L’œil sécuritaire | Elodie Lemaire

Elodie Lemaire, L’œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance, Paris : La Découverte, 2019, 200 p.

Compte rendu par Anne-Cécile Douillet (Centre d’Études et de Recherches Administratives Politiques et Sociales[CERAPS], Université de Lille, CNRS)

L’œil sécuritaire ne défriche pas un terrain inexploré : la vidéosurveillance a déjà nourri nombre de recherches visant à évaluer cette technologie sécuritaire, à comprendre les ressorts de sa diffusion, à en souligner les dangers ou à en analyser les usages. L’ouvrage reprend d’ailleurs un certain nombre de constats déjà bien documentés : les effets préventifs et répressifs limités de la vidéosurveillance ; la multiplicité des finalités au nom desquelles des caméras sont installées sur la voie publique (régulation du trafic, surveillance des bâtiments publics, lutte contre la délinquance, réassurance, management…), qui constituent autant d’arguments de légitimation de l’outil ; l’ennui des opérateurs qui manipulent les caméras et ses effets en termes d’inattention et de ciblage de populations ; la conversion de certains opposants politiques locaux… La posture de mise à distance des « prêt-à-penser » (p.8) revendiquée par Elodie Lemaire est par ailleurs partagée par plusieurs autres sociologues et politistes qui déconstruisent comme elle les mythes relatifs à la toute-puissance de la vidéo-surveillance, critiquée comme nouveau panoptique ou défendue comme « reine des preuves ».

Mais cette nouvelle publication ne fait pas que consolider les connaissances acquises ; elle contribue aussi à éclairer un peu plus « le monde de la vidéosurveillance », grâce à une recherche approfondie menée pendant deux ans à l’échelle d’une commune d’environ 130.000 habitants, rebaptisée Braville mais assez facilement identifiable. L’enquête, parfois mise en scène comme une véritable enquête policière, a conduit la sociologue dans le centre de sécurité urbaine (CSU) de la commune mais aussi dans les locaux de la police nationale, dans les bureaux et les bus de la société de transport en commun et dans les couloirs du tribunal, où elle a rencontré des magistrats du siège et du parquet, mais aussi des avocats. Le nombre de personnes interrogées (une centaine) assure la solidité empirique du travail, d’autant que ces personnes ont souvent été rencontrées plusieurs fois, à l’occasion d’entretiens, d’observations au CSU ou en suivant certains des protagonistes dans une partie de leurs activités, qu’Elodie Lemaire a même parfois assurées elle-même (en prenant les manettes des vidéo-opérateurs par exemple). La restitution de l’enquête – très incarnée et mobilisant moult anecdotes, plus ou moins éclairantes – rend compte de la familiarité acquise avec les différentes composantes de ce que l’autrice finit par appeler (de façon rapide et finalement peu convaincante) un « champ », au sens bourdieusien du terme (p.193).

En enquêtant au plus près des acteurs qui « font » la vidéosurveillance dans cette ville des Hauts-de-France, qu’ils soient fournisseurs de matériel, scrutateurs, pourvoyeurs ou demandeurs d’images, Elodie Lemaire montre comment ce dispositif producteur d’images est travaillé en continu par tout un ensemble de professionnels. Ainsi, par-delà le rappel des processus de diffusion de la vidéosurveillance, le chapitre 1 illustre le travail constant de persuasion mené par certains agents (le responsable de la sécurité de la société de transport en commun par exemple), la légitimité de la vidéosurveillance restant fragile et les dysfonctionnements nombreux. Si le chapitre 2 redit l’ennui du travail de surveillance, il montre aussi que tous les opérateurs et opératrices n’investissent pas la fonction de la même façon : certain-e-s se concentrent plutôt sur les « sous-missions », qui assurent un flux d’activité (information sur le trafic, ouverture des bornes d’accessibilité…), d’autres adoptent une posture de « chasseur », ennoblissant leur fonction en la rapprochant du travail policier de profilage.

L’intérêt de cette entrée par les professionnels est surtout de montrer que l’usage de la vidéosurveillance est aussi structuré par des hiérarchies sociales et professionnelles, avec en particulier un « prolétariat de néo-surveillants » (E. Lemaire reprend l’expression à Philippe Robert), peu considéré par les utilisateurs finaux de leurs images (policiers nationaux et magistrats principalement). Dans la première partie relative à la vidéosurveillance comme instrument d’une politique de sécurité (« le couteau suisse de la sécurité »), il apparaît ainsi que les policiers du centre de commandement manifestent un rapport pratique plutôt distant à la vidéosurveillance et ne donnent pas toujours suite aux appels du CSU signalant des mouvements suspects : la police nationale ne se laisse pas dicter de l’extérieur la définition de ses priorités. Il arrive aussi que les opérateurs du CSU soient sollicités pour surveiller des événements pour lesquels ils ont très peu d’information. Dans le travail d’enquête judiciaire analysé dans la deuxième partie du livre, la préservation du « domaine policier » conduit à un faible partage de l’information, qui pourrait pourtant orienter le regard des opérateurs lorsqu’ils surveillent les écrans ou examinent des vidéos réquisitionnées.

Cette deuxième partie consacrée à l’usage de la vidéosurveillance comme « preuve » dans les procédures judiciaires illustre particulièrement bien les divisions professionnelles à l’œuvre dans l’exploitation des images de vidéosurveillance. À partir d’un travail minutieux de reconstitution du devenir des vidéos réquisitionnées auprès du CSU et de la société de transport en commun, Elodie Lemaire montre non seulement que seules 7% des vidéos dont elle a pu suivre la trace ont véritablement permis d’identifier les suspects mais aussi que la moitié des vidéos réquisitionnées sont écartées in fine, autrement dit qu’elles ne sont pas du tout utilisées dans le cadre de l’enquête. Ceci s’explique notamment par la mauvaise qualité des images ou par l’absence d’images relatives aux faits recherchés mais rend particulièrement ingrat le travail de recherche de la séquence pertinente, fait par les agents du CSU ou de la société de transport. Les réquisitions de vidéo sont pourtant faites assez systématiquement, sans considération des chances d’y trouver quelque chose. De façon plus générale, cette deuxième partie montre le décalage existant entre le travail laborieux des pourvoyeurs d’images, que l’on tient à l’écart de l’enquête, et l’usage mesuré que policiers enquêteurs et magistrats font des vidéos, même s’ils défendent pour la plupart l’intérêt de l’outil. Policiers et magistrats cherchent à rester maîtres de la lecture des images, qu’ils peuvent aussi choisir d’ignorer en les disqualifiant ou en réduisant leur portée par l’invocation d’autres éléments. Ainsi, selon l’analyse d’Elodie Lemaire, les magistrats, qui visionnent rarement eux-mêmes les vidéos, entretiennent un flou sur la force probante des images pour conserver leur pouvoir d’appréciation des preuves. La valeur de la preuve « par l’image » dépend d’ailleurs aussi des contestations dont elle peut faire l’objet par les mis en causes ou leurs avocats. De ce point de vue, le dernier chapitre (« Quand la vidéo ne fait pas preuve ») est particulièrement instructif en montrant comment, tout au long de la chaîne judiciaire, le devenir des images et de leur « force probante » est lié à l’intervention de différents professionnels qui n’y voient pas tous la même chose, en fonction de leurs compétences, des informations dont ils peuvent disposer et de ce qu’ils cherchent dans les images (un événement, un signe de reconnaissance, un individu clairement identifié…). La vidéosurveillance est saisie par des luttes entre professionnels.

Si la division du travail de manipulation de la vidéosurveillance, les enjeux de juridiction professionnelle et les effets induits sur la valeur probante des images ne sont pas les seules dimensions traitées dans l’ouvrage, c’est sans doute ce qui en fait l’originalité. Il est de ce point de vue regrettable que cet apport ne soit pas mieux valorisé, dans la construction problématique de l’ouvrage comme dans sa conclusion. Les dernières pages reviennent en effet sur des enjeux plus souvent soulignés : le développement d’une protection contre l’insécurité civile plus que contre l’insécurité sociale, qui opère par anticipation au nom de « risques » de dangerosité en ciblant certaines populations plus que d’autres. Si ces observations finales ont leur pertinence et s’expliquent sans doute par le souci de produire un ouvrage généraliste sur la vidéosurveillance, elles apparaissent un peu décalées au regard des développements de l’ouvrage, qui n’alimentent pas directement ces thèses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.