Si le droit m’était conté | François Ost

François Ost, Si le droit m’était conté, Paris : Dalloz, 2019, 218 p.

 Compte rendu par Peggy Larrieu (Université Aix-Marseille)

Voilà un livre précieux. Au moins à trois égards. Il donne à penser. Il mobilise l’imaginaire, la fiction. Et il réhabilite le récit. « Qu’appelle-t-on penser ? » se demandait Heidegger. Ce qui donne le plus à penser est que nous ne pensons pas encore. Ainsi, la question signifie plutôt : qu’est-ce qui nous appelle à penser. Dans le mot appeler, résonne une idée de chemin, d’invitation, d’itinéraire. Précisément, avec ce recueil de contes, François Ost nous donne à penser en nous invitant au voyage : le voyage maritime, le voyage aérien, le voyage dans le temps, dans l’espace, etc. Son ouvrage est un livre à clés. Il ouvre des portes. Chaque conte est une porte ouverte sur le droit, la justice, la loi.

Depuis longtemps, François Ost nous a habitués à transgresser les lois du genre. Juriste et philosophe, enseignant-chercheur et dramaturge, il est l’auteur d’une œuvre foisonnante et inspirée, composée de nombreuses publications et de plusieurs pièces de théâtre. Nous lui devons le premier ouvrage en langue française consacré aux relations entre le droit et la littérature. C’est qu’entre le narratif et le prescriptif, les ponts sont nombreux. Il existe en effet une continuité entre la description des faits et la prescription juridique, qui passe par la narration. On sait à quel point les écrivains peuvent contribuer à conserver ou à transformer l’imaginaire juridique. Dans son dernier opus, l’auteur prend lui-même la plume du conteur pour faire du droit par la littérature. Dans ce recueil, il assume pleinement « l’appel à la pensée » qui se fait entendre dans un étrange entre-deux déterminé par des choses qui ne sont plus et par des choses qui ne sont pas encore. Le conteur est celui qui se souvient quand tous ont oublié. Mais comment fonder la mémoire collective tout en s’affranchissant d’un passé obsolète et sans céder au conservatisme ? Tant il est vrai que le passé ne doit pas obstruer l’avenir… Imaginer des futurs possibles est le seul moyen de se libérer des servitudes du présent.

Le conteur, observait mélancoliquement Walter Benjamin, est, dans le paysage d’aujourd’hui, une figure qui s’éloigne. Si l’art de conter se fait rare, l’information qui se propage a une part décisive à cet état de choses. C’est que le cours de la parole a inexorablement chuté au profit de l’information. Cette crise du récit affecte aussi le droit. À l’heure des algorithmes, de l’intelligence artificielle, à l’heure où le droit est réduit au rang d’outil de gestion, où règne partout le gouvernement par les nombres, on ne peut que se réjouir de voir apparaître un acte de résistance. Résister par le récit, c’est retrouver le goût de cette épopée que la logique d’information élimine, c’est tenter d’échapper à la réification à laquelle incite notre civilisation de l’information. Et résister par le conte, c’est retrouver le message de cette étrange littérature issue de l’oralité, dont on sent bien qu’elle recèle des trésors de sagesse.

Victor Hugo nous a appris que les grands écrivains sont ceux dont la pensée occupe tous les recoins de leur style, et c’est avec une plume magistrale que François Ost nous convie à l’accompagner dans ce voyage. Toutes les formes du conte sont par lui mobilisées : la fiction animalière, la parabole, le conte fantastique, la fable historique, le récit de science-fiction, la spéculation onirique, le conte philosophique, la dystopie et même la fantaisie théologique. Mais « l’objet unique du livre est le droit lui-même dans son inépuisable richesse ».

On y pénètre par un premier récit intitulé : « Un droit dans l’arche de Noé ? ». Où l’on retrouve les questions chères à l’auteur : À quoi sert le droit ? Et de quel droit avons-nous besoin? Tous les animaux en débattent. C’est là l’application du principe du contradictoire, qui tend malheureusement à disparaître dans la pratique judiciaire contemporaine. Mais plus fondamentalement, c’est le modèle de l’arche qui est ici valorisé, par opposition à celui de la tour de Babel soumise au règne de l’Un. Car l’arche, « en abritant le joyeux tohu-bohu de la diversité, et voguant sous les couleurs de l’arc-en-ciel, assure un passage et force un projet de vie »1 .

On avance progressivement, d’un conte à l’autre, suivant un itinéraire soigneusement aménagé jusqu’au huitième et dernier récit, très opportunément consacré au Jugement dernier et à la question de savoir si celui-ci doit présenter les garanties du procès équitable. L’avocat pro deo et l’avocat du diable en débattent… mais il appartiendra au final au Très-Haut lui-même de répondre à la question préjudicielle qui lui est posée.

Le Tiers est l’un des fils rouges de ce recueil. Dans une dystopie sobrement intitulée « 3, 2, 1… », François Ost imagine un monde binaire, dans lequel l’entre-deux, la faille, le pli et donc le tiers médian ont été abolis. Sous la dictature d’un certain Selfidor, gouvernant à coups de tweets et de likes, dans un régime de visibilité absolue, le droit a fini par devenir un simple instrument de rétorsion, une arme parmi d’autres dans le grand face à face, la compétition de tous contre tous, marquant le triomphe de la loi de la nature. Ainsi s’accomplit « la vérité du régime de Binaria : toute espèce de distance s’évanouissait, et on approchait de la platitude absolue, la troisième dimension abolie. Bientôt plus d’écart, plus d’aspérité, plus d’ombre. A perte de vue, la plénitude rassurante du même, sous la lumière cruelle d’un jour sans fard ». Et ce monde finit par disparaître par implosion, doucement et sans bruit.

Ce monde-là est le nôtre. La Loi n’occupe plus sa position de surplomb, elle est devenue un outil, simple instrument au service des agents économiques. Tout le droit se réduit au fait et réciproquement, tout fait est promu au rang du normatif, peu important qu’il soit ou non licite. C’est l’empire du fait établi, de la causalité pratique, qui nous plonge dans un monde plat, un monde à l’intérieur duquel les liens se tissent de façon binaire, un monde sans horizon, dépourvu d’espace transitionnel, dans lequel le nombre devient sujet, et le sujet, à force de se réaliser, devient objet. Mais ce qui est épuré, ce qui tend à être éradiqué, c’est ce reste qui fait peut-être l’humanité dans l’homme. Pour dire les choses très simplement, c’est sa part de poésie. Avec ce geste qui tend à exclure le poète au profit du logicien, s’ouvre alors l’abîme d’une pensée formelle qui constitue l’humain comme un excédent à réduire ou à expurger.

Il nous faut réinstaurer la place du Tiers et pour cela, il faut renouer avec la pensée dialectique. On sait à quel point François Ost est attaché à « une dialectique ouverte, sans synthèse », qui travaille au point de tension maximale entre deux positions, le passage improbable où se laisse entendre quelque chose de la vérité que chacune tente de dire à sa manière2 . Ce quelque chose n’est pas un deus ex machina qui résoudrait, comme par miracle la tension et la controverse, mais la propriété émergente, le Tiers qu’on prétendait exclure et qui maintenant permet d’éclairer cette tension et de la traiter, ce qui ne veut pas dire la supprimer, sur le plan pratique.

Accepter cette tension nécessite un cheminement vers les confins, vers les marges, en vue d’interroger les déviances, de dresser la carte des transgressions et donc de repérer les phénomènes de rejet et de refus. Qui trouve-t-on en effet « Aux marges du Palais » ? Tous les recalés de la justice officielle, les naufragés des tribunaux, les victimes des dénis de justice, les fous du droit et de la chicane, qui ne demandent au fond qu’à être reconnus et entendus. Simplement… Et c’est précisément ce que leur offre la justice alternative et souterraine, située en marge du Palais de justice de Bruxelles.

Voici simplement suggérée la portée éthique du maintien d’une altérité, contre la tentation conformiste qui veut favoriser les similitudes et contre la visée totalitaire qui veut imposer l’uniformité. On ne peut donc que vivement recommander la lecture de ce recueil, écrit par un passionné du Droit, et remercier celui-ci de nous en avoir ouvert les portes.

 

 

  1. François Ost, À quoi sert le droit, Bruxelles : Bruylant, 2016, p. 262. []
  2. Le droit malgré tout, Hommage à François Ost, Bruxelles : Presses universitaires Saint-Louis, 2018, p. 873. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search