De la valeur à la norme. Introduction à la sociologie | Olgierd Kuty et Christophe Dubois

Olgierd Kuty et Christophe Dubois, De la valeur à la norme. Introduction à la sociologie, Louvain-La-Neuve : De Boeck, coll. « Ouvertures sociologiques », 2019, 272 p.

Compte rendu par Cécile Vigour (Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, Université de Bordeaux)

Ce livre ne saurait être assimilé à un manuel à l’intention des seuls étudiants. En effet, les auteurs défendent une thèse qui intéresse enseignants et chercheurs dont les travaux touchent aux valeurs, aux normes, aux institutions, à la politique… « En sociologie, pendant deux siècles, de Montesquieu (1748) à Parsons (1951), les valeurs ont été pensées comme des croyances communes partagées par tous les membres d’une société » (p. 8). Depuis le milieu du vingtième siècle, l’idée de croyances communes s’effacerait : « les acteurs partagent toujours des croyances collectives, mais celles-ci sont négociées et interprétées localement au sein de petits collectifs […] : ce sont les normes » (ibid.). L’ouvrage étudie le basculement des valeurs aux normes.

La première partie, centrée sur la sociologie classique, est structurée autour des valeurs transmises par la socialisation. En deuxième partie, la sociologie contemporaine « éclaire la production, la négociation et l’interprétation d’accords normatifs […], les processus d’action collective qui génèrent des régularités de comportements, des stratégies, des enrôlements. Ces processus d’action collective contribuent à redéfinir les intérêts et les identités des individus. » (p. 9). « Si hier les valeurs étaient transcendantes, aujourd’hui, les normes sont […] produits d’une construction collective et contingente. » (p. 12). Ce basculement, aussi utile pour comprendre les approches différenciées selon les générations, est illustré par l’attention au sens que revêt le travail.

Cet ouvrage étudie huit textes canoniques. Chaque chapitre met en perspective l’originalité de la pensée de l’auteur dans son contexte politique, économique et social ; l’analyse souligne le rôle central de la notion de structure sociale ou politique, « l’autre grand concept qui agence les intérêts et les passions dans un champ social d’activités spécifiques, comme le champ économique ou politique » (p. 55).

La période 1500-1800 se caractérise par les processus de centralisation politique, l’émergence du marché et l’idéologie de l’individu. L’intérêt, les passions et valeurs, la Raison et le Progrès orientent les conduites. Dans Le Prince (1513), un « rapport instrumental aux personnes » et « aux idées » guide les conduites en vue de se maintenir au pouvoir. Machiavel y développe une « pensée de l’équilibre », éventuellement asymétrique, entre acteurs et groupes sociaux (p. 28). Ce calcul, attentif aux conséquences réelles de l’action politique, implique l’analyse des rapports de force et de la capacité des acteurs. L’intérêt revêt un caractère politique, qui permet une autonomisation du politique à l’égard de la religion.

Dans son livre De l’esprit des lois (1748), Montesquieu étudie la société en France et en Angleterre, caractérisée par un essor économique sans précédent. L’intérêt « est devenu intérêt économique et passion d’enrichissement de tout un chacun » (p. 48). L’honneur se décline en culture de la distinction et culture de liberté (résistances au pouvoir royal). La liberté ne résulte donc pas seulement de la structure juridique, mais de la mobilisation des acteurs (p. 53). À travers « l’esprit de commerce », Montesquieu analyse l’émergence de la discipline professionnelle moderne : l’obligation de travailler va de pair avec la reconnaissance du mérite personnel, l’importance du calcul, et des principes de « modération, d’ordre et de règle » (maîtrise de soi). Ce faisant, Montesquieu insiste sur l’autonomie des champs politique, culturel et économique ; la primauté des passions (l’honneur ou l’esprit de commerce) sur les structures sociales ; l’équilibre entre l’intérêt politique royal et l’intérêt économique. Montesquieu distingue trois formes de gouvernement : la république, la monarchie et le despotisme. Dans le système anglais, Montesquieu observe la balance des pouvoirs, définie comme un équilibre et un contrôle réciproque ; la participation du peuple au pouvoir à travers la Chambre des communes, ainsi que la liberté d’expression et de la presse. « Montesquieu ouvre ici une voie à toute une sociologie politique qui va s’intéresser aux négociations et aux arrangements informels. » (p. 45).

De la démocratie en Amérique (1835 et 1840) distingue la démocratie politique de la démocratie sociale. De profonds bouleversements marquent la fin du XVIIIe siècle : révolution industrielle en Angleterre et révolution juridique et politique en France. La « révolution culturelle de l’égalité » (p. 67) constitue le cœur des démocraties. L’intérêt, en rupture avec le « désintéressement » promu par la société aristocratique, va de pair avec « le règne des opinions individuelles face à la religion et à la tradition » (p. 75). Tocqueville souligne les tensions entre liberté et égalité, et le risque d’une tyrannie de l’opinion de la majorité. Intérêts dans le champ politique et croyances religieuses ont un rôle régulateur. Dans les sociétés égalitaires, l’autonomie locale, comme l’engagement dans des associations, peuvent garantir le maintien des libertés (exemple américain).

Les concepts de rationalité et de valeurs occupent une place centrale dans l’approche wébérienne. Dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904), Weber analyse « la culture professionnelle comme une discipline ayant une origine religieuse : le calvinisme » (p. 85). « Les croyances religieuses exercent une influence primordiale certes, mais leurs effets sont indirects et inattendus. » (p. 102). Weber distingue la rationalité instrumentale (calcul des moyens pour atteindre un but) et axiologique (systématisation des conduites autour d’une valeur), qui renvoie à la problématique des intérêts et des valeurs. Du point de vue de la rationalité en valeur, un basculement intervient dans la période 1850-1900 « lorsque la discipline religieuse perd ce cadre spirituel (et valoriel) pour devenir ‘mécanique’ (une ‘cage d’acier’ répondant à la logique des intérêts), lorsqu’une nouvelle structure sociétale apparaît, la Gesellschaft (société) succédant à la Gemeinschaft (communauté) » (p. 93). Alors « le travailleur se retrouve dans de grandes structures bureaucratiques qui définissent des rôles à tenir » (p. 103). Selon O. Kuty et C. Dubois, « les cinq dernières pages de L’Éthique protestante ouvrent la voie à l’approche normative », qui ne sera développée qu’à partir des années 1950.

Avec la sociologie de l’action organisée et la sociologie de la traduction, abordées à travers quatre études de cas, l’analyse porte sur la société concrète. L’action et le local, la contingence et les problèmes concrets priment. Les acteurs agissent ensemble en fonction de leurs intérêts et de leur compréhension de la situation. Le problème réside souvent dans l’action collective.

M. Crozier et E. Friedberg déplacent l’attention de l’organisation vers les processus organisationnels et les pratiques. La notion de stratégie approfondit celle d’intérêt. Cette « nouvelle sociologie du pouvoir » envisage ce dernier comme un « moyen de créer la coopération entre acteurs » (p. 118). Les rapports de pouvoirs locaux contribuent aux structures sociales, comme le souligne le concept de système d’action concret. Dans Le phénomène bureaucratique de M. Crozier, les règles du jeu placent au niveau microsociologique (atelier, direction) le concept de régulation qui se situe à un niveau plus global. « Autour des zones d’incertitude, des relations de pouvoir parallèles vont se développer et, avec elles, des phénomènes de dépendance et des conflits » (Crozier, 1963, p. 236). À partir du milieu des années 1960, les chercheurs contestent la vision unitaire et centralisée de l’administration. F. Dupuy et J.-C. Thoenig analysent comment l’environnement la structure dans L’administration en miettes (1985). La notion de régulation croisée éclaire les jeux stratégiques et alliances qui permettent « une régulation du monde administratif par le politique et une régulation du monde politique par l’administration, le politique l’emportant sur l’administratif » (p. 150), à travers un système de coalitions d’intérêts réciproques qui rend interdépendants les acteurs. Dans cette perspective, « le pouvoir est un élément fondateur des ordres locaux » (p. 156). « Les règles ne s’appliquent pas ; elles se négocient. » (ibid.).

M. Callon et B. Latour introduisent une rupture en étudiant l’activité scientifique comme un processus de production par des acteurs et des actants, définis comme « tout agent introduisant une ‘différence dans le cours de l’action d’un autre agent’ » (2007, p. 103). « Cette action collective, scientifique et contingente, est appréhendée dans sa dimension processuelle – ‘la science en train de se faire’ » (p. 202), à l’aide de la notion de traduction. Comment « les scientifiques tentent de traduire en faits scientifiques, c’est-à-dire solides, stables, objectifs, vrais – des énoncés – c’est-à-dire des mots dont le sens est instable » ? Un processus de traduction s’articule autour de quatre concepts : problématisation, intéressement (efforts pour convaincre divers groupes d’acteurs et constituer des systèmes d’alliances), enrôlement (aboutissement de l’intéressement) et mobilisation autour de porte-paroles. Les acteurs enrôlés élargissent un « réseau de liens contraignants » qualifié d’acteur réseau (Callon, 1986, p. 199). Le consensus peut être remis en cause lorsqu’une controverse émerge. Le concept de réseau sociotechnique intègre les humains et non-humains dans l’analyse de l’action collective.

En conclusion, O. Kuty et C. Dubois montrent que, progressivement, s’estompent les grands garants méta-sociaux qui donnaient du sens à l’action. Dans les années 1960, apparaît l’idée que les savoirs sont socialement construits, ce qui légitime le pluralisme normatif : « les acteurs ont leurs ‘bonnes raisons’[1] de procéder comme ils le font » (p. 233). Dès lors, « la négociation est au cœur du système normatif et à la source du basculement des valeurs vers les normes » (p. 234). L’attention sociologique se déplace aussi des élites professionnelles vers les acteurs ordinaires. L’organisation se substitue au concept de société. Les normes sont produites dans un contexte social singulier. Stratégies et valeurs coexistent sans être hiérarchisées. « Concevoir l’organisation comme processus concret d’action collective […], c’est considérer que le passé des individus, leurs intérêts et les normes qu’ils ont produites peuvent être interprétés en permanence par chaque acteur au gré des situations. » En outre, l’expérience prime le rôle : l’implication subjective est co-créatrice de normes. L’accord normatif est au croisement des différents concepts étudiés dans l’ouvrage.

[1] Raymond Boudon, Raison, bonnes raisons, Paris : PUF, 2003, 192 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search