Leçons de sociologie criminelle | Émile Durkheim (édition scientifique de Matthieu Béra)

Émile Durkheim (édition scientifique de Matthieu Béra), Leçons de sociologie criminelle, Paris : Flammarion, 2022, coll. « Bibliothèque des savoirs », 416 p.

Compte rendu par Dan Kaminski (École de criminologie de l’UCLouvain, Belgique)

Sous un bandeau intrigant – « INÉDIT – Typologie des crimes : une révolution sociologique » – l’ouvrage donne accès en 155 pages à la reproduction stricte des notes prises par Marcel Mauss d’un cours de sociologie criminelle donné par Émile Durkheim à la faculté des lettres de Bordeaux entre décembre 1892 et avril 1893. Les 230 pages suivantes, intitulées « Dossier scientifique », contextualisent l’enseignement de Durkheim, en répètent la teneur sous forme de synopsis, fournissent un glossaire, induisent sa bibliographie puis proposent une bibliographie secondaire et un appareillage de notes.

Du point de vue historique, la découverte des notes manuscrites de Mauss par Matthieu Béra en juin 2018 est incontestablement un événement digne d’une attention et d’un investissement soutenus ainsi que d’une publication. Si la découverte est « exceptionnelle », il me semble qu’il importe de nuancer l’enthousiasme de l’inventeur de ce trésor. Ces notes et le cours dont elles sont issues sont les traces les plus anciennes de la sociologie criminelle de Durkheim, certes. L’archéologue y trouvera un matériau sensible et le dossier scientifique touffu de Matthieu Béra constitue incontestablement un important travail de soutènement et de stabilisation des notes originales de Mauss. On imagine aussi que cet archéologue pointu pourra trouver matière à relever les germes, les inflexions, les évolutions ou les ambiguïtés de la pensée de Durkheim dans cette fin de XIXe siècle qui l’a vu publier ensuite ses textes majeurs. À cet égard, les notes de Mauss ajoutent probablement à la diversité des interprétations que l’on peut faire de l’œuvre du père de la sociologie, au grand bonheur des experts ès études durkheimiennes.

Sur le plan sociologique, cependant, on découvre cet ouvrage avec le sentiment d’avoir essentiellement accès, grâce à lui, à trois « bénéfices » : 1°) l’ébauche d’une pensée, bien mieux rendue dans ses publications évidemment ultérieures – je pense ici à la définition du crime, à sa normalité, aux lois de l’évolution pénale, aux formes de sociétés traditionnelles et modernes ou à la critique de l’anthropologie criminelle ; 2°) les modalités de construction de la pensée, en particulier la forme typologique de Durkheim que reproduit partiellement son célèbre ouvrage sur le suicide, publié en 1897 ; 3°) l’abandon d’une pensée, par exemple, la typologie inédite des crimes – ataxiques, altruistes, alcooliques  et anomiques –  qui occupe le dernier tiers des notes de Mauss et dont, quel que soit l’intérêt, seule la dernière variante semble avoir connu une postérité, controversée d’ailleurs.

L’ambiguïté de Durkheim relative à la définition du crime se trouve entière dans les notes de Mauss, mais y souffre de l’oralité et des traces indirectes qu’elle a laissées. Si le professeur Durkheim définit le crime par la peine ou la réprobation, ce n’est que pour lui accorder une « essence » et se donner une méthode ; le travail de mise au point étiologique mené ensuite fait abstraction de la réaction sociale, l’auteur ajoutant que « la réprobation ne consiste pas dans un effet de l’acte » (p. 33). Les Règles de la méthode sociologique, publiées trois ans plus tard, y insistent avec beaucoup plus de clarté : la peine est un caractère extérieur commun aux crimes qui nous permet de les rendre visibles pour nous donner la chance d’accéder à une définition et à une étiologie indépendantes de ce caractère.

J’ai signalé le caractère intrigant du bandeau apposé par l’éditeur. Il prend son sens à cet endroit de cette recension. S’il y a une découverte « inédite » dans ce manuscrit, c’est probablement dans la typologie des crimes que Durkheim, à ma connaissance, ne nous resservira pas dans ses propos « contrôlés » ultérieurs sur le crime. On en vient évidemment à se demander si l’objet inédit des notes de Mauss ne recouvre pas, tout simplement, un morceau de pensée qu’Émile Durkheim n’aura pas jugé bon de publier.

Sans rien retirer au travail de bénédictin de Matthieu Béra, ni dénier l’intérêt historique de la publication du manuscrit de Mauss, je regrette néanmoins – de mon point de vue de sociologue de la pénalité – l’obsession et la disproportion des commentaires et des notes que l’éditeur fournit au lecteur. À vouloir faire l’exégèse totale de l’œuvre découverte, à vouloir en situer toutes les sources possibles et tous les aléas, à vouloir en débusquer toutes les incohérences formelles, on satisfait sans doute l’appétit de l’archéologue, mais bien peu celui du sociologue. Par ailleurs, à l’opposé de l’effort exégétique, certains commentaires anachroniques me paraissent affaiblir le propos ou mériter la discussion lorsqu’ils font place à des allusions macronistes aux « menaces terroristes et sécessionnistes » (p. 180) ou identifient bien trop vite des mouvements contemporains de médiatisation et de politisation des violences policières ou des violences à l’égard des femmes à des renouvellements de la conscience collective (p. 181) ou à des transformations unanimes de l’indignation. De même, autant le glossaire est bienvenu pour discerner la signification historique ou locale, parfois désuète ou oubliée, de certains concepts, autant on comprend mal pourquoi le nom de Darwin, le concept d’étiologie ou la notion de misère doivent y figurer. Entre ces entrées du glossaire, excessivement pédagogiques, et les notes de fin de volume de l’éditeur, on ne comprend donc pas toujours la différence de statut.

Le trésor mérite d’être exposé au public, mais les conditions de sa présentation l’étouffent d’une érudition polymorphe au lieu de le mettre en valeur, comme aurait dû le faire un commentaire scientifique unique centré sur l’originalité du texte, sa valeur et l’explication du sort différencié que Durkheim choisira d’accorder à ses développements inégaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
mcornec (2023, 13 mars). Leçons de sociologie criminelle | Émile Durkheim (édition scientifique de Matthieu Béra). Droit & Société. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nxr9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search