Les Noirs de Philadelphie | W.E.B. Du Bois

W.E.B. Du Bois, Les Noirs de Philadelphie, Paris : La Découverte 2019, 581 p.

Compte-rendu par Matthieu Renault (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

120 ans après sa publication originale aux États-Unis, l’ouvrage de l’intellectuel africain-américain William Edward Burghardt Du Bois Les Noirs de Philadelphie (1899) est disponible en français aux Éditions La Découverte, grâce aux efforts de Nicolas Martin-Breteau, traducteur et auteur d’une introduction des plus instructives. Homme de science à une époque où la ségrégation sévissait dans les universités non moins qu’ailleurs, militant de la première heure pour l’égalité raciale et cofondateur de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), W.E.B. Du Bois reste une figure insuffisamment connue dans le monde francophone, où n’avait jusqu’à présent été traduit que son opus magnum de 1903, Les Âmes du peuple noir, ouvrage dans lequel il mobilisait des concepts-métaphores qui allaient circuler tout au long du XXe siècle dans la pensée africaine-américaine, et au-delà : la ligne de partage des couleurs (color line), le Voile de couleur (Veil), ou encore la double conscience (double consciousness) de l’Africain-Américain.

Jeune diplômé de doctorat de Harvard pour une thèse en histoire sur l’abolition de la traite négrière vers les États-Unis (1895), Du Bois avait été recruté par l’Université (noire) d’Atlanta, où il avait fondé un laboratoire de sociologie. S’attachant à placer le « problème noir », jusqu’alors considéré au mieux comme marginal, au centre même des préoccupations de la jeune discipline, il arguait que la trajectoire de la communauté africaine-américaine depuis l’abolition de l’esclavage (1865) constituait la « reproduction microcosmique de longs siècles d’histoire mondiale » et offrait par conséquent aux chercheurs en sciences sociales l’occasion unique d’observer sur le vif « le développement d’une grande race d’hommes1  ». Loin d’établir le problème noir en province ségrégée du savoir, Du Bois désirait contribuer à la fondation épistémologique et méthodologique de la sociologie, qu’il concevait, de manière délibérément paradoxale, comme une « science du libre arbitre »2 .

Dans Les Noirs de Philadelphie, fruit d’une enquête menée sur une période de plus d’un an nourrie de matériaux historiques, Du Bois s’attache à établir une radiographie des effets de la ligne de couleur sur la population noire d’une grande ville du nord des États-Unis. Il n’a de cesse de le répéter : la condition noire, explorée par lui sous ses diverses facettes (éducation, emploi, santé, vie familiale, criminalité, etc.) doit être considérée non comme un « simple fait » ou une cause, mais comme un « symptôme » (p. 58, 297) ou une conséquence. On ne saurait mieux dire que le problème noir n’a rien de naturel, de racial au sens biologique du terme, mais est le produit de l’histoire et de la situation socio-économique d’un groupe dont l’apprentissage de la liberté remonte alors à moins d’un demi-siècle.

Du Bois conçoit le problème noir, au singulier, comme une combinaison, faisant elle-même problème, d’une multiplicité de problèmes sociaux (p. 441), dont on pourrait trouver des équivalents au sein des autres classes défavorisées de la population américaine. S’il présente néanmoins une irréductible spécificité, c’est non seulement parce que s’y adjoignent des particularités historiques (esclavage et émancipation) et géo-sociales (migrations du Sud vers le Nord), mais aussi parce que ses éléments constitutifs sont littéralement colorés par le « préjugé racial » qui les polarise et, partant, les surdétermine. Autrement dit, si la race (comme substance) est dépourvue de toute fonction causale, le « contact entre les races » (comme relation) joue quant à lui un rôle déterminant.

Du Bois montre en effet qu’on ne peut saisir la situation qui échoit au groupe noir en l’observant uniquement de l’intérieur ; il est nécessaire de prendre en compte son « environnement » extérieur. Cela vaut pour n’importe quel groupe social, mais pour les Noirs, l’influence de l’environnement acquiert une signification originale : d’une part, parce qu’elle est singulièrement exacerbée, au point de soumettre le groupe à une hétéronomie minant tout effort d’auto-développement; d’autre part, parce que l’environnement en question en vient peu ou prou à se réduire au seul « monde blanc », comme Du Bois le répètera des décennies plus tard dans son « autobiographie d’un concept de race », Dusk of Dawn (1940).

Homme de son temps, Du Bois divise la population africaine-américaine de Philadelphie en catégories socio-économiques qui sont aussi des catégories normatives ou « morales », déplorant en particulier la dépravation des « classes vicieuses ou criminelles ». Ici comme ailleurs à cette période, il juge que les capacités et les progrès des Noirs devraient être évalués à l’aune des réalisations de leurs « meilleures classes », l’élite éduquée, le « dixième talentueux » (talentend tenth) de la population africaine-américaine appelé à guider la race en œuvrant à son « élévation » (uplift). On est encore loin en ce sens de l’étroite articulation des facteurs raciaux et de classe qu’allait opérer en 1935 un Du Bois « converti » au matérialisme historique dans Black Reconstruction in America, une histoire de la guerre de Sécession et de la décennie qui l’avait suivie, narrée du point de vue des Noirs.

Il n’en reste pas moins que dans Les Noirs de Philadelphie, Du Bois appelle déjà l’« aristocratie » noire à « reconnaître [son] devoir envers les masses » (p. 447) en particulier envers ce qu’il nomme le « dixième submergé » (submerged tenth) (p. 369) ; car c’est dans « les bidonvilles de la société moderne », assure-t-il, que réside « la réponse à la plupart de nos problèmes déroutants d’organisation et d’existence » (p. 447). Démontrant en outre que la composition et les formes d’existence des différentes classes noires, ainsi que les rapports qu’elles entretiennent les unes avec les autres, sont modulés, et souvent viciés, par les relations conflictuelles que chacune d’elle entretient avec son « homologue » blanche, Du Bois anticipe sur ce qu’on appelle aujourd’hui les analyses intersectionnelles.

Les Noirs de Philadelphie constitue en définitive une pièce centrale de l’intarissable effort consenti par Du Bois pour (re)définir une éthique et une politique de la vérité à même de servir la lutte pour l’égalité raciale sans rien sacrifier de l’essentielle indépendance du travail scientifique, double impératif qui ne constitue une contradiction que lorsqu’on confond impartialité et neutralité. Soucieux de donner aux Noirs américains la place qui leur revient dans l’ordre de la recherche scientifique, Du Bois peut être considéré comme un héraut du combat pour ce qu’on désigne désormais du nom de « justice épistémique ». De ce combat participe également, aujourd’hui, la volonté de rendre disponible pour le lectorat francophone le travail sociologique de Du Bois, dont le nom a trop longtemps et injustement été refoulé des annales de la discipline3 . Gageons que cette publication suscitera des vocations, encouragera d’autres traductions et des recherches qui permettront de mieux connaître l’œuvre polymorphe de Du Bois, et plus généralement de prendre la pleine mesure du prodigieux engagement dans la science qui a marqué la trajectoire et les luttes de la communauté africaine-américaine depuis l’abolition de l’esclavage.

  1. W.E.B. Du Bois, « The Study of the Negro Problems », Annals of the American Academy of Political and Social Science, 11, janvier 1898, p. 1-2, 10. []
  2. W.E.B. Du Bois, « Sociology Hesitant », Boundary 2, 7 (3), automne 2020, p. 37-44. []
  3. Voir Aldon Morris, The Scholar Denied. W.E.B. Du Bois and the Birth of Modern Sociology, Oakland (CA) : University of California Press, 2015. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.