Mourir de son travail aujourd’hui. Enquête sur les cancers professionnels | Anne Marchand

Anne Marchand, Mourir de son travail aujourd’hui. Enquête sur les cancers professionnels, Ivry-sur-Seine : Les Éditions de l’Atelier, 2022, 320 p.

Compte rendu par Marie Mathieu (IRISSO ; Cermes3 et Cresppa-CSU) et Juliette Froger-Lefebvre (GEMASS, Sorbonne Université et ISP, Nanterre Université)

 

 Issu d’une thèse de sociologie soutenue en 2018, cet ouvrage analyse les multiples résistances à la reconnaissance du facteur professionnel dans l’épidémie de cancers et met en lumière l’action prépondérante d’un dispositif d’accompagnement dans le recours au droit à réparation de salarié·es et d’anciens et anciennes salarié·es atteint·es de cette maladie : le Groupe d’intérêt scientifique sur les cancers professionnels de Seine-Saint-Denis (Giscop93). Alors que l’on estime que près de 80 000 nouveaux cas de cancers par an en France seraient d’origine professionnelle, moins de 1800 d’entre eux sont reconnus comme maladie professionnelle (MP). Partant de ce constat, Anne Marchand, chercheuse au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, entreprend de dévoiler les mécanismes d’invisibilisation des cancers professionnels. S’appuyant sur des récits d’expériences, ce livre, tel un manuel, rappelle les lois et donne à voir les épreuves que doivent surmonter les personnes souhaitant faire valoir leurs droits.

Après un rapide retour historique sur les cancers professionnels, l’autrice présente le Giscop93, qu’elle rejoint en 2009 et qu’elle coordonne avec Zoé Rollin. Inscrit dans la filiation des mobilisations contre le cancer du travail, ce GIS est bien connu des sociologues, notamment grâce aux travaux d’Annie Thébaud-Mony et d’Henri Pézerat. Revendiquant la complémentarité des savoirs au sein d’une communauté incluant des salarié·es, des chercheur·ses et des médecins, ce dispositif de recherche-action créé en 2002 identifie les activités exposant aux cancérogènes, favorise la reconnaissance des cancers d’origine professionnelle pour développer leur prévention et les rendre évitables. C’est donc en accompagnant des (ex)salarié·es atteint.es d’un cancer dans leur démarche de reconnaissance en MP que la chercheuse observe les épreuves auxquelles ils et elles font face. Afin de mieux saisir les écarts entre le droit et son application, elle investigue alors le travail administratif de traitement des dossiers de demandes de reconnaissance en MP de la Caisse primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de Seine-St-Denis. Ainsi, cet ouvrage est le fruit d’échanges avec une pluralité d’acteurs : des travailleur·ses, leur famille, des agents de la CPAM, des représentants syndicaux et des inspecteurs/rices du travail, des médecins hospitaliers, des élu·es comme des médecins conseils et des enquêteurs/rices.

Dans un deuxième temps, l’autrice révèle les difficultés à établir ce lien entre cancer et travail, qui demeure un impensé aussi bien pour les institutions que pour les salarié·es. En effet, la plupart des enquêté·es ignorent avoir été exposé·es à des cancérogènes dans le cadre de leurs activités professionnelles, parfois très variées. Si les employeur·es ont l’obligation de signifier à leurs salarié·es ce type d’exposition, cette information demeure bien souvent inaccessible, minimisée – ces risques sont souvent relégués derrière d’autres, plus perceptibles et éprouvant plus immédiatement les corps. Cette information est aussi voilée, derrière le secret industriel. Lieu d’engagements et de solidarités, l’espace de travail est perçu comme un endroit protégé par les salarié·es qui sont rares à imaginer que leurs employeur·es peuvent légalement les contaminer à petit feu. De même, les médecins ne portent qu’un faible intérêt aux conditions de travail, s’attardant davantage sur les comportements individuels pour expliquer les maladies.

On découvre ainsi dans la troisième partie du livre le rôle crucial du corps médical dans les trajectoires des patients et patientes. Ce sont sur ces professionnel.les de santé que repose la possibilité de déclarer ou non une MP, par la production du certificat médical initial qui acte l’entrée légale dans la procédure. Ainsi, les (ex)salarié·es dépendent fortement des médecins pour s’engager sur ce chemin de croix, comme pour leurs soins. Le diagnostic du cancer, souvent tardivement posé, marque en effet une rupture dans leur existence, ouvrant une séquence de vie rythmée par les effets de la maladie et de ses traitements. Ainsi, les proches constituent une ressource indispensable face aux procédures longues pour obtenir réparation, démarche qui apparaît parfois dénuée de sens. Il s’agit dès lors pour les requérant·es et leurs familles de produire un sens à l’exercice du droit au-delà de l’indemnisation proposée, d’autant que cet argent peut les exposer à des jugements ou leur « brûler les doigts ».

Mais, comme l’éclaire la quatrième partie de l’ouvrage, cette démarche est d’autant plus difficile à mener que la MP n’est pas une « simple » catégorie médicale, mais aussi une construction sociopolitique et juridique. Malgré l’élargissement des tableaux des MP, l’usage de cet outil, essentiel pour faire valoir un droit à réparation, s’avère complexe. Ses critères étant bien souvent en décalage avec les réalités du travail, il apparaît difficile pour les salarié·es d’entrer dans ces catégories préétablies. Si une nouvelle voie a été mise en place pour les maladies hors tableaux, les requérant·es restent en charge de réunir des preuves d’exposition bien souvent introuvables. Les rares traces, qu’il s’agisse des procès-verbaux des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ou des documents de l’inspection du travail, sont de plus en plus inaccessibles. Il importe dès lors de construire une mémoire collective face aux difficultés à préserver les archives du monde du travail. Mais, lorsque les parcours sont morcelés par des contrats courts et précaires ou des activités réalisées en petits effectifs, cette tâche s’avère impossible.

Enfin, même lorsque les personnes réussissent à franchir ces nombreux obstacles, demeure l’étape de l’instruction du dossier à la CPAM. En pénétrant dans les coulisses de cette institution qui détermine l’issue de ces parcours de combattant, l’autrice nous guide dans un espace de travail peu exploré. Si les MP y font l’objet d’une attention croissante depuis le milieu des années 1990, elles demeurent les parents pauvres dans l’organisation des caisses, qui traitent ces dossiers de manière très disparate sur le territoire. Aussi, la modernisation des services et la dématérialisation visant la rentabilisation expliquent pour partie la gestion défaillante de certains dossiers. Par ailleurs, à l’instar des agents de la CPAM, les enquêteurs et les enquêtrices accidents du travail et maladie professionnelle (AT-MP) sont sous pression et pris dans des rapports de pouvoir souvent à la défaveur de la défense des salariés.

Attentive aux conditions de travail de chaque échelon de cette longue chaîne enrayée, la chercheuse dévoile les multiples rapports de pouvoir et les injonctions contradictoires qui pèsent sur les acteurs et les actrices, mais aussi les pressions matérielles et temporelles pour réaliser des démarches chronophages. Elle révèle ainsi avec force le conflit au sein duquel sont placés tous les maillons de ce processus, où (ex)employé·es et employeur·es s’affrontent à armes inégales. Alors que le premier groupe fait l’expérience de violences – dont les maltraitances administratives – dans leur recours au droit, le second n’hésite pas à user de son pouvoir, par le biais d’avocats, afin d’éviter les sanctions économiques encourues. Ainsi, au lieu de faire l’objet d’une prise en charge par la branche AT-MP de la Sécurité sociale – souvent excédentaire — ces maladies produites par le travail et leur coût reposent sur la collectivité des assurés sociaux, voilant la responsabilité même de l’organisation du travail dans la survenue de pathologies, des morts directes ou indirectes et des pollutions qu’elle génère. Car, comme le rappelle l’autrice, les travailleurs et les travailleuses demeurent les sentinelles de la santé environnementale.

Si la thèse d’Anne Marchand a été récompensée par le premier prix du Comité d’histoire de la Sécurité sociale en 2019, nous souhaitons souligner les qualités de cet ouvrage. L’autrice rend compte avec rigueur de la richesse de la production scientifique sur les MP et le cancer en particulier et des apports de ces publications à sa réflexion. En cohérence avec sa démarche de recherche-action, elle rend visible la dimension collective de la construction des savoirs. Par ailleurs, ce livre ouvre de nombreuses pistes de prolongement de l’enquête, notamment pour penser les inégalités sociales jusque dans le recours à la reconnaissance MP. Anne Marchand souligne ainsi la quasi-absence des femmes parmi les requérants comme les difficultés singulières de celles et ceux dont les parcours professionnels sont marqués par la précarité et les migrations. Enfin, il importe de souligner la justesse de ton et la clarté de l’écriture, qui rendent compte d’un travail de recherche incarné et révèlent les atouts d’un engagement dans une recherche non asservie, nourrie d’implications auprès de salarié·es et dans des collectifs de recherche pluridisciplinaires. Sociologue et historienne, l’autrice démontre le pouvoir heuristique d’un militantisme articulé à un travail réflexif. Et c’est avec humilité qu’elle rend compte de sa posture et avec respect qu’elle use des expériences des enquêté·es. Car ces dévoilements ne sont jamais gratuits : ils sont des preuves mobilisées pour révéler un dispositif de réparation des MP dysfonctionnel. Ces séquences de vie précieuses montrent l’urgence qu’il y a à protéger les travailleurs et les travailleuses, et par là notre environnement, face à un système maltraitant, spécifiquement pour les personnes malades de leur travail.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search