Lawyers in 21st-Century Societies | Abel, Hammerslev, Sommerlad & Schultz (dir.)

Richard L. Abel, Ole Hammerselv, Hillary Sommerlad & Ulrike Schultz (eds.), Lawyers in 21st-Century Societies, vol. 1 : National Reports, Oxford : Hart Publishing, 2020, 956 p.

Compte rendu par Florent Frasque (Sciences Po Grenoble)

Trente ans après la publication des trois volumes de l’ouvrage Lawyers in Society1 , Richard L. Abel, Ole Hammerslev, Hilary Sommerlad et Ulrike Schultz dirigent les recherches des membres du groupe de travail de sociologie comparée des professions juridiques de l’Association internationale de sociologie  et ce, afin de prolonger l’étude comparative entamée à la fin des années 1980. Cette actualisation semble en effet nécessaire au regard des nombreux changements survenus à travers le monde, à commencer par l’émergence de nouveaux pays suite à la chute de l’URSS ou encore la formation de nombreuses sociétés post-coloniales.

Ce premier tome, qui en appelle un second, propose une succession de monographies nationales. Le nombre de pays étudiés a largement augmenté, passant de 18 dans l’ouvrage pionner à 46 aujourd’hui. Devant l’impossibilité de rendre pleinement compte de la densité de cet ouvrage, seuls quelques chapitres, exemplaires de certaines problématisations importantes telles que la politisation de la justice ou le rôle des droits de l’homme, seront évoquées.

Ce premier tome, nécessairement descriptif, est néanmoins traversé par d’intéressantes perspectives analytiques communes qu’Ole Hammerslev et Hillary Sommerlad pointent en introduction. Parmi ces principaux axes thématiques, se trouvent la féminisation de la profession, les mutations des parcours de formation menant aux carrières juridiques ou encore le développement de grandes firmes juridiques transnationales. Chaque contribution doit mettre en évidence les données permettant de traiter ces thématiques transversales tout en décrivant les relations des professionnels du droit avec leur environnement actuel, les changements survenus au cours des trente dernières années et les forces ayant concouru à ces transformations. En conséquence, les chapitres offrent des descriptions nationales, orchestrées depuis une perspective macroscopique et s’étalant sur une période d’étude relativement longue.

Le découpage par aires culturelles régissant l’organisation du livre, inévitablement discutable, distingue les pays anglo-saxons de common law, les nations ouest-européennes régies par le système du civil law, les pays post-communistes, l’Amérique latine, l’Afrique, le Maghreb et le Moyen-Orient puis l’Asie. L’ouvrage comporte tout d’abord des chapitres visant à actualiser les connaissances sur des réalités nationales déjà documentées en 1988. Toutefois, certains territoires étudiés dans l’ouvrage fondateur sont écartés de ce nouvel opus, à l’image de l’Espagne, sans que cela ne soit explicitement justifié. Quant aux contributions portant sur des pays non traités dans l’ouvrage initial, le lecteur appréciera des recherches socio-historiques, parfois sur plusieurs siècles, qui permettent de saisir les trajectoires évolutives des professions juridiques dans des pays plus rarement examinés par les recherches sociologiques, tels que le Mynamar, le Burundi ou encore la Russie.

Ekaterina Moiseeva et Timur Bucharov reviennent ainsi sur les principales caractéristiques des professionnels du droit en Russie. Formant un véritable groupe professionnel sous l’Empire, ils sont largement attaqués après la révolution de 1917 mais finissent tout de même par reconquérir le monopole de l’activité avant la chute de l’URSS. Celle-ci induisant l’entrée de la concurrence des professions paralégales et de l’économie de marché dans le pays, les avocats russes doivent de nouveau faire face aux deux principaux défis qu’ils ont connus au cours de l’histoire, à savoir la lutte pour leur autonomie et pour le prestige de leur statut social. Les auteurs rejoignent ainsi l’axe principal des travaux pionniers de 1988 en mettant l’accent sur le contrôle de l’entrée dans la profession (production of producers) et la protection du monopole de l’activité (production by producers).

L’Argentine fait également partie des pays nouvellement étudiés dans cet ouvrage. Martin Böhmer éclaire les multiples bouleversements connus par le système judiciaire et les professions juridiques au fur et à mesure des régimes dictatoriaux et coups d’Etats successifs. Il identifie ensuite les principales tendances régissant l’évolution du métier de juriste depuis la fin de la dictature en mettant en valeur la réciprocité des phénomènes de judiciarisation du politique et de politisation de la justice. Il met également au jour la fragmentation du secteur liée à une spécialisation de nombreux avocats argentins vers le public interest lawyering ou la défense des droits fondamentaux garantis par les traités internationaux.

La défense des droits de l’homme joue également un rôle structurant dans l’avènement d’une nouvelle génération de juristes au Burundi. Sara Dezalay entreprend un travail socio-historique remarquable et montre comment l’extrême violence connue par ce pays, depuis la colonisation belge jusqu’aux conflits ethniques, combinée à l’arrivée, après 1994, de nombreuses ONG militant en faveur d’une réforme de la justice, ont donné l’opportunité à la profession d’avocats de se développer autour de la défense des droits de l’homme. L’autrice constate néanmoins que le système actuel reste vulnérable à la répression étatique.

Au Myanmar, Melissa Crouch traite elle aussi des risques encourus par les avocats. En effet, les professions juridiques ont longtemps été perçues comme une menace par le régime militaire, qui a par exemple impulsé très tôt la féminisation de la profession dans le but de fragiliser le prestige de ces potentiels opposants que sont les avocats. Si le secteur juridique gagne en attractivité depuis la transition de 2011, les assassinats et la répression de certains cause lawyers se poursuivent, ce qui rend paradoxalement la position d’avocats au Myanmar à la fois désirable et dangereuse.

Les rapports des professions juridiques au politique font donc partie des thématiques transversales aux différentes aires géographiques. La contribution d’Éric Gobe, centrée sur la Tunisie, est, de cette perspective, la plus marquante. L’auteur montre comment les frustrations des plus jeunes membres du barreau et des avocats faiblement rémunérés, ainsi que la tradition de l’exercice du cause lawyering défensif, en particulier contre la torture durant le régime de Ben Ali, ont favorisé la participation du barreau tunisien à la mobilisation ayant entraîné la chute du régime. Il prolonge l’analyse en mettant en évidence que le prestige acquis à travers la participation révolutionnaire, a permis au barreau de gagner en pouvoir, d’impulser de larges réformes du système judiciaire pourtant décriées par les juges et magistrats et d’étendre son monopole sur l’offre de services légaux.

Les chapitres portant sur les pays déjà examinés en 1988 font quant à eux apparaître des problématiques nouvelles, à l’image de l’influence du numérique sur les professions juridiques. En effet, Hillary Sommerlad et ses collègues mentionnent les changements liés aux progrès de l’intelligence artificielle en étudiant l’Angleterre et le Pays de Galles. Benoît Bastard et Christian Bessy, au détour de leur examen des réformes connues par le système juridique français et des évolutions de la profession d’avocat depuis 1988, envisagent à leur tour la dématérialisation et la révolution numérique comme des menaces pour le monopole détenu par les professionnels du droit sur certaines activités. Les changements induits par le numérique et les progrès de l’intelligence artificielle ne sont cependant traités que de manière marginale dans ce premier tome. Ils méritent sans aucun doute une attention accrue de la part des auteurs chargés de réaliser les études comparatives qui seront publiées dans le second volume.

Finalement, ce premier tome est certes descriptif mais il constitue une ressource utile pour qui s’intéresse à la profession d’avocats dans les pays étudiés. Le chapitre conclusif, rédigé par Richard L. Abel, propose une première exploitation comparative des éléments présentés tout au long de l’ouvrage en se focalisant sur la question du nombre des professionnels du droit et de leurs caractéristiques sociodémographiques. En somme, la richesse des données recueillies, volontairement sous-exploitées dans ce volume, ainsi que l’agenda de recherche ambitieux annoncé par Richard L. Abel, laissent augurer un second volume particulièrement intéressant que nous avons hâte de découvrir.

 

 

  1. Richard L. Abel & Phillip S. Lewis, Lawyers in Society, 3 volumes, Berkeley : University of California Press, 1988-1989. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search