Appel à la mobilisation contre la LPPR les 25 juin et 8 juillet 2020

Les Revues en lutte – collectif dont Droit et Société fait partie – appellent à la mobilisation la plus massive possible les 25 juin et 8 juillet 2020, contre le projet de LPPR.

Communiqué de presse

Le 19 juin dernier, les personnels mobilisés contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) ont de nouveau subi les manœuvres scandaleuses et le mépris de la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation Frédérique Vidal qui a refusé de re-convoquer le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) alors qu’un tiers seulement des amendements sur le projet de loi avaient été examinés en séance.

Dans une salle à moitié vide, à l’aube, à peine un peu plus de la moitié du CNESER a rendu un avis favorable (55% des présents) sur un texte majeur pour la communauté scientifique mais dont la discussion n’a pu se poursuivre dans de bonnes conditions.

Plusieurs organisations syndicales ont par conséquent boycotté la séance prévue dans la foulée ce 19 juin au comité technique ministériel de l’enseignement supérieur et de la recherche (CTMESR). La tenue de ce comité étant reportée au jeudi 25 juin, les Revues en lutte, avec d’autres collectifs, appellent à la mobilisation massive ce jour-là (72, rue Regnault, Paris 13e à 13h30).

 Le collectif Revues en lutte, qui réunit désormais 156 revues scientifiques de sciences humaines et sociales mobilisées contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), dénonce un texte qui aboutira à la destruction de notre système public de la recherche en accentuant la précarité et la mise en concurrence des personnels, des laboratoires et des universités, au nom d’une soi-disant « amélioration de l’attractivité des métiers scientifiques ».

Le collectif rappelle que ce texte est massivement dénoncé depuis des mois par l’ensemble de la communauté scientifique.

Pour en savoir plus sur le texte : https://universiteouverte.org/2020/06/07/avant-projet-de-lppr-une-gigantesque-machine-a-precariser-et-privatiser/

Liste des revues du collectif :

https://universiteouverte.org/2020/01/20/liste-et-motions-des-revues/


1 réponse

  1. ROYNARD dit :

    Bonjour,
    à vrai dire il ne servait à rien de rester (je suis parti à 3h du matin) car il est apparu que le gouvernement avait décidé de ne prendre en considération aucun amendement. C’était un refus de principe. La ministre a soit opposé de mauvais arguments (y compris juridiques) soit s’est ouvertement refusé à répondre pour expliquer ses refus. En outre de nombreuses violations de la procédure sont intervenues, notamment % procurations de vote. Le vote final ne signifie donc que la volonté du gouvernement d’arracher une adhésion de façade au projet tel que soumis au CNESER.
    Denis ROYNARD, élu du collège B au CNESER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.