Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime | Julien Larregue

Julien Larregue, Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime, Paris : Seuil, 2020, 259 p.

Compte rendu par Florence Bellivier (Université Panthéon-Sorbonne-Paris 1)

L’ouvrage de Julien Larregue se termine sur une disposition du projet de loi de bioéthique restreignant l’usage de l’imagerie cérébrale à l’imagerie structurelle (donc anatomique), excluant ainsi l’imagerie fonctionnelle jusque-là autorisée et qui étudie l’activité des zones cérébrales durant certaines tâches. L’adoption, le 24 juin 2021, de cette disposition donne raison à J. Larregue quand il écrit : «  Tout semble indiquer que la France ne va pas encore connaître sa première affaire Bayout » (p. 250). Il se réfère là à un cas jugé par la cour d’appel de Trieste en 2009 dans lequel une expertise neuroscientifique a servi à atténuer la peine de l’auteur d’un meurtre (p. 9-10 et p. 235-237). Si, sur le plan judiciaire, le recours à l’imagerie cérébrale n’est dans l’immédiat pas voué à s’étendre en France, la question générale, évoquée par l’auteur tout au long de son livre, des relations entre science et crime, y est aussi vive qu’ailleurs. En témoigne le retentissement médiatique de l’arrêt rendu par la chambre criminelle de la Cour de cassation le 14 avril 2021 dans lequel les juges ont refusé de déclarer responsable de ses actes Kobili Traoré, au motif qu’au moment de l’acte son discernement était aboli. Ce faisant, les juges ont adopté une position classique et relancé la question de savoir si la circonstance que l’état d’abolition du discernement résulte d’une faute antérieure (prendre une substance hallucinogène) devrait être prise en considération pour apprécier la responsabilité. Imaginons maintenant qu’une expertise génétique ait révélé, chez le meurtrier, la présence d’un gène dont la littérature aurait expliqué qu’elle prédisposait à tel ou tel type d’acte violent : les juges auraient-ils dû en tenir compte ? Et, si oui, en quel sens ? Le livre de J. Larregue répond moins à ces questions – qu’il aborde néanmoins dans une conclusion étoffée, « L’imaginaire criminologique à l’ère biosociale » –, qu’il ne les replace en perspective en nous offrant une analyse passionnante, dynamique et bien écrite, de l’origine, du développement heurté et controversé, des apports et des limites de la « criminologie biosociale », autrement dit une branche de la criminologie qui étudie les effets de la génétique (quantitative et moléculaire), de la physiologie, des facteurs neurologiques, de la psychologie évolutionniste, de la famille et de la société sur le phénomène criminel (voir p. 11). Évitant le jargon, l’ouvrage est accessible aux lecteurs non sociologues et doit être recommandé à tous ceux qui s’intéressent à la criminologie, cette discipline étrange dont l’objet se dérobe à chaque fois qu’on croit l’atteindre. En en approfondissant une branche, la criminologie biosociale, et en privilégiant le contexte états-unien où elle s’est le plus épanouie, l’auteur retrace de nombreux débats qui agitent la criminologie depuis son origine, et principalement la tension entre les thèses prétendant rendre compte du phénomène criminel par des causes d’ordre biologique et celles qui s’attachent à mettre au jour des facteurs d’explication sociologique. Or, l’auteur prend le lecteur à contrepied en démontrant que malgré (ou peut-être à cause de) sa charge politique explosive, la criminologie biosociale est au fond marginalisée, et ce en raison de la domination des écoles de type sociologique aux États-Unis, démonstration qu’il mène au long de sept chapitres précédés d’une introduction intitulée « La renaissance de la biocriminologie ». Au lieu d’entrer dans une confrontation stérile entre explications biologiques et sociologiques du crime, entre lesquelles il ne tranche pas, au lieu de ramener la criminologie biosociale à un avatar des thèses de Lombroso, auquel, quoique de façon insuffisante, J. Larregue restitue un peu de son épaisseur (p. 187-191), l’auteur prend de la hauteur en adoptant une perspective de sociologie des sciences et des professions et de « champ », hommage à Bourdieu oblige (p. 25 et suiv.). Maniant le quantitatif et le qualitatif, il s’intéresse à la formation des criminologues biosociaux, aux universités dans lesquelles ils étudient puis, le cas échéant, enseignent, aux modes de recrutement, aux revues dans lesquelles ils publient, aux données scientifiques qu’ils utilisent, aux financements qu’ils reçoivent, aux querelles de territoires entre scientifiques, à la domination de telle ou telle discipline scientifique ainsi qu’aux effets concrets de l’interdisciplinarité. 

Un aussi vaste panorama ne saurait être exempt de passages plus superficiels, c’est la loi du genre. Sur trois points, toutefois, les réflexions entamées pourraient être enrichies.

Tout d’abord, si l’ouvrage montre bien que les aventures et mésaventures de la criminologie biosociale ne sont que le reflet de celles de la criminologie en général depuis ses origines, tiraillée entre volonté d’autonomie et nécessaire interdisciplinarité (voir notamment p. 42 et suiv., p. 101-112), il ne souligne pas suffisamment que ces enjeux sont encore très présents au sein de la criminologie. Une autre tension fondamentale à la criminologie n’est qu’abordée, à savoir celle qui oppose la dimension théorique de la discipline et sa dimension appliquée ou pratique (p. 229, p. 233). Or il s’agit là d’un point fondamental : que peut-on, que veut-on faire de tous ces savoirs ? Les laisser dans l’ordre de la connaissance ? Les appliquer ? Si oui, en termes de prévention ? De répression ? À l’échelle individuelle ou collective ? La criminologie s’est toujours affrontée à ces questions, et il aurait été intéressant de montrer en quoi la génétique a ou non renouvelé le débat.

Ce qui amène à la deuxième critique : l’auteur ne fait qu’effleurer la question de la causalité qui est pourtant centrale. Si la génétique fascine, c’est parce qu’elle est porteuse du mythe d’une causalité qui serait univoque. De même que, bien utilisée, elle identifie à quasiment 100 % l’ADN trouvé sur la scène d’un crime avec celui d’une personne donnée, de même on a longtemps cru qu’elle pourrait expliquer telle maladie ou tel comportement. Or, on sait aujourd’hui que l’attribution des parts de l’environnement et de la génétique dans les maladies et, a fortiori les comportements, ne peut en général pas faire l’objet de réponses tranchées. Certes, J. Larregue mentionne l’épigénétique en note de bas de page (p. 217), certes il explique bien que le savoir génétique dont se sert la criminologie biosociale est à maints égards « obsolète » (chapitre 7, p. 207-226) mais il ne s’attaque pas vraiment à ce qu’on appelle « expliquer » (en dépit d’un riche entretien en page 200). Or si de nombreux facteurs peuvent expliquer le phénomène criminel (encore faudrait-il s’entendre sur ce que ce que l’on désigne par là : une prédisposition à commettre un acte ? Le passage à l’acte lui-même ?), aucun ne saurait être érigé en facteur causal, c’est-dire déterminant au sens des lois scientifiques. 

Et dès lors, dernière critique, la conclusion est le seul passage de l’ouvrage qui semble plaqué. On voit bien pourquoi l’auteur termine sur un chapitre à forte tonalité juridique, dans lequel il mélange, comme souvent les sociologues contemporains, normes et application des normes par le juge, politique et droit : quelle victoire pour une science (vraie ou fausse) d’être convoquée à la barre et utilisée par un juge pour condamner ou disculper ! Certes, mais les données scientifiques sont rarement utilisées toutes seules et, surtout, comme le dit du reste J. Larregue mais sans en tirer toutes les conséquences, il faut distinguer entre les éléments qui éclairent la personnalité de la personne poursuivie et ceux qui sont mobilisés pour établir sa responsabilité ou son irresponsabilité (p. 236). Or la criminologie, qui n’est pas du droit, ne peut servir à établir une responsabilité ou une irresponsabilité. À cet égard, quand l’auteur décrit les rôles respectifs du juge et de l’expert en termes de « lutte de pouvoirs » (p. 236), il nous semble tomber dans une illusion préjudiciable.  C’est à l’expert d’éclairer et au juge de trancher. Et, oui, il peut y avoir autant d’avis que d’experts. C’est la loi de la science que d’être indéfiniment discutée, aussi bien dans ses résultats (le vaccin immunise, l’homme descend du singe) que dans leurs usages. Pour s’en convaincre, après avoir lu Julien Larregue, il faut vite se plonger dans le catalogue de l’exposition « Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle » (Musée d’Orsay, 19 mai-18 juillet 2021) !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search