Les Défis de la représentation | Manuela Albertone et Dario Castiglione (dir.)

Manuela Albertone et Dario Castiglione (dir.), Les Défis de la représentation. Langages, pratiques et figuration du gouvernement, Paris : Classiques Garnier, 2018, 454 p.

Compte rendu par Marie Gren (Université Paris 1)

La représentation picturale du monde par l’homme est ancestrale. Les peintures de Lascaux, l’interdiction de la représentation du divin par le premier monothéisme, la controverse entre les iconoclastes et les iconodoules, sont autant de conceptions qui ont marqué les usages juridiques et politiques de la représentation. Une iconographie a été progressivement élaborée, pour symboliser la vision d’une société harmonieuse et équilibrée. L’amour des citoyens pour leur Cité est ainsi au cœur des tableaux figuratifs qui illustrent le bon fonctionnement du gouvernement mixte par le juriste Guillaume de La Perrière en 15541 . L’imagerie religieuse et amoureuse a aussi servi de modèle pictural pour représenter les rapports complexes qui unissent le représentant royal et sa dulcinée2 . Le passage de l’image à l’idée s’est fait à travers l’interprétation de cette symbolique imagée. Certains auteurs estiment en effet que l’épouse qui est alternativement l’État, la République ou encore le peuple, peut mettre fin à l’union si l’époux ne respecte pas ses engagements. Cette vision contractualiste du mariage entre le souverain et son peuple rappelle la philosophie du contrat social défendue par Thomas Hobbes. Ici le concept de représentation agit comme un « espace conceptuel » pour distinguer le souverain et l’État, initialement confondus. En affirmant dans le Léviathan que le souverain représente l’État et agit en son nom, Hobbes construit le principe de « représentation comme autorisation », qui lui permet d’affirmer que le souverain incarne la volonté de l’État, sans se confondre avec lui3 . Jean-Jacques Rousseau s’oppose fermement à cette supposée identité de volonté entre le souverain et le peuple. Il affirme qu’une volonté collective unifiée ne peut être créée que par le rassemblement physique, en un même lieu, de tous les citoyens. Ses écrits, associés au concept de souveraineté populaire et de démocratie, sont paradoxalement utilisés aujourd’hui pour analyser le gouvernement représentatif4 , donnant naissance à une oxymore : la « démocratie représentative ».

Le grand écart conceptuel entre démocratie et représentation ne date donc pas d’aujourd’hui. La crise de la représentation, qui serait la traduction d’un désamour du peuple pour ses représentants, pourrait n’être qu’un renouvellement de ces tensions anciennes et profondes autour des concepts et usages de la représentation. Pour comprendre les défis de la représentation aujourd’hui il fallait dès lors retracer les langages, pratiques et figurations du gouvernement construits au fil des siècles. Tel est le voyage conceptuel et historique auquel nous invite la réflexion collective dirigée par Manuela Albertone et Dario Castiglione.

L’ouvrage, articulé autour de sept sous-parties et qui font se croiser des analyses de disciplines diverses, se propose de traiter des différents points de tensions qui ont forgé les représentations de la représentation. La philosophie dialogue ainsi en toute liberté avec les approches juridique et historique, chaque auteur conservant néanmoins sa spécificité et sa rigueur disciplinaire. Il revient donc au lecteur de mettre en parallèle les contributions proposées, ce qui pourra parfois l’égarer, mais ce n’est que pour mieux susciter l’interrogation. L’intérêt de ce travail est en effet de ne pas épuiser le sujet mais, au contraire, d’encourager les réflexions futures. L’ouvrage est ainsi traversé par quatre grandes questions, qui chacune mériteront d’être encore approfondies : Qu’est-ce que la représentation ? Qui est représenté ? Comment et pourquoi représente-t-on ? Les réponses à ces questions s’articulent à leur tour en deux grandes sous-catégories. La richesse de l’ouvrage ne permet pas d’exposer ici l’apport de chacune d’entre elles, et il faudra se contenter de n’en citer que quelques-unes.

La première approche consiste à voir dans la représentation un outil de transformation de la réalité sociale.  La représentation est alors un outil de la lutte pour la représentativité, un moyen de « rendre visibles » les différentes composantes de la société, par le biais de leurs représentants. Cet usage presque littéral du concept de représentation est présent à travers le temps et l’espace chez certains auteurs aussi bien français qu’hollandais5 ou encore écossais6 . Ces écrits prescriptifs font un usage idéologique de la représentation au sens politique mais aussi social7 , pour promouvoir des organisations alternatives de la société. Comme le relate Manuela Albertone, l’insurrection révolutionnaire parisienne a été un véritable laboratoire constitutionnel de la représentation. Brissot et Condorcet proposent à cette époque une représentation administrative, qui passe par l’assemblée des représentants de Paris ou les assemblées provinciales, afin de donner son importance à l’échelon local8 et de modérer la puissance de l’Assemblée nationale9 . Au milieu du XIXe siècle, le journal L’Atelier revendique, quant à lui, la fin des inégalités socio-économiques en permettant aux ouvriers de siéger  effectivement aux prud’hommes. La représentation ouvrière au sein des tribunaux professionnels devait leur permettre un apprentissage de la vie politique, et conduire in fine à leur représentation sur la scène politique nationale10 . Le droit à la citoyenneté devient à la fois un droit à être représenté mais aussi à participer activement à la vie politique. Ceci explique pourquoi la construction d’une imagerie citoyenne a été au cœur des textes constitutionnels depuis la Révolution, comme l’expliquent Pierre Serna11 , Anne Verjus12  et Cécilia Carnino13 . Apparait alors l’image du « bon » citoyen, dont la définition fait elle-même l’objet de luttes idéologiques acharnées. Ces contributions nous rappellent que la représentation est d’abord un langage, au service d’une certaine vision de la société. Mais le rejet de la représentation l’est tout autant. Théophile Pénigaud de Mourgues et Christophe Salvat affirment ainsi que Rousseau aurait, lui aussi, cédé à l’argumentation stratégique. Certes, croyait-il sans doute véritablement à la transcendance des particularismes par le rassemblement physique des citoyens en un même lieu. Mais ses écrits auraient aussi eu pour objectif de défendre la participation effective de ses concitoyens genevois, alors écartés des centres de décisions. La représentation, qu’elle soit présentée comme un idéal à atteindre ou une « dégradation des mœurs politiques » demeure donc d’abord un instrument idéologique.

Pour certains auteurs, et c’est là la deuxième tendance des écrits sur la représentation, la représentation est dès lors une notion artificielle. Dario Castiglione et Pasquale Pasquino nous mettent ainsi doublement en garde. Le terme recouvre des usages politiques différenciés selon les contextes, et il ne peut y avoir de représentativité sociale et politique parfaite. La représentation n’est qu’un mécanisme du gouvernement moderne, qui se traduit par la disjonction entre « le lieu du pouvoir souverain » et le « lieu du pouvoir efficace »14 . Dans la société postrévolutionnaire, débarrassée – en apparence au moins – du principe aristocratique héréditaire, la légitimité des gouvernants repose sur le principe électif. L’élection transforme l’élu en « représentant », mais ne le rend pas pour autant représentatif d’un groupe donné – le mandat impératif étant interdit15 . La représentation n’est qu’un principe d’autorisation à agir au nom du collectif. Dès lors la demande contemporaine du « public », qui se distingue du peuple collectif, à plus de représentation supposerait de repenser les formes d’organisation du pouvoir. La représentation est certes une virtualité conceptuelle et non une réalité, mais elle légitime une certaine organisation du pouvoir qui est, elle, effective.

La même interrogation sur le lien entre organisation juridique de l’État et représentation se retrouve dans les écrits des juristes. Pierre Brunet expose les deux tendances contradictoires qui traversent ainsi la théorie de l’État autour de la représentation16 . Carl Schmitt et Gérard Leibholz incarnent le courant de la « représentation ontologique », qui fait de cette dernière une réalité empirique que le droit doit traduire. Le représentant n’est pas choisi sur des critères électifs mais sur sa capacité à « rendre visible » et à incarner les valeurs du peuple entendu comme une « unité spirituelle, une communauté de valeurs ». A contrario, le courant positiviste représenté notamment par Georg Jellinek et Hans Kelsen rejette l’idée d’une réalité préexistante de la représentation. Celle-ci est, comme tous les concepts juridiques, constituée par le droit. Elle ne peut être qu’une idée purement juridique, une « fiction nécessaire et acceptable pour sa valeur heuristique ». Une approche « purement conceptuelle » de l’histoire de la représentation est donc envisageable, et c’est ce que propose Michel Troper17 . Face à la supposée crise de la « représentation », il est tentant de se débarrasser du concept, dont on a compris l’artificialité. L’opération n’est pas si simple. Pour artificiel qu’il soit, il n’en reste pas moins indispensable à l’édifice conceptuel sur lequel repose la pensée juridique moderne depuis l’apparition de l’État moderne à la fin du XVIe siècle. Le système juridique est alors organisé sur un mode hiérarchique. Le roi édicte des normes concrétisées par les autorités inférieures habilitées. A leur tour, celles-ci présentent leurs décisions comme tirées de la règle générale et non de leur volonté propre. Pour que cet édifice tienne, il faut que l’autorité ultime habilitant toutes les autres soit conceptualisée comme ayant une nature différente, « surhumaine ». Celle-ci sera dotée d’une qualité « quasi-divine » : la souveraineté. Dans la mesure où elle est un « principe d’imputation » ultime, la souveraineté garantit le fonctionnement hiérarchisé du système juridique. Néanmoins l’exercice de la souveraineté par d’autres entités échappant au contrôle royal, la mortalité du roi ou sa faiblesse, requièrent un nouvel outil conceptuel. À ce stade, le système juridique aurait été contraint de sécréter le concept de représentation pour justifier la distinction entre le détenteur effectif du pouvoir et le détenteur de la souveraineté (la Couronne, l’État, le peuple, la Nation). La représentation est donc une fiction conceptuelle nécessaire au maintien de l’organisation hiérarchique du pouvoir.

Si crise de la représentation il y a, ce ne serait qu’en raison d’une exigence irréaliste, celle d’une représentation représentative du peuple réel. L’opération est impossible affirme Michel Troper, Rousseau l’ayant déjà démontré. Il n’y a donc pas de crise si ce n’est la crise d’une fiction. Or, la contrainte du système ne permet à aucune institution d’affirmer ouvertement que les représentants ne représentent pas. N’est-ce pas alors le rôle de la doctrine universitaire, libérée, elle, de toute contrainte argumentative ? Si la représentation a été produite par un système hiérarchiquement organisé, et que les revendications portent sur une nouvelle répartition des pouvoirs, ne faut-il pas proposer une alternative conceptuelle ? Pasquale Pasquino suggère ainsi de revenir au concept de gouvernement mixte et d’équilibre des pouvoirs comme garantie de la démocratie. Cela permettrait-il de répondre au besoin d’être entendu des citoyens qui composent notre société ? Rien n’est moins sûr mais la question mérite d’être posée, car les « défis » que rencontre la représentation restent immenses et la réflexion passionnante de cet ouvrage mérite d’être prolongée.

 

  1. Olivier Christin, « Portraits, emblèmes, arbres. Faire voir le régime mixte au XVIe siècle », p. 15-36. []
  2. Thomas Maissen compare cette iconographie à celle représentant l’union du Christ à son Église, mais l’on pourrait même remonter au Cantique des Cantiques qui symbolise l’union de Dieu avec le peuple d’Israël, dans « Le défi de la représentation. Les personnifications nationales dans l’Europe moderne », p. 37-60. []
  3. Robin Douglas, « Hobbes sur la représentation et la souveraineté », p. 91-114. []
  4. Théophile Pénigaud de Mourges et Christophe Salvat, « Représenter la volonté générale. Rousseau et son héritage paradoxal », p. 115-137 []
  5. Koen Stapelbroek, « Le constitutionnalisme hollandais reconsidéré », p.165-194. []
  6. Richard Whatmore, « L’échec de la représentation et l’intérêt pour l’Ecosse dans les années 1790 p.141-164. []
  7. Ludovic Frobert présente ainsi le rapport entre progression économique de la société et représentation dans la pensée des Frères Leroux, dans « La représentation entre l’industriel et le politique. Les cas des frères Leroux », p. 315-343. []
  8. Voir aussi : Antonino de Francesco, « Après la chute des girondins. Vivre et représenter la souveraineté dans les villes fédérées », p. 223-242. []
  9. Manuela Albertone, « L’apprentissage de la démocratie représentative à Paris. Brissot, Condorcet et la Constitution municipale », p. 197-22. []
  10. Marie Lauricella, « Le journal l’Atelier. La promotion de la représentation inclusive à travers les conseils des prud’hommes (1840-1850), p. 345-365. []
  11. Pierre Serna, « Comment se représenter soi-même ? Pour une histoire politique des constitutions de 1791, 1793, 1795 », p. 245-271. []
  12. Anne Verjus, « La masculinité de la représentation. Un genre viril ? », p. 273-286. []
  13. Cecilia Carnino, « Le « bon citoyen ». La représentation de la citoyenneté pendant le Trienno révolutionnaire italien », p. 287-311. []
  14. Dario Castiglione, « Les métamorphoses du gouvernement moderne. Par le peuple, par la représentation, par le public », p. 411-431. []
  15. Pasquale Pasquino, « Généalogie du concept de représentation », p. 370-381. []
  16. Pierre Brunet, « Représentation et Staatslehre. Entre incarnation et fiction », p. 383-409. []
  17. Michel Troper, « Souveraineté et représentation », p. 75-89. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.