L’unité du droit / Kiesow Rainer Maria

kiesowKiesow Rainer Maria, L’unité du droit, Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, coll. « Cas de figure », 2014, 238 p.

Compte rendu par Rafael Encinas de Munagorri (Université de Nantes)

L’unité du droit, « lu pour vous », sous la forme d’un dialogue imaginaire avec l’auteur : la scène se déroule dans une grande brasserie de la rive gauche parisienne, un jour de semaine en milieu d’après-midi, autour d’une tasse de chocolat chaud onctueux servi avec soin. Il fait bon, l’air est frais et léger.

Rafael Encinas de Munagorri (REM) : J’ai lu ton ouvrage sur l’unité du droit. C’est un livre sensass (sans sas), authentique et divertissant. Pourquoi avoir choisi un titre aussi banal ?

Rainer Maria Kiesow (RAK) : La simplicité du titre peut, certes, induire en erreur. J’en avertis d’emblée le lecteur : l’objet du livre n’est pas de défendre l’unité du droit, ni de la replâtrer. Il s’agit plutôt de la mettre en pièces, de la détruire. L’unité du droit est un rêve nuisible. Pour contribuer à sa ruine, il suffit d’en mener « une analyse profondément juridique » – j’insiste sur l’adverbe et l’adjectif – autrement dit de suivre une « approche sous forme de “casuistique” ». N’est-ce pas le cœur de la démarche juridique ?

REM : Le lecteur est donc invité à suivre une démonstration ?

RMK : Il est plutôt convié à suivre un parcours, « une promenade en onze chapitres » qui s’enchaînent les uns aux autres, mais ont été rédigés dans des contextes distincts, certains résultant d’une reprise de textes publiés en allemand.

REM :  La succession des chapitres est dynamisée par l’alternance des genres : l’essai, le récit, la fiction, le dialogue, le script, l’analyse historique. J’aime les kaléidoscopes. Au-delà du souhait de ne pas ennuyer le lecteur, de ne pas « chier du marbre » pour reprendre une expression lourdement imagée d’un libraire, cette succession des genres fait-elle partie d’une intention délibérée ?

RMK : Ah, je vois poindre le reproche d’une coquetterie intellectuelle, d’une paresse qui m’aurait fait fuir l’angle d’une vraie démonstration, structurée et hiérarchisée, de l’absence d’unité du droit. Précisément, le choix de donner à voir les failles de l’unité du droit dans des formes diverses soutient le projet du livre dans sa singularité ouverte. Le droit n’est pas un ; les procédés pour l’évoquer non plus.

REM : : La ligne directrice du livre est claire. Les opinions sont franches, tranchées, martelées parfois. On pourrait y voir un cri, une gueulante érudite bien maîtrisée, une déclaration d’amour du droit aussi, le livre est-il porteur d’un message ?

RMK : Le droit est ailleurs que ne le prétendent les juristes. Il n’est ni loi, ni doctrine, ni politique, ni science. Il a un cœur : il est ce que les juges en font, un acte juridictionnel et judiciaire. Prendre au sérieux la puissance inventive de la casuistique, c’est rendre honneur au droit. D’où l’importance de prendre en compte les hommes qui font le droit, leur caractère, leur imagination, leurs vertus.

REM :  Cette position emprunte de valeurs est-elle compatible avec un constructivisme radical ?

RMK : Tout à fait. Je revendique à la fois un constructivisme radical et un humanisme paradoxal post-moderne. Le livre est explicite sur ce point. Toutefois, la référence à des valeurs éternelles, immuables ou même contingentes, est inutile. Il suffit de s’en tenir aux sources, c’est-à-dire aux fondements des décisions, aux carrefours et points de rencontre entre les juges et les personnes souffrantes. C’est ce que devrait étudier la science du droit. Le droit, c’est la vie dans sa complexité.

REM : La science du droit est-elle alors condamnée à un échec ?

RMK : Une partie de l’ouvrage se propose « d’inspecter les diverses démarches scientifiques dans le grand projet historique d’unification du droit ». Que ce soit en France ou en Allemagne, ces démarches ont été promues et se sont nourries du thème de l’unité du droit. Elles l’ont souvent associé à l’idée d’une systématisation, d’une mise en ordre, par l’alphabet ou les encyclopédies. Ces projets sont condamnés à l’échec. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, le projet d’unifier le droit est une illusion, une chimère. Les textes juridiques sont incompréhensibles hors des cas où ils prennent sens. Quant aux décisions juridiques, elles ne peuvent être prédites ; l’incertitude est irréductible. Elles ne peuvent être comprises sur un plan strictement rationnel. Une décision ne peut reposer que sur de l’indécidable, sans quoi il n’y aurait pas de décision proprement dite. Si science du droit il pourrait y avoir, cela serait une science des êtres singuliers, une science impossible de l’homme.

REM :  Dans un format aussi dense, j’ai été impressionné par la variété et la richesse des développements : perspectives historiques sur les tentatives de systématisation du droit en France et en Allemagne, étude comparative sur les sources d’unification du droit, récit du destin de Désiré Dalloz en contrepoint de celui de Jean-Baptiste Sirey, analyse de la position de Johann Kirchmann sur « l’inutilité du droit comme science », récit de cas édifiants sur l’écart entre le droit réel et les préoccupations doctrinales, réflexion sur la signification des erreurs judiciaires et sur la vérité en droit ou encore sur le silence des lois dans le film d’Orson Welles tiré du procès de Kafka, critique des ambitions du droit international et européen, anticipations sur le péril de l’absorption du droit par le déterminisme des neurosciences, dialogue imaginé entre l’homme de Derrida et l’homme de Luhmann. Les chapitres trouvent leur place dans l’ensemble, mais n’est-il pas artificiel de les présenter dans les intitulés comme une réaction (par exemple : « La sociologie du droit : une réaction empirique » ?).

RMK : Le livre vise à provoquer, à faire advenir la réflexion du lecteur.

REM :  Le but est amplement atteint ! J’ai été, pour ma part, sensible au style cérébral et charnel, par endroits lyrique et poétique du texte. C’est un livre sentimental, audacieux et libre, quoique par moments trop subtil. Sur ce point, j’admets que le livre, renvoyant à mon inculture, suscite l’envie de connaître auteurs, peintres, poètes, toutefois n’est-il pas parfois trop exigeant ? Deux exemples : « L’espace de réflexion [de la dogmatique, doctrine et théorie du droit] n’est pas un séminaire de prêtres, ce n’est pas un vieil entrepôt avec des sacs pourris. Cet espace, pour le dire avec Wladimir Majakowski, est plein de gouttes de goudron » (p. 79), ou encore, « le droit, dans sa manière judiciaire de traiter la vie des hommes ressemble beaucoup plus à l’œuvre d’art de Tinguely qu’à autre chose. Un futur irraisonnable sans borne » (p. 205).

RMK : Il faut prendre du champ.

 Un doute m’envahit. S’agit-il du geste inaugural de Marcel Duchamp ou d’une invite pour une coupe de champagne après la tasse de chocolat ?

REM : Certes, chaque chose en son temps… Mais, tout de même, le lecteur académique soucieux de précision ne va-t-il pas rester sur sa faim ? D’un côté, plus de trois cents noms cités, classés dans un index, de l’autre, l’absence de notes de bas de page et des références classées par ordre d’apparition du texte en fin d’ouvrage, sans mention de la page concernée, ce qui ne permet guère de retrouver facilement le passage cité.

RMK : Chacun a ses préférences. Le choix vise à rendre fluide la lecture du texte, à garder le lecteur en éveil sans l’assommer de références que le chercheur avide d’érudition retrouvera s’il le souhaite sans difficulté à partir des indications mentionnées et des moyens informatiques actuels.

REM : : Sur un autre plan, l’informatique est mentionnée dans l’avertissement, comme emblématique d’un monde contemporain de la transparence, où le résultat se confond avec l’affichage (What you see is what you get), dont le livre entend prendre le contre-pied. La thèse de l’absence d’unité du droit développée dans le livre n’est-elle pas servie par la profusion des ressources numériques et l’accès aux données ?

RMK : Dans le livre, j’indique que l’histoire du droit, par sa dimension chaotique, se résume à une histoire de l’anarchie. Internet et les nouvelles technologies de l’information et de la communication contribuent à ce même mouvement : le rêve de l’unité d’une mise en cohérence des données se fracasse sur la multitude des cas et des usages.

REM :  De la déconstruction de l’unité du droit, le livre procède-t-il implicitement à une recomposition à partir des cas humains, de l’indécidable, de l’indétermination ? Le constat de l’anarchie du droit est-il révélateur de son unité profonde ?

RMK : L’interrogation suscite mon intérêt. Ce n’est pas un hasard si, par comparaison, l’épilogue du livre s’ouvre par la lucide observation de Foucault sur le discours normalisant des sciences humaines.

REM :  Merci pour clore ainsi ce dialogue imaginaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.