire de Lyon, en charge de ce volet de l’affaire, le tout sous la houlette des magistrats du parquet et de l’instruction. La restitution des efforts de coordination entre ces acteurs, et les compromis et arrangements informels qu’ils impliquent, constitue à notre sens l’un des passages les plus stimulants du livre.

Cette affaire dans l’affaire s’accompagne également de qualifications pénales novatrices, à savoir les normes antiblanchiment, qui font l’objet d’un second dossier formellement distinct mais, en pratique, lié au premier pendant de l’instruction. Là encore, ceci n’est pas sans nécessiter un « travail d’articulation » entre services de police (pour reprendre le célèbre concept d’Anselm Strauss que l’auteur n’emploie pas mais qui aurait pu être heuristique et congruent avec la perspective goffmanienne à l’œuvre dans l’ouvrage) dont les modalités sont exposées dans le chapitre 6. Enfin, l’auteur en vient dans le chapitre 7 aux étapes conclusives de la procédure pénale, à savoir le récit de l’interpellation spectaculaire des nombreux suspects par le GEAD et ses renforts, doublée par l’arrestation plus discrète de certains grossistes alimentant le réseau par la BRI. Au terme des perquisitions et interrogatoires, un procès se tient rapidement en novembre 1999, bien restitué dans le chapitre 8.

Le chapitre 9 se démarque des précédents en ce qu’il effectue un bond dans le temps pour revenir à l’époque contemporaine, afin d’examiner le devenir du quartier dans lequel ce trafic a été démantelé et quelles sont les pratiques que la police y déploie désormais en matière de lutte contre la drogue. Alors qu’il se refuse à le faire dans l’introduction de l’ouvrage, Thomas Bujon souligne finalement toutes les difficultés et limites posées par la « guerre contre la drogue » aujourd’hui : les stupéfiants vendus sont de plus en plus diversifiés, les réseaux démantelés se reconstituent de manière quasi instantanée, et la coordination entre les services de police et la justice s’avère encore plus difficile. La conclusion de l’ouvrage prolonge ce tableau pessimiste en ajoutant plus généralement, d’une part, que le trafic de drogue et sa répression se sont militarisés, entraînant des niveaux de violence importants et, d’autre part, que l’enquête judiciaire complexe est devenue le parent pauvre de la police française.

Pour conclure, nous pourrions dire que l’ouvrage de Thomas Bujon possède les défauts de ses qualités. Indéniablement ces qualités reposent sur la richesse empirique du livre, sur sa finesse narrative et son épaisseur descriptive, et sur la reconstitution méticuleuse des différentes étapes qui scandent l’enquête pénale. Toutefois, si le pari d’une description détaillée du travail policier est bien tenu, il nous semble que l’auteur avait les moyens de franchir un cran supplémentaire dans l’analyse scientifique pour formuler des questions à la problématisation plus affirmée et proposer des hypothèses explicatives pour y répondre, c’est-à-dire passer du « comment » au « pourquoi » : pourquoi dans cette affaire particulière les différents services de police sont parvenus à coopérer, alors que les concurrences sont habituellement vives (la fameuse « guerre des polices ») ? Qu’est-ce qui explique que le GEAD parvienne à faire aboutir une telle enquête de grande ampleur ?

Ces questions ne sont pas explicitement posées mais en filigrane, dans l’ouvrage, on devine certains éléments de réponse qui auraient sans doute mérité d’être plus amplement développés. Par exemple, les origines sociales et la trajectoire professionnelle des membres du GEAD sont susceptibles d’éclairer les pratiques policières à l’œuvre dans ce service et les catégories d’entendement mobilisées pour appréhender et hiérarchiser les affaires[6] ; ou encore, les relations entre les services de police à Lyon ne peuvent être entièrement comprises sans analyser le contexte local très particulier dans lequel elles se nouent, à savoir une domination de la BRI, dirigée à l’époque par Michel Neyret, sur les autres services, dont les pratiques feront ensuite scandale et seront sanctionnées ; enfin, il n’est plus à démontrer que la sociologie de l’institution policière et ses réformes éclairent les pratiques et la division du travail en vigueur[7], pourtant ce n’est que tardivement (p. 225) que l’auteur évoque (rapidement) cette dimension organisationnelle.

En définitive, les critiques énoncées dans cette présente recension de l’ouvrage ne restreignent pas son intérêt pour tout chercheur intéressé par la sociologie de la police et de la justice. Au contraire, les quelques réserves suscitées par cette étude donnent à réfléchir de manière stimulante à ce qui fait de cette « affaire de stups » un cas d’espèce pour la sociologie du travail pénal, ainsi qu’aux enjeux méthodologiques et épistémologiques qui en découlent.

 

[1] Sur l’influence de la « guerre contre la drogue » dans la mise en place des normes antiblanchiment, lire : Gilles Favarel-Garrigues, Thierry Godefroy, Pierre Lascoumes, Les sentinelles de l’argent sale. Les banques aux prises avec l’antiblanchiment, Paris : La Découverte, 2009, p. 31-48.

[2] Leur genèse et évolution est toutefois plus complexe : Marion Guenot, « Intersectorialité et redéfinition d’un problème public. Invention politique et contre-invention administrative des groupes d’intervention régionaux de la police judiciaire », Gouvernement et action publique, 12 (1), 2023, p. 73-94.

[3] Voir notamment : Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris : Le Seuil, 2011, p. 31-59 ; Jacques de Maillard, « Faire parler les policiers. Retour sur deux enquêtes par observations et entretiens », Bulletin de méthodologie sociologique, 143, 2019, p. 22-44 ; Geneviève Pruvost, « Enquêter sur les policiers. Entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, 48, 2007, p. 131-148.

[4] Dominique Monjardet, Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris : La Découverte, 1996.

[5] Par exemple en histoire : Carlo Ginzburg, Le juge et l’historien. Considérations en marge du procès Sofri, Lagrasse : Verdier, 2007.

[6] Marion Guenot, « Le traitement des affaires de ‘patrimoine criminel’. Entre classement d’institution et morale de classe », Regards sociologiques, 57-58, 2021, p. 131-143 ; Gwénaëlle Mainsant, « L’État en action : classements et hiérarchies dans les investigations policières en matière de proxénétisme », Sociétés contemporaines, 72 (4), 2008, p. 37-57 ; Laurence Proteau, « L’économie de la preuve en pratique. Les catégories de l’entendement policier », Actes de la recherche en sciences sociales, 178 (3), 2009, p. 12-27.

[7] Elodie Lemaire, « Division du travail judiciaire », in Jacques de Maillard, Wesley G. Skogan (dir.), Police et société en France, Paris : Presses de Sciences Po, 2023, p. 83-102.



Citer ce billet
ds (2024, 11 mars). Une affaire de stups. Démantèlement d’un trafic de drogue dans un grand ensemble HLM (1998-1999) | Thomas Bujon. Droit & Société. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzyf

1 réponse

  1. Coubronne Yves dit :

    Bonjour je suis le commandant de police responsable du Gead qui a démantelé le trafic de la Duchere. Thomas Bujon m’a contacté à la demande des magistrats lyonnais pour cette étude sociologique. C’est un rapport de confiance qui a permis d effectuer ce travail avec tous les policiers et magistrats. Concernant l origine des policiers je vous signale que j’ai rédigé une autobiographie sur conseils de Thomas qui s intitule Flic des stups . Vous pouvez comprendre pourquoi certaines fois la guerre des polices n existe pas. Je suis à votre disposition si vous désirez d autres renseignements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search