Politique de l’activisme. Essai sur les mouvements citoyens | Albert Ogien

Albert Ogien, Politique de l’activisme. Essai sur les mouvements citoyens, Paris : PUF, 2021, 228 p.

Compte rendu par Marine Fleury (Université de Picardie Jules Verne, CURAPP-ESS, Amiens  et ISJPS, Paris 1)

Politique de l’activisme est résolument un ouvrage à thèse. En prenant le contrepied des discours sur le populisme ou le désintérêt des citoyens pour la politique, il défend la voie d’une reconquête de l’exercice démocratique du pouvoir par les citoyens.  

La démonstration se déploie dans sept chapitres dont les titres – « Adieu la société civile », « La légitimité de la rue », « Activisme et militantisme », « Ce que dépolitisation veut dire », « Des citoyens au pouvoir », « Populisme ou démocratie », « Trois défis pour la politique de l’activisme » – soulignent les ruptures et les questions que soulèvent les mouvements citoyens.

La politique de l’activisme étudiée par l’ouvrage est celle des « profanes de la politique qui s’organisent en collectif pour participer à la détermination des choix communs » en marge des rouages de l’État (p. 30). L’analyse exclut toutefois de son champ les formes disciplinées de l’activisme, celles qui « occupent une place ou sont des auxiliaires de l’activité de gouvernement » (p. 31). Elle n’envisage qu’un « activisme sauvage » qui s’incarne dans des mouvements aussi hétérogènes que les marches pour le climat, les Gilets jaunes ou encore le mouvement Cinq étoiles en Italie.  

L’ouvrage commence par situer l’activisme sauvage dans le champ des mobilisations sociales. Pour l’auteur, il s’agit d’une des « pratiques politiques autonomes » disponibles. Par cette expression, il désigne les « activités collectives destinées à modifier les manières de vivre en collectivité » qui s’exercent « en dehors de la tutelle des organisations représentatives » pour exiger du gouvernement qu’il prenne en charge une revendication (p. 28). Ce concept original de « pratiques politiques autonomes » est d’ailleurs posé comme une alternative à celui de société civile pour mieux décrire la diversité des formes de mobilisations citoyennes.

Ensuite, l’ouvrage caractérise l’activisme sauvage qui incarne la politique de l’activisme. D’un côté, ces mouvements reposent tous sur des « principes » (p. 82) ou motivations « non idéologiques » et non sur un programme politique (p. 119). La politique de l’activisme ne revendique pas l’avènement d’un état du monde alternatif. Elle s’appuie sur la seule « perception d’une situation collectivement jugée comme appelant une correction » (p. 118) des gouvernements. En somme, ces mouvements agissent sans « théorie qui permet[te] de fixer de cadre à leur action » (p. 120), ce qui les distingue des lieux habituels de l’engagement citoyen (le parti, le syndicat…) et permet de différencier la figure du militant de celle de l’activiste. D’un autre côté, cet activisme serait porteur d’une méthode nouvelle : l’horizontalité. Donnant « libre cours à l’autonomie de jugement des citoyens » (p. 109), il mettrait en œuvre, à son échelle, « l’égalité épistémique » des citoyens en démocratie, c’est-à-dire « la reconnaissance de l’égale valeur des connaissances et des raisonnements des membres du corps social, indépendamment de leurs différences sociales » (p. 40).

Mais le cœur de l’ouvrage est plutôt d‘étudier ce que la politique de l’activisme fait à la démocratie. D’un point de vue pratique, ce sont les défis ou les limites de la politique de l’activisme qui sont énumérés. Qu’elle cherche à mobiliser, qu’elle interpelle le pouvoir ou qu’elle vise à le conquérir, la politique de l’activisme se heurte à des apories : comment un groupe peut-il créer des alliances avec des partis qu’il prétend récuser et alors qu’il est dépourvu de structure idéologique ? Comment ces collectifs peuvent-ils maintenir l’exercice horizontal du pouvoir une fois élus ? Comment exercer une influence réelle sur les gouvernants par le biais de l’interpellation ? D’un point de vue théorique, l’auteur relève autant qu’il promeut les mutations de l’idéal démocratique que la politique de l’activisme implique. Au fil de l’essai, « les pratiques politiques autonomes » sont rapprochées de l’enquête du « public » imaginé par J. Dewey pour rechercher l’intérêt général en démocratie (p. 191) ou de la « démocratie de contestation » mobilisée par P. Pettit pour réaliser l’autonomie démocratique (p. 202). Elles rompent avec la « démocratie du public » proposée par B. Manin pour décrire le principe de gouvernement sous l’œil de l’opinion publique construite par les instituts de sondage (p. 182). La (con)quête de l’égalité épistémique par la politique de l’activisme est donc présentée comme une évolution désirable et nécessaire de l’exercice démocratique du pouvoir. Elle tend à réaliser les « conditions matérielles de l’exercice de la citoyenneté » (p. 41) en reconnaissant « la capacité politique de tout citoyen et de son droit, quel que soit son statut social, à participer à la définition et au contrôle de l’activité du gouvernement » (p. 180). L’ouvrage s’achève d’ailleurs sur une série de propositions propres à favoriser la politique de l’activisme : déprofessionnaliser la politique, multiplier les espaces de délibération du public, admettre la légitimité de la contribution de personnes sans mandat électif à l’élaboration du droit (p. 207 et 228).   

Politique de l’activisme prolonge les travaux antérieurs d’A. Ogien sur la démocratie. Ses propositions, bien que stimulantes, pâtissent souvent de l’entremêlement des niveaux de discours – normatif et descriptif – sur l’exercice démocratique et, parfois, d’une présentation peu charitable des discours auxquels l’auteur entend s’opposer. L’ouvrage ouvre toutefois de nouvelles pistes pour l’étude des mutations démocratiques ou de l’engagement citoyen et ne manquera pas d’alimenter la réflexion sur la radicalisation de la démocratie.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search