Les biens communs en perspectives. Propriété, travail, valeur (XVIIIe-XXIe siècle) | Christian Bessy et Michel Margairaz (dir.)

Christian Bessy et Michel Margairaz (dir.), Les biens communs en perspectives. Propriété, travail, valeur (XVIIIe-XXIe siècle), Paris : Éditions de la Sorbonne,  coll. « Homme et société », 2021, 244 p.

 Compte rendu par Thomas Boccon-Gibod (Université Grenoble Alpes, Institut de philosophie de Grenoble – IPHIG)

L’ouvrage collectif Les biens communs en perspectives est le résultat d’un travail mené pour l’essentiel au sein de l’UMR Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHE.S) et se signale, au sein d’une littérature abondante, à la fois par son caractère interdisciplinaire (histoire, économie, droit, sociologie) et par une approche singulière du concept de communs. La problématisation soignée permet ainsi de donner une véritable cohérence à l’ouvrage en dépit de la diversité des thématiques et des approches dont il est composé. En servant de prisme de lecture aux multiples travaux de ses membres, la thématique des biens communs est ainsi mise au travail de manière à faire émerger des problématiques originales.

Les directeurs de l’ouvrage, Christian Bessy et Michel Margairaz, soulignent en effet à quel point le concept de communs (ou de biens communs) doit actuellement une part de son succès à un fort investissement politique et à des promesses de renouvellement des pratiques et des institutions. Or, à rebours de cette perspective qu’ils qualifient de « prescriptive », les contributions réunies se veulent purement analytiques. Les trois références majeures de la thématique identifiées dans les contributions (E. Ostrom, P. Dardot et C. Laval,  B. Coriat) se voient ainsi tour à tour mobilisées et mises à distance dans ce qui s’apparente à une première amorce de travail réflexif sur la notion.

De manière tout à fait suggestive, l’histoire se trouve ainsi mise à profit, dans cinq contributions, de manière à initier une réflexion sur la généalogie du concept moderne de communs, inscrivant l’histoire conceptuelle dans une réflexion historique plus ample. Cette mise en perspective est fondamentalement structurée, d’un autre côté, au moyen de trois concepts clés des sciences économiques et sociales : la propriété, le travail et la valeur. La mobilisation de ces trois catégories essentielles permet ainsi, en « refroidissant » la notion de commun, de mettre en lumière la pluralité de ses significations, d’en interroger la valeur émancipatoire autant que l’intérêt heuristique, et d’esquisser de nouvelles perspectives de recherche.

La première partie du livre, organisée autour de la notion de propriété, met d’abord en lumière la diversité des régimes de propriété sous l’Ancien Régime, via la riche histoire des infrastructures de transport fluvial sur la Loire (A. Conchon, D. Margairaz, É. Szulman) et celles des communes (M. Barbot), dont l’inscription dans des institutions foncièrement inégalitaires complique une lecture moderne en termes de communs. L’analyse menée par C. Bessy sur les brevets permet également de se déprendre de la croyance naïve selon laquelle le droit des brevets relèverait par essence d’une logique appropriative alors que la « complémentarité entre l’“appropriable” et le “commun” travers[e] le droit des brevets depuis l’origine » (p. 61), conduisant à un « continuum entre le partage des connaissances et l’exclusivité » (p. 64). Le texte d’A. Corsani sur les mouvements du logiciel libre et de l’open source vient la prolonger en mettant en lumière les failles cachées du modèle open source, en particulier le fait que celui-ci, économiquement plus robuste, rend poreuse la frontière entre logiciel libre et logiciel propriétaire, et tend à reposer sur du travail gratuit.

Cette conclusion fait transition avec la partie suivante, consacrée au concept de travail. Le premier texte de C. Didry constitue une mise à l’épreuve du concept de commun mobilisé par P. Dardot et C. Laval comme pratique émancipatrice entendue, dans une perspective marxienne, par opposition au salariat. En replongeant dans l’histoire de l’organisation du travail depuis la Révolution, l’auteur pointe les oublis des auteurs de Commun sur la législation sur le travail, du Code civil aux années 1930[1], et met en lumière la manière dont l’État a été conduit à introduire du commun dans le monde du travail à travers, notamment, l’organisation du salariat en branches. Cette contribution directe de la puissance publique dans l’organisation du travail économique, jusqu’à faire du salariat un « bien commun », remet en question la dichotomie entre le marché et l’État, geste qui est renouvelé dans plusieurs autres contributions du volume.

Le domaine des communs artistiques fait l’objet d’une exploration bienvenue par M. Loriol pour les musiques actuelles – un champ à forte autoréflexivité mais où les logiques d’invisibilisation du travail ne sont pas clarifiées pour autant – ainsi que par M. Coq dans une enquête souvent édifiante sur l’industrie des jeux vidéo. Ces deux contributions, ainsi que celle de D. Corteel sur le parc de l’ancien aéroport de Tempelhof à Berlin – davantage axée sur le problème de la valorisation d’un espace naturel – montrent que des enjeux pluriels et hétérogènes se cachent souvent sous ce qu’on a parfois trop rapidement tendance à laisser recouvrir sous un même label de « pratiques du commun » ou d’« économie des biens communs ». Elles sont conduites, en posant le problème de la reconnaissance du travail, à se situer déjà sur le terrain exploré par la troisième partie de l’ouvrage, celui de la valeur : de ce qui vaut d’être reconnu par des moyens monétaires ou non monétaires, et de l’arbitrage qu’il convient de faire entre ces différents modes de valorisation.

Cette problématique est celle de la troisième partie du livre : là encore, l’unité organique de l’ouvrage mérite d’être soulignée, d’autant que la réflexion sur la monnaie et les institutions publiques économiques est trop souvent négligée dans les travaux sur les communs. En élargissant le regard, on est conduit à prendre en considération le rôle de la puissance publique dans la dynamique historique de l’appropriation et de son envers. Le commun, néanmoins, renvoie ici bien souvent à la réalité empirique d’une communauté sociale particulière dont les intérêts ne sont pas nécessairement congruents avec ceux de la communauté dans son ensemble.

Ainsi, dans un premier temps, M. Margairaz, appuyé sur les travaux de M. Aglietta, revient sur la manière dont la monnaie a joué, de la création de la Banque de France jusqu’en 1936, un rôle de bien commun pour des communautés diverses et enchevêtrées, avant de se voir encastrée dans la politique nationale du crédit jusqu’en 1975, puis d’être rendue à une communauté financière internationale jusqu’en 1993. P. Verheyde poursuit cette séquence historique par une enquête sur l’histoire de deux établissements financiers situés exactement à la frontière du public et du privé : la Caisse d’amortissement et la Caisse des dépôts et consignations, créées pour consolider la Foi publique (ou le crédit public) après les turbulences de la fin du XVIIIe siècle. Il montre ainsi que ces deux institutions ont joué un rôle étonnamment stable eu égard – ou plutôt en raison – de la diversité des intérêts qu’elles devaient faire jouer de manière complémentaire (débiteurs, généralement publics, et créanciers, globalement privés), mais dont l’intérêt commun est, de fait, intimement lié à l’idée d’un gouvernement par le marché.

C’est cette piste d’un intérêt commun catégoriel que poursuit J.-L. Mastin dans la reprise de son étude des grandes familles de la région lilloise (1850-1914) au prisme du commun. L’intrication intime des logiques familiale et capitaliste a ainsi conduit à la constitution d’un intérêt global et relativement diffus du fait de l’impossibilité de dissocier les familles où l’union par la multiplicité de liens conjugaux vient compliquer l’assignation d’intérêts particuliers à un groupe défini d’individus – même si l’intérêt diffus du groupe en question se trouve, malgré tout, en décalage avec celui du territoire en question.

Enfin, M. Torre-Schaub, dans une contribution synthétique, analyse la manière dont le droit a pu se saisir des biens communs environnementaux, pour constater que la dernière séquence historique a généralement conduit à privilégier leur valorisation croissante, « partiellement monétarisés, souvent patrimonialisés » (p. 231), sans que l’on puisse dire de ce point de vue que cela conduise nécessairement à une préservation de ces derniers.

En somme, la perspective purement analytique sur le commun fait l’originalité de ce volume qui amorce une réflexivité bienvenue sur cette thématique en plein développement.

 

[1] Pierre Dardot, Christian Laval, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris : La Découverte, 2014, 600 p.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search