Les équivoques de l’institution. Normes, individu et pouvoir | Élodie Djordjevic, Sabina Tortorella, Mathilde Unger (dir.)

Élodie Djordjevic, Sabina Tortorella, Mathilde Unger (dir.), Les équivoques de l’institution. Normes, individu et pouvoir, Paris : Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de la pensée juridique », 2021, 331 p.

Compte rendu par Jean-Arnaud Mazères (Université Toulouse 1 Capitole)

En ouvrant ce livre nous pénétrons dans le « jardin des sentiers qui bifurquent » dans lequel Jorge Luis Borges nous avait jadis entraînés.

Avec ce titre significatif, Les équivoques de l’institution, avec ce sous-titre pluraliste nous faisant cheminer entre « normes, individu et pouvoir », nous sommes vraiment engagés, en-deçà ou au-delà de l’énigme de la notion même d’institution, dans le dédale de l’analyse institutionnelle. On pourrait le regretter, et se plaindre que cet ouvrage si riche et divers ne nous apporte pas le confort d’une clarification rassurante et la plate satisfaction des certitudes.

On aurait bien tort car l’institution dans ses fondements et dans toutes ses configurations ouvre toujours des perspectives essentielles pour une réflexion ouverte sur l’ensemble des champs de la recherche juridique, mais aussi de la sociologie, de la science et de la philosophie politiques. Et après lecture attentive et réfléchie des études, toutes de très haute tenue qui lui sont consacrées, on ne peut que se réjouir du fait que la notion d’institution, si elle garde ses équivoques, acquiert surtout la vigueur d’une notion vivante, qui ouvre des questions plus heureusement qu’elle n’apporte de réponses, même si parfois cette mobilité peut être déroutante. Mais une boussole ne sert à rien pour cheminer dans un labyrinthe…

Cela dit – et nous reviendrons sur cette appréciation qui concerne le fond de la notion – l’ouvrage se présente sous un aspect très maîtrisé du point de vue formel.

Une excellente introduction d’Elodie Djordjevic, Sabina Tortorella et  Mathilde Unger ouvre très intelligemment l’accès aux études qui composent l’ouvrage en évoquant les questions essentielles posées par l’analyse institutionnelle dans ses diverses orientations ; introduction complétée en fin d’ouvrage par des résumés  très efficacement synthétiques de chacune des études. Pas de boussole peut-être… mais un excellent guide !

Si l’on en vient au fond, la première observation, qui ne surprendra pas, porte sur l’étendue très vaste et hétérogène du sujet de l’institution : alors même que ce livre a un champ très ouvert d’investigation, il n’était cependant pas possible, ni même souhaitable sans doute, d’être exhaustif. Il serait aisé dès lors de regretter l’ignorance pourtant inévitable de tel ou tel courant de l’analyse institutionnelle. Mais ce n’est pas dans cet esprit négatif que l’on voudrait évoquer deux approches de cette analyse absentes dans l’ouvrage, intéressantes en ce qu’elles apportent un éclairage original.

 Celle d’abord, assez oubliée aujourd’hui, de Georges Lapassade et de René Lourau dans les années soixante/soixante-dix (l’ouvrage du second, intitulé L’analyse institutionnelle[1], paraît en 1970), plus orientée il est vrai vers les sciences humaines, notamment la sociologie critique et la psychosociologie que vers les disciplines juridiques et politiques.

Plus intéressante, notamment en ce qu’elle est plus proche de ces dernières orientations, est l’immense étude engagée par Jean-Paul Sartre dans sa Critique de la raison dialectique  (1960), dont le sous-titre « Théorie des ensembles pratiques » n’est pas sans renvoyer effectivement à une certaine conception de l’analyse institutionnelle. Une réflexion sur la démarche sartrienne aurait été d’autant plus bienvenue qu’elle aurait pu être mise en perspective avec les études sur les conceptions très différentes de l’institution d’Hauriou et de Merleau-Ponty, très bien analysées par ailleurs dans l’ouvrage. L’institution, pour Sartre, se trouve prise dans un mouvement dialectique qui est véritablement original : l’identité du groupe évolue de la sérialité anonyme d’une file d’attente à l’unité passionnelle du groupe en fusion, laissant place bientôt au pouvoir violent d’une minorité, surmonté lui-même par un processus d’ordre organisé et rationalisé, sclérose bureaucratique de l’institué, travaillé sourdement cependant par les forces de l’instituant et le resurgissement de l’unité fusionnelle. Cette référence à Jean-Paul Sartre, aujourd’hui plutôt injustement délaissé, n’implique en rien, nous le redisons, un regret quant à ce qui serait le caractère incomplet du recensement des divers aspects de la pensée institutionnelle, si bien établi et conduit par les auteurs de l’ouvrage (gardons-nous de céder au phantasme absurde et dangereux de la totalité !). 

Il faut au contraire se féliciter de la façon dont sont répertoriés ces multiples courants de l’institution, en tentant de dégager par-delà cette diversité deux mouvements d’approche, deux lignes différentes et pourtant inévitablement convergentes.

D’une part, ce sont les auteurs générateurs et porteurs de cette orientation institutionnaliste qui sont présentés et étudiés suivant un pluralisme s’ouvrant d’emblée sur des sociologues, des linguistes, des juristes, des politistes, des philosophes, et l’on voit se succéder des études, toutes très remarquables, notamment sur – dans le désordre – Durkheim, Duguit, Hauriou, Romano, Saussure, Searle, Merleau-Ponty, Lefort, Jellinek, Stuart Mill…

D’autres études se présentent sous une perspective différente visant, selon une démarche que l’on pourrait appeler horizontale, à dégager des thématiques qui, si elles se rapportent évidemment à des auteurs, sont analysées en tant que telles, par-delà la construction doctrinale propre de ceux-ci.

Ces thématiques s’organisent au sein de quatre parties : modes d’existence de l’institution, institution et organisation sociale, institution et normativité, institution et liberté politique. Et dans ce cadre, par exemple et entre autres aspects, l’institution est analysée « au sens large », ouvrant des thèmes à la fois sociologiques, politiques et linguistiques ; ou bien elle est saisie comme « symbole » dans une perspective qui, partant de la sociologie, s’ouvre sur la philosophie analytique ; mais est abordée aussi la mystérieuse « institution chose », présentée et discutée ici notamment à partir d’une approche matérialiste du droit.

Ce constat d’un pluralisme institutionnel vivant, riche de sens multiples et d’orientations diverses et parfois divergentes peut laisser au lecteur de cette sorte d’anthologie une impression plutôt déconcertante : ces « équivoques » qui font le titre de l’ouvrage ne feraient sans doute pas de l’institution une référence (nous employons ce mot pour éviter prudemment les termes de notion ou de concept) véritablement clarificatrice pour l’approche et l’analyse des situations juridiques, sociologiques ou politiques.

On peut pourtant aller au-delà de ce constat négatif en tentant une approche plus générale de la question institutionnelle, approche qui pourrait ressortir d’une sorte de démarche synthétique visant non point à une fermeture conclusive, mais à une ouverture vers une interrogation fondamentale sur les fondements de ce pluralisme générateur de ces « équivoques de l’institution ».

Dans cette perspective, il est peut-être possible d’avancer que le recours à la notion d’institution s’érige sur deux fondements très différents qui mettent en jeu l’opposition majeure entre l’instituant et l’institué. On ne peut, dans le cadre limité de ce compte rendu, qu’indiquer les lignes essentielles du caractère générateur de ce dualisme.

La première figure, la plus courante (et dès lors la plus ambigüe), est celle qui s’attache à ce que pourrait appeler « l’être », l’essence de l’institution. Cette essence, comme nous le rappelle très justement André Lalande dans son «Vocabulaire de la philosophie» renvoie « à ce qui constitue la nature d’un être par opposition au fait d’être ». Or, dans cette configuration, la nature de l’institution est celle d’un ensemble établi et organisé qui précède et dépasse les volontés individuelles : l’institution est déjà là et constitue le cadre indépassable de ces volontés. Ce constat a un très large champ d’application. Michel Foucault évoque l’institution dans cet esprit dans sa Leçon inaugurale au Collège de France « L’ordre du discours » (p. 9). Mais l’on sait davantage comment l’institution est utilisée très souvent dans la doctrine juridique sous les appellations aujourd’hui courantes (et vagues) d’institutions politiques, administratives, européennes, ou autres… Plus riche et significative est la conception qui était et demeure au centre du courant sociologique ouvert par Durkheim ou Fauconnet et Mauss qui définissent les institutions comme des manières collectives de penser et d’agir préexistant aux volontés des individus. C’est là aussi d’ailleurs que l’on rencontre l’institution « chose », imaginée par Hauriou, et dont il semble bien qu’il n’en ait su qu’en faire, en 1925, lorsqu’il a bâti sa « Théorie de l’institution et de la fondation » selon une tout autre logique.

Cette logique, effectivement, n’est plus celle de l’institution comme être préalable et primordial mais celle de l’institution comme fruit d’un processus de création vivante par la volonté des individus. Et ce qui est essentiel c’est cet acte de création, cette genèse, ou plutôt, cette généalogie telle qu’elle a été initiée par Nietzsche à propos des valeurs morales, et qui suppose « la connaissance des conditions et des circonstances de leur naissance, de leur développement, de leur modification »[2].

On trouvera sans doute audacieux ou peut-être même déplacé de situer Hauriou dans le sillage de la philosophie nietzschéenne. Mais les trois éléments de l’institution, selon cet auteur, « l’idée d’oeuvre à réaliser dans un groupe social, le pouvoir organisé au service de cette idée pour sa réalisation, les manifestations de communion qui se produisent dans le groupe social au sujet de l’idée et de sa réalisation », semblent bien effectivement relever d’une démarche généalogique qui s’attache non point à la nature de l’être mais aux conditions de la création de son être. Nous ne sommes plus dans l’institué mais bien dans l’instituant. On peut ajouter que cette démarche n’est pas seulement celle d’Hauriou ; nous la retrouvons, mais pas seulement, dans la conception de l’institution de Merleau-Ponty, fort bien analysée dans l’ouvrage.

 En terminant sur cette ligne de pensée, il nous semble intéressant de s’arrêter brièvement sur cet aspect inattendu  de la pensée de Jellinek qui semble, comme le montre très bien l’étude qui lui est consacrée, avoir une conception dépassant l’opposition de l’institué et de l’instituant : si effectivement Jellinek reconnaît la primauté du collectif sur l’individuel, il n’en reste pas moins que, selon lui, « l’existence d’unités corporatives trouve son principe dans le développement originaire de la conscience humaine ».

L’esprit de cette dernière référence est bien, d’une certaine manière, le reflet de ce que peut embrasser un regard d’ensemble sur les voies multiples que nous ouvre cet ouvrage : les « équivoques de l’institution » sans doute, mais dans le sens positif selon lequel chaque conception de l’institution se reflète en partie dans les autres et ouvre une vision plurielle qui est celle-là même de la vie. 

 

 

     

[1] René Lourau, L’analyse institutionnelle, Paris : Éditions de Minuit, 1970.

[2] Friedrich Nietzsche, La généalogie de la morale (Oeuvres philosophiques complètes – 7)  [1887], Paris : Gallimard,  1975.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search