Les data contre la liberté | Patrick Pharo

Patrick Pharo, Les data contre la liberté, Paris : Presses Universitaires de France, 2022, 284 p.

Compte rendu par Éric Pezet (Université Paris Nanterre)

Le livre de Patrick Pharo consiste en une mise en perspective de sa réflexion sur la société numérique à partir de la crise du Covid. Il offre un commentaire érudit sur l’actualité, mise en perspective avec des références sociologiques et philosophiques variées, et lance un appel à la vigilance démocratique. Le livre est structuré en trois chapitres.

Dans le premier chapitre, intitulé Big Data et évolution sociale, l’auteur montre que les données massives conduisent à la mise en place d’un nouveau despotisme. Il identifie trois sources d’un despotisme numérique : la dépossession et le rétrécissement des options personnelles, la dictature des prédictions numériques et l’ubiquité de la surveillance. Chacune d’elles est étayée par des exemples. La prédiction numérique est toute concentrée sur l’insolvabilité et la dangerosité de l’individu. Elle est accrue par le machine learning qui, en définitive, décrit le futur en prolongeant les tendances passées. L’effet d’individualisation produit par ces méthodes conduit à changer la philosophie de certains secteurs d’activité comme celui de l’assurance, où le principe de mutualisation est amenuisé par le profilage des individus. L’auteur s’inquiète de la difficulté de la réglementation à contrer la captation et l’usage des données personnelles à partir des outils et des applications numériques. La tendance au despotisme numérique est si forte que l’auteur s’interroge sur la capacité de textes comme le RGPD à protéger les individus de l’usage de leurs données personnelles par des tiers pour prendre des décisions qui les concernent. Dans le cas des décisions de justice fondées sur l’évaluation statistique de la dangerosité d’un individu, la possibilité de contester la décision (art.71 RGPD) semble insuffisante pour protéger les libertés. Par ailleurs, le RGPD prévoit des exemptions aux mesures de protection contre le profilage qui pourraient être préjudiciables aux individus. Au profilage, s’ajoute la surveillance des déplacements et le contrôle de la mobilité des individus, comme avec l’application Stop Covid/Tous Anti Covid. Tout cela conduit à une normalisation des individus, dont le crédit social chinois est un aboutissement inquiétant. Depuis 2014, l’Œil céleste (le crédit social chinois) exerce un contrôle des individus en mettant la population à contribution à travers la notation par les pairs et en suscitant chez les individus un automatisme de la récompense et de la sanction qui vise à canaliser les comportements déviants. Au-delà du cas de la Chine, des applications comme Facebook font jouer un mécanisme d’addiction particulièrement efficace en termes de normalisation sociale, notamment parce qu’elles amenuisent les capacités de retour réflexif des utilisateurs.

Dans le deuxième chapitre de l’ouvrage, intitulé L’empire de la sollicitude, Patrick Pharo montre que le soin apporté à la population est un vecteur puissant de diffusion de la numérisation. Les usagers sont conduits à communiquer spontanément des données personnelles qui seront utilisées par différents services, dont le système de santé, et pour leur bien-être. L’usager pourra aussi obtenir des informations sur d’autres usagers qui, comme lui, ont accepté de les communiquer. Cela génère une traçabilité numérique également susceptible de  transformer l’individu en cible de sollicitations commerciales.

La ville intelligente, où le recueil de données permet l’optimisation des services urbains et la réduction des coûts, crée un lien entre critères marchands et bienveillance publique, mais cette collecte de données est aussi un levier pour la surveillance des comportements. Le projet Quayside de Toronto, porté par la société Google/Alphabet, était un pas de plus dans ce sens mais il a été abandonné en 2020 sous la pression de citoyens conscients de la menace d’un tel projet de numérisation pour la liberté. Pour l’auteur, la philosophie compassionnelle du care devient philosophie d’État, qu’il appelle maternalisme. Ce maternalisme est sélectif, les salariés, les immigrés par exemple ne rentrant pas dans les cadres de ce monde où les classes sociales n’existent pas.

La crise sanitaire a permis aux gouvernements de mettre en place une politique de gestion des populations par la peur, devant aboutir à la docilité au nom de la préservation de la vie. Ces mécanismes se sont affaiblis et, au fil du temps, la défiance s’est instaurée laissant place à une érosion de la confiance des gouvernés à l’égard des gouvernants. Au cours de la période de confinement se sont manifestées, sous la forme de rassemblements, ce que l’auteur appelle des transgressions libératrices. Ces transgressions ont montré la persistance d’une capacité à résister au despotisme numérique mais l’expérience du confinement a toutefois aussi montré que le passage du maternalisme au despotisme restait une menace pour la liberté à considérer.

Le troisième chapitre est intitulé Nouveaux chemins de la liberté. L’auteur y montre que le traitement des données massives nous donne l’illusion de pouvoir comparer et choisir, de jouir d’une liberté calculatrice, mais il s’agit d’une liberté limitée parce que le calcul est en réalité délégué aux algorithmes. Par ailleurs, l’influence qu’exerce la numérisation de nos activités et de nos choix nous enlève progressivement la liberté appréciative par laquelle nous exercerions un jugement réfléchi sur ces choix. Plusieurs phénomènes expliquent cela, en particulier la force normative de notre environnement numérisé et l’addiction numérique qui amenuise notre capacité critique. La liberté de consentement, mise en avant par les concepteurs des outils numériques, est donc illusoire. Par ailleurs, les individus sont soumis à des flux d’informations et de sollicitations normatives disparates et décousues, opaques, anonymes, qui ouvrent la voie à des possibilités de manipulation. Patrick Pharo suggère de résister aux effets déshumanisants de la civilisation numérique par un retour personnel des individus sur les sources de leur désir, plutôt que de se laisser dicter leur conduite. Du point de vue collectif, la gouvernance des communs numériques reste à structurer et ne devrait pas être confiée aux plateformes de la sphère marchande. Elle est nécessaire à la démocratie au temps du numérique.

Le livre décrit un processus de « vampirisation » des individus sous la forme d’une aspiration permanente de données personnelles. Cela fonctionne d’autant mieux que les bénéfices de la numérisation sont nombreux, que ce soit dans la vie scientifique ou la vie quotidienne. Le revers de cette diffusion de données massives est la menace despotique. Toutefois, la numérisation de la société suppose de notre part une activité volontaire, une certaine coopération, qui pourrait être refusée dans certains cas. Par ailleurs, la capacité à penser la liberté est aussi un moyen d’autodéfense humaine face à ce qui se produit. Quand on parle de numérisation de la société il s’agit de penser la liberté face au développement technique. La technologie peut servir la tyrannie et le livre donne des exemples d’usages policiers de la numérisation qui vont dans ce sens, mais la gouvernance du développement technique est aussi une dimension à appréhender. Cet ouvrage, qui se concentre sur les pratiques de gouvernement numérisé et sur les limites de la réglementation en vigueur, donne des pistes pour y réfléchir dans une perspective juridique. C’est un livre érudit qui fait référence à un très grand nombre d’auteurs en sociologie et philosophie essentiellement, mais aussi économie, psychanalyse, psychologie…, ne faisant souvent qu’effleurer les pistes qu’il laisse entrevoir, mais cet « inachèvement » peut être source d’inspiration pour les lecteurs.

 



Citer ce billet
mcornec (2023, 23 novembre). Les data contre la liberté | Patrick Pharo. Droit & Société. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nxss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search