Consultation sur le traitement des données à des fins de recherche scientifique

Dans notre monde de plus en plus équipé de technologies numériques, la question de l’accès aux données est absolument cruciale. La CNIL a engagé depuis la mi-juillet une consultation auprès des chercheur.e.s (hors recherche médicale) sur leurs pratiques en matière de traitement des données. Les résultats seront un matériau à partir duquel la CNIL émettra des recommandations, qui définiront en partie les conditions de réalisation de nos recherches empiriques de demain. Il est important que nous soyons nombreux parmi les chercheur.e.s de sciences humaines et sociales à répondre à cette consultation afin que nos besoins spécifiques soient pris en compte, s’agissant notamment de données tirées de méthodes qualitatives.

L’enjeu est particulièrement important pour les recherches empiriques sur le droit et la justice, s’agissant notamment du risque d’anonymisation totale des décisions de justice (des noms des magistrats et des parties). Voir sur ce sujet le billet de Claire Lemercier.

Au-delà de l’enjeu de recherche évidemment crucial, puisqu’il s’agit de pouvoir retracer la généalogie d’une décision de justice, étudier les peines prononcées, la question est aussi démocratique. Des collègues étrangers se sont étonnés qu’une telle mesure d’anonymisation totale soit envisageable dans un État de droit comme la France.

Pour participer à cette consultation : https://urlz.fr/asM0

Date limite : 30 septembre 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.