La parole défaillante. L’homme du droit au cœur du roman moderne | Richard H. Weisberg

Richard H. Weisberg, La parole défaillante. L’homme du droit au cœur du roman moderne (Dostoïevski, Flaubert, Camus, Melville), traduit par Françoise Michaut, Toulouse : Ed. L’Épitoge, 2019.

Compte rendu par Laetitia Guerlain (Institut de recherche Montesquieu / Centre aquitain d’histoire du droit, Université de Bordeaux)

Il faut savoir gré aux éditions toulousaines de l’Épitoge de proposer aux lecteurs français la traduction, sous la plume autorisée de Françoise Michaut, du célèbre ouvrage de Richard H. Weisberg, The Failure of the Word. The Protagonist as Lawyer in Modern Fiction, originairement paru en 1984 aux Yale University Press. Universitaire américain formé au droit mais également à la littérature, Weisberg s’est imposé comme l’un des chefs de file, dans les années 1980, du mouvement Law & Literature, institutionnalisé lors de la décennie précédente. Son premier ouvrage, The Failure of the Word, avance une thèse forte : la disjonction progressive du langage et des valeurs aurait mené l’Occident, en deux siècles, droit vers l’abîme et les dérives totalitaires du xxe siècle. Cette chute du système moral explique, selon Richard Weisberg, que les romanciers des xixe et xxe siècles se soient particulièrement intéressés au droit, qui leur apparaissait comme le « système culturel extrinsèque le plus significatif sur lequel mettre leurs doutes à l’épreuve » (p. 198).

À partir de l’étude de quatre auteurs (Dostoïevski, Flaubert, Camus et Melville), Richard Weisberg dresse le diagnostic d’un « ressentiment », défini comme un « malaise intellectuel généralisé » (p. 40), dont il fait la clef de lecture du droit contemporain. Dans les romans analysés par l’auteur, ce ressentiment prend la forme d’une éloquence sournoise des juristes protagonistes, mise au service de l’injustice. Bien souvent, la beauté et l’esthétique des mots et de la forme cache, au fond, l’absence de valeur morale et d’éthique. L’auteur le formule lui-même de manière très claire : de par ses structures narratives, le droit tend à « substituer l’intelligence au jugement, l’élégance à la substance, les mots aux valeurs » (p. 198). Or, le fait que l’élégance formelle puisse se faire le véhicule d’une parole délétère ne saurait, selon R. Weisberg, être mieux saisi qu’à travers le prisme de l’utilisation du droit par la littérature. Invitation à réfléchir sur les séductions trompeuses du formalisme juridique, la démonstration de l’auteur conduit à se demander à sa suite si ce ressentiment n’aurait pas joué un rôle déterminant dans l’incapacité des nations européennes à empêcher la Shoah.

C’est donc armé de sa double compétence de théoricien du droit et de la littérature que R. Weisberg relit huit classiques du panthéon littéraire à l’aune de cette interrogation. Son ouvrage est centré sur des protagonistes (procureurs, magistrats ou avocats) ayant en commun d’employer des structures narratives complexes afin d’éviter des « réalités » aussi simples que centrales. Pour R. Weisberg, ces protagonistes ont le tort de préférer se cacher en jouant avec les mots plutôt que d’affronter la spontanéité des rapports humains, cédant ainsi à l’aveuglement de soi, sujet par excellence de la philosophie morale. À lire son auteur, l’ouvrage serait destiné à explorer les ramifications morales du comportement de protagonistes juristes, enclins à subvertir la technique juridique pour éluder de délicates questions d’injustice ou de responsabilité.

Cet ouvrage très ambitieux a été, à sa sortie, très diversement reçu, suscitant des oppositions des critiques politiques de tous bords. Tandis que la gauche lui a reproché de cantonner le mouvement Droit & Littérature aux canons de la littérature occidentale uniquement écrits par des auteurs masculins, blancs et célèbres, la droite, à l’inverse, lui a fait grief de la méthode utilisée. Selon les conservateurs en effet, au premier rang desquels il faut mentionner Richard Posner, la critique littéraire des tenants du mouvement Droit & Littérature serait un moyen insuffisant pour déployer une critique juridique vraiment pertinente. En somme, tandis que les uns lui reprochent d’être trop radical, les autres le perçoivent comme trop conservateur1 .

On pourrait objecter à Richard Weisberg une lecture à charge de la littérature contemporaine, l’auteur n’y décelant rien d’autre, finalement, que ce qu’il y cherche. On lui a également reproché de sélectionner un thème commun à plusieurs ouvrages (l’opposition entre la complexité des mots et la spontanéité des rapports humains) en prenant cette opposition pour acquise, au lieu d’en questionner l’utilisation littéraire. De la même manière, la façon détaillée dont R. Weisberg s’efforce, notamment dans son analyse de Billy Budd, sailor de Melville, de repérer les « erreurs » procédurales interroge sur le sens d’une telle analyse : qu’importe, au fond, l’étendue des connaissances d’un auteur donné sur le droit ? En quoi cela sert-il le propos et ne faudrait-il pas considérer qu’un roman n’est pas là pour informer sur le « vrai » droit mais plutôt, en distordant au besoin ce dernier pour les besoins de l’intrigue, pour faire réfléchir le lecteur aux enjeux philosophiques ou éthiques qui le sous-tendent2  ?

Que l’on soit séduit ou non par la thèse très forte défendue par Richard Weisberg, ou convaincu par sa méthodologie, l’ampleur même et la diversité des réactions suscitées par l’ouvrage à sa sortie témoigne en tout état de cause des espaces de réflexion et de confrontation qu’il a contribué à ouvrir. Grâce à la traduction de Françoise Michaut (on déplorera simplement, au plan éditorial, de fréquentes coquilles), le lectorat français a désormais à sa disposition l’un des textes canoniques du mouvement Droit & Littérature et pourra se faire lui-même sa propre opinion sur l’important travail de l’auteur américain. 

 

  1. Arthur J. Jacobson, « Failure of the Word : The Rise of Law and Literature », Cardozo Law Review, 2005, n° 26, p. 2217-2221. []
  2. L.-H. LaRue, « The Portrayal of Law in Literature: Weisberg’s Failure of the Word », American Bar Foundation Research Journal, 1986, p. 313-319. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search