Qu’est-ce qu’une discipline juridique ? | Frédéric Audren et Ségolène Barbou des Places (dir.)

Frédéric Audren et Ségolène Barbou des Places (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline juridique ? Fondation et recomposition des disciplines dans les facultés de droit, Paris : LGDJ Lextenso, 2018, 390 p.

Compte rendu par Diane Bernard (Université Saint-Louis, Belgique)

Cet ouvrage collectif ambitieux, composé de 24 contributions, fait suite à un colloque tenu en janvier 2015 aux Écoles de droit de la Sorbonne et de Sciences Po. L’enjeu de cette manifestation, comme de cette publication, tient à analyser le « découpage du réel » que constitue la répartition des savoirs juridiques en disciplines et, donc, son organisation. Plus précisément, il s’agissait en 2015 de clarifier comment s’articule le « fond du droit » (sic) avec les catégories établies pour des raisons pédagogiques, celles utilisées par la communauté scientifique et les divisions institutionnelles dans ce domaine. Il s’agissait également d’analyser les évolutions que connaissent les disciplines juridiques, non chacune à titre singulier mais plus généralement – c’est le processus de reconfiguration, re-mapping permanent en d’autres termes, dont il est question. La structure de l’ouvrage ici recensé donne suite à ce double objectif : chacune de ses deux parties correspond respectivement à ces deux objectifs initiaux.

On lit d’abord une introduction par Ségolène Barbou des Places et Frédéric Audren, qui détaillent l’intérêt d’un questionnement sur la « discipline juridique » : les deux auteurs y démontrent qu’il ne s’agit pas de glose gratuite mais bien d’une interrogation conceptuelle à l’importance immédiate pour la science et l’enseignement du droit. Par une analyse subtile et interdisciplinaire de la notion de discipline, en tant que telle et selon les mobilisations qu’elle connaît en droit, ils justifient de façon convaincante la pertinence de leur questionnement et donc de l’ouvrage. On trouvera là diverses réflexions, parfois piquantes, souvent éclairantes, sur les tenants théoriques et politiques de la problématique disciplinaire telle qu’appliquée au droit. Le lecteur qui douterait de l’intérêt de cette dernière est invité à parcourir cette introduction, qui devrait indéniablement dissiper ses préventions.

La première partie de l’ouvrage, intitulée « Définir, faire vivre (ou mourir) une discipline », est consacrée à l’idée même de discipline en droit, sous diverses déclinaisons et au fil de plusieurs de ses évolutions. Elle débute par un article généraliste de Jacques Chevallier et comporte une dimension comparatiste, avec l’Allemagne, par Jean-Louis Halpérin. Cette approche transversale est perceptible et particulièrement appréciable aussi dans les « réactions » de Véronique Champeil-Desplats et Sébastien Pimont, en fin de partie ; elle est nourrie de divers articles centrés sur une branche (ou discipline, c’est bien la question !), avec Guillaume Richard en droit public, Julie Bailleux en droit de l’Union européenne, Jean-Pascal Chazal en droit des affaires (ou commercial) – et l’article incontournable de Laurent Mucchielli, sur la criminologie, question des plus polémiques en France (à la perplexité parfois un peu effarée de vos voisins). La réflexion se fait par ailleurs moins générale dans la contribution de Nader Hakim, qui analyse la disparation progressive du droit romain dans les programmes de droit, ceci étant cependant l’un des exemples auxquels on pense immédiatement en réfléchissant à l’évolution des programmes de formation, et donc des disciplines, en droit.

Dans la seconde partie du livre, intitulée « Ordres et désordres disciplinaires », le propos se fait plus « processuel » au sens où les bougés des disciplines forment le cœur commun de l’interrogation dépliée dans chacune des contributions. C’est certainement ce qui justifie l’inscription du texte de Pascal Ancel dans cette section, sur le droit civil et ses évolutions en tant que catégories, quoique les ouvertures qu’il esquisse confèrent à son propos une nature assez transversale ; la contribution de Rémy Libchaber la complète à merveille. Patrick Wachsman commente ensuite la singularité des libertés publiques en tant que discipline, avant l’intervention de Danièle Lochak – engagée et courageuse comme toujours – sur le droit des étrangers. Loïc Cadiet sur la procédure, Horatia Muir Watt sur le droit comparé, Bernard Frydman sur le « droit global » proposent ensuite, au vu de leurs objets et de leur aptitude à la conceptualisation, des réflexions frappant parfaitement « dans le mille » de l’interrogation qu’ont formulée les directeurs de l’ouvrage pour cette seconde partie ; Denys Symon la conclut, par un propos plus structurel encore, d’une transversalité qui se poursuit dans les excellentes « réactions » de Catherine Fillon, Pascale Gonod et Emmanuelle Picard.

On appréciera la qualité générale des contributions, très équilibrées quant à leur niveau, ainsi que, sur la forme, le rassemblement de grands noms aux côtés de chercheurs actuellement moins connus, dans une parité relative mais néanmoins correcte entre les neuf contributrices et seize contributeurs. D’aucuns discuteront peut-être de la répartition des articles dans l’ouvrage, entre la première et la seconde partie, laquelle peut surprendre un peu au vu de leur contenu – mais c’est toujours une distribution délicate, bien sûr, tout comme l’explicitation des liens entre les contributions qu’on aurait pu espérer plus approfondie mais qui est si difficile à mettre en œuvre, a fortiori dans un ouvrage aussi volumineux.

En bref, cet ouvrage collectif constitue un très bel exercice théorique, ouvert aux sciences non juridiques mais néanmoins ancré dans la pratique du droit – ou, du moins, dans la pratique académique du droit, comme le souligne Daniel Jutras avec justesse (dans la première partie du livre) ; on relèvera cependant les propos très intéressants de Ruth Sefton-Green à ce sujet, dont le positionnement s’explique sans doute par son ancrage en common law (dans la première partie également). Inscrite dans le fil des réflexions sur l’enseignement du droit qui ont émaillé l’actualité scientifique et politique au cours des dernières années, on trouve ici une lecture à recommander, notamment à celles et ceux qui sont chargés de concevoir les programmes de nos facultés et grandes écoles. On en est à espérer une suite, nourrie « de la pratique » d’une part, de philosophie du langage et d’épistémologie d’autre part !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.