Crime, justice et lieux communs. Une introduction à la criminologie / Adam, Cauchie, Devresse, Digneffe, Kaminski

crimeAdam Christophe, Cauchie Jean-François, Devresse Marie-Sophie, Digneffe Françoise, Kaminski Dan, Crime, justice et lieux communs. Une introduction à la criminologie, Bruxelles : Larcier, coll. « Crimen », 2014.

Compte rendu par Alain Blanc (Association française de criminologie) et Anne Wyvekens (Institut des sciences sociales du politique [ISP], ENS Cachan)

 

Voilà un ouvrage, sous-titré « Introduction à la criminologie », dont on serait tenté de considérer la publication impensable en France. De fait, il est rédigé par cinq auteurs belges et édité en Belgique. Pourquoi impensable en France ? Essentiellement du fait du statut – ou plus exactement de l’absence de statut – de la criminologie dans notre pays, où elle est assimilée par le public à l’exercice auquel se livrent soit les profilers des séries américaines, soit les « criminologues » auto-proclamés investissant les médias au gré des faits divers.

Les cinq auteurs de cet ouvrage collectif sont tous, comme on peut l’être en Belgique ou au Canada mais non en France, diplômés de criminologie. On ne reviendra pas sur les déterminants – historiques et actuels – de cette « différence culturelle ». Au-delà du statut des auteurs, on voudrait s’arrêter à l’entreprise qui est la leur dans cet ouvrage et à l’éclairage – moins extérieur qu’il n’y paraît – qu’elle apporte au débat français.

« Prendre au sérieux le savoir commun pour tenter de le construire en le complexifiant », ainsi les auteurs résument-ils leur projet. Un projet lui-même complexe, dans lequel la dimension scientifique, en rien sacrifiée sur l’autel de la pédagogie, se déploie, au contraire, à plusieurs niveaux.

Le savoir commun, ce sont onze « lieux communs du crime », onze formules toutes faites relatives à la délinquance ou au système de justice pénale, choisies pour leur actualité. Les auteurs s’en emparent et, chacun à sa manière, les font parler : parler d’un phénomène délinquant, parler des réponses institutionnelles à la délinquance, parler surtout du regard que « nous » – criminologues ou simples mortels – portons sur les questions de délinquance et parler enfin de mille manières, sans l’enfermer, sans se l’approprier, de « la criminologie ».

Ces onze chapitres forment le cœur de l’ouvrage. Au gré des formations complémentaires de chacun des auteurs (juriste, psychologue, philosophe, sociologue), au fil de leurs travaux et de leurs références, le lecteur est entraîné dans un vaste mouvement d’approfondissement et de distanciation par rapport aux formules. Tantôt c’est un aspect du phénomène criminel lui-même qui fait l’objet d’un exposé particulièrement riche. C’est le cas de la délinquance sexuelle dans « Les délinquants sexuels récidivent toujours ». Plus classiquement, « La délinquance ne cesse d’augmenter » est l’occasion d’un exposé documenté sur les statistiques criminelles. D’autres lieux communs ont pour objet les réponses à la délinquance, le fonctionnement du système pénal. Les ouvertures sont variées. Classique encore, mais sans doute jamais assez répété, on trouve dans « La police arrête les délinquants et deux heures plus tard ils sont dehors », un rappel argumenté du rôle protecteur des libertés que joue la procédure pénale. Plus rare, et précieux, dans « Les prisons sont devenues des hôtels cinq étoiles », de belles pages sur « l’expérience carcérale » soulignent l’importance du travail empirique en criminologie ; car « parler du confort en prison sans entendre la parole de ceux qui y vivent n’a pas vraiment de sens ». Plusieurs formules, enfin, sont l’occasion de parler de la criminologie elle-même. « Plus jamais ça ! » renvoie à des faits monstrueux, intolérables, inimaginables. Les auteurs reviennent alors sur l’origine de la constitution de la criminologie comme discipline autonome : la question de la différence de nature entre l’individu criminel et l’homme dit normal. Dans « Une fois de plus c’est un étranger qui a fait le coup », ils distinguent la criminologie du passage à l’acte de la criminologie de la réaction sociale. Dans un développement passionnant à partir de l’affirmation selon laquelle « Une mère qui tue son enfant est un monstre », ils concluent en quelques lignes ce qui résume manifestement leur pensée commune :

« Face à l’incompréhensible d’une mère qui tue ses enfants, nous trouvons des causes ou recherchons du sens, ce qui participe du projet différent de deux criminologies. L’une, étiologique, creuse la différence entre les criminels et nous ; l’autre phénoménologique, tente de l’amenuiser. Entre ces deux positions se situe le débat criminologique dans lequel il appartient à chacun de se confronter. » Et ils ajoutent : « Le criminologue qui fait le projet de la compréhension doit savoir qu’il sera inévitablement considéré comme complice… Il s’agit peut-être simplement – mais c’est en cela que c’est difficile – de se tenir aux côtés de ceux que les actes ont isolés, sans trop de haine ni trop de sympathie. »

Ce livre « en étoile », ce feu d’artifice, se clôt sur un bouquet final. On a vu par petites touches se pratiquer une démarche, s’entrecroiser des regards. La postface rassemble ces impressions en un solide développement théorique qui, bien au-delà d’une (impossible ?) définition de la criminologie, se donne pour objectif d’« expliciter la démarche scientifique, politique et éthique1  qui caractérise la criminologie que [soutiennent les auteurs] ». Le texte envisage successivement l’objet de la criminologie – les normes régissant les comportements autant que les comportements eux-mêmes –, une manière de connaître – constructiviste, privilégiant la proximité avec l’objet –, la position périlleuse qui est celle du criminologue face à « la nécessité d’articuler les composantes scientifiques et les composantes normatives (légales et morales) de l’objet “crime” ». Elle conclut sur « l’utilité » de la recherche criminologique formulée en termes d’éthique : une « interprétation pour la société » des phénomènes qui lui posent problème et des réactions qu’ils suscitent qui se distingue de la « rationalité pénale moderne » telle que décrite par Alvaro Pires2 : hostile, abstraite, négative et atomiste.

Nous voici prêts à entrer de nouveau dans le débat français. Les auteurs se réfèrent d’ailleurs, pour illustrer leur propos, à des événements ayant eu lieu en France. On voudrait saluer d’abord – dans cette façon de nouer le dialogue avec le grand public – un souci démocratique dont on peut déplorer qu’il n’ait pas son équivalent chez nous. La « conférence de consensus » pour la prévention de la récidive installée par Christiane Taubira fin 2014 était une amorce de structuration du dialogue entre les politiques, les chercheurs et les acteurs de terrain et, en ce sens, elle a bien été perçue comme une rupture « culturelle » dans un domaine où de tels échanges sont encore trop rares.

Un praticien du droit pénal serait tenté de prolonger la réflexion en ajoutant d’autres lieux communs à ceux évoqués. Celui-ci par exemple, formulé par un grand auteur : « Juger c’est, de toute évidence ne pas comprendre puisque, si l’on comprenait, on ne pourrait pas juger »3 . Mesure-t-on les effets « incapacitants », du point de vue des politiques publiques mais aussi pour la réflexion sur ces sujets, d’un tel axiome qui, s’il a toutes les apparences de l’évidence d’un point de vue « moral » et même « philosophique », rend illégitime toute tentative de la part du juge d’assurer autre chose qu’une simple fonction d’exclusion ?

L’actualité récente atteste de l’intérêt de la démarche criminologique : la multiplication des points de vue face au phénomène dit de la radicalisation rend évidente la nécessité non seulement de leur confrontation – sociologie, psychiatrie, anthropologie et science politique offrent des outils indispensables pour y voir plus clair –, mais en outre – et ce serait l’apport de la criminologie –, celle d’en tenter la synthèse. Une synthèse qui ne réduirait pas les aspérités, les contradictions mais, au contraire, en les révélant, enrichirait les analyses du phénomène. À cet égard, et ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage, le fait qu’aucun des articles consacrés à chaque lieu commun, pas plus que sa conclusion ne soit signé et donc « attribuable » au criminologue « juriste », ou « sociologue » ou « psychiatre », illustre parfaitement l’autonomie et la pertinence d’un discours, d’une analyse criminologique.

La conclusion de l’ouvrage est évidemment essentielle : les auteurs y affirment défendre une conception éthique de la criminologie qu’ils qualifient de « criminologie d’émancipation4 », ce qui a le mérite de clarifier, comme cela n’est toujours pas fait en France, que la criminologie, comme toute démarche scientifique n’est pas « neutre » en soi, mais peut être mise tout aussi bien au service d’idéologies de simple contrôle social que de politiques publiques de développement et d’émancipation des personnes et des institutions ayant celles-ci en charge.

Finalement, les auteurs ont réussi un pari qui n’était pas gagné et qu’il fallait prendre à bras le corps : montrer que la seule criminologie qui vaille est celle qui aide à rendre compte de la complexité des questions de justice pénale.



Citer ce billet
ds (2016, 26 janvier). Crime, justice et lieux communs. Une introduction à la criminologie / Adam, Cauchie, Devresse, Digneffe, Kaminski. Droit & Société. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nx5p

  1. C’est nous qui soulignons. []
  2. Alvaro Pires, « La formation de la rationalité pénale moderne au XVIIIe siècle », in Christian Debuys, Françoise Digneffe, Alvaro P. Pires, Histoire des savoirs sur le crime et la peine, t. 2, Bruxelles : Larcier, 2008, p. 21-254. []
  3. André Malraux, Les Conquérants, Paris : Grasset, 1928. []
  4.  Les auteurs ont l’élégance de référer ce concept à un éditorial de 2008 de l’AFC info [publiée par l’Association française de criminologie] signé de l’un des auteurs de ces quelques lignes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search