Sur le trottoir, l’État : la police face à la prostitution | Gwénaëlle Mainsant

Gwénaëlle Mainsant, Sur le trottoir, l’État : la police face à la prostitution, Paris : Éditions du Seuil, coll. « La couleur des idées », 2021, 344 p.

Compte rendu par Corentin Durand (Centre de sociologie des organisations [Sciences Po-CNRS], associé au Centre Maurice Halbwachs [ENS-EHESS-CNRS] et au Centre d’étude des mouvements sociaux [EHESS-CNRS-INSERM])

A partir de sa thèse de sociologie, Gwénaëlle Mainsant propose avec Sur le trottoir, l’État, une enquête passionnante consacrée au traitement policier de la prostitution.

Le livre s’ouvre sur la visite par la sociologue d’un étonnant « musée ». Celui-ci est implanté dans les locaux mêmes de la brigade de répression du proxénétisme et destiné à ses seuls membres ou à des invités. L’enquêtrice s’y voit présenter d’improbables collections de photographies, d’accessoires et de fiches individuelles qui – du folklorique à l’insupportable – conservent la trace des pratiques sexuelles que l’ancêtre de la brigade, la Mondaine, a eu le pouvoir de contrôler et de réprimer : homosexualité, adultère, obscénité, pornographie, etc.

Deux questions émergent de ce récit. D’abord, et c’est l’objet de la première partie de l’ouvrage, il s’agit de comprendre comment, « au fil de l’histoire, les illégalismes sexuels entrent et sortent du droit et du champ de compétence de la police du sexe » (p. 31). La plupart des reliques présentées à l’enquêtrice concernent en effet des pratiques sur lesquelles la police n’a plus de prise. Comment, en un peu plus d’un demi-siècle, la Mondaine a-t-elle perdu son autorité sur la sexualité ?

Le récit de la visite du musée privé de la Mondaine esquisse une seconde question, qui parcourt en filigrane l’ensemble de l’ouvrage et fait sa richesse : comment travailler sur une institution qui produit elle-même sa propre histoire ? Le problème se complexifie à mesure que, au fil des chapitres, s’ajoutent de nouvelles strates discursives sur la police du sexe : discours de policier∙e∙s saisis sur le vif ou mémoires publiées par d’anciens fonctionnaires, catégories statistiques ou discours institutionnels, faits divers journalistiques, documentaires ou fictions, etc. Un défi central de l’ouvrage est de faire l’analyse d’un objet saturé de discours, en particulier celui d’une institution qui travaille à produire sa propre mythologie et à imposer sa définition de ce qu’est la prostitution et de l’attitude à adopter face à ce phénomène.

La force et l’originalité de l’ouvrage tiennent au pari de l’autrice de penser la pluralité de ces représentations relatives à la prostitution et à sa prise en charge policière, et de montrer comment elles contribuent à façonner le quotidien du « gouvernement de la prostitution ». Gwénaëlle Mainsant procède pour cela en trois actes, respectivement présentés en introduction comme « celui de l’histoire, celui du travail et celui des imaginaires » (p. 21) et qui analysent tour à tour la manière dont l’institution policière construit son rôle dans le contrôle de la sexualité, dont les policier∙e∙s déclinent ces discours dans leur pratique quotidienne, et dont ces représentations pratiques interagissent avec les discours publics sur la police et la prostitution.

Pour cela, l’ouvrage s’adosse à une riche recherche empirique dont la colonne vertébrale est constituée par une enquête ethnographique de plusieurs mois dans différentes brigades de police, en particulier la brigade de répression du proxénétisme. La sociologue y a suivi des enquêtes policières, participé à des temps informels, conduit des entretiens et consulté in situ des archives et des dossiers. Elle mobilise également un matériau hétéroclite destiné à saisir la polyphonie des discours sur la prostitution et son traitement policier : fictions et témoignages, coupures et dossiers de presse, entretiens avec des journalistes, rapports parlementaires, etc.

L’ouvrage déploie tout d’abord une histoire institutionnelle et organisationnelle de la police de la sexualité. Gwénaëlle Mainsant s’appuie pour cela sur des mémoires d’anciens fonctionnaires et les archives de rapports policiers. Dans ce récit, qui commence avec la fermeture des maisons closes en 1946 et se termine avec le vote de la loi sur la sécurité intérieure (LSI) en 2003, la police n’est pas tant appréhendée comme un « entrepreneur de morale »[1] des controverses relatives à la prostitution et à son contrôle. L’autrice adopte plutôt un regard interne à l’organisation policière pour comprendre comment ses services s’adaptent aux rapides évolutions sociales, morales et juridiques qui bouleversent ses attributions et son fonctionnement : introduction du divorce par consentement mutuel, dépénalisation de l’homosexualité, dérégulation de la pornographie, lutte affichée contre la traite, etc. Malgré la fonte de ses attributions, qui la fait passer du statut de police des mœurs à celui de police d’investigation, la police conserve d’importantes marges de manœuvre dans la définition de ses pratiques et de ses publics en s’appuyant, en l’absence de définition légale de la prostitution elle-même, sur le flou des catégories juridiques – à commencer par celle de proxénétisme – mais aussi sur l’inertie de pratiques bureaucratiques face aux transformations du droit. Se dessine ainsi une sociologie des « interprétations pratiques du droit » (p. 187) par les services de police.

Au-delà de son flou, la police se trouve également confrontée aux tensions du droit, en l’occurrence la juxtaposition d’une logique que l’autrice qualifie de « sécuritaire/répressive », qui traite les femmes se prostituant comme des délinquantes, et d’une logique désignée comme « compassionnelle-humanitaire », qui les considère comme des victimes.  Dans la perspective d’anthropologie morale de l’État qu’elle a contribué à développer [2], Gwénaëlle Mainsant ne se contente pas de mettre en évidence une tension idéelle : elle s’attache à ses traductions organisationnelles et professionnelles, rappelant que « pour gérer les tensions du droit, la police se retrouve en première ligne » (p. 91). Ce parti pris permet tout d’abord d’écarter l’hypothèse d’une résolution des contradictions du droit par la division organisationnelle du travail entre différents services de police. Se focalisant sur le territoire parisien, l’autrice explique que « ce sont des services de police distincts, ayant peu de contacts entre eux, qui sont censés mettre en œuvre des mesures de droit contradictoires » (p. 102). L’enquête de terrain montre cependant qu’il n’en est rien, et que les différents services se concurrencent moins sur la dimension morale du travail policier que sur ses territoires, ses cibles et le prestige qui y est associé. Même l’Office pour la répression de la traite des êtres humains (OCRETH), dont la dénomination fait explicitement référence à une qualification pénale qui présente les personnes se prostituant comme des victimes, ne met presque jamais en œuvre cette qualification dans les enquêtes ; celle-ci constitue avant tout « une ressource rhétorique pour affirmer un positionnement progressiste dans la police » (p. 133).  Ainsi, « alors que les analyses juridiques de la LSI insistent sur la tension entre principes concurrents dans le droit, à l’échelle de l’organisation policière, c’est une logique d’ordre public dépouillée de ses aspects compassionnels qui s’impose » (p. 119). Cette prépondérance confère un poids considérable aux pressions locales dans l’orientation de l’activité policière, notamment celles exercées par des riverains de quartiers en voie de gentrification, ou par l’intermédiaire d’élus locaux.

La seconde partie de l’ouvrage, consacrée au travail, porte sur la description de la « gestion genrée d’un illégalisme sexuel », laquelle passe par une définition en miroir des cibles de l’activité policière et de la virilité revendiquée par les fonctionnaires. Gwénaëlle Mainsant décrit ainsi l’étonnement qui a été le sien de voir les policier∙e∙s de la Mondaine – très majoritairement des hommes – mettre à distance l’usage de la force physique pour insister sur la place du « travail émotionnel »[3]  et relationnel dans leur activité. Cet engagement a cependant des conditions de possibilité, qui se déclinent en termes de rapports sociaux de race, de classe et de genre. Tout d’abord, l’enquête met en évidence une performance de la virilité dans les interactions entre les policiers et les personnes identifiées comme prostitué∙e∙s ou proxénètes, notamment pour recruter des indics. Les policières se voient exclues de fait de cette activité valorisée. Surtout, ce travail relationnel et émotionnel ne semble envisageable que pour traiter d’une prostitution féminine et hétérosexuelle, autant que possible blanche et éloignée de la grande précarité. En particulier, les policier∙e∙s évitent explicitement d’avoir affaire à des hommes homosexuels ou à des proxénètes ou prostitué.e.s transgenres, conférant à ces populations une paradoxale liberté par rapport à l’action policière. De même, l’observation d’enquêtes policières montre la difficulté pour les policier∙e∙s de considérer les femmes comme de potentielles proxénètes.

Dans ces circonstances, « comment la masculine Mondaine se saisit-elle des transformations de genre de la prostitution ? » (p. 186). En effet, explique l’autrice, les hommes et les travestis sont aujourd’hui plus nombreux à se prostituer, quand on rencontre de plus en plus de femmes proxénètes. Le flou du droit en matière prostitutionnelle et, en particulier, la plasticité de la qualification de proxénétisme permettent aux policier∙e∙s d’effectuer des arbitrages pratiques entre les populations cibles, sous contrainte cependant des pressions exercées par d’autres acteurs (riverains et élus locaux, mais aussi magistrat∙e∙s, hiérarchie policière et associations d’aide aux prostitué∙e∙s). Faire de « belles affaires » suppose de cibler de « beaux clients », dont la définition est elle-même largement dépendante des « propriétés sociales, sexuées et raciales des populations cibles » (p. 200). Ces différenciations se donnent notamment à voir dans les rapports de police, lesquels reposent sur des catégories de race assignées, de genre, de sexualité et, dans une moindre mesure, de classe, délaissant autant que possible les enquêtes relatives à des transgenres, des hommes homosexuels mais aussi celles relatives au proxénétisme féminin ouest-africain.

La troisième et dernière partie de l’ouvrage analyse la porosité des discours professionnels des policiers avec d’autres arènes : débats intellectuels, fictions, faits divers journalistiques, catégorisations statistiques, politiques publiques, etc. Les représentations pratiques de la police sur la prostitution s’attardent peu sur la légitimité de cette activité en tant que telle. Indice parmi d’autres, la prostitution est reconnue de fait comme une profession dans les formulaires policiers. Ce désintérêt a pour conséquence une distance des policier∙e∙s vis-à-vis des débats publics et intellectuels sur la prostitution. Pourtant, écrit Gwénaëlle Mainsant, « l’espace policier est saturé de discours qui sont produits à l’extérieur du monde des forces de l’ordre » (p. 244). En particulier, les fictions policières constituent des ressources pour raconter son métier et se raconter, au point de servir à l’enquêtrice d’outil pour décrire des tensions entre générations. Les policier∙e∙s les plus anciens de la Mondaine citent ainsi volontiers des mémoires d’anciens fonctionnaires et des romans exaltant le contrôle des mœurs face grand banditisme de l’après-guerre, quand les plus jeunes se réfèrent à des séries nord-américaines comme The Shield, qui exaltent la violence et la force physique. Par ailleurs, un traitement journalistique retient l’attention des services de police : les faits divers. Ceux-ci représentent d’abord des enjeux de reconnaissance au sein de l’institution, vis-à-vis de sa hiérarchie mais aussi des brigades concurrentes. Surtout, les faits divers n’existent que par le jeu des indiscrétions policières. S’y retrouvent de ce fait les mêmes catégories de pensée, les mêmes schémas explicatifs, de l’euphémisation du proxénétisme dit « de luxe » à l’omniprésence, à partir des années 1990, des images de réseaux exerçant leur prédation sur des migrantes vulnérables. Ainsi, les faits divers « véhiculent les savoirs qualitatifs de la police » (p. 325).

Cette « fabrique policière de la prostitution » (p. 287) constitue le cœur du sixième et dernier chapitre. Celui-ci montre comment les arbitrages que les policier∙e∙s opèrent dans le flou ou en dépit du droit participent à leur tour à produire une définition pratique de la prostitution qui, bien au-delà des rubriques faits divers, infuse l’ensemble des discours institutionnels et des politiques publiques sur les frontières entre normes et déviances sexuelles. Étant donné l’absence de définition légale de la prostitution, la police se trouve de fait détentrice d’un pouvoir de définition légitime, notamment pour la distinguer d’autres échanges économico-sexuels. Gwénaëlle Mainsant montre ainsi comment les pratiques quotidiennes des policier∙e∙s pour déterminer si une personne se prostitue – dont on a vu qu’elles reposaient largement sur des catégorisations sociales, sexuées et raciales des populations cibles – déterminent à leur tour les statistiques officielles de la prostitution, les discours institutionnels à ce sujet. Et l’autrice de conclure : « La circulation des savoirs policiers véhicule une représentation légitime d’un problème social et de la manière de le traiter » (p. 316).

En introduction de l’ouvrage Interpretation of Cultures, publié en 1973, l’anthropologue Clifford Geertz écrit : « Pratiquer l’ethnographie c’est comme essayer de lire (au sens de ‘construire une lecture de’) un manuscrit étranger, défraîchi, plein d’ellipses, d’incohérences, de corrections suspectes et de commentaires tendancieux »[4]. Gwénaëlle Mainsant pratique, elle, l’enquête ethnographique d’une institution saturée de discours, de vocabulaires et d’images, dont certains s’imposent à la lectrice ou au lecteur avant même d’avoir ouvert l’ouvrage. Plutôt que de procéder à une « rupture épistémologique »[5] trop nette, Sur le trottoir, l’État s’attache à suivre, dans les pratiques, ce que font ces représentations. L’autrice renouvelle ainsi en profondeur notre compréhension de l’activité policière et de la prostitution, et ouvre de précieux questionnements pour bien des objets de recherche.

 

[1] Howard Saul Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris : Métailié, 1985.

[2] Didier Fassin (et al.), Juger, réprimer, accompagner: essai sur la morale de lÉtat, Paris, Éditions du Seuil, 2013.

[3] Arlie Russell Hochschild, Le prix des sentiments: au cœur du travail émotionnel, Paris : La Découverte, 2017 [1983].

[4] Clifford Geertz, The Interpretation of Cultures, New-York: Basic Books, 1973, 484 p. La traduction est issue de Clifford Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », Enquête. Archives de la revue Enquête, 1er octobre 1998, no 6, p. 73‑105 (introduction de l’ouvrage de C. Geertz, traduite par André Mary).

[5] Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris : Mouton, Bordas, 1968.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search