Vieillir en prison | Caroline Touraut

Caroline Touraut, Vieillir en prison. Punition et compassion, Nîmes : Champs social éditions, 2019, 265 p.

Compte rendu par Aude Leroy (Labers, université de Lorient)

L’enquête de Caroline Touraut répond à un manque d’apports sociologiques sur le problème du vieillissement en établissement pénitentiaire. Dans quelle mesure les détenus concernés partagent-ils une expérience commune et distinctive de celle des « autres » ? En contrepoint, en quoi les difficultés tangibles entraînées par le corps détérioré révèlent-t-elles les ambivalences des évolutions contemporaines des prisons et leurs tensions caractéristiques ?

Pour cerner ces frontières morales de l’institution, plusieurs champs d’études sont mobilisés (sociologie de la prison, de la vieillesse et du vieillissement, des professions, du droit…). Sur un plan empirique, la recherche s’appuie sur 63 entretiens avec 14 femmes et 49 hommes enfermés. Leurs trajectoires, expériences et positions s’avèrent très diversifiés, ce qui profite beaucoup à l’analyse. D’autres points de vue proviennent d’interlocuteurs intervenant sur/auprès des détenus (40 membres du personnel de surveillance, 21 soignants, 16 conseillers d’insertion et de probation pénitentiaire, une psychologue du « projet d’exécution des peines », un aumônier de prison, quelques bénévoles, etc.). Caroline Touraut partage véritablement l’espace avec ces protagonistes, puisque l’ouvrage comporte de longs extraits d’entretiens conduits avec adresse et délicatesse.

Ces bases soutiennent une typologie très convaincante. Le rapport d’une personne à son propre vieillissement rejoint le regard qu’elle porte sur sa condamnation et son enfermement. Trois idéaux-type apparaissent, au croisement entre « la proximité ressentie à la ‘‘norme’’ d’un parcours de vie » ainsi que « l’expérience de la prison » et « le rapport subjectif à l’âge et les perspectives de sortie en prison » (p. 109).

Primo les « trajectoires enrayées », qui concernent plutôt des primo-incarcérés de plus de 50 ans, se marquent par l’amertume. La peine, généralement perçue comme une injustice, a brisé les perspectives d’une retraite paisible.

Secundo, les « parcours accomplis», quant à eux, reflètent une plus grande acceptation. Ces sujets, souvent âgés de plus de 65 ans, avaient atteint la retraite avant leur condamnation. Cela module leur rapport à l’enfermement, du fait d’un sentiment d’avoir mené à bien les rôles sociaux successifs de leur existence.

Tertio, les « parcours empêchés » apparaissent comme tragiques au regard des normes sociales dominantes. En l’occurrence, « la souffrance des détenus ayant un long passé carcéral prend une dimension particulière dans la société actuelle où l’individu est amené à interpréter ses épreuves essentiellement sur le registre de l’échec personnel, toutes causalités sociales étant largement estompées » (p. 123). 

Cette classification compréhensive s’avère le pivot central de l’ouvrage et son apport le plus original. La disparité des situations justifie une approche fort nuancée de chaque sous-thème de la problématique générale. Celle-ci conduit à aborder les dilemmes pratico-moraux des surveillants ; les difficultés cumulées inhérentes à la vulnérabilité en détention ; les conséquences d’une quasi-absence d’accompagnement face à la perte d’autonomie physique (telles que la transgression des mandats professionnels en prison) ; les limites de l’effectivité d’une judiciarisation carcérale quant à l’accès aux droits sociaux, aux institutions et procédures, et aux mesures d’aménagement de peine.

Une démarche en équipe pluridisciplinaire pourrait utilement compléter ce regard. Elle permettrait de discerner des dimensions explicatives sous-tendues par les pathologies d’ordre disparates du sujet âgé. L’état de santé et l’âge biologique1 se révèlent plus déterminants que l’âge social, critère (objectif) néanmoins retenu pour apporter des précisions au sein de chaque idéal-type. La condition physique impacte inévitablement le rapport subjectif à l’âge, tout comme l’expérience de la détention et les possibilités de sortie. Trois des quatre dimensions centrales de l’étude impliquent donc des dimensions médicales. Ceci importe pour la compréhension de la manière dont « autrui », notamment le personnel pénitentiaire, façonne les perspectives et le regard du prisonnier sur sa vie passée et son avenir. Dans le même sens, les maladies psychiatriques sont peu abordées (dégénérescences cognitives normales ou pathologiques, aggravation de troubles mentaux antérieurs chez le sujet âgé, etc.).

Nous regrettons par ailleurs que l’autrice n’évoque pas les travaux existants sur les délibérations judiciaires en aménagement de peine, précisément lorsqu’il existe des contradictions entre d’une part les critères très exigeants de l’octroi d’un aménagement de peine, et d’autre part l’argument de la compassion à l’égard du corps usé du détenu âgé. Le thème des temporalités inconciliables nécessite la prise en compte des hiérarchisations, officielles et officieuses, que les magistrats projettent sous forme de schémas superposés sur la ligne de vie d’un être. D’ailleurs, Vieillir en prison n’investit pas les espaces où se discutent et se débattent les dilemmes, tels que les commissions de l’application des peines. Pour autant, nous partageons pleinement les conclusions. Les obstacles se cumulent sur la route des détenus âgés en quête d’un retour hors les murs. S’y mêlent les préoccupations différentiées des uns et des autres acteurs professionnels ; s’y rencontrent des facteurs internes (l’institution) et externes (la société).

Sur un plan formel, alors que la rédaction de l’ouvrage s’avère claire et précise, on relève aussi des défaillances orthographiques. À cet égard, le niveau intéressant d’explication renvoie au paysage académique contemporain, plus spécifiquement aux rythmes contraints du travail des chercheurs. De facto, la priorité a manifestement porté sur l’analyse approfondie d’un matériau empirique très solide.

Ce thème de l’accès au terrain amène un point de discussion plus fondamental. Caroline Touraut se rattache à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, axé sur l’étude du droit et de la justice) ainsi qu’au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP). Par ailleurs, elle occupe le poste de chargée de recherches, cheffe de section au laboratoire de recherche et d’innovation à la direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Ces activités et réseaux professionnels, au ministère de la Justice, se situent au cœur des débats pénitentiaires. Cette place aurait justifié un regard « par le haut » (macrosociologique) sur les choix, arbitrages et considérations politiques du gouvernement des personnes sous main de justice (en particulier sur les problèmes budgétaires liés au traitement des détenus les plus fragiles). Or, l’ouvrage demeure très discret à cet égard — par respect peut-être d’un devoir de réserve, ou par préoccupation de ne pas mélanger les optiques. Caroline Touraut évite de ce fait de s’avancer sur des terrains au sujet desquels on aurait pu lui reprocher un biais d’autocensure. Dans cette perspective, cela relève d’un choix scientifiquement loyal, celui de compter sur le collectif et la division du travail entre chercheurs.

En conclusion, Vieillir en prison entrera dans la littérature de référence pour la problématique évoquée par le titre ; mais également pour d’autres sujets centraux de la sociologie des prisons, tels que le corps et la santé ; les relations sociales ; la pauvreté ; ou encore les fragiles processus de judiciarisation. In fine, le cas des personnes âgées dévoile une vue d’ensemble sur une condition carcérale que l’auteure évite de juger, tout en exposant factuellement ce qui apparait critique. Plus largement, toute étude sur la place et la prise en charge des anciens, au sein de la société, pourrait tirer profit de ce cas d’espèce particulier. Des logiques organisationnelles désadaptées empêchent des rythmes de vie et besoins spécifiques. Ces formes de violence prêtent à la réflexion, tout autant que les analyses très inspirées sur les ambivalences du regard contemporain sur la vieillesse et la perte d’autonomie.

  1. Juliette Rennes, « Âge biologique versus âge social : une distinction problématique », Genèses, 2019, n° 117, p. 109-128. DOI : 10.3917/gen.117.0109. URL : https://www-cairn-info/revue-geneses-2019-4-page-109.htm []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search