Religion séculière. Une polémique contre la mésinterprétation de la philosophie sociale, de la science et de la politique modernes en tant que « nouvelles religions » | Hans Kelsen

Hans Kelsen, Religion séculière. Une polémique contre la mésinterprétation de la philosophie sociale, de la science et de la politique modernes en tant que « nouvelles religions », traduction française et postface de François Lecoutre,  Paris : Éditions Kimé, 2023 [2012], coll. « Nomos & Normes », 454 p.

Compte rendu par Arthur Molines (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Le nom de Hans Kelsen évoque depuis longtemps déjà, en France, aussi bien la paternité de la théorie de la hiérarchie des normes et la promotion d’un certain modèle de contrôle de constitutionnalité des lois, qu’un infatigable effort d’analyse du droit international, de la démocratie et de la justice en vue de la promotion de la paix par le droit[1]. Récemment, à l’occasion d’une publication collective, la question a néanmoins pu être posée de savoir si cette partie de son œuvre n’était pas tout aussi classique que méconnue[2]. Difficile d’imaginer qu’une telle interrogation puisse, à l’heure actuelle, être utilement formulée au sujet des deux ouvrages auxquels François Lecoutre, professeur à l’Université d’Orléans, a consacré ses travaux de traduction. Posthumes et de publication récente, ils ne sauraient bénéficier du statut de « classiques ».

Le premier d’entre ces deux ouvrages, dont la traduction française a été publiée en 2021, est intitulé Une nouvelle science du politique. Une réplique au livre d’Eric Voegelin. Il se présente comme un volumineux compte rendu critique de l’ouvrage Une nouvelle science du politique[3]d’Eric Voegelin. Compte rendu dont Hans Kelsen n’entreprendra finalement pas la publication[4]. Le second fait l’objet de la présente recension et dont la traduction est à nouveau publiée dans l’importante collection « Nomos & Normes » des Éditions Kimé. Il se présente, quant à lui, selon les mots de l’auteur, comme « dirigé contre les tentatives de divers écrivains récents d’interpréter les travaux les plus importants de philosophie sociale, surtout de philosophie de l’histoire, des temps modernes, en dépit de leur tendance franchement antithéologique, comme de la théologie déguisée ou dégénérée, et certaines idéologies politiques de notre temps comme des religions séculières » [p. 11].

La parution de l’original anglais en 2012 et, depuis, de diverses traductions, a suscité une littérature secondaire déjà importante[5], littérature au sein de laquelle François Lecoutre figure en bonne place. Les travaux du traducteur en histoire des idées ont en effet été initiés à l’occasion de sa thèse de doctorat consacrée à la controverse qui s’est développée entre Hans Kelsen et Eric Voegelin [6]. Ses recherches lui permettent, dès lors, de proposer au lecteur une très riche postface [p. 353-436]. Cette dernière offre en effet une présentation détaillée de l’histoire éditoriale de cet ouvrage, une discussion critique des hypothèses avancées pour expliquer son retrait de la publication par Hans Kelsen lui-même, en 1964, ainsi qu’un effort pour situer la position kelsénienne sur ce point vis-à-vis de celles d’auteurs aussi importants que Hannah Arendt [p. 406-417], Hans Blumenberg  [p. 417-427] et Ronald Dworkin [p. 427-434]. Mais elle propose également une analyse critique, et du contenu de l’ouvrage, et de la méthode qui y est mise en œuvre. Sur ce dernier point, il est intéressant de relever le rapprochement opéré par François Lecoutre entre la manière kelsénienne de pratiquer l’histoire des idées et la méthodologie développée et promue par l’école de Cambridge, sous l’impulsion de Quentin Skinner [p. 378-382]. A tous points de vue, sa lecture ne peut qu’être recommandée.

Sans prétendre ajouter de nouveaux éléments de connaissance à propos de cet ouvrage, quelques impressions de lecture peuvent être formulées. Dans cet ordre d’idées, Religion séculière suscitera peut-être et alternativement, chez le lecteur francophone, surprise et familiarité.

Du côté des causes de la surprise d’abord, il est possible de compter, notamment, l’ancrage disciplinaire, le genre et quelque aspect stylistique de l’ouvrage. D’un point de vue disciplinaire, Religion séculière (…) relève de l’histoire des idées. Plus concrètement, cet ouvrage est le résultat d’une prise de conscience. Hans Kelsen s’est rendu compte que les idées qu’il avait d’abord rencontrées chez Eric Voegelin se distribuaient, plus largement, dans la pensée de nombreux autres auteurs[7]. En réaction, il s’attache donc à développer une critique de l’interprétation qu’ils font des philosophies politiques totalitaristes du XXème siècle et/ou de la pensée d’auteurs pourtant engagés sur la voie d’une émancipation vis-à-vis de la métaphysique et de la théologie comme relevant, en dernière analyse, d’un mode de pensée religieux. Successivement, ce sont donc des penseurs comme Hobbes [p. 111-116], Hume [p. 165-174], Comte [p. 185-204] ou encore Marx [p. 205-248] et  Nietzsche [p. 249-314] que Hans Kelsen s’attache à rapatrier dans le giron d’une modernité qui ne serait pas une simple théologie déguisée.

La surprise peut encore venir du fait qu’il est fort peu question de droit dans cet ouvrage. Elle sera d’autant plus grande que le juriste viennois consacre d’autres travaux à la religion, dans lesquels il tente de faire apparaître certains liens entre religion, société et droit, et entre théologie et théorie de l’État. La traduction récente de l’article « Dieu et l’État »[8] dans la revue Droits permet de prendre la mesure de l’intérêt que peuvent revêtir ces rapprochements. Dans Religion séculière (…), en revanche, Hans Kelsen envisage la religion d’un point de vue plus étroitement épistémique et dans la relation oppositionnelle qu’elle entretient, de ce même point de vue, avec la science. Ainsi resserrée, la discussion le conduit à critiquer la pensée d’auteurs maniant le concept de « religion séculière » de manière aussi différente qu’Eric Voegelin et Karl Löwith d’un côté, Raymond Aron et Bertrand Russell de l’autre. Cette caractérisation étroite de la religion et de la science dans les termes de deux attitudes épistémiques distinctes vis-à-vis d’ensembles de croyances donnés est indubitablement d’une grande efficacité critique. Même si elle laisse, par définition, dans l’ombre portée de cet ouvrage, les aspects plus proprement axiologiques et normatifs habituellement associés aux phénomènes religieux.

Par ailleurs, la nature distinctive du projet et de l’argumentation mise en œuvre permet de ranger Religion séculière (…) dans le genre de l’essai polémique. Appartenance générique qui est susceptible de venir redoubler la surprise du lecteur. Non parce que la rudesse et la véhémence ponctuelles du style kelsénien sont absentes de ses travaux accessibles en langue française, mais bien dans la mesure où ces derniers, y compris la plupart de ceux qui possèdent le format d’un article, s’analysent plutôt comme des travaux de synthèse dont la construction est à la fois positive et systématique. Dans Religion séculière (…), le lecteur ne trouvera pas de théorie de la sécularisation et/ou des religions séculières[9], mais bien l’application d’un même argument rejouée auteur par auteur, tout au long des quatorze chapitres que compte l’ouvrage.

Il reste que si surprise il y a, celle-ci ne sera pas totale. Car du côté de la familiarité, le lecteur ne manquera pas de reconnaître le goût kelsénien pour les grandes « distinctions fondamentales »[10] et dichotomiques, de même que son engagement en vue du développement de la science et de la réalisation de l’idéal d’objectivité qui l’anime. Un « autre » Kelsen ? Pas réellement donc. Le lecteur le rencontrera plutôt sur un nouveau terrain.  

Ces quelques impressions mises à part, il convient d’insister, pour conclure, sur le fait que la parution de la traduction française de Religion séculière (…) est un événement significatif d’un point de vue conjoncturel. Avec la publication, cette même année, de Hans Kelsen – Autobiographie[11], elle atteste de la vitalité des études kelséniennes en France. Et dans la mesure où elle met à la disposition d’un large public un texte dont la lecture pourra susciter l’étonnement, elle participera peut-être, faut-il l’espérer, au recul de l’image parfois erronée que l’on se fait en France de l’œuvre de ce grand juriste et penseur qu’est Hans Kelsen. 

 

[1]     Voir, par exemple, en ce sens, Hans Kelsen, Peace trough Law, Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1944, xii + 155 p.

[2]     Thomas Hochmann, Xavier Magnon, Régis Ponsard (dir.), Un classique méconnu : Hans Kelsen, Paris : Mare et Martin, 2019, 434 p.

[3]     Hans Kelsen, A New Science of Politics: Hans Kelsen’s Reply to Eric Voegelin’s ‘New Science of Politics’. A Contribution to the Critique of Ideology, Eckart Arnold (Ed.), Berlin: De Gruyter, 2004, 137 p. ; Eric Voegelin, The New Science of Politics: An Introduction, University of Chicago Press, 1952, XIII + 193 p.  Voir, par exemple, Nicoletta Ladavac, « Compte rendu de : Une nouvelle science du politique. Une réplique au livre d’Eric Voegelin », Droit et société, rubrique « Lu pour vous », 2021 [https://ds.hypotheses.org/8988].

[4]     Voir, au sujet des hypothèses avancées pour expliquer cette non-publication, François Lecoutre, « Postface », in Hans Kelsen, Une nouvelle science du politique (…), traduction et postface de François Lecoutre, Paris : Kimé, 2021, p. 209-211.

[5]     Voir, par exemple, Clemens Jabloner, Thomas Olechowsky, Klaus Zeleny (Eds.), Secular Religion Rezeption und Kritik Rezeption und Kritik von Hans Kelsens Auseinandersetzung mit Religion und Wissenschaft, Wien: Manz, 2013 ; Nicoletta Ladavac, Paolo Di Lucia, Lorenzo Glazel (Eds.), « Dossier. Religioni senza un Dio ? Hans Kelsen e lo spirito della modernità », Sociologia del Diritto, 2017, n°1, p. 127-243.

[6]     François Lecoutre, La controverse entre Hans Kelsen et Eric Voegelin en théorie du droit et en théorie politique, préface Renaud Baumert, avant-propos Carlos Miguel Herrera, Bayonne : IFJD, 2020, 1038 p.

[7]     Auteurs dont il dresse la liste non exhaustive dans l’introduction [p. 13-26].

[8]     Hans Kelsen, « Dieu et l’État », Droits, 2021, n° 73, p. 169-186, traduction Jean-François Vincent.

[9]     Voir, par exemple, l’esquisse proposée en ce sens par Ronald Dworkin dans l’un de ses derniers ouvrages, Religion sans Dieu, Genève : Labor et Fides, 2014, 124 p.

[10]   Voir, par exemple, pour la conceptualisation explicite de ce concept, Otto Pfersmann, « Un programme de recherche ouvert, contesté, inachevé », in Un classique méconnu : Hans Kelsen, op. cit., p. 64-66.

[11]   Éric Millard (dir.), Hans Kelsen. Autobiographie, Paris : Dalloz, 2023, 223 p.



Citer ce billet
mcornec (2024, 29 janvier). Religion séculière. Une polémique contre la mésinterprétation de la philosophie sociale, de la science et de la politique modernes en tant que « nouvelles religions » | Hans Kelsen. Droit & Société. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vou5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search