Police et société en France | Jacques de Maillard et Wesley Skogan (dir.)

Jacques de Maillard et Wesley Skogan (dir.), Police et société en France, Paris : Presses de Science Po, 2023, coll. « Domaine gouvernances », 379 p.

Compte rendu par Anne Wuilleumier (IHEMI, CESDIP)

 

Il y a quelque chose de changé en sociologie de la police en France. Pendant longtemps, en effet, les sciences sociales ont regardé la police comme un monde hermétique et tendanciellement clos, sous un prisme qui donnait parfois aux acteurs policiers l’impression d’être observés comme des animaux de laboratoire. « Que fait la police ? », se demandait-on alors dans le monde académique, pour reprendre le titre de l’ouvrage fondateur que consacrait en 1996 Dominique Monjardet à la police nationale. Au cours des dernières décennies, même si cet agenda de recherche a perduré, ne serait-ce qu’en raison du caractère protéiforme et instable du mandat policier, une autre perspective s’est progressivement imposée, qui consiste à regarder la police comme un acteur social dont les actions ou les omissions ont des effets sur le vivre-ensemble et la cohésion sociale. « Que fait la police à la société ? », demande-t-on également, et peut-être davantage encore, aujourd’hui, sous l’influence, notamment, des nombreux travaux de recherche américains consacrés à la police des minorités (Skogan[1], Epp et al.[2]). Police et société en France, donne à voir cette évolution.

Cet ouvrage collectif, composé de seize chapitres et d’une introduction générale, a été initialement publié en 2020 en anglais, sous le titre Policing in France[3], et fut alors reçu comme une belle contribution à « l’internationalisation des débats scientifiques sur le policing », en raison de sa capacité à offrir une synthèse fortement documentée concernant le policing en France tout en concourant à faire évoluer les représentations essentialisées de la police française à l’étranger. Moyennant une légère recomposition éditoriale[4], ce travail collectif revient donc en librairie en 2023 pour être présenté au lecteur français, dans sa propre langue. Pour quel effet miroir ?

Concentrés en politistes sur la discussion « d’un modèle français de police », les auteurs adoptent une structuration de l’ouvrage en trois parties : la première s’intitule « Trajectoires historiques et réformes », la seconde « Un contexte institutionnel et politique changeant » et la troisième « Problèmes et stratégies policières ». Ce mode de catégorisation des savoirs scientifiques disponibles constitue une entreprise de problématisation précieuse pour qui veut comme les auteurs contribuer à la démocratisation des débats sur les choses policières (p. 30). Néanmoins, c’est aussi une entreprise périlleuse, tant le classement de tel ou tel contenu peut prêter à discussion, car ce que montre aussi l’ouvrage c’est d’abord la difficulté des polices françaises à relever les défis du temps entre réformes impossibles et réformes inabouties.

Ceux qui souhaitent comprendre « où en est la police ? » en France aujourd’hui pourront disposer d’abord, grâce à cet ouvrage, d’un état des savoirs sur un certain nombre de problématiques institutionnelles étudiées dans le champ spécialisé concernant la centralisation et le dualisme du système policier français (chapitres un et deux) ou le contrôle de l’activité des polices (chapitre cinq), mais aussi les enjeux d’une police du risque migratoire (chapitre dix), les épreuves de la police des foules (chapitre quinze), les logiques d’action des services de renseignement intérieur (chapitre neuf), la division infinie du travail judiciaire dans les services de police généralistes (chapitre trois) ou encore la place (réduite) laissée à l’analyse criminelle (chapitre quatre) et la place (centrale) occupée par les contrôles d’identité (chapitre onze) dans le répertoire professionnel policier. Ils pourront également parcourir presque autant de chapitres consacrés à l’analyse de l’environnement sociopolitique dans lequel évoluent tant bien que mal les organisations policières françaises, marqué par l’expansion des sociétés de sécurité privée (chapitre six), le développement des polices municipales et autres services de sécurisation des espaces collectifs (chapitre sept) ainsi que la construction de partenariats locaux de sécurité (chapitre huit) mais aussi par une tendance à la redéfinition du policing sur fond d’exigences de proximité (chapitre douze), d’attentes de qualité dans les relations entre police et citoyens (chapitre treize), de mobilisations collectives contre les violences et discriminations policières (chapitre seize) ou encore de questionnements relatifs au genre de la police (chapitre quatorze).

Parallèlement, ceux qui s’interrogent davantage sur l’état de la sociologie de la police que sur celui de la police même pourront suivre, parmi d’autres possibles, trois fils, témoins de dialogues de la sociologie de la police avec les sciences sociales contemporaines.

Le premier, qui fait écho à l’intérêt de la science politique pour l’analyse cognitive des politiques publiques, renvoie au questionnement croissant des savoirs policiers. Ceux-ci apparaissent dans l’ouvrage sous leur forme camérale de savoirs biopolitiques dans le chapitre rédigé par Laurent Bonnelli, lequel met en valeur le travail de « biographies d’institution » effectué par les services de renseignement, producteur d’effets d’habilitation/disqualification individuelles et collectives au principe d’un travail de « (re)définition permanente des limites de la ‘subversion acceptable’ dans un régime donné » (p. 217). Mais ils existent aussi en creux dans la non-transformation en dispositifs institutionnels de certains savoir-faire criminologiques, comme dans le chapitre de Clément de Maillard, ou savoirs sociologiques, comme dans celui de Fabien Jobard et Jacques de Maillard ou encore dans l’invitation au benchmark portée par Aurélien Restelli. Alors que les polices ont longtemps revendiqué avec succès le monopole de l’expertise sur les enjeux de sécurité, Thierry Delpeuch et Jacqueline Ross constatent pour leur part « que la montée en gamme des collectivités territoriales en termes d’expertise et d’ingénierie de sécurité a eu pour effet de dévaloriser les savoirs policiers traditionnels » (p. 193).

Le second fil, en appui sur l’introduction au cours des dernières décennies de nouvelles grilles de lecture en sociologie générale, est significatif d’un affinement du regard porté sur les dynamiques internes aux corps policiers. Si la notion de « culture policière » est ancienne, la sociologie contemporaine de la police témoigne d’une capacité à interroger celle-ci avec une acuité renouvelée. C’est notable dans le chapitre proposé par Mathilde Darley et Jérémie Gauthier qui, au terme d’une discussion serrée mêlant littérature et empirie, proposent de regarder « le genre et la sexualité comme principes organisateurs du travail policier » en raison du poids des représentations genrées et sexualisées dans les commissariats où ils ont enquêté et enquêtent encore (p. 321). Par ailleurs, si le chapitre que consacre Magda Boutros à l’échec des groupes militants, malgré l’ingéniosité de leurs tactiques, pour imposer de l’extérieur aux organisations policières une reconnaissance des discriminations et violences policières, va plutôt dans le sens d’une immuabilité policière, ce n’est pas le cas de celui d’Elodie Lemaire qui a pu observer au cours des années 2000 les effets transformatifs de l’introduction par le haut d’une rationalité managériale sur les sociabilités professionnelles et les représentations du métier policier.

Enfin, le troisième fil, porté par un rebond de la théorie politique, s’incarne dans la place dorénavant occupée par la notion de redevabilité policière. Comme l’expose bien le premier chapitre de René Lévy et Jean-Marc Berlière, le mode dominant de pilotage des polices françaises est stato-centré. Même si ce « système centralisé » est « sous tension » (p. 11), parce que la légitimité même de cette construction reste combattue par certains, qu’elle est de plus largement théorique (comme le rappelle Malcom Anderson) et fragilisée par les dynamiques d’européanisation (voir ici le chapitre de Sara Casella-Colombeau), ce mode de redevabilité continue à s’imposer, y compris dans les représentations professionnelles des acteurs locaux de la sécurité, comme le montre le travail de Virginie Malochet. Il irrigue de fait la gouvernance mise en place pour les sociétés privées de sécurité étudiées par Frédéric Ocqueteau. Néanmoins, de nouveaux paradigmes se sont installés au fronton de la légitimité policière, la « proximité » étudiée par Jacques de Maillard et Mathieu Zagrodski et surtout dorénavant « la confiance », étudiée par Sébastian Roché. « Comment garantir que l’institution policière conserve son autonomie (…) de sorte que cette autonomie garantisse et non pas menace le statut arbitral que celle-ci se doit d’atteindre si elle veut rejoindre les attentes de son temps ? » (p. 138). La réponse à cette question, posée par Cédric Moreau de Bellaing, a sans doute de quoi occuper des générations de sociologues de la police, en France comme ailleurs dans le monde.

 

[1] Wesley G. Skogan, « La méthode du ‘stop-and-frisk’ en tant que stratégie organisationnelle : leçons tirées à partir des exemples des villes de New York et Chicago », Cahiers de la sécurité et de la justice, n°40, 2017, p. 54-62.

[2] Charles Epp, Steven Maynard-Moody, and Donald Haider-Markel, Pulled Over.  How Police Stops Define Race and Citizenship, Chicago: University of Chicago Press, 2014. Voir aussi John Urry, Mobilities, Malden: Policy Press, 2007.

[3] Jacques de Maillard, and Wesley Skogan (Eds.), Policing in France, Routledge, 2020, 344 p.

[4] Policing in France comportait 19 chapitres.



Citer ce billet
mcornec (2023, 8 novembre). Police et société en France | Jacques de Maillard et Wesley Skogan (dir.). Droit & Société. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nxsq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search