La pègre déchiffrée / Gambetta Diego

gambetta diegoGambetta Diego, La pègre déchiffrée. Signes et stratégies de la communication criminelle, Genève : Éditions Markus Haller, 2014, 423 p.

Compte rendu par Diana Villegas (Laboratoire de sociologie juridique, université Paris II Panthéon-Assas)

 

Un chercheur qui trouve un as de pique sur la porte de sa maison lorsqu’il mène une recherche sur la mafia, un agent secret du FBI qui arrive à infiltrer une famille mafieuse, un prisonnier qui avale les ressorts de son matelas, un autre qui déclenche une bagarre afin de monter dans la hiérarchie carcérale, le membre d’un gang qui exhibe fièrement son corps mutilé plein de cicatrices et couvert de tatouages… Voici quelques personnages présents dans la multiplicité d’exemples que nous offre Diego Gambetta dans son nouveau livre portant sur le sujet de la communication criminelle.

La parution de la version française de Codes of the Underworld : How criminals communicate 1  permet au lecteur francophone de découvrir le travail d’un grand spécialiste du monde criminel, notamment de la mafia sicilienne. Cette fois-ci, Diego Gambetta traite, de façon générale et extensive, le thème de la communication des délinquants entre eux ainsi que de leurs échanges avec les « honnêtes gens ». Ce sujet se décline ensuite sous trois problématiques : celui de la communication stricto sensu, celui de l’identification et celui de la publicité des biens et des services criminels. Si l’ouvrage tourne autour de ces trois axes, il aborde aussi un sujet cher à l’auteur : la confiance.

Fidèle à sa théorie sur la confiance 2 et la perspective économique – notamment celle de Thomas Schelling – appliquée au monde du crime, Diego Gambetta explique que ce monde a besoin de signaux pour établir la confiance et promouvoir les prestations criminelles.

Dans ce milieu, explique-t-il, il est difficile de confirmer la véracité du curriculum vitae d’un délinquant. À moins d’être un « protégé » ou d’avoir un nom réputé, les criminels doivent s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un « faux méchant ». La procédure de vérification n’est pas toujours possible, dès lors la relation de confiance s’établit de façon indirecte. Pour l’auteur, les bandits, appartenant par essence à un métier à haut risque, souffrent du manque de confiance de leur propre milieu professionnel.

Diego Gambetta n’utilise nullement les présupposés sur la confiance et l’usage de la violence comme prima ratio. Le monde criminel, selon lui, est tout le contraire. La pègre serait plus un vivier de déloyaux où la violence n’est qu’un des nombreux mécanismes ; cette violence devant être utilisée avec modération, même si elle peut servir de moyen de communication. Faute de confiance et afin d’éviter la violence, les bandits, véritables « homo economicus », développeraient donc toutes sortes de stratégies communicationnelles permettant leur identification et leur visibilité sur le marché du crime.

Par rapport à cette démystification du milieu criminel et en s’éloignant des dimensions symbolique et linguistique qui dominent les études sur le sujet, l’auteur propose une approche sémiologique à travers la théorie des signaux.

Un bandit a tout intérêt et fera tout pour éviter les aléas du métier : se retrouver face à un policier sous couverture, être démasqué, être doublé par un ennemi ou « filer » des informations à une « balance ». Le monde du crime, aussi secret et clandestin qu’il puisse paraître, n’est pourtant pas à l’abri des quiproquos, raison pour laquelle les criminels font attention aux signes et signaux qu’ils émettent et à qui ils les adressent. En conséquence, comme l’explique Diego Gambetta, la communication criminelle doit être efficace et rationalisée selon l’évaluation coût/bénéfice afin de minimiser les risques.

L’ouvrage, divisé en deux parties, explique dans un premier temps les « signes coûteux » pour passer, dans un second temps, à l’étude des « signaux conventionnels » et « symboliques ». À travers ces deux volets, le professeur de l’Institut universitaire européen de Florence décrypte les stratégies, les signes, mais surtout les signaux du monde des truands.

La prise en compte d’une définition large du mot communication permet à l’auteur d’explorer toute une panoplie de situations et de sujets, tels que les références criminelles et la façon de les exposer, le contrôle et les limites d’un message, la violence et l’automutilation comme forme de communication, la protection des signaux du piratage, l’usage abusif d’une « marque criminelle ». Les surnoms et le lien mafia-cinéma font également partie des sujets privilégiés de son œuvre.

Ce chercheur en sciences sociales, très attaché à la recherche expérimentale, ne cesse de surprendre avec des références et des études de cas, des anecdotes, des témoignages de repentis ainsi que des extraits de films cultes. Ceci ayant pour objectif de mettre en place une méthodologie inversée où les questions empiriques trouvent une place privilégiée par rapport aux modèles théoriques. Au regard de ce pari méthodologique, différant des études conventionnelles issues de la criminologie, de l’ethnologie et de la chronique criminelle, l’auteur préfère axer son travail sur une diversité de cas et d’exemples plutôt que sur l’élaboration d’une théorie globale. Diego Gambetta laisse alors la voie libre aux futures recherches pour explorer les linéaments théoriques de l’univers communicationnel de la pègre.

Avec une grande maîtrise de l’art de l’exemple, sans doute issue de ses multiples recherches et travaux de terrain, l’auteur amène le lecteur dans un voyage aux confins du monde criminel. Il fait découvrir, tant aux lecteurs spécialistes que néophytes, les subtilités de la communication criminelle.

 

  1. Diego GAMBETTA, Codes of the Underworld. How Criminals Communicate, Princeton : Princeton University Press, 2009. []
  2. Il existe une longue liste de publications de l’auteur sur le sujet. À titre indicatif, Diego GAMBETTA, The Sicilian Mafia the Business of Private Protection, Cambridge : Harvard University Press, 1993; Diego GAMBETTA, « Confiance », in Massimo BORLANDI, Raymond BOUDON, Mohamed CHERKAOUI et Bernard VALADE (dir.), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris : PUF, 2005 ; ID., « Trust and Cooperation», in William OUTHWAITE et Alain TOURAINE (eds.), The Blackwell Dictionnary of Twentieth Century Social Thought, Oxford : Blackwell Publishing, 1993 ; ID., « In the Beginning was the World: the Symbols of the Mafia », Archives européennes de sociologie, 35 (2), 1991 ; Diego GAMBETTA et Michael BACHARACH, « Trust in signs », in Karen S. Cook (ed.), Trust and Society, New York : Russell Sage Foundation, 2001; Diego GAMBETTA (ed.), Trust: Making and Breaking Cooperative Relations, Oxford : Basil Blackwell, 1988; Diego GAMBETTA et Heather HAMIL, Streetwise: How Taxi Drivers establish Customers’ Trustworthiness, New York : Rusell Sage Foundation, 2005. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search