Le Brexit, une histoire anglaise | Aurélien Antoine

Aurélien Antoine, Le Brexit, une histoire anglaise, Paris : Dalloz, coll. « Les sens du droit », 2020, 439 p.

Compte rendu par Isabelle Pingel (Université Paris 1)

Œuvre d’un seul chercheur, professeur de droit public à l’université de Lyon-Saint-Etienne, l’essai académique dont il est rendu compte par ces lignes valorise, comme son titre le suggère, « une approche britannique » du Brexit (p. 21). Limité à la période « qui s’est étalée du 23 juin 2016 au 31 janvier 2020, c’est-à-dire à la date du Brexit formel, non substantiel », il s’appuie en partie, pour « rendre compte et discuter », sur les acquis de l’Observatoire du même nom, dont l’auteur est l’initiateur et le directeur (p. 22-24). La thèse de l’ouvrage est que le Brexit trouve sa source dans l’histoire la plus lointaine du Royaume-Uni. Il consacre donc logiquement son premier chapitre à « comprendre les fondements historiques du Brexit » (p. 29 et suiv.).

Loin d’être « un caprice conjoncturel » (p. 31), le Brexit illustre, selon l’auteur, le rapport paradoxal du Royaume-Uni avec le continent, qui oscille, depuis le moyen-âge, entre attraction et répulsion. L’ouvrage retrace en conséquence, dans sa première partie, l’histoire de cet État, de l’époque au tout début du XXe siècle. Peuple « courtois et marchand » (p. 68), les Britanniques ont une « haute estime d’eux-mêmes » (p. 81) qui va particulièrement trouver à s’exprimer durant la période de l’Empire colonial. La première guerre mondiale va sonner l’amorce d’une forme de déclin lequel, ne cessant de s’accentuer dans les années suivantes, modifiera la perception insulaire de l’Europe qui commencera à être vue comme une possible « bouée de sauvetage » (p. 93). État en souffrance dans un environnement alors prospère, le Royaume-Uni ne refusera pas moins, au début des années 1950 de participer à la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), puis initiera l’Association européenne de libre échange (AELE), pour contrer le projet communautaire. La manœuvre se révélera un échec « en raison de l’exceptionnel dynamisme de l’Europe des six » (p. 110). Après plusieurs demandes infructueuses, le Royaume-Uni intégrera finalement la Communauté économique au début des années 1970, malgré « le hiatus entre le projet communautaire et la psyché britannique » (p. 123). Très rapidement, en conséquence, les demandes de renégociation de l’accord liant les parties se multiplieront, trouvant une forme d’acmé dans les revendications répétées de Margareth Thatcher (et le célèbre «I want my money back », p. 140 et suiv.). Elles trouveront un aboutissement dans les aménagements nombreux obtenus par Tony Blair, qui fera notamment accepter, à son bénéfice, la logique d’opting-out (p. 167) et œuvrera à la substitution, comme leader de l’organisation, d’un couple germano-britannique « pragmatique » au couple franco-allemand (p. 169). Malgré ces importants succès et tous les acquis profitant aux Britanniques, au premier rang desquels la paix en Irlande du Nord, le désenchantement d’une partie de la population, aggravé par des conditions économiques difficiles, conduira à l’issue que l’on sait, que l’ouvrage aborde dans sa seconde partie : « Appréhender le processus chaotique du Brexit (2016-2019) ».

Encore pétrie d’histoire, cette partie débute pratiquement avec le nouveau millénaire, lorsque Tony Blair quitte le pouvoir en 2007 (p. 179). Parmi les faits qui vont accroitre, à l’époque, la défiance d’une partie des Britanniques à l’égard du projet européen, l’auteur relève le tournant que constituent les attentats de Londres de juillet 2005 et la volonté réactivée, tant par les conservateurs que par les travaillistes, « d’affirmer une ‘britannicité’ (britishness) » (p. 186). Le tropisme eurosceptique ne cessera ensuite de se renforcer, se matérialisant par exemple dans le vote du European Union Act de 2011, mu par la volonté de renforcer « les souverainetés du parlement et du peuple » (p. 191) ou dans l’inexorable montée en puissance du UK Independance Party (UKIP), formation fondée en 1993 par un universitaire de la London School of Economics, Alan Sked (p. 193). L’analyse se poursuit par l’évocation de « l’échec » du référendum de 2016, voulu et mal maitrisé par David Cameron « l’homme qui a brisé le Royaume-Uni » (‘The Man who broke Britain’), selon les termes du NewStatesman du 11 septembre 2019 (p. 232). L’auteur souligne avec justesse « l’inconscience » qui traverse, après la victoire du Leave, la classe politique britannique et la lâcheté de dirigeants « qui démissionnent ou se défilent, y compris dans le camp des vainqueurs » (ibid). L’ouvrage se poursuit par l’examen de l’accord « au forceps » entre le Royaume-Uni et l’Union européenne pour formaliser le retrait (p. 237 et suiv.). Ces développements, plus juridiques, soulignent notamment les ambiguïtés de l’article 50 du traité sur l’UE sur le fondement duquel le retrait s’organise (ibid) ; ils rappellent également les contentieux qui ont jalonné la négociation de l’accord tant au Royaume-Uni même (p. 245 et suiv.) que devant la Cour de justice de l’Union européenne (p. 284 et suiv.). L’ouvrage se conclut par l’évocation du « pourrissement du Brexit à sa résolution » (p. 339 et suiv.). L’auteur y retrace, avec force détails, les épreuves endurées par Theresa May pour promouvoir l’accord négocié avec l’Union européenne et les nombreux retournements de situation qui ont marqué son mandat. Il évoque enfin, pour achever son propos, l’arrivée de Boris Johnson au 10 Downing Street dont la personnalité a de quoi « décontenancer » (p. 360). Passé par Eton et Oxford, le ralliement de BoJo au Brexit « est plus une tactique pour réaliser son destin national qu’une conviction chevillée au corps » (p. 361). C’est pourtant lui qui attachera, pour l’histoire, son nom au retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Complété par un utile index alphabétique et par une bibliographie sommaire mais robuste, l’ouvrage du Professeur Antoine se veut résolument « a-juridique », même si l’auteur concède que, néanmoins, « c’est la démarche du juriste qui prédomine » (p. 28). Le parti est a priori surprenant, du strict point de vue de la science juridique ; l’essai en conserve cependant certains traits comme un plan en deux parties, simple et solide, et une remarquable clarté d’écriture. Il devrait combler les attentes de ceux qui souhaitent comprendre, de l’intérieur et par le prisme chronologique, l’histoire anglaise du Brexit.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search